Aller au contenu

Aller à la table des matières

 CHAPITRE 67

« Jamais un homme n’a parlé de cette façon »

« Jamais un homme n’a parlé de cette façon »

JEAN 7:32-52

  • DES AGENTS SONT ENVOYÉS POUR ARRÊTER JÉSUS

  • NICODÈME INTERVIENT EN FAVEUR DE JÉSUS

Jésus est toujours à Jérusalem pour la fête des Tabernacles (ou : des Huttes). Il se réjouit que beaucoup de gens de la foule aient foi en lui. Par contre, les chefs religieux ne voient pas cela d’un bon œil. Ils envoient des agents, qui servent de police religieuse, pour l’arrêter (Jean 7:31, 32). Mais Jésus n’essaie pas de se cacher.

Au contraire, il enseigne en public en disant : « Je serai avec vous un peu de temps encore, ensuite je m’en irai vers celui qui m’a envoyé. Vous me chercherez, mais vous ne me trouverez pas, et là où moi je serai, vous, vous ne pouvez pas venir » (Jean 7:33, 34). Ne comprenant pas ces paroles, les Juifs se disent entre eux : « Où cet homme veut-​il aller, pour que nous ne puissions pas le trouver ? Il ne veut tout de même pas aller vers les Juifs dispersés parmi les Grecs et enseigner les Grecs ? Que veut-​il dire exactement quand il dit : “Vous me chercherez, mais vous ne me trouverez pas, et là où moi je serai, vous, vous ne pouvez pas venir” ? » (Jean 7:35, 36). En fait, Jésus parle de sa mort et de sa résurrection au ciel, là où ses ennemis ne pourront pas le suivre.

Le septième jour de la fête arrive. Chaque matin durant la fête, un prêtre verse de l’eau provenant du bassin de Siloé sur l’autel du Temple, eau qui s’écoule ensuite à la base de cet autel. Sans doute pour évoquer cette pratique, Jésus s’écrie : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne vers moi et qu’il boive ! Celui qui a foi en moi, “du fond de lui-​même couleront des fleuves d’eau vive”, comme l’a dit le passage des Écritures » (Jean 7:37, 38).

Jésus fait allusion à ce qui se passera quand ses disciples seront oints d’esprit saint et appelés à vivre au ciel. Cette onction aura lieu après sa mort, lors de la Pentecôte de l’année suivante.  Des fleuves d’eau donnant la vie commenceront alors à couler quand les disciples oints prêcheront les vérités divines.

Certains réagissent à cet enseignement en disant : « Celui-ci est vraiment le Prophète », pensant sans doute au prophète plus grand que Moïse qui avait été annoncé. D’autres disent : « C’est le Christ. » Mais quelques-uns objectent : « Est-​ce que le Christ vient de Galilée ? Le passage des Écritures ne dit-​il pas que le Christ vient de la descendance de David, et de Bethléem, le village d’où David était originaire ? » (Jean 7:40-42).

Tout le monde n’est donc pas du même avis. Même si certains veulent que Jésus soit arrêté, personne n’ose poser la main sur lui. Quand les agents reviennent vers les prêtres en chef et les pharisiens sans Jésus, ceux-ci demandent : « Pourquoi ne l’avez-​vous pas amené ? » À quoi les agents répondent : « Jamais un homme n’a parlé de cette façon. » Furieux, les chefs religieux recourent aux sarcasmes et aux injures : « Vous ne vous êtes tout de même pas laissé tromper, vous aussi ? Pas un seul des chefs ou des pharisiens n’a eu foi en lui, n’est-​ce pas ? Mais cette foule qui ne connaît pas la Loi, ce sont des maudits » (Jean 7:45-49).

C’est alors que Nicodème, un pharisien membre du sanhédrin, a le courage d’intervenir en faveur de Jésus. Deux ans et demi plus tôt, il est venu le voir de nuit et a exprimé sa foi en lui. Il rappelle à présent : « Notre Loi ne juge pas un homme sans l’avoir d’abord entendu et sans avoir appris ce qu’il fait, n’est-​ce pas ? » Que répondent les autres chefs religieux pour leur défense ? « Tu n’es tout de même pas de Galilée, toi aussi ? Fais des recherches et vois que, de Galilée, il ne se lèvera pas de prophète » (Jean 7:51, 52).

Les Écritures ne disaient pas explicitement qu’un prophète sortirait de Galilée. Mais en annonçant qu’une « grande lumière » serait vue en « Galilée des nations », elles indiquaient que le Christ viendrait de cette région (Isaïe 9:1, 2 ; Matthieu 4:13-17). De plus, comme prédit, Jésus est né à Bethléem et il est un descendant de David. Les pharisiens le savent peut-être, mais, de toute évidence, ils sont quand même à l’origine de nombreuses idées fausses qui circulent au sujet de Jésus.