Aller au contenu

Aller à la table des matières

 CHAPITRE 102

Le Roi arrive à Jérusalem sur un ânon

Le Roi arrive à Jérusalem sur un ânon

MATTHIEU 21:1-11, 14-17 MARC 11:1-11 LUC 19:29-44 JEAN 12:12-19

  • JÉSUS FAIT UNE ENTRÉE TRIOMPHALE À JÉRUSALEM

  • LA DESTRUCTION DE JÉRUSALEM EST ANNONCÉE

Dimanche 9 nisan, le lendemain de son repas chez Simon, Jésus quitte Béthanie avec ses disciples et se dirige vers Jérusalem. Alors qu’ils approchent de Bethphagé, sur le mont des Oliviers, Jésus dit à deux de ses disciples :

« Allez au village que vous voyez là. Tout de suite en entrant, vous trouverez une ânesse attachée, avec un ânon près d’elle. Détachez-​les et amenez-​les-​moi. Si quelqu’un vous dit quelque chose, dites : “Le Seigneur en a besoin.” Et immédiatement, il les laissera partir » (Matthieu 21:2, 3).

Sur le moment, les disciples ne se rendent pas compte que ces instructions ont un rapport avec une prophétie biblique. Mais plus tard, ils comprendront qu’une prophétie de Zacharie s’est accomplie. Il avait prédit que le Roi choisi par Dieu arriverait à Jérusalem « humble, monté sur un âne, un ânon, le petit d’une ânesse » (Zacharie 9:9).

Quand les disciples arrivent à Bethphagé et détachent l’ânon et sa mère, les gens qui se trouvent là demandent : « Que faites-​vous ? Pourquoi détachez-​vous l’ânon ? » (Marc 11:5). Mais quand ils apprennent que ces animaux serviront au Seigneur, ils laissent les disciples les emmener. Les disciples déposent leurs vêtements de dessus sur l’ânesse et son petit, mais c’est sur l’ânon que Jésus monte.

La foule grossit à mesure que Jésus approche de Jérusalem. Beaucoup étendent leurs vêtements sur la route. D’autres coupent « des feuillages dans les champs » et les étendent également. Ils crient : « S’il te plaît, sauve ! Béni est celui qui vient au nom de Jéhovah ! Béni est le royaume qui vient, le royaume de notre père David ! » (Marc 11:8-10). En entendant cela, les pharisiens dans la foule sont contrariés. Ils disent à Jésus : « Enseignant, réprimande tes disciples. » Mais Jésus répond : « Je vous le dis, s’ils se taisaient, les pierres crieraient » (Luc 19:39, 40).

En apercevant Jérusalem, Jésus se met à pleurer et dit : « Si seulement toi aussi tu avais discerné, en ce jour, ce qui apporte la paix ! Mais maintenant, cela a été caché à tes yeux. » Jérusalem paiera le prix de sa désobéissance volontaire. Jésus annonce : « Tes ennemis construiront autour de toi une fortification faite de pieux taillés. Ils t’encercleront et t’assiégeront de tous côtés. Ils te raseront complètement et extermineront tes enfants. Et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre » (Luc 19:42-44). Cette prédiction se réalisera en 70 de notre ère, quand Jérusalem sera détruite.

Quand Jésus entre dans Jérusalem, il se produit « une grande agitation dans toute la ville ». Certains demandent : « Qui est-​ce ? » Et la foule répond : « C’est le prophète Jésus, de Nazareth de Galilée ! » (Matthieu 21:10, 11). Ceux dans la foule qui ont vu Jésus ressusciter Lazare en parlent aux autres. Les pharisiens se lamentent, car ils n’arrivent « absolument à rien ». Ils se disent entre eux : « Le monde entier l’a suivi » (Jean 12:18, 19).

Comme il en a l’habitude quand il se trouve à Jérusalem, Jésus se rend au Temple pour enseigner. Là, il guérit des aveugles et des boiteux. Lorsque les prêtres en chef et les scribes voient ce qu’il fait et entendent des garçons crier dans le Temple : « S’il te plaît, sauve le Fils de David ! », ils se mettent en colère. Ils demandent à Jésus : « Tu entends ce qu’ils disent ? » À quoi il répond : « N’avez-​vous jamais lu ceci : “Par la bouche des enfants et des nourrissons tu as produit des louanges” ? » (Matthieu 21:15, 16).

Jésus promène son regard sur ce qui se trouve dans le Temple. Puis, comme il se fait tard, il s’en va, suivi des apôtres, et rentre à Béthanie avant que le 10 nisan ne commence. C’est là qu’il passe la nuit de dimanche.