Aller au contenu

Aller au sommaire

 CHAPITRE 118

Une dispute éclate

Une dispute éclate

MATTHIEU 26:31-35 MARC 14:27-31 LUC 22:24-38 JEAN 13:31-38

  • JÉSUS DONNE DES CONSEILS SUR LA FAÇON DE SE CONSIDÉRER

  • JÉSUS ANNONCE QUE PIERRE LE RENIERA

  • L’AMOUR, MARQUE DISTINCTIVE DES DISCIPLES DE JÉSUS

C’est la dernière soirée de Jésus avec ses apôtres. Il leur a donné une belle leçon d’humilité en leur lavant les pieds. Pourquoi était-​ce approprié ? À cause d’une faiblesse bien ancrée en eux. Même s’ils sont fidèles à Dieu, ils sont encore soucieux du rang qu’ils occupent (Marc 9:33, 34 ; 10:35-37). Cette faiblesse refait surface au cours de la soirée.

Les apôtres se mettent à « se disputer vivement pour savoir lequel d’entre eux [est] considéré comme le plus grand » (Luc 22:24). Jésus doit être très attristé de les voir encore se chamailler ! Que va-​t-​il faire ?

Plutôt que de réprimander les apôtres, Jésus les fait patiemment raisonner : « Les rois des nations les dominent, et ceux qui exercent le pouvoir sur elles sont appelés Bienfaiteurs. Mais vous, vous ne devez pas être comme eux. [...] Car qui est le plus grand : celui qui est à table ou celui qui sert ? » Puis Jésus leur rappelle l’exemple qu’il leur a donné tout au long de son ministère : « Mais moi, je suis au milieu de vous comme celui qui sert » (Luc 22:25-27).

Malgré leurs imperfections, les apôtres sont constamment restés avec Jésus dans ses épreuves. C’est pourquoi il leur dit : « Je fais avec vous une alliance pour un royaume, tout comme mon Père a fait une alliance avec moi » (Luc 22:29). Ces hommes sont de fidèles disciples de Jésus. Il leur garantit que, par le moyen de l’alliance qu’il conclut avec eux, ils feront partie du Royaume et régneront à ses côtés.

Même si les apôtres ont cette merveilleuse espérance, ils sont pour le moment dominés par leur nature imparfaite. Jésus leur dit : « Satan vous a réclamés pour vous passer au crible comme le blé », lequel se disperse quand on le passe au crible (Luc 22:31). Il les prévient : « Vous allez tous trébucher cette nuit, car il est écrit : “Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées” » (Matthieu 26:31 ; Zacharie 13:7).

Pierre proteste énergiquement : « Même si tous les autres trébuchent à cause de ce qui va t’arriver, moi, je ne trébucherai jamais ! » (Matthieu 26:33). Jésus dit pourtant à Pierre qu’avant qu’un coq chante deux fois cette nuit-​là, Pierre le reniera. Cependant, il ajoute : « J’ai supplié pour toi, pour que ta foi ne faiblisse pas. Et toi, une fois revenu, fortifie tes frères » (Luc 22:32). Mais Pierre est très sûr de lui ; il affirme : « Même si je devais mourir avec toi, non je ne te renierai pas » (Matthieu 26:35). Les autres apôtres disent la même chose.

Jésus annonce à ses disciples : « Je suis avec vous un peu de temps encore. Vous me chercherez, et comme je l’ai dit aux Juifs, je vous le dis à vous aussi maintenant : “Là où moi je vais, vous ne pouvez pas venir.” » Puis il ajoute : « Je vous donne un commandement nouveau : que vous vous aimiez les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-​vous les uns les autres. Par là tous sauront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour entre vous » (Jean 13:33-35).

Quand il apprend que Jésus ne sera plus pour longtemps avec eux, Pierre lui demande : « Seigneur, où vas-​tu ? » « Là où je vais, répond Jésus, tu ne peux pas me suivre maintenant, mais tu me suivras plus tard. » Troublé, Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-​je pas te suivre maintenant ? Je donnerai ma vie pour toi » (Jean 13:36, 37).

Jésus fait maintenant allusion à l’époque où il a envoyé ses apôtres en tournée de prédication en Galilée, sans bourse ni sac à provisions (Matthieu 10:5, 9, 10). Il demande : « Vous n’avez manqué  de rien, n’est-​ce pas ? » « Non », reconnaissent-​ils. Mais que devront-​ils faire à partir de maintenant ? Jésus leur donne cette instruction : « Que celui qui a une bourse la prenne, que celui qui a un sac à provisions le prenne, et que celui qui n’a pas d’épée vende son vêtement pour en acheter une. Car je vous dis que ce qui est écrit, c’est-à-dire : “Il a été compté avec des criminels”, doit m’arriver. En effet, ce qui est écrit à mon sujet est en train de s’accomplir » (Luc 22:35-37).

Jésus évoque ici la période qui suivra son exécution sur un poteau entre deux criminels. Ses disciples seront alors durement persécutés. Ayant le sentiment d’être prêts à y faire face, ils s’exclament : « Seigneur, voilà deux épées. » Il leur répond : « Cela suffira » (Luc 22:38). Peu de temps après, Jésus leur enseignera une leçon importante quand l’un des apôtres se servira d’une épée.