Aller au contenu

Aller à la table des matières

sémite ; sémitique

sémite ; sémitique

Ces termes se rapportent aux peuples, aux langues et aux cultures des descendants de Sem, un fils de Noé. Ses descendants sont appelés les Sémites (Gn 10:21-31).

Parmi les premiers Sémites figuraient des tribus arabes, ainsi que les Araméens (ou : Syriens), les Assyriens, les premiers Chaldéens, les Élamites, les Hébreux et d’autres encore. Ils occupaient surtout l’extrémité sud-ouest de l’Asie, notamment le Croissant fertile et une grande partie de la péninsule Arabique.

Aux temps bibliques, les langues sémitiques comprenaient l’akkadien (parlé en Assyrie et en Babylonie), l’arabe, l’araméen, l’hébreu et les langues des nations voisines d’Israël, comme les Ammonites et les Moabites (Gn 11:27 ; 19:30, 37, 38). Les écrits les plus anciens dont on dispose appartiennent à cette famille de langues.

Quand un mot, un nom ou une expression idiomatique est qualifié de « sémitique », cela signifie qu’il vient d’une langue sémitique ou qu’il présente des caractéristiques qu’on retrouve dans une langue sémitique.