Aller au contenu

Aller au sommaire

Canada : Kangirsuk, village inuit du nord du Québec.

 ÉVÈNEMENTS MARQUANTS DE L’ANNÉE ÉCOULÉE

Quelques dépêches de l’année

Quelques dépêches de l’année

Aucun Canadien n’est oublié

Pour répondre aux besoins du territoire de la filiale du Canada, la vidéo Pourquoi étudier la Bible ? est à présent disponible en huit langues locales. En octobre 2014, lors d’une campagne de prédication de dix jours dans la région arctique du Nunavik, presque tous les foyers de 14 communautés ont pu visionner la vidéo en inuktitut. Cela représente une population de plus de 12 000 personnes.

Le directeur était impressionné

En septembre 2014, l’assemblée internationale en Corée du Sud s’est tenue à Séoul dans le stade de la Coupe du monde. Plus de 56 000 assistants ont profité du programme. Le directeur du stade a exprimé sa  reconnaissance pour la bonne conduite et la coopération des Témoins pendant l’évènement. Il a dit : « Tout le monde a de bonnes manières. J’étais impressionné de les voir nettoyer le stade mieux que nos équipes professionnelles. J’aimerais que notre personnel ait la même attitude au travail. Si on veut servir Dieu correctement, on devrait imiter les Témoins de Jéhovah. »

Corée du Sud : L’assemblée internationale de 2014 à Séoul.

Jéhovah leur a donné la formation nécessaire

En mai 2012, le gouvernement de Suède a rejeté la demande des Témoins de Jéhovah visant à bénéficier des avantages financiers accordés aux autres organisations religieuses. Le Collège central a donné son accord pour que les frères fassent appel de cette décision devant la plus haute cour administrative du pays.

 La cour a décidé de tenir une audience avant de se prononcer. Des frères de différents pays se sont donc réunis dans une Salle du Royaume de Stockholm pour préparer l’audience.

Durant cette préparation, la sonnette a retenti. Un frère a ouvert la porte et deux filles âgées de 13 et 14 ans se sont présentées. Elles effectuaient un sondage sur les Témoins de Jéhovah. Le frère se souvient : « Je voulais leur demander de repasser un autre jour, étant donné que nous étions occupés et que nous n’avions pas de temps à leur consacrer. »

Finalement, le frère a accepté de leur parler. Les jeunes filles avaient beaucoup de questions, dont certaines, plutôt précises, étaient liées à notre position sur des thèmes sociaux et sur le vote. Après cela, le frère est retourné auprès des autres frères et leur a rapporté les questions que les jeunes filles lui avaient posées et les réponses qu’il leur avait données.

Le lendemain, les frères ont été surpris de constater durant l’audience qu’une grande partie des questions de la cour leur avaient déjà été posées par les jeunes filles. Un frère qui représentait l’organisation raconte : « Je me suis senti très calme. Pourtant, j’avais toutes les raisons de me montrer nerveux : je me tenais devant les plus éminents juristes du pays. Mais j’étais convaincu que Jéhovah nous avait montré la veille qu’il était avec nous en nous donnant la formation dont nous avions besoin. »

La cour a statué en notre faveur et a demandé au gouvernement de réexaminer notre dossier.

Le sac de riz de Ken

Ken, six ans, vit à Haïti. Il a été très heureux d’apprendre qu’une nouvelle Salle du Royaume allait bientôt être  construite pour sa congrégation. Il a décidé de fabriquer sa propre boîte à offrandes et l’a cachée dans sa chambre. Au lieu de dépenser l’argent de poche que ses parents lui donnaient pour l’école, il le mettait scrupuleusement dans sa boîte. C’est ce qu’il a fait jusqu’à ce que les volontaires arrivent pour la construction. Il leur a alors donné sa boîte à offrande, qui contenait assez d’argent pour acheter un grand sac de riz. Pendant plusieurs jours sur le chantier, on a servi le riz de Ken au déjeuner.

Ordre du général

L’année dernière, il a souvent été nécessaire d’obtenir une permission spéciale pour se rendre dans certaines régions de Sierra Leone placées en quarantaine à cause de l’épidémie d’Ébola. Par exemple, les surveillants de circonscription ainsi que les coursiers transportant des publications et du courrier devaient obtenir un laissez-passer pour eux et leurs véhicules s’ils voulaient pénétrer dans ces zones. Les membres du comité de secours ont eu besoin d’apporter des thermomètres infrarouges, de l’eau de Javel et de la nourriture. Étonnamment, ils ont toujours pu obtenir les autorisations.

Un fait a été particulièrement encourageant. Les frères ont soumis une demande écrite aux autorités afin d’obtenir 34 laissez-passer pour eux et 11 pour leurs véhicules. Cependant, ils devaient s’entretenir avec un général de l’armée pour que leur demande soit approuvée. Deux frères de la filiale ont rencontré cet homme le jour où ils espéraient récupérer les laissez-passer. Mais la demande était introuvable ! On leur a dit de la chercher eux-mêmes dans la pile des demandes, mais ils ne l’ont pas trouvée. À ce moment-là, le général a dit à sa secrétaire qu’il fermait son bureau et qu’aucune demande ne serait  examinée durant les deux prochaines semaines. Les frères ont prié avec ferveur, en silence, pour que Jéhovah les aide. Le général a alors regardé les frères et leur a demandé : « De combien de laissez-passer avez-vous besoin ? » Quand il a entendu le nombre, il s’est levé de sa chaise et a hurlé : « C’est beaucoup trop ! »

Les frères ont expliqué la nature de leur mission et l’aide que leurs opérations de secours apportaient pour faire face à l’épidémie. Le général a alors marqué une pause, a regardé sa secrétaire et a dit : « Donnez-leur tout ce qu’ils demandent. »

Guinée et Sierra Leone : Des mesures sanitaires pour le lavage des mains ont été mises en place dans les Salles du Royaume.