Aller au contenu

Aller à la table des matières

Comment modérer ma passion pour la musique ?

Comment modérer ma passion pour la musique ?

 CHAPITRE 31

Comment modérer ma passion pour la musique ?

À quel point la musique compte-​t-​elle pour vous ?

□ Je peux m’en passer.

□ Sans, je mourrais !

Quand écoutez-​vous de la musique ?

□ Quand je voyage.

□ Quand j’étudie.

□ Tout le temps.

Quel genre de musique préférez-​vous, et pourquoi ?

 LA FACULTÉ d’apprécier la mélodie et l’harmonie est, semble-​t-​il, innée chez tout humain. Et pour bien des jeunes, la musique est vitale. “ Je ne peux pas m’en passer, s’exclame Ambre, 21 ans. J’en écoute presque toujours, même quand je fais le ménage, la cuisine, les courses ou que j’étudie. ”

Si le rythme est juste une affaire de nombres, la musique, elle, transcende la froide logique et va droit au fond de l’âme. Tout comme “ une parole dite au bon moment fait du bien ”, une chanson au bon moment peut être tellement consolante (Proverbes 15:23, Parole de Vie) ! “ On pense parfois que personne ne nous comprend, dit Jessica, 16 ans. Mais quand j’écoute mon groupe préféré, je sais que je ne suis pas la seule à déprimer. ”

Sujet de discorde ou de concorde ?

Vous aimez sans conteste votre musique, mais elle ne plaît peut-être pas à vos parents. “ Mon père me crie  : ‘ Arrête-​moi ce bruit ! Ça me casse les oreilles ! ’ ” témoigne un adolescent. Lassé de batailler, vous vous dites que, tout de même, vos parents exagèrent. “ Et eux, quand ils étaient jeunes ? se rebiffe une jeune fille. Leurs parents à eux, ils ne la trouvaient pas nulle, leur musique ? ” Ingred, 16 ans, proteste : “ On dirait que les adultes sont rivés dans le passé. Ce serait cool s’ils reconnaissaient que notre génération a elle aussi du goût en musique ! ”

C’est pertinent. Comme vous le savez sans doute, depuis la nuit des temps les générations se querellent sur des questions de goût. Mais ce n’est pas pour autant que la musique doit constamment être un sujet de discorde. La  solution : essayez d’arriver à une entente avec vos parents. S’ils respectent la Bible, c’est un sérieux avantage. En effet, la Parole de Dieu vous aidera, vous et eux, à discerner ce qui est absolument incorrect de ce qui peut rester une question de goût. Pour cela, il vous faut analyser votre musique sous deux angles fondamentaux : 1) son message et 2) la quantité que vous écoutez. Voyons le premier :

Quel est le message ?

La musique est comparable à la nourriture. Saine et en quantité raisonnable, elle est bénéfique. Malsaine ou en trop grande quantité, elle est mauvaise. L’ennui, avec la musique, c’est que souvent la plus médiocre est la plus attirante. “ Pourquoi on garde toutes les chouettes mélodies pour les paroles les plus moches ? ” regrette Stéphane.

Mais si on aime l’air, le message compte-​t-​il vraiment ? Réfléchissez : Comment vous appâterait quelqu’un qui voudrait vous faire avaler du poison ? Le tremperait-​il dans du vinaigre, ou l’enroberait-​il de sucre ? La réponse est évidente. Job, un homme de foi, a questionné : “ L’oreille  n’éprouve-​t-​elle pas les paroles, comme le palais goûte la nourriture ? ” (Job 12:11). Par conséquent, au lieu d’avaler une chanson parce que vous aimez son rythme ou sa mélodie — son enrobage sucré, en quelque sorte —, ‘ éprouvez-​en les paroles ’ en en considérant le titre et le texte. Pourquoi ? Parce que les idées greffées sur la musique influenceront vos pensées et votre mentalité.

Malheureusement, bon nombre des musiques actuelles les plus innovantes véhiculent des paroles qui exaltent le sexe, la violence et la drogue. Si vous estimez que les écouter ne vous influence pas, c’est que vous succombez déjà au “ poison ”.

Pensez par vous-​même

Peut-être vos copains font-​ils énormément pression pour que vous écoutiez de la musique dégradante. Il y a également les incitations de l’industrie de la musique elle-​même. Devenue multimilliardaire grâce à la radio, à Internet et à la télévision, cette industrie fait appel à de redoutables cerveaux du marketing pour façonner et régenter vos goûts musicaux.

Or, en laissant vos copains ou les médias vous dicter ce qu’il faut écouter, vous perdez votre liberté de choix ; vous devenez un esclave qui  ne réfléchit pas (Romains 6:16). La Bible vous exhorte à résister à l’influence du monde dans de tels domaines (Romains 12:2). Exercez donc vos propres “ facultés de perception [...] à distinguer et le bien et le mal ”. (Hébreux 5:14.) Mais comment faire usage de vos facultés de perception pour choisir une musique ? Voici quelques suggestions :

Examinez la jaquette. Un coup d’œil sur la jaquette du produit ou sur le matériel publicitaire suffit en général pour en imaginer le contenu. Une image à caractère violent, érotique ou occulte devrait vous alerter : la musique est probablement choquante elle aussi.

Contrôlez les paroles. Que disent-​elles ? Voulez-​vous vraiment écouter ou répéter encore et encore ces idées ? Celles-ci s’accordent-​elles avec vos valeurs et avec les principes chrétiens ? — Éphésiens 5:3-5.

Observez l’effet. “ J’ai remarqué que beaucoup des musiques et des paroles que j’écoutais me déprimaient ”, raconte Philip. Il est vrai que la musique touche différemment les individus. Mais de quelle humeur votre musique  vous met-​elle ? Demandez-​vous : ‘ M’arrive-​t-​il de retourner dans ma tête de mauvaises pensées après avoir écouté cette musique ou ces paroles ? L’argot des textes s’infiltre-​t-​il dans mon vocabulaire ? ’ — 1 Corinthiens 15:33.

Tenez compte des autres. Que pensent vos parents de votre musique ? Interrogez-​les. Et vos coreligionnaires ? En dérangerait-​elle certains ? Votre aptitude à modifier votre comportement par respect pour les sentiments d’autrui est un signe de maturité. — Romains 15:1, 2.

En menant une telle analyse, vous serez en mesure de choisir une musique qui vous fait vibrer sans ébranler votre spiritualité. Abordons maintenant le second aspect :

Comment savoir si c’est trop ?

Comme la bonne nourriture, la bonne musique est bénéfique. Cependant, un sage proverbe prévient : “ As-​tu trouvé du miel ? Mange ce qui te suffit, de peur que tu n’en prennes trop et que tu ne doives le vomir. ” (Proverbes 25:16). Les vertus curatives du miel sont reconnues. Malgré tout, trop d’une chose, même excellente, peut être mauvais. Moralité : les bonnes choses sont à consommer avec modération.

Des jeunes laissent pourtant la musique dominer leur vie. Ainsi Jessica (déjà citée) révèle : “ J’en écoute en permanence, même quand j’étudie la Bible. J’explique à mes parents que ça m’aide à me concentrer. Mais ils ne me croient pas. ” Cette réflexion vous est-​elle familière ?

Comment savoir si votre passion est excessive ? Posez-​vous les questions suivantes :

Combien de temps est-​ce que je passe par jour à écou- ter de la musique ? ․․․․․

Combien d’argent est-​ce que je dépense par mois pour la musique ? ․․․․․

Ma musique affecte-​t-​elle mes relations avec ma famille ?  Si oui, écrivez ci-dessous comment vous pourriez redresser la situation. ․․․․․

Changez d’habitudes

Si la musique prend trop de place dans votre vie, vous feriez bien de vous fixer des limites et de vous modérer dans vos habitudes. Peut-être devriez-​vous par exemple perdre celle de vous visser des écouteurs sur les oreilles du matin au soir ou de mettre de la musique dans la minute où vous rentrez chez vous.

Et si vous appreniez à savourer des instants de silence ? Vous étudieriez sans doute plus efficacement. “ On en retire beaucoup plus si on arrête la musique ”, dit le même Stéphane que précédemment. Faites l’expérience d’étudier sans musique, et voyez si vous n’êtes pas plus concentré.

Vous voudrez également vous réserver du temps pour lire et étudier la Bible ainsi que des publications bibliques.  Parfois, Jésus Christ recherchait un endroit tranquille pour prier et méditer (Marc 1:35). Votre cadre d’étude est-​il pareillement tranquille ? Dans la négative, vous risquez de freiner votre croissance spirituelle.

Choisissez bien

La musique est assurément un don de Dieu, mais attention à ne pas mal l’utiliser. Ne soyez pas comme Marlène, qui avoue : “ J’ai des musiques que je devrais jeter, je sais. Mais elles sont tellement belles ! ” Songez au tort qu’elle fait à son esprit et à son cœur en écoutant des choses mauvaises ! Ne tombez pas dans ce piège. Ne vous laissez pas corrompre ni asservir par la musique. Respectez les principes chrétiens quand vous choisissez la vôtre. Priez Dieu de vous guider et de vous aider. Recherchez des amis qui ont les mêmes convictions que vous.

La musique vous détend, vous délasse. Elle comble le vide quand vous êtes seul. Mais quand elle cesse, vos problèmes sont toujours là. Et puis, les chansons ne remplacent pas les amis. Alors, ne laissez pas la musique devenir une passion dévorante. Aimez-​la, mais avec modération.

DANS LE CHAPITRE SUIVANT

Vous avez besoin de détente de temps en temps. Comment les principes bibliques peuvent-​ils vous aider à vous distraire sainement ?

VERSET BIBLIQUE CLÉ

“ L’oreille n’éprouve-​t-​elle pas les paroles, comme le palais goûte la nourriture ? ” — Job 12:11.

UN CONSEIL

Si vous voulez que vos parents comprennent pourquoi vous aimez, vous, telle chanson ou tel groupe, commencez par essayer d’apprécier certaines des musiques qu’ils aiment, eux.

LE SAVEZ-​VOUS... ?

Si vous n’avez pas envie de faire entendre vos airs préférés à vos parents, ce peut être l’indice que quelque chose cloche dans vos goûts musicaux.

MON PLAN DE BATAILLE

Ce que je peux faire pour modérer ma passion pour la musique : ․․․․․

Ce que je compte dire si mes copains insistent pour que j’écoute une musique incorrecte : ․․․․․

Ce que j’aimerais demander à mon père et/ou à ma mère à ce sujet : ․․․․․

QU’EN PENSEZ-​VOUS ?

Pourquoi vos choix musicaux sont-​ils très importants ?

Comment juger si une chanson est correcte ou non ?

Que pouvez-​vous faire pour élargir votre goût musical ?

[Entrefilet, page 259]

“ Parfois je me surprends à écouter une chanson qui, je le sais, n’est pas bonne pour moi. Je coupe aussitôt. Sinon, je me trouve des prétextes pour l’écouter. ” — Cameron.

 [Encadré/Illustrations, page 258]

Élargissez votre goût musical

Aimez-​vous aujourd’hui une plus grande variété d’aliments que lorsque vous aviez cinq ans ? Oui, puisque vous avez formé votre goût à de nouvelles saveurs. Il en va de même avec la musique. Ne vous limitez pas à un seul genre. Essayez d’élargir votre goût.

Un moyen consiste à apprendre à jouer d’un instrument. Outre l’aspect stimulant et plaisant, c’est également l’occasion de découvrir d’autres formes de musique que les produits commerciaux habituels. Où trouver le temps ? Par exemple en délaissant un peu la télévision ou les jeux vidéo. Lisez donc ces quelques témoignages :

“ Jouer d’un instrument, c’est géant et ça peut être un moyen super d’exprimer ses sentiments. Apprendre de nouveaux morceaux m’a fait aimer un large éventail de genres musicaux. ” — Brian, 18 ans (joue de la guitare, de la batterie et du piano).

“ Il faut s’entraîner pour arriver à bien jouer. Ce n’est pas toujours marrant. Mais maîtriser une partition, c’est exaltant, ça donne un sentiment de réussite. ” — Jade, 13 ans (joue de l’alto).

“ Quand la journée a été dure ou que je n’ai pas le moral, ça me détend de prendre ma guitare. Ça fait un bien fou de produire des mélodies agréables et délassantes ! ” — Vanessa, 20 ans (joue de la guitare, du piano et de la clarinette).

“ Je me disais que je n’atteindrais jamais le niveau d’Untel ou d’Unetelle. Mais je me suis accroché, et maintenant j’éprouve une réelle satisfaction quand j’exécute bien un morceau. Je sais aussi mieux apprécier le talent des autres musiciens. ” — Jacob, 20 ans (joue de la guitare).

[Illustration, page 255]

La musique est comme la nourriture. Saine et en quantité raisonnable, elle est bénéfique. Malsaine ou en trop grande quantité, elle est mauvaise.