Aller au contenu

Aller à la table des matières

 64HISTOIRE

Salomon bâtit le temple

Salomon bâtit le temple

AVANT de mourir, le roi David donna à Salomon les plans du temple de Jéhovah. C’est dans la quatrième année de son règne que Salomon se mit à bâtir le temple, qui fut achevé en sept ans et demi. Les travaux occupèrent des dizaines de milliers d’ouvriers. On employa quantité d’or et d’argent à cette construction, qui coûta très cher.

Le temple se composait de deux pièces principales, comme le tabernacle, mais leurs dimensions étaient doubles. Salomon fit mettre l’Arche dans l’une des pièces, celle du fond, tandis que dans la seconde furent disposés les autres objets qui meublaient le tabernacle.

Quand le temple fut achevé, il y eut une grande fête. Salomon s’agenouilla en face du temple et se mit à prier (voyez l’image). Il dit à Jéhovah: ‘Les cieux eux-mêmes et les cieux des cieux ne peuvent te contenir! Combien moins ce temple que j’ai bâti! Cependant, ô mon Dieu, daigne écouter la supplication de ton peuple lorsqu’il priera vers ce lieu.’

Lorsque Salomon eut fini de prier, le feu descendit du ciel et consuma les animaux offerts en sacrifice. Et le temple fut inondé d’une lumière éblouissante. C’était le signe que Jéhovah écoutait et qu’il agréait l’édifice sacré ainsi que la prière de Salomon. C’est le temple, et non plus le tabernacle, qui fut alors le centre du culte public.

Pendant longtemps, Salomon gouverna ses sujets avec sagesse. Mais le roi épousa de nombreuses femmes étrangères, qui n’adoraient pas Jéhovah. Voyez-vous l’une d’elles devant son idole? Ses épouses finirent par le gagner au culte des faux dieux. Savez-vous ce qui arriva alors? Salomon ne traita plus le peuple avec douceur. Il se montra cruel et ses sujets furent malheureux.

Grande fut la colère de Jéhovah, qui dit à Salomon: ‘Je vais t’arracher le royaume et je le donnerai à quelqu’un d’autre. Je ne le ferai pas de ton vivant, mais pendant le règne de ton fils. Cependant, je ne lui arracherai pas tout le peuple du royaume.’ Voyons comment se réalisa cette parole.