Aller au contenu

Aller au sommaire

 CHAPITRE 112

L’exemple des dix vierges : une leçon de vigilance

L’exemple des dix vierges : une leçon de vigilance

MATTHIEU 25:1-13

  • JÉSUS DONNE L’EXEMPLE DES DIX VIERGES

Jésus continue de répondre à la question de ses apôtres à propos du signe de sa présence et de la conclusion du système de choses. Il leur donne à présent de sages recommandations au moyen d’un nouvel exemple dont l’accomplissement aura lieu durant sa présence.

Il commence ainsi : « Le royaume des cieux sera comparable à dix vierges qui ont pris leurs lampes et sont sorties à la rencontre du marié. Cinq d’entre elles étaient sottes et cinq étaient avisées » (Matthieu 25:1, 2).

Jésus ne veut pas dire que la moitié de ses disciples héritant du royaume des cieux sont sots et l’autre moitié, avisés. Il explique plutôt que chacun de ses disciples peut décider de se montrer soit vigilant soit distrait en ce qui concerne le Royaume. Toutefois, il est convaincu que chacun de ses serviteurs peut rester fidèle et être ainsi béni par son Père.

Dans l’exemple, les dix vierges sortent toutes pour accueillir le marié quand il arrivera et s’associer ainsi au cortège nuptial. Elles devront éclairer le chemin avec leurs lampes, lui rendant ainsi honneur tandis qu’il conduira son épouse à la maison préparée pour elle. Mais comment les choses vont-​elles tourner ?

« Les sottes [...] avaient pris leurs lampes, explique Jésus, mais sans prendre d’huile avec elles, alors que les avisées, en plus de leurs lampes, avaient pris de l’huile dans des flacons.  Comme le marié tardait, elles ont toutes eu sommeil et se sont endormies » (Matthieu 25:3-5). Le marié n’arrive pas aussi vite que les vierges le pensaient. Il semble qu’un long moment s’écoule, durant lequel elles s’endorment. Les apôtres se rappellent peut-être l’exemple de Jésus dans lequel un homme de famille noble est parti et est « finalement [...] revenu après avoir été fait roi » (Luc 19:11-15).

Dans l’exemple des dix vierges, Jésus décrit ce qui se passe quand le marié arrive enfin : « En plein milieu de la nuit, il y a eu un cri : “Voilà le marié ! Allez à sa rencontre” » (Matthieu 25:6). Les vierges sont-​elles prêtes et vigilantes ?

Jésus poursuit : « Alors toutes les vierges se sont levées et ont préparé leurs lampes. Les sottes ont dit aux avisées : “Donnez-​nous un peu de votre huile, parce que nos lampes vont bientôt s’éteindre.” Les avisées leur ont répondu : “Peut-être qu’il n’y en aura pas assez à la fois pour nous et pour vous. Allez plutôt vous en acheter chez ceux qui en vendent” » (Matthieu 25:7-9).

Les cinq vierges sottes ne sont ni vigilantes ni prêtes pour l’arrivée du marié. Comme elles n’ont pas assez d’huile pour leurs lampes, elles doivent essayer de s’en procurer. « Alors qu’elles étaient parties en acheter, raconte Jésus, le marié est arrivé. Les vierges qui étaient prêtes sont entrées avec lui au repas de mariage, puis la porte a été fermée. Plus tard, les autres vierges sont arrivées et ont dit : “Seigneur, seigneur, ouvre-​nous !” Il leur a répondu : “Je vous dis la vérité : je ne vous connais pas” » (Matthieu 25:10-12). Quel dommage de n’avoir pas fait preuve de vigilance !

Les apôtres comprennent sans doute que le marié représente Jésus lui-​même. Quelque temps plus tôt, il s’était déjà comparé à un marié (Luc 5:34, 35). Et les vierges sages ? Jésus a dit au « petit troupeau », qui recevra le Royaume : « Soyez habillés et prêts, et que vos lampes soient allumées » (Luc 12:32, 35). Les apôtres en déduisent donc peut-être que, dans l’exemple des vierges, Jésus parle des fidèles disciples qui, comme eux, font partie du petit troupeau. Quel message Jésus veut-​il faire passer avec cet exemple ?

Il l’indique clairement dans sa conclusion : « Soyez donc vigilants, parce que vous ne connaissez ni le jour ni l’heure » (Matthieu 25:13).

De toute évidence, Jésus montre à ses fidèles disciples l’importance d’être vigilants quant à sa présence. Pour ne pas passer à côté de la récompense qui leur est promise, ils devront, comme les cinq vierges avisées, être prêts et vigilants quand il viendra, gardant ainsi bien en vue leur précieuse espérance.