Aller au contenu

Aller à la table des matières

Et si je déteste mon physique ?

Et si je déteste mon physique ?

 CHAPITRE 7

Et si je déteste mon physique ?

Êtes-​vous régulièrement mécontent de votre apparence ?

□ Oui. □ Non.

Vous arrive-​t-​il d’envisager la chirurgie esthétique ou un régime draconien pour corriger un défaut physique ?

□ Oui. □ Non.

Quelle(s) particularité(s) de votre physique changeriez-​vous volontiers ? (Entourez vos réponses.)

Taille

Poids

Silhouette

Cheveux

Teint

Voix

 SI VOUS avez coché oui aux deux premières questions et entouré trois réponses ou plus à la troisième, relativisez : il est fort probable que votre entourage ne vous juge pas aussi durement que vous-​même. On a vite fait de se soucier outre mesure de son physique. Ainsi, un sondage a révélé que de nombreuses jeunes filles ont plus peur de prendre des kilos qu’elles n’ont peur d’une guerre atomique, d’un cancer, voire de la perte de leurs parents !

Nul doute que votre apparence influe sur la façon dont vous vous considérez et dont les autres vous traitent. “ En grandissant, mes deux sœurs aînées devenaient de vraies beautés, tandis que moi j’étais la boulotte de la famille, raconte Maritza, 19 ans. À l’école, on se moquait tout le temps de moi. Par-dessus le marché, ma tante me surnommait Chubs [Patapouf], qui était le nom de son chien court sur pattes et obèse ! ” “ Une fille de ma classe se moquait de mes ‘ dents de lapin ’, se souvient Julie, 16 ans. Rien de bien grave, mais ça me mettait mal à l’aise, et aujourd’hui encore j’ai honte de mes dents ! ”

Préoccupation ou obsession ?

Il n’y a rien de mal à se préoccuper de son apparence. D’ailleurs,  la Bible fait des commentaires élogieux sur l’aspect physique de beaucoup d’hommes et de femmes, tels que Sara, Rachel, Joseph, David ou Abigaïl, précisant même qu’une femme du nom d’Abishag était “ extrêmement belle ”. — 1 Rois 1:4.

Toutefois, quantité d’adolescents sont obsédés par leur apparence. Des filles croient qu’être jolie signifie être maigre — idée que les publicités racoleuses montrant des mannequins filiformes contribuent sûrement à entretenir. Peu importe que ces photos superbes aient été retouchées par ordinateur et que ces sveltes créatures doivent constamment friser la sous-alimentation pour garder la ligne ! N’empêche que, vous, la comparaison avec les modèles des magazines vous désole. Que faire si vous ne vous plaisez vraiment pas ? Commencez par porter sur vous un regard réaliste.

Une image déformée ?

Vous êtes-​vous déjà regardé dans un miroir déformant ? Votre reflet vous fait paraître plus grand ou plus petit que vous n’êtes. De toute façon, l’image est fausse.

Pareillement, beaucoup de jeunes ont une image de soi  déformée. Tenez : lors d’une enquête, 58 % des filles se sont dites trop grosses, alors que seulement 17 % l’étaient ; lors d’une autre, 45 % des femmes en réalité trop maigres pensaient être en surpoids !

Des chercheurs affirment que la plupart des filles qui s’inquiètent de leur poids n’ont pas de raison de le faire. Piètre consolation, bien sûr, quand on a réellement de l’embonpoint. Si c’est votre cas, quelle en est la cause ?

Peut-être est-​ce génétique. Certains individus sont maigres et anguleux de nature. Par contre, si vos gènes ont décidé que vous auriez une morphologie plus ronde et plus de graisse corporelle, vous n’êtes tout bonnement pas programmé pour être maigre. Même à votre poids médicalement idéal, vous êtes plus enveloppé que vous n’aimeriez. Exercice et régime peuvent aider, mais vous devez en grande partie faire avec le gabarit dont vous avez hérité.

Autre facteur possible : les changements propres à l’adolescence. Pendant la puberté, le taux de graisse corporelle passe de 8 % à 22 % chez la fille. En général, cela se régule avec le temps et, de rondelette à 11 ou 12 ans, elle devient une jeune fille bien proportionnée en fin de puberté. Qu’en est-​il maintenant si votre physique est le résultat d’une mauvaise alimentation ou d’un manque d’exercice, ou si vous devez vraiment perdre du poids pour des raisons de santé ?

 L’équilibre est nécessaire

La Bible recommande d’être ‘ modéré dans ses habitudes ’. (1 Timothée 3:11.) Il ne faut donc pas sauter de repas ni suivre de régime draconien. Sans doute le meilleur moyen de perdre des kilos est-​il d’adopter une bonne hygiène alimentaire et de faire suffisamment d’exercice.

Inutile de suivre un régime à la mode. Les pilules pour maigrir, par exemple, vous coupent la faim un temps, mais votre organisme s’habitue vite et l’appétit revient ; ou alors votre métabolisme se réduit, et vous prenez du poids de toute manière. Sans parler des effets secondaires ressentis par certains : vertiges, hypertension, crises d’angoisse, ou même dépendance. On peut en dire autant des diurétiques ou des activateurs du métabolisme.

En revanche, il est bon pour la forme et pour les formes de surveiller son alimentation et de faire de l’exercice avec modération mais régularité. Quelques séances d’aérobic douce par semaine sont excellentes pour la santé. Il peut suffire de marcher d’un pas vif ou de monter des escaliers.

Gare à l’anorexie !

Dans leur lutte pour maigrir, certains tombent dans les griffes de l’anorexie, un dangereux trouble alimentaire qui équivaut en fait à de l’auto-sous-alimentation. Masami, anorexique, confie au bout de quatre mois de thérapie : “ Quand on me dit : ‘ Tu as bonne mine ’, je pense : ‘ Ça doit être parce que je grossis. ’ Dans ces moments-​là, je songe avec amertume : ‘ Si seulement je pouvais revenir à mon poids d’avant, d’il y a quatre mois ! ’ ”

 On peut devenir anorexique involontairement. Ainsi, une jeune fille entame un régime inoffensif, lui semble-​t-​il, pour perdre juste quelques kilos. Son but atteint, elle n’est pas satisfaite. “ Encore trop grosse ! ” décrète-​t-​elle, l’air sévère, devant son miroir. Elle décide donc de perdre encore un tout petit peu. Puis encore un peu. Et cætera. Le pli est pris, et l’anorexie s’installe.

Si vous présentez des symptômes d’anorexie ou d’un autre trouble alimentaire, demandez impérativement de l’aide. Parlez à l’un de vos parents ou à un autre adulte de confiance. “ Un véritable compagnon aime tout le temps et c’est un frère qui est né pour les jours de détresse ”, dit la Bible. — Proverbes 17:17.

La vraie beauté

Globalement, la Bible insiste très peu sur l’aspect physique ou la silhouette, mais montre que c’est plutôt la personnalité profonde qui rend beau ou laid aux yeux de Dieu. — Proverbes 11:20, 22.

 Parlons d’Absalom, fils du roi David. “ Il n’y avait pas d’homme aussi beau dans tout Israël, pour être tellement loué, rapporte l’Écriture. De la plante de son pied au sommet de sa tête il n’y avait pas de tare en lui. ” (2 Samuel 14:25). Pourtant, ce jeune homme fut un traître. Poussé par l’orgueil et l’ambition, il essaya d’usurper le trône du roi établi par Jéhovah. C’est pourquoi la Bible n’en fait pas un portrait avantageux, mais le dépeint comme un homme d’une incroyable déloyauté et rempli de haine meurtrière.

L’essentiel est que “ Jéhovah soupèse les cœurs ” ; il ne regarde pas au tour de taille ou aux biceps (Proverbes 21:2). Par conséquent, même s’il n’est pas mal de vouloir être beau, votre personnalité est bien plus importante que votre apparence. En fin de compte, vos qualités spirituelles vous rendront plus attirant que des muscles sculptés ou un ventre plat !

LISEZ ÉGALEMENT À CE SUJET LE CHAPITRE 10 DU VOLUME 1.

DANS LE CHAPITRE SUIVANT

Beaucoup de jeunes souffrent d’une maladie chronique ou d’un handicap. Si c’est votre cas, comment y faire face ?

VERSET BIBLIQUE CLÉ

“ L’homme voit ce qui paraît aux yeux, mais Jéhovah, lui, voit ce que vaut le cœur. ” — 1 Samuel 16:7.

UN CONSEIL

Si vous essayez de perdre du poids :

● Ne sautez pas le petit-déjeuner. Autrement, la faim vous pousserait à manger en réalité davantage par la suite.

● Buvez un grand verre d’eau avant chaque repas. Cela freinera votre appétit et vous maîtriserez mieux la quantité que vous mangerez.

LE SAVEZ-​VOUS... ?

De l’avis de spécialistes, si vous vous affamez pour perdre des kilos, votre organisme risque de passer en “ mode crise ”, de ralentir son métabolisme et de vous faire reprendre rapidement tout le poids perdu !

MON PLAN DE BATAILLE

Ce que je peux faire pour prendre mieux soin de ma santé : ․․․․․

Pour moi, un programme raisonnable d’exercice comprend : ․․․․․

Ce que j’aimerais demander à mon père et/ou à ma mère à ce sujet : ․․․․․

QU’EN PENSEZ-​VOUS ?

Comment vous trouvez-​vous physiquement ?

Que pouvez-​vous raisonnablement faire pour améliorer votre apparence ?

Que diriez-​vous à un(e) ami(e) qui a un trouble alimentaire ?

Comment aideriez-​vous votre jeune frère ou votre jeune sœur à acquérir un point de vue équilibré sur son apparence ?

[Entrefilet, page 69]

“ Pendant longtemps, on s’est moqué de mes gros yeux. J’ai appris à en rire, mais aussi à être sûre de ma personnalité et de mes autres points forts. J’assume mon physique. Je m’accepte comme je suis. ” — Ambre.

[Illustration, page 68]

La perception que vous avez de vous-​même ressemble peut-être au reflet d’un miroir déformant.