Aller au contenu

Aller à la table des matières

 CHAPITRE 121

« Prenez courage ! J’ai vaincu le monde »

« Prenez courage ! J’ai vaincu le monde »

JEAN 16:1-33

  • LES APÔTRES NE VERRONT BIENTÔT PLUS JÉSUS

  • LA TRISTESSE DES APÔTRES SE CHANGERA EN JOIE

Jésus et ses apôtres s’apprêtent à quitter la pièce à l’étage où ils ont pris le repas de la Pâque. Après les avoir longuement avertis de ce qui les attend, Jésus ajoute : « Je vous ai dit ces choses pour que vous ne trébuchiez pas. » Pourquoi ces avertissements étaient-​ils les bienvenus ? Il leur dit : « On vous expulsera de la synagogue. Oui, l’heure vient où tout homme qui vous tuera pensera avoir servi Dieu » (Jean 16:1, 2).

Les apôtres sont peut-être troublés par cette annonce. Jésus les avait déjà prévenus que le monde les haïrait, mais il ne leur avait pas dit directement qu’ils seraient tués. Pourquoi ? « Je ne vous ai pas dit ces choses au début, parce que j’étais avec vous », dit-​il (Jean 16:4). À présent, il les prépare à son départ, pour que, par la suite, ils ne perdent pas la foi.

Il continue : « Je m’en vais vers celui qui m’a envoyé ; pourtant aucun de vous ne me demande : “Où vas-​tu ?” » Plus tôt dans la soirée, ils lui ont demandé où il allait (Jean 13:36 ; 14:5 ; 16:5). Mais maintenant, secoués par ce qu’il a dit à propos de la persécution, ils sont submergés par leur peine. Ils ne pensent donc pas à l’interroger sur la gloire qui l’attend et sur ce que cela signifiera pour les vrais adorateurs. Jésus observe : « La tristesse a rempli votre cœur parce que je vous ai dit ces choses » (Jean 16:6).

Puis il explique : « Il est dans votre intérêt que je m’en aille. Car si je ne m’en vais pas, l’assistant ne viendra pas vers vous, mais si je m’en vais, je vous l’enverrai » (Jean 16:7). C’est seulement si Jésus meurt puis retourne au ciel que ses disciples recevront de lui l’esprit saint, cet assistant, où qu’ils soient sur la terre.

L’esprit saint « donnera au monde des preuves convaincantes au sujet du péché, et au sujet de la justice, et au sujet du jugement » (Jean 16:8). En effet, il sera révélé au grand jour que le monde n’a pas foi dans le Fils de Dieu. Quand Jésus montera au ciel, ce sera la preuve qu’il est juste et que Satan, « le chef de ce monde », mérite d’être condamné (Jean 16:11).

Il continue : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les comprendre pour l’instant. » L’esprit saint qu’il répandra sur ses disciples les aidera à comprendre « toute la vérité » ; ils pourront ainsi vivre en accord avec elle (Jean 16:12, 13).

Ce que Jésus dit ensuite laisse les apôtres perplexes : « Dans peu de temps vous ne me verrez plus, et, de nouveau, dans peu de temps vous me verrez. » Ils se demandent entre eux ce qu’il veut dire. Se rendant compte qu’ils veulent l’interroger à ce propos, Jésus explique : « Oui, je vous le dis, c’est la vérité : vous pleurerez et vous vous lamenterez, mais le monde se réjouira ; vous serez attristés, mais votre tristesse se changera en joie » (Jean 16:16, 20). Quand Jésus sera tué quelques heures plus tard, dans l’après-midi, les chefs religieux se réjouiront, mais les disciples seront attristés. Puis leur tristesse se changera en joie à la résurrection de Jésus. Et quelle joie quand il répandra sur eux l’esprit saint de Dieu !

Jésus compare la situation des apôtres aux douleurs de l’accouchement : « Quand une femme accouche, elle est triste parce que son heure est venue, mais quand elle a donné naissance à l’enfant, elle ne se souvient plus de sa souffrance en raison de sa joie d’avoir mis un être humain au monde. » Puis il encourage les apôtres en ces termes : « Vous donc aussi, vous êtes tristes maintenant ; mais je vous verrai de nouveau et votre cœur se réjouira, et personne ne vous enlèvera votre joie » (Jean 16:21, 22).

 Jusque-​là, les apôtres n’ont jamais rien demandé au nom de Jésus. Il leur annonce maintenant : « Ce jour-​là, vous demanderez des choses au Père en mon nom. » Pourquoi devront-​ils passer par Jésus ? Non parce que le Père n’a pas envie de leur répondre. Au contraire, Jésus affirme : « Le Père lui-​même a de l’affection pour vous, parce que vous avez eu de l’affection pour moi et que vous avez été convaincus que je suis venu comme le représentant de Dieu » (Jean 16:26, 27).

C’est peut-être en raison des paroles encourageantes de Jésus que les apôtres se sentent poussés à dire : « Grâce à cela, nous croyons que tu viens de Dieu. » Cette conviction sera bientôt mise à l’épreuve. En effet, Jésus annonce : « Écoutez ! L’heure vient, et même elle est venue, où vous serez dispersés, chacun s’enfuyant chez soi, et vous me laisserez seul. » Mais il leur assure : « Je vous ai dit ces choses pour que, par mon moyen, vous ayez la paix. Dans le monde, vous aurez des épreuves, mais prenez courage ! J’ai vaincu le monde » (Jean 16:30-33). Jésus ne les abandonne pas. Il est sûr qu’ils peuvent eux aussi vaincre le monde en accomplissant fidèlement la volonté de Dieu malgré l’acharnement de Satan et de son monde à briser leur intégrité.