Aller au contenu

Aller au sommaire

 CHAPITRE 43

Des exemples sur le Royaume

Des exemples sur le Royaume

MATTHIEU 13:1-53 MARC 4:1-34 LUC 8:4-18

  • JÉSUS DONNE DES EXEMPLES SUR LE ROYAUME

Jésus est apparemment à Capharnaüm le jour où il réprimande les pharisiens. Plus tard ce jour-​là, il sort de la maison où il loge et marche jusqu’à la mer de Galilée, située à proximité, où une foule se rassemble. Jésus monte sur un bateau, s’éloigne de la rive et commence à enseigner les gens à propos du royaume des cieux. Pour cela, il utilise de nombreux exemples, ou paraboles. Ses auditeurs connaissent bien la plupart des situations dont Jésus parle ; il leur est donc plus facile de comprendre les divers aspects du Royaume.

Tout d’abord, Jésus décrit un semeur qui sème des graines. Certaines d’entre elles tombent le long d’une route et sont mangées par les oiseaux. D’autres tombent sur un sol rocailleux, où il n’y a pas beaucoup de terre. Comme elles ne peuvent s’enraciner profondément, les jeunes plantes sont brûlées par le soleil et se dessèchent. D’autres graines encore tombent parmi les ronces qui, en grandissant, étouffent les jeunes plantes. Enfin, d’autres tombent sur de la bonne terre. Ces graines produisent alors du fruit, « l’une 100 fois plus, l’autre 60 fois plus, et l’autre encore 30 fois plus » (Matthieu 13:8).

Dans un autre exemple, Jésus compare le Royaume à ce qui se passe quand un homme sème des graines. Que l’homme dorme ou non, les graines germent « sans qu’il sache comment » (Marc 4:27). Elles germent toutes seules, puis produisent des céréales qui peuvent être récoltées.

Jésus donne ensuite un troisième exemple sur le même thème. Un homme sème du bon grain, mais pendant que les hommes dorment, un ennemi sème de la mauvaise herbe au milieu du blé. Les esclaves de l’homme lui demandent  donc s’ils doivent l’arracher, mais il leur répond : « Non, parce qu’en ramassant la mauvaise herbe, vous risquez de déraciner aussi le blé. Laissez les deux pousser ensemble jusqu’à la moisson. Et à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs : “Ramassez d’abord la mauvaise herbe et liez-​la en bottes pour la brûler, puis ramassez le blé et mettez-​le dans mon grenier” » (Matthieu 13:24-30).

Comme la plupart de ses auditeurs connaissent l’agriculture, Jésus leur donne un autre exemple qui leur est familier, celui de la minuscule graine de moutarde. Celle-ci finit par devenir un arbre si grand que les oiseaux peuvent y faire leur nid. « Le royaume des cieux, dit Jésus, est comme une graine de moutarde qu’un homme prend et sème dans son champ » (Matthieu 13:31). Jésus n’est pas en train d’enseigner la botanique. Il illustre plutôt ce qu’est une croissance spectaculaire, comment quelque chose de très petit peut croître au point de devenir très grand.

Jésus s’inspire ensuite d’un procédé bien connu de la plupart de ceux qui l’écoutent. Il compare le royaume des cieux à « du levain qu’une femme prend et mélange à trois grandes mesures de farine » (Matthieu 13:33). Même si le levain n’est pas visible, il se répand dans toute la pâte et la fait lever. Il génère alors une croissance et des changements importants, mais qui ne se perçoivent pas facilement.

Après avoir donné ces exemples, Jésus renvoie la foule et retourne à son logement. Mais rapidement, les disciples viennent le voir : ils veulent comprendre ce qu’il a dit.

TIRONS DES LEÇONS DES EXEMPLES DE JÉSUS

Ce n’est pas la première fois que les disciples entendent Jésus se servir d’exemples, mais jamais d’autant à la suite. Ils lui demandent donc : « Pourquoi utilises-​tu des exemples quand tu leur parles ? » (Matthieu 13:10).

Jésus le fait notamment pour accomplir une prophétie des Écritures. Le récit de Matthieu déclare : « Quand il leur parlait, il utilisait toujours des exemples. C’était pour que s’accomplisse ce que le prophète avait prédit : “Je veux ouvrir ma bouche pour parler à l’aide d’exemples. J’annoncerai des choses cachées depuis le début” » (Matthieu 13:34, 35 ; Psaume 78:2).

Mais Jésus se sert d’exemples pour une autre raison encore : ceux-ci révèlent la façon de penser de ses auditeurs. Beaucoup s’intéressent à Jésus simplement parce qu’il raconte de belles histoires et fait des miracles. Ils ne le voient pas comme leur Seigneur, à qui ils doivent obéir et qu’ils doivent suivre de façon désintéressée (Luc 6:46, 47). Ils ne veulent pas changer d’opinion ni de mode de vie. En fait, ils ne souhaitent pas vraiment être touchés par le message.

Pour répondre à la question de ses disciples, Jésus leur dit : « C’est pour cette raison que je leur parle en utilisant des exemples ; parce qu’ils regardent, mais ne voient rien, et qu’ils entendent, mais n’écoutent pas et ne comprennent pas non plus. La prophétie d’Isaïe s’accomplit dans leur cas. Elle dit : “[...] Le cœur de ce peuple est devenu insensible” » (Matthieu 13:13-15 ; Isaïe 6:9, 10).

Mais ce n’est pas le cas de tous ceux qui écoutent Jésus. Il explique : « Heureux sont vos yeux parce qu’ils voient, et vos oreilles parce qu’elles entendent. Car, vraiment je vous le dis, beaucoup de prophètes et d’hommes justes ont désiré voir les choses que vous observez, mais ne les ont pas vues, et entendre les choses que  vous entendez, mais ne les ont pas entendues » (Matthieu 13:16, 17).

Les 12 apôtres et d’autres fidèles disciples ont, eux, un cœur réceptif. C’est pourquoi Jésus leur dit : « À vous il est accordé de comprendre les saints secrets du royaume des cieux, mais pas à eux » (Matthieu 13:11). D’ailleurs, comme ils veulent vraiment comprendre l’exemple du semeur, Jésus leur en donne l’explication :

« Les graines représentent la parole de Dieu » (Luc 8:11). Et le sol, c’est le cœur. Ils ont ainsi la clé pour comprendre le sens de l’exemple.

À propos des graines semées sur le sol piétiné au bord de la route, Jésus explique que le Diable « enlève » la parole de Dieu du cœur de ces personnes pour qu’elles ne croient pas et ne soient pas sauvées (Luc 8:12). Puis Jésus explique que le sol rocailleux qui reçoit les graines, c’est le cœur de ceux qui reçoivent la parole avec joie, mais dans lequel elle ne s’enracine pas profondément. « Dès qu’une épreuve ou une persécution survient à cause de la parole », ils trébuchent. En effet, au « moment de l’épreuve », par exemple quand leur famille ou d’autres s’opposent à eux, ils abandonnent (Matthieu 13:21 ; Luc 8:13).

Et qu’en est-​il des graines qui tombent parmi les ronces ? Jésus dit à ses disciples que ce type de sol correspond à ceux qui entendent la parole, mais qui sont paralysés par « les inquiétudes de la vie dans ce système de choses et le pouvoir trompeur de la richesse » (Matthieu 13:22). La parole était dans leur cœur, mais elle a été étouffée et devient stérile.

Le dernier type de sol dont Jésus parle est la bonne terre. Elle correspond à ceux qui entendent la parole et l’acceptent dans leur cœur, et en saisissent ainsi tout le sens. Avec quel résultat ? Ils « produisent du fruit ». En fonction de  leur situation, comme l’âge ou la santé, tous ne produisent pas autant : certains 100 fois plus, d’autres 60 fois plus et d’autres encore 30 fois plus. Dieu bénit ceux « qui ont un cœur beau et bon, et [qui] après avoir entendu la parole, [...] la gardent et produisent du fruit avec endurance » (Luc 8:15).

Les disciples doivent être impressionnés par ces paroles, eux qui ont demandé à Jésus l’explication de ses enseignements ! Ils ont maintenant plus qu’une compréhension superficielle des exemples qu’il a utilisés. C’est ce que Jésus souhaite, car ils pourront ainsi transmettre ces vérités à d’autres. « Est-​ce qu’on apporte une lampe pour la mettre sous un panier ou sous un lit ? Est-​ce qu’on ne l’apporte pas plutôt pour la mettre sur un porte-lampe ? », leur fait-​il remarquer. Il leur conseille donc : « Que celui qui a des oreilles pour écouter écoute » (Marc 4:21-23).

RÉCOMPENSÉS PAR UNE INSTRUCTION PLUS COMPLÈTE

Après avoir écouté les explications sur l’exemple du semeur, les disciples de Jésus veulent en savoir plus. Ils lui demandent : « Explique-​nous l’exemple de la mauvaise herbe dans le champ » (Matthieu 13:36).

Les disciples révèlent ainsi un état d’esprit bien différent de celui du reste de la foule rassemblée sur la plage. Manifestement, ces gens entendent, mais n’ont pas le désir de connaître le sens profond de ces exemples, ni leur application. Ils se contentent d’une compréhension superficielle. Soulignant le contraste entre cet auditoire et ses disciples, Jésus dit :

« Faites attention à ce que vous entendez. C’est avec la mesure que vous utilisez pour mesurer qu’on mesurera pour vous, et on vous donnera même encore plus » (Marc 4:24). Comme les disciples écoutent Jésus avec grand intérêt, ils reçoivent une instruction plus complète. Ainsi, pour répondre à ses disciples qui l’ont interrogé sur l’exemple du blé et de la mauvaise herbe, Jésus explique :

« Celui qui a semé le bon grain, c’est le Fils de l’homme. Le champ, c’est le monde. Le bon grain, ce sont les fils du Royaume. La mauvaise herbe, ce sont les fils du méchant, et l’ennemi qui l’a semée, c’est le Diable. La moisson, c’est l’achèvement d’un système de choses, et les moissonneurs, ce sont des anges » (Matthieu 13:37-39).

Après avoir identifié chaque élément de l’exemple, Jésus en dévoile le dénouement. Il dit qu’à l’achèvement du système de choses, les moissonneurs, c’est-à-dire les anges, sépareront les prétendus chrétiens (comparables à de la mauvaise herbe) des vrais « fils du Royaume ». Les « justes » seront rassemblés pour finalement briller « dans le royaume de leur Père ». Mais qu’en est-​il des « fils du méchant » ? Ils seront  détruits, ce qui explique qu’ils « pleureront et grinceront des dents » (Matthieu 13:41-43).

Puis Jésus offre trois autres exemples à ses disciples. Tout d’abord : « Le royaume des cieux est comme un trésor caché dans un champ. Un homme le trouve et le cache de nouveau. Et il est si heureux qu’il va vendre tout ce qu’il a et achète le champ » (Matthieu 13:44).

Il continue : « Le royaume des cieux est aussi comme un marchand qui cherche de belles perles. Après avoir trouvé une perle de grande valeur, il va vite vendre tout ce qu’il a et l’achète » (Matthieu 13:45, 46).

Par ces deux exemples, Jésus souligne la disposition d’une personne à faire des sacrifices pour ce qui en vaut vraiment la peine. Le marchand vend rapidement « tout ce qu’il a » pour acheter une perle de grande valeur. C’est un exemple très parlant pour les disciples. Et l’homme qui trouve un trésor caché dans un champ « va vendre tout ce qu’il a » pour l’obtenir. Dans les deux cas, une personne acquiert un bien précieux. Cela peut être comparé aux sacrifices qu’une personne fait pour se rapprocher de Dieu (Matthieu 5:3). Certains de ceux à qui Jésus donne ces exemples ont déjà montré leur désir de fournir de gros efforts pour combler leurs besoins spirituels et devenir ses disciples (Matthieu 4:19, 20 ; 19:27).

Enfin, Jésus compare le royaume des cieux à un filet de pêche qui rassemble toutes sortes de poissons (Matthieu 13:47). Quand les poissons sont triés, les bons sont gardés dans des récipients et les mauvais sont rejetés. Jésus dit qu’il en sera de même à l’achèvement du système de choses : les anges sépareront les méchants des justes.

En invitant ses premiers disciples à être des « pêcheurs d’hommes », Jésus effectuait lui-​même une pêche spirituelle (Marc 1:17). Cependant, il explique que l’exemple sur le filet de pêche s’appliquera dans l’avenir, à « l’achèvement du système de choses » (Matthieu 13:49). Les apôtres et les autres disciples qui écoutent Jésus comprennent donc que des évènements passionnants sont encore à venir.

Ceux qui ont écouté les exemples donnés depuis le bateau ont acquis de grandes richesses spirituelles. Jésus montre sa volonté de tout expliquer à ses disciples, « mais en privé » (Marc 4:34). Il est « comme un maître de maison qui sort de son trésor des choses nouvelles et des choses anciennes » (Matthieu 13:52). En donnant ces exemples, Jésus ne met pas en avant sa capacité à enseigner. Il communique plutôt à ses disciples des vérités comparables à des trésors inestimables. Jésus est sans conteste un enseignant hors du commun.