Aller au contenu

Aller au sommaire

 PRÉDICATION ET ENSEIGNEMENT SUR TOUTE LA TERRE

Afrique

Afrique
  • PAYS ET TERRITOIRES 58

  • HABITANTS 979 685 702

  • PROCLAMATEURS 1 363 384

  • ÉTUDES BIBLIQUES 3 265 314

« Me voilà prêt à quitter Babylone la Grande »

Thomson, un jeune homme vivant en Ouganda, était déçu de la religion. Choqué de voir combien l’argent comptait pour le clergé, il avait cessé d’assister à tout office religieux. Par contre, il continuait de lire sa bible chaque jour. Il était particulièrement intrigué par le livre de la Révélation et essayait de l’interpréter, prenant des notes sur  un calepin. Lorsqu’un frère l’a rencontré sur son lieu de travail, un petit chantier, Thomson était en train de lire sa bible. Une discussion animée s’est ensuivie, et Thomson a accepté le livre Qu’enseigne réellement la Bible ? Il l’a lu d’un bout à l’autre dans la nuit. Le lendemain, le frère a reçu ce texto : « Merci au Seigneur pour les renseignements que vous m’avez donnés. Me voilà prêt à quitter Babylone la Grande. » Thomson a réclamé toutes les publications mentionnées dans les notes en bas de page et les appendices du livre. Il s’est absorbé dans son étude de la Bible, a vite progressé, et s’est fait baptiser à l’assemblée de district de 2012, « Préserve ton cœur ! ». Pionnier permanent depuis mars 2013, Thomson aide ses semblables à comprendre l’importance de quitter Babylone la Grande.

Il a étudié avec huit frères

Jimmy a grandi à Port-Louis, la capitale de Maurice. À 16 ans, il a commencé à boire ; bientôt, il s’enivrait tous les jours. L’alcool le faisait souvent sortir de ses gonds. Il a fait plusieurs séjours en prison. Parfois, il ingurgitait jusqu’à trois bouteilles de rhum et fumait 60 cigarettes en une journée. Quand il était à court d’argent, il buvait l’alcool servant à laver les vitres. Même l’eau de Cologne de sa mère y passait. Quand quelqu’un lui a dit qu’il avait l’air d’un mort vivant, il s’est rendu dans un centre de désintoxication. Il y est resté un an et demi, mais sans grands résultats.

Rodrigues : Jimmy était déterminé à réformer sa vie.

Puis Jimmy a rencontré les Témoins de Jéhovah et a accepté d’étudier la Bible. Quelquefois, il s’en allait en pleine étude pour boire. Au fil du temps, il a étudié avec  huit frères. Il a fini par comprendre qu’il devait réformer sa vie. « C’était comme si l’épée spirituelle d’Hébreux 4:12 me transperçait le cœur, dirait-il plus tard. Un jour, en lisant ma bible, je me suis arrêté sur Proverbes 24:16 : “Le juste peut tomber sept fois, mais, à coup sûr, il se relèvera.” Ç’a été un tournant dans ma vie. » Après être « tombé » avec sept enseignants de la Bible, Jimmy était déterminé à changer et à « se relever » avec l’aide du huitième. Il a imploré Jéhovah de lui donner de la force, a assisté aux réunions de la congrégation et a abandonné ses vices. Il s’est fait baptiser en 2003 et est devenu pionnier permanent en 2012. Il est assistant ministériel dans une congrégation de l’île Rodrigues.

« Jéhovah et les anges seront mes amis »

Au Kenya, Mary, 70 ans, appartenait depuis toujours à l’Église presbytérienne, pour laquelle elle collectait des fonds importants. Elle avait même contribué à la construction d’un temple local. À sa grande déception, un de ses fils est devenu Témoin. Il l’invitait aux réunions de sa congrégation, mais elle refusait, disant qu’elle voulait entendre le message biblique dans sa langue, le kikuyu, et non en swahili. Elle a finalement accepté une invitation à une assemblée de district en kikuyu. Installée dans la partie réservée aux personnes âgées, elle a été très impressionnée par la gentillesse et la bienveillance qu’on lui a manifestées : elle n’avait jamais vu un tel amour dans son Église. Elle a été attentive à tous les discours et a bien aimé ce qu’elle a entendu. Quand on lui a proposé d’étudier la  Bible à l’aide de la brochure Écoutez Dieu, elle a dit oui aussitôt.

Au bout de quelques mois, décidée à devenir Témoin de Jéhovah, Mary s’est retirée de son Église. Furieux, les ecclésiastiques ont demandé à un pasteur de Nairobi, la capitale, de venir la raisonner. Celui-ci a essayé de la persuader de ne pas se retirer, mais elle a tenu bon. « Qui seront vos amis si vous quittez l’Église ? a-t-il demandé. Vous avez beaucoup d’amis et de voisins membres de l’Église.

— Jéhovah et les anges seront mes amis, a-t-elle répondu. Et les Témoins aussi seront mes amis. »

Comme rien n’y faisait, le pasteur est parti. Aujourd’hui, Mary progresse bien dans son étude et assiste à toutes les réunions, bien que vivant loin du lieu où elles se tiennent. Récemment, n’ayant pas pu prendre les transports publics, elle a marché deux heures sous la pluie pour s’y rendre. Malgré l’opposition de ses voisins, elle est déterminée à atteindre son objectif : le baptême.

Libéria : Transport de chaises pour le Mémorial. En 2013, cet évènement a réuni 81 762 personnes, pour seulement 6 148 proclamateurs.

 Le pasteur lui a fait un croche-pied !

Au Cameroun, quand Ashton, 14 ans, a entamé une étude de la Bible avec les Témoins de Jéhovah, elle s’est heurtée à la vive opposition de son oncle et de sa tante chez qui elle habite. Ils tenaient à ce qu’elle les accompagne aux offices pentecôtistes. Durant l’un d’eux, le pasteur a transmis l’« esprit » à chaque assistant par l’imposition des mains, les faisant s’écrouler par terre. Mais Ashton est restée debout. Le pasteur a prié encore et encore, en vain. Alors il lui a fait un croche-pied pour la forcer à tomber ! Sur le chemin du retour, Ashton a raconté l’incident à son oncle et sa tante, mais ils ne l’ont pas crue. Aussi a-t-elle décidé sur-le-champ qu’elle n’irait plus jamais au temple. À ce jour, malgré l’opposition et les insultes de sa famille et de ses voisins, elle continue d’assister aux réunions à la Salle du Royaume.

Invitée par une toute petite fille

L’année dernière en Angola, Anilpa, bien qu’âgée d’à peine 17 mois, a participé avec zèle à la campagne d’invitation à l’assemblée de district. Sa « mission » était de frapper à la porte, puis d’attendre de pouvoir tendre l’invitation à l’occupant tandis que sa mère expliquait brièvement la raison de leur visite. Débordante d’enthousiasme, Anilpa n’attendait pas toujours que sa mère ait fini avant d’aller frapper à la porte suivante. Elle a fait très bonne impression sur les gens qu’elle rencontrait. Par exemple, le dernier jour de l’assemblée, une femme l’a abordée en disant : « Je te cherchais.  Je suis tellement contente de t’avoir trouvée : c’est toi qui m’as invitée à venir à l’assemblée. »

Lassés de l’oppression

En août 2012, des proclamateurs de la congrégation d’Antaviranambo, à Madagascar, ont rencontré un groupe de croyants qui voulaient devenir Témoins de Jéhovah. Ces gens se sentaient opprimés par leurs chefs religieux, qui enseignaient une chose et en pratiquaient une autre. De plus, leurs Églises ne proposaient ni programme d’enseignement biblique ni publications expliquant leurs croyances, et elles réclamaient des sommes exorbitantes. Il n’y régnait ni vraie fraternité ni vrai amour chrétien. Et ces personnes savaient que les Témoins de Jéhovah n’avaient pas ces problèmes.

Plus tard, ces sympathisants ont envoyé à la filiale une lettre disant : « Nous vous écrivons pour vous informer de notre désir de servir Jéhovah. Toutefois, nous vivons dans des régions reculées, pour certains à  9 ou 15 heures de marche du lieu des réunions. Nous vous supplions donc de nous envoyer quelqu’un pour nous enseigner la Bible. Nous ne pouvons pas concrétiser notre désir de servir Jéhovah de tout notre cœur, sauf si vous nous aidez à fortifier notre amour pour lui. Nous sommes 215 et habitons au moins trois villages différents. Nous étions membres de diverses religions, mais maintenant nous aspirons tous à servir Jéhovah et à lui obéir de tout notre cœur. Nous espérons que vous nous aiderez. »

Partis à la rencontre de ce groupe, les frères ont atteint le premier village au bout de neuf heures de marche. Ils y ont organisé une réunion, à laquelle 65 villageois intéressés ont assisté. L’information a vite circulé, si bien que des habitants des villages voisins ont souhaité recevoir une visite et étudier la Bible. Les frères ont donc fait quatre autres heures de marche vers un deuxième village, où ils ont tenu une réunion qui a attiré plus de 80 personnes. Parmi elles, certaines les ont suppliés de venir dans leur village, deux heures de marche plus loin. Les frères ont volontiers accepté et ont tenu là-bas aussi une troisième réunion, à laquelle plus de 50 personnes sont venues.

À deux occasions, plus d’une trentaine de ces villageois ont assisté à l’assemblée de Mahanoro, à un jour et demi de marche de chez eux. Vingt-cinq d’entre eux — couples, familles entières et personnes âgées — sont venus pour la visite du surveillant itinérant. Ils ont tous logé au même endroit, échangeant leurs impressions et posant des questions jusque tard dans la nuit. Les villageois ont dit que beaucoup d’autres gens encore voulaient rejoindre les Témoins parce qu’ils étaient lassés de l’oppression de leurs chefs religieux.