Aller au contenu

Aller au sommaire

 CHAPITRE 104

Les Juifs entendent la voix de Dieu : feront-​ils preuve de foi ?

Les Juifs entendent la voix de Dieu : feront-​ils preuve de foi ?

JEAN 12:28-50

  • BEAUCOUP ENTENDENT LA VOIX DE DIEU

  • CE SUR QUOI NOUS SERONS JUGÉS

Le lundi 10 nisan, au Temple, Jésus parle de sa mort prochaine. Soucieux des effets qu’elle aura sur la réputation de Dieu, il dit : « Père, glorifie ton nom. » Une voix forte venant du ciel lui répond alors : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai de nouveau » (Jean 12:27, 28).

Les témoins de la scène sont perplexes. Certains pensent qu’ils ont entendu le tonnerre. D’autres s’exclament : « Un ange lui a parlé » (Jean 12:29). Cependant, c’est Jéhovah lui-​même qui vient de prononcer ces paroles. Et ce n’est pas la première fois que des humains entendent la voix de Dieu depuis que Jésus a commencé son ministère.

Trois ans et demi plus tôt, lors du baptême de Jésus, Jean le Baptiste a entendu Dieu dire à propos de Jésus : « C’est mon Fils, le bien-aimé, qui a mon approbation. » Plus tard, après la Pâque de l’année 32, Jésus a été transfiguré devant Jacques, Jean et Pierre. Ces trois hommes ont entendu Dieu déclarer : « C’est mon Fils, le bien-aimé, et il a mon approbation. Écoutez-​le » (Matthieu 3:17 ; 17:5). Mais à présent, la troisième fois, Jéhovah parle de façon à être entendu par beaucoup.

Jésus précise : « Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix, mais c’est pour vous » (Jean 12:30). C’est la preuve qu’il est vraiment le Fils de Dieu, le Messie promis.

La fidélité de Jésus est un exemple pour les humains et confirme que Satan le Diable, le chef du monde, mérite d’être exécuté. « Maintenant a lieu un jugement de ce monde, dit Jésus ; maintenant le chef de ce monde sera jeté dehors. » Loin d’être une défaite, la mort prochaine de Jésus sera une victoire. En quel sens ? « Si je suis élevé de la terre, explique-​t-​il, j’attirerai toutes sortes d’hommes vers moi » (Jean 12:31, 32). Grâce à sa mort sur un poteau, Jésus attirera des humains à lui, leur donnant la possibilité de vivre éternellement.

La foule s’étonne : « Nous avons appris dans la Loi que le Christ demeure pour toujours. Comment se fait-​il que tu dises que le Fils de l’homme doit être élevé ? Qui est ce Fils de l’homme ? » (Jean 12:34). Malgré toutes les preuves, et même s’ils ont entendu la voix de Dieu, la plupart d’entre eux ne croient pas que Jésus soit vraiment le Fils de l’homme, le Messie promis.

Comme il l’a fait auparavant, Jésus parle de lui-​même comme étant « la lumière » (Jean 8:12 ; 9:5). Il conseille vivement à la foule : « La lumière sera parmi vous pour un peu de temps encore. Marchez pendant que vous avez encore la lumière, pour que les ténèbres ne vous dominent pas [...]. Pendant que vous avez la lumière, exercez la foi en la lumière, pour que vous deveniez des fils de lumière » (Jean 12:35, 36). Ensuite, Jésus se retire, le 10 nisan n’étant pas le jour où il doit mourir. C’est lors de la Pâque du 14 nisan qu’il sera « élevé », c’est-à-dire cloué sur un poteau (Galates 3:13).

Tout au long du ministère de Jésus, les Juifs n’ont pas eu foi en lui. Il est clair que cette attitude a accompli une prophétie : Isaïe avait prédit que les yeux des gens seraient aveuglés et leurs cœurs endurcis, de sorte qu’ils ne changeraient pas de conduite pour être guéris (Isaïe 6:10 ; Jean 12:40). La plupart des Juifs rejettent obstinément les preuves que Jésus est le Libérateur promis, le moyen d’obtenir la vie.

Nicodème, Joseph d’Arimathie et beaucoup d’autres chefs ont « vraiment foi » en Jésus. Mais montreront-​ils leur foi par des actes, ou se retiendront-​ils de le faire, par peur d’être expulsés de la synagogue ou parce qu’ils aiment « la gloire des hommes » ? (Jean 12:42, 43).

Jésus lui-​même explique ce que signifie avoir  foi en lui : « Tout homme qui a foi en moi a foi non seulement en moi, mais aussi en celui qui m’a envoyé ; et tout homme qui me voit voit aussi celui qui m’a envoyé. » Les vérités que Dieu a chargé Jésus d’enseigner et que Jésus continue de proclamer sont vitales, à tel point qu’il dit : « Celui qui me repousse et ne reçoit pas mes paroles a quelqu’un qui le juge. La parole que j’ai dite, c’est elle qui le jugera au dernier jour » (Jean 12:44, 45, 48).

Jésus conclut : « Je n’ai pas parlé de ma propre initiative, mais le Père qui m’a envoyé, c’est lui qui m’a donné un commandement à propos de ce que je devais dire et de la manière de le dire. Et je sais que son commandement signifie la vie éternelle » (Jean 12:49, 50). Il sait qu’il va bientôt verser son sang en sacrifice pour les humains qui ont foi en lui (Romains 5:8, 9).