Aller au contenu

Aller au sommaire

 CHAPITRE 37

Jésus ressuscite le fils d’une veuve

Jésus ressuscite le fils d’une veuve

LUC 7:11-17

  • UNE RÉSURRECTION DANS LA VILLE DE NAÏN

Peu après avoir guéri le serviteur d’un officier, Jésus quitte Capharnaüm pour se rendre à Naïn, une ville située à plus de 30 kilomètres au sud-ouest. Il n’est pas seul ; ses disciples et une foule l’accompagnent. Quand ils arrivent près de Naïn, certainement dans la soirée, ils croisent un grand nombre de Juifs réunis dans un cortège funèbre : on porte le corps d’un jeune homme hors de la ville pour qu’il soit enterré.

La plus attristée de tous est bien sûr la mère du jeune homme. Elle est veuve et son unique enfant vient de mourir. Quand son mari est mort, il lui restait au moins son cher fils. On imagine combien elle devait l’aimer, lui sur qui tous ses espoirs et sa sécurité matérielle reposaient. Mais maintenant, lui aussi est mort. Qui donc va s’occuper de ses besoins affectifs et matériels ?

Quand Jésus voit cette femme, il est touché par son immense chagrin et sa situation tragique. Avec tendresse, mais aussi avec conviction, il lui dit : « Ne pleure plus. » Mais il va plus loin. Il touche la civière sur laquelle est posé le corps (Luc 7:13, 14). L’attitude de Jésus pousse les personnes du cortège à s’arrêter immédiatement. Elles se demandent certainement pourquoi il a dit cela et ce qu’il va faire.

Et qu’en est-​il de ceux qui sont avec Jésus et qui l’ont vu guérir de nombreuses maladies ? De toute évidence, ils ne l’ont jamais vu ressusciter quelqu’un. Des résurrections ont eu lieu dans le passé, mais lui, peut-​il faire une telle chose ? (1 Rois 17:17-23 ; 2 Rois 4:32-37). Il ordonne : « Jeune homme, je te le dis : Lève-​toi ! » (Luc 7:14). Et c’est ce qui se passe ! Il se redresse et commence à parler ! Jésus le redonne alors à sa mère, sous le choc, mais au comble de la joie. Elle n’est désormais plus seule.

Quand les gens voient que le jeune homme est vivant, ils louent Jéhovah, l’Auteur de la vie.  Certains disent : « Un grand prophète est apparu parmi nous. » Et d’autres, saisissant la portée de ce miracle, s’exclament ainsi : « Dieu s’est occupé de son peuple » (Luc 7:16). La nouvelle se répand rapidement dans les environs et probablement à Nazareth, la ville où Jésus a grandi, à environ dix kilomètres. Elle atteint même la Judée, au sud.

Jean le Baptiste, qui est toujours en prison, s’intéresse beaucoup aux œuvres que Jésus accomplit et dont il entend parler par ses disciples. Comment réagit-​il ?