Aller au contenu

Aller à la table des matières

Que faire si mes parents se disputent ?

Que faire si mes parents se disputent ?

 CHAPITRE 24

Que faire si mes parents se disputent ?

Arrive-​t-​il que vos parents se disputent devant vous ? Si oui, quel est leur sujet de friction le plus fréquent ?

□ L’argent.

□ Les tâches ménagères.

□ Leurs familles.

□ Vous.

Qu’aimeriez-​vous pouvoir leur dire sur ce que cela vous fait ? Inscrivez-​le ci-dessous.

․․․․․

 C’EST plus fort que vous : vous ne supportez pas les disputes de vos parents. Normal, vous les aimez, vous vous appuyez sur eux, alors leurs querelles vous déstabilisent. Vous adhérez sans doute à cette réflexion de Marie : “ J’ai du mal à les respecter quand eux-​mêmes ne paraissent pas se respecter l’un l’autre. ”

Les démêlés de vos parents vous ouvrent les yeux sur une triste réalité : ils ne sont pas aussi parfaits que vous le croyiez. Cette prise de conscience brutale éveille toutes sortes de craintes. Si les conflits sont continuels ou violents, vous redoutez que leur union ne se brise. “ Quand je les entends se crier après, ajoute Marie, je m’imagine qu’ils vont divorcer et que je devrai choisir d’habiter avec l’un ou l’autre. Et puis j’ai peur d’être séparée de mes frères et sœurs. ”

Pourquoi les parents se disputent-​ils ? Que faire quand une scène de ménage éclate ?

Pourquoi les parents se disputent

D’ordinaire, vos parents ‘ se supportent l’un l’autre dans l’amour ’. (Éphésiens 4:2.) Mais “ tous [...] ont péché et n’atteignent pas à la gloire de Dieu ”, dit la Bible (Romains 3:23). Vos parents ne sont pas parfaits. Ne vous étonnez donc pas que leurs griefs s’accumulent et, par moments, se manifestent sous forme de disputes.

N’oubliez pas non plus que nous vivons des “ temps critiques, difficiles à supporter ”. (2 Timothée 3:1.) Gagner sa vie, payer les factures, côtoyer les collègues, etc. : tout cela engendre un stress qui met le couple à rude épreuve. Et si les deux conjoints travaillent, la répartition des tâches ménagères est quelquefois matière à controverse.

 Rassurez-​vous, que vos parents aient des désaccords ne signifie pas automatiquement qu’ils sont au bord du divorce. Il est très probable qu’ils s’aiment toujours, même si leurs opinions divergent sur certaines questions.

Illustrons : Vous est-​il déjà arrivé de regarder un film avec des amis proches et, ensuite, d’en penser autre chose qu’eux ? Sûrement. Même entre intimes, on ne tombe pas toujours d’accord. C’est pareil pour vos parents. Tous les deux se soucient du budget familial, mais chacun a sa conception des dépenses ; tous les deux veulent prévoir des vacances en famille, mais chacun a sa notion de la détente ; tous les deux tiennent à votre réussite scolaire, mais chacun a sa théorie sur la meilleure façon de vous motiver.

L’idée est donc que l’unité n’exige pas l’unanimité. Les gens qui s’aiment voient parfois les choses différemment. N’empêche que les prises de bec de vos parents vous sont pénibles. Que faire ou que dire pour parvenir à endurer cette situation ?

À faire

Soyez respectueux. Il est facile de s’impatienter contre des parents qui se chamaillent. Car enfin, c’est à eux de vous donner l’exemple, et non l’inverse ! Cependant, les traiter avec mépris ne ferait qu’accentuer les tensions familiales. Et surtout, Jéhovah Dieu vous commande de les respecter et de leur obéir, même quand ce n’est pas si simple. — Exode 20:12 ; Proverbes 30:17.

 Mais si leur litige vous concerne directement ? À supposer que l’un d’eux soit chrétien et l’autre non croyant, il se pourrait que des divergences d’opinions surviennent. Vous auriez alors à opter pour la justice aux côtés de votre parent croyant (Matthieu 10:34-37). Faites toujours cela “ avec douceur et profond respect ”. En étant exemplaire sous ce rapport, peut-être réussirez-​vous un jour à ‘ gagner ’ votre parent non croyant. — 1 Pierre 3:1, 15.

Restez neutre. Comment réagir si vos parents vous poussent à prendre parti sur des affaires qui ne vous concernent pas directement ? Efforcez-​vous de rester neutre. Refusez gentiment, en disant par exemple : “ Maman, papa, je vous aime tous les deux. Mais, s’il vous plaît, ne me demandez pas de prendre parti. Cette question, c’est à vous de la régler entre vous. ”

Communiquez. Faites savoir à vos parents dans quel état vous mettent leurs querelles. À un moment où ils vous semblent d’humeur à écouter, dites-​leur avec respect que leur mésentente vous perturbe, vous irrite, ou même vous alarme. — Proverbes 15:23 ; Colossiens 4:6.

À ne pas faire

Ne jouez pas les conseillers matrimoniaux. C’est ainsi, vous êtes trop jeune pour arranger les différends  de vos parents. Imaginez que vous soyez passager d’un petit avion et que vous entendiez le pilote et le copilote se disputer. Votre inquiétude serait normale. Mais que se passerait-​il si vous vous permettiez de dire aux pilotes comment manœuvrer ou tentiez carrément de prendre les commandes ?

Pareillement, si vous tentiez de “ prendre les commandes ” en intervenant dans les problèmes conjugaux de vos parents, vous envenimeriez les choses. “ Par la présomption on ne fait que provoquer une lutte, mais la sagesse est chez ceux qui délibèrent ”, observe la Bible (Proverbes 13:10). Vos parents régleront certainement mieux leurs querelles en s’expliquant seul à seul. — Proverbes 25:9.

 Ne vous en mêlez pas. Deux voix discordantes, c’est bien assez ; n’ajoutez pas la vôtre au tumulte ! Même si ça vous démange de vous interposer, c’est à vos parents, pas à vous, qu’il incombe de résoudre leurs différends. Alors écoutez la Bible qui vous exhorte à “ vous occuper de vos propres affaires ”. (1 Thessaloniciens 4:11.) Ne vous jetez pas dans l’arène !

Ne les montez pas l’un contre l’autre. Des adolescents favorisent effectivement les disputes entre leurs parents en les dressant l’un contre l’autre. Quand leur mère dit non, ils extorquent un oui à leur père en le prenant par les sentiments. À ce petit jeu, on gagne peut-être un peu de liberté, mais, en définitive, on prolonge la crise familiale.

Ne laissez pas leur conduite déteindre sur la vôtre. Un garçon appelé Pierre s’est rendu compte qu’il se conduisait de manière peu chrétienne pour se venger de son père violent. “ C’était pour lui faire de la peine, raconte-​t-​il. Je lui en voulais tellement de nous traiter comme ça, ma mère, ma sœur et moi. ” Mais Pierre s’est vite heurté aux  conséquences de ses actions. Moralité : agir méchamment ne ferait qu’aggraver vos problèmes familiaux. — Galates 6:7.

Inscrivez ci-​après le point de ce chapitre que vous devez travailler le plus. ․․․․․

C’est clair, vous ne pouvez pas empêcher les disputes de vos parents. Mais soyez sûr que Jéhovah peut vous aider à chasser l’angoisse qu’elles provoquent en vous. — Philippiens 4:6, 7 ; 1 Pierre 5:7.

Appliquez de votre mieux les suggestions ci-dessus. Peut-être qu’un jour quelque chose décidera vos parents à chercher sérieusement des solutions à leurs problèmes. Et qui sait ? Peut-être même cesseront-​ils de se disputer.

DANS LE CHAPITRE SUIVANT

Comment affronter la difficulté de grandir dans une famille monoparentale ?

VERSET BIBLIQUE CLÉ

“ Que votre parole soit toujours accompagnée de charme. ” — Colossiens 4:6.

UN CONSEIL

Si vos parents se disputent souvent et violemment, suggérez-​leur avec respect de se faire aider.

LE SAVEZ-​VOUS... ?

Même des gens qui s’aiment ont parfois des désaccords.

MON PLAN DE BATAILLE

Ce que je compte faire si mes parents commencent à se disputer : ․․․․․

Ce que je compte dire si mes parents me demandent de prendre parti : ․․․․․

Ce que j’aimerais demander à mon père et/ou à ma mère à ce sujet : ․․․․․

QU’EN PENSEZ-​VOUS ?

● Pourquoi certains parents se disputent-​ils ?

● Pourquoi n’est-​ce pas votre faute si vos parents ont des problèmes ?

● Que pouvez-​vous apprendre en observant la conduite de vos parents ?

[Entrefilet, page 201]

“ Les disputes de mes parents m’affolent moins maintenant que j’ai compris qu’ils ne sont pas parfaits et qu’ils ont des galères tout comme moi. ” — Kathy.

 [Encadré/Illustrations, pages 206, 207]

Et si mes parents se séparent ?

Si vos parents se séparent, comment agir avec bon sens bien que vous ayez le cœur déchiré ? Voyez les suggestions suivantes :

Ne vous bercez pas d’illusions. Votre premier réflexe sera peut-être de vouloir réconcilier vos parents. Anne témoigne : “ Après leur séparation, mes parents nous emmenaient quand même en balade ensemble quelquefois. Ma sœur et moi, nous nous disions tout bas : ‘ On court devant et on les laisse tous les deux. ’ Il faut croire que ça n’a pas marché : ils ne se sont jamais remis ensemble. ”

“ Une attente différée rend le cœur malade ”, déclare Proverbes 13:12. Pour ne pas vous affliger à l’excès, répétez-​vous que vous n’avez aucun pouvoir sur ce que font vos parents. Vous n’avez pas causé leur séparation et il est fort probable que vous ne puissiez pas non plus intervenir pour ressouder leur couple. — Proverbes 26:17.

Ne haïssez pas. Remâcher colère et haine envers l’un de vos parents ou les deux risque de vous laisser des séquelles. Thomas décrit ce qu’il a éprouvé à 12 ans : “ Je ne décolérais pas. Je n’aime pas employer le mot ‘ haine ’, mais j’en voulais terriblement à mon père. Je ne voyais pas comment il pouvait tenir à nous, puisqu’il nous quittait. ”

Cependant, une séparation se résume rarement à l’histoire d’un parent tout bon et d’un parent tout mauvais. Vous savez, vos parents ne vous ont sans doute pas tout dit sur leur couple et leur rupture ; peut-être n’y comprennent-​ils rien eux-​mêmes. Ne jugez pas une situation quand vous n’avez pas tous les éléments (Proverbes 18:13). D’accord, c’est difficile de ne pas être en colère, et c’est plutôt normal que vous soyez très affecté pendant un temps. Mais si vous nourrissez de la rage et un désir de vengeance, votre personnalité s’empoisonnera. “ Laisse la colère et abandonne  la fureur ”, conseille pertinemment la Bible. — Psaume 37:8.

Soyez réaliste. S’il est des enfants qui détestent le parent parti, d’autres, tombant dans l’extrême opposé, l’idolâtrent. Ainsi, un jeune homme explique qu’étonnamment il vouait une quasi-adoration à son père alcoolique et coureur de jupons, qui a fini par divorcer après avoir abandonné sa famille plusieurs fois !

Ce genre de vénération mal fondée n’est pas rare. Dans un certain pays, 90 % des enfants de divorcés vivent avec leur mère et vont en visite chez leur père. La plupart du temps, c’est donc la mère qui s’occupe d’eux au quotidien... et qui les discipline. Et en général, malgré la pension alimentaire, ses ressources diminuent considérablement après le divorce. Par contre, les moyens du père augmentent. Conséquence : une visite chez papa égale cadeaux et fête ! À l’inverse, la vie avec maman signifie se serrer la ceinture et s’entendre dire : “ Fais ceci, ne fais pas cela. ” Il arrive malheureusement que des jeunes quittent leur parent chrétien pour aller vivre avec leur parent non croyant parce qu’il est plus aisé ou plus permissif. — Proverbes 19:4.

Si un tel choix vous tente, reconsidérez vos priorités. N’oubliez pas que vous avez besoin de discipline et d’une direction morale. Parmi tout ce qu’un parent peut offrir, rien d’autre n’aura une action plus profonde sur votre personnalité et sur la qualité de votre vie. — Proverbes 4:13.

[Illustration, page 202, 203]

Vouloir dire à vos parents comment régler leurs différends équivaudrait à vouloir montrer à des pilotes comment diriger leur avion.