Aller au contenu

Aller à la table des matières

Fréquenter quelqu’un en cachette : où est le mal ?

Fréquenter quelqu’un en cachette : où est le mal ?

 CHAPITRE 2

Fréquenter quelqu’un en cachette : où est le mal ?

Jessica était devant un dilemme. Tout avait commencé quand Jeremy, un camarade de classe, s’était intéressé à elle. “ Il était très mignon, raconte-​t-​elle, et mes copines disaient que c’était le garçon le plus correct que je rencontrerais jamais. Plusieurs filles lui avaient tourné autour, mais elles ne l’intéressaient pas. J’étais la seule qui lui plaisait. ”

Jeremy a demandé à Jessica de sortir avec lui. Jessica lui a expliqué qu’étant Témoin de Jéhovah elle ne fréquenterait pas quelqu’un qui n’était pas de sa religion. “ Alors, poursuit-​elle, Jeremy a eu une idée : ‘ On n’a qu’à sortir ensemble sans que tes parents le sachent ! ’ ”

SI QUELQU’UN qui vous attire vous faisait une telle proposition, quelle serait votre réaction ? Pour sa part, et cela vous surprendra peut-être, Jessica a accepté l’idée de Jeremy. “ J’étais persuadée qu’en le fréquentant je pourrais lui apprendre à aimer Jéhovah ”, explique-​t-​elle. Comment la situation a-​t-​elle évolué ? Nous le découvrirons plus loin. Voyons d’abord comment certains se font prendre au piège des fréquentations secrètes.

 Pourquoi ce choix ?

Pourquoi des jeunes se fréquentent-​ils secrètement ? “ Ils savent que leurs parents ne seraient pas d’accord, alors ils ne leur en parlent pas ”, résume un garçon appelé David. Selon Jane, “ c’est une façon de se rebeller. Si on trouve qu’on n’est pas traité comme le jeune adulte qu’on estime être, on décide de faire ce qu’on veut sans rien dire aux parents ”.

Voyez-​vous d’autres motifs pour lesquels certains sont tentés de se fréquenter en secret ? Si oui, énumérez-​les ci-dessous.

․․․․․

Bien entendu, vous savez que la Bible commande d’obéir aux parents (Éphésiens 6:1). Or si les vôtres s’opposent à vos fréquentations, ils ont sûrement de bonnes raisons. Pourtant, ne vous étonnez pas s’il vous arrive de penser :

 Je me sens mis(e) à l’écart parce que tout le monde a un(e) petit(e) ami(e), sauf moi.

Je suis attiré(e) par quelqu’un qui n’a pas la même religion que moi.

Même si je suis trop jeune pour me marier, j’aimerais sortir avec un(e) autre chrétien(e).

Vous savez sans doute de quelle manière vos parents réagiraient à ces réflexions. Et, au fond de vous, vous savez qu’ils n’ont pas tort.  Malgré cela, vous vous reconnaissez peut-être dans ces propos de Manami : “ Les incitations à avoir un petit copain sont si fortes que parfois je doute de ma résolution. Aujourd’hui, pour des ados, ne pas sortir avec quelqu’un, c’est impensable. En plus, ce n’est pas drôle d’être toute seule ! ” C’est ainsi que des jeunes décident de fréquenter quelqu’un à l’insu de leurs parents. Comment font-​ils ?

“ Ils nous ont demandé de garder le secret ”

L’expression “ fréquentations secrètes ” suppose une certaine mesure de tromperie, et il en faut bien pour que ça marche. Pour ne pas éveiller de soupçon, certains communiquent surtout par téléphone ou sur Internet. En public, ils ne sont qu’amis, mais dans leurs e-mails, leurs textos et leurs conversations téléphoniques, c’est complètement différent.

Une autre tactique consiste à organiser une activité de groupe qui n’est qu’un alibi pour se retrouver tous les deux ensuite. James témoigne : “ Un jour, j’ai été invité à une prétendue sortie en groupe, qui s’est révélée être un coup monté pour que deux d’entre nous soient ensemble. Ils nous ont demandé de garder le secret. ”

Comme cela ressort des paroles de James, les fréquentations clandestines bénéficient souvent de la complicité d’amis. “ Au moins un(e) ami(e) est au courant, mais décide de se taire au nom de la ‘ loi du silence ’ ”, explique Carol. Parfois, la malhonnêteté s’en mêle. “ Beaucoup cachent leurs fréquentations en mentant à leurs parents sur leurs allées et venues ”, remarque Beth, 17 ans. C’est ce qu’a fait Misaki, 19 ans. “ Je devais inventer des histoires avec soin, raconte-​t-​elle. Je faisais attention à ne mentir qu’au sujet de  mes fréquentations, pour ne pas perdre la confiance de mes parents. ”

Les dangers

Si vous êtes tenté de fréquenter quelqu’un en secret, ou que vous le fassiez déjà, posez-​vous les deux questions suivantes :

Où mènera ma conduite ? Comptez-​vous épouser votre petit(e) ami(e) dans un avenir raisonnablement proche ? “ Fréquenter quelqu’un sans intention de mariage, c’est comme faire de la publicité pour un produit qu’on ne vend pas ”, analyse Evan, 20 ans. Quelles peuvent être les conséquences ? Proverbes 13:12 affirme : “ Une attente différée rend le cœur malade. ” Voulez-​vous vraiment ‘ rendre malade le cœur ’ de quelqu’un à qui vous tenez ? Autre chose : en agissant en secret, vous vous privez de la vigilance bienveillante de vos parents ou d’autres adultes soucieux de vous. De ce fait, vous risquez davantage de tomber dans le piège de l’immoralité sexuelle. — Galates 6:7.

Que pense Jéhovah Dieu de ce que je fais ? “ Toutes choses sont nues et mises à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte ”, avertit la Bible (Hébreux 4:13). Si donc vous dissimulez vos fréquentations ou celles d’un(e) ami(e), de toute façon Jéhovah est au courant. Et si vous recourez à la tromperie, vous avez de quoi vous inquiéter. Jéhovah Dieu a horreur du mensonge. D’ailleurs, dans la Bible, “ une langue mensongère ” figure au début de la liste des choses qu’il déteste ! — Proverbes 6:16-19.

Mettez fin au secret

Si vous entretenez une relation secrète, vous feriez bien d’en parler à vos parents ou à un(e) chrétien(ne) adulte mûr(e).  Si c’est un(e) ami(e) qui est dans cette situation, ne participez pas à sa conduite en l’aidant à la cacher (1 Timothée 5:22). Au final, que ressentiriez-​vous si la relation tournait mal ? Ne seriez-​vous pas au moins partiellement responsable ?

Imaginez qu’un ami diabétique se gave de sucreries en cachette. Vous le découvrez, mais votre ami vous supplie de ne rien dire à personne. Que faites-​vous ? Quel est votre souci principal : ne pas trahir votre ami ou faire quelque chose qui pourrait lui sauver la vie ?

Il en va de même si vous savez qu’un(e) ami(e) fréquente quelqu’un en secret. Ne vous inquiétez pas de briser définitivement votre amitié. Avec le temps, un(e) ami(e) véritable se rendra compte que vous avez agi pour son bien. — Psaume 141:5.

Secret ou discrétion ?

Évidemment, le secret dont on entoure ses fréquentations ne relève pas toujours de la tromperie. Supposez qu’un jeune homme et une jeune fille désirent apprendre à se connaître, mais ne souhaitent pas l’ébruiter pendant un temps.  Peut-être, comme le suggère un garçon nommé Thomas, qu’“ ils ne veulent pas être embêtés par des questions du genre : ‘ Alors, c’est pour quand le mariage ? ’ ”

Un entourage pressant peut effectivement être nuisible (Chant de Salomon 2:7). C’est pourquoi certains préfèrent à juste titre la discrétion au début de leurs fréquentations (Proverbes 10:19). “ Ça donne à deux personnes le temps de déterminer si c’est sérieux entre elles, explique Anna, 20 ans. Si oui, alors elles peuvent se fréquenter au su de tous. ”

D’un autre côté, il serait mal de cacher votre relation à ceux qui sont en droit d’en être informés, comme vos parents ou ceux de votre petit(e) ami(e). Si vous vous sentez obligé de vous cacher, demandez-​vous pourquoi. Ne serait-​ce pas parce que vous savez que vos parents auraient des objections valables ?

“ J’ai su ce que je devais faire ”

Jessica, mentionnée dans l’introduction, a décidé de ne plus fréquenter Jeremy en cachette en entendant une autre  chrétienne relater sa propre expérience. Elle raconte : “ Quand elle a dit qu’elle avait rompu, j’ai su ce que je devais faire. ” La rupture a-​t-​elle été facile ? Oh ! non. “ C’était le seul garçon qui m’ait jamais vraiment plu, confie-​t-​elle. J’ai pleuré pendant des semaines. ”

Toutefois, Jessica savait qu’elle aimait Jéhovah. Même si elle s’était égarée, elle voulait sincèrement faire le bien. Petit à petit, sa peine s’est atténuée. “ Maintenant, ma relation avec Jéhovah est meilleure que jamais. Je lui suis tellement reconnaissante de nous donner les bons conseils au bon moment ! ”

DANS LE CHAPITRE SUIVANT

Vous êtes prêt pour les fréquentations et vous avez trouvé quelqu’un qui vous plaît. Mais comment savoir si c’est la bonne personne pour vous ?

VERSET BIBLIQUE CLÉ

“ Nous voulons nous conduire d’une manière droite en toutes choses. ” — Hébreux 13:18.

UN CONSEIL

Vous n’êtes pas tenu de crier sur les toits que vous fréquentez quelqu’un. Mais dites-​le aux personnes qui ont le droit de le savoir, c’est-à-dire en général vos parents et ceux de votre petit(e) ami(e).

LE SAVEZ-​VOUS... ?

Une relation durable se bâtit sur la confiance. Fréquenter quelqu’un en secret, c’est trahir la confiance de vos parents et saper le fondement même de la relation avec votre petit(e) ami(e).

MON PLAN DE BATAILLE

Ce que je compte faire si je fréquente en secret un(e) autre chrétien(ne) : ․․․․․

Ce que je compte faire si un(e) de mes ami(e)s fréquente quelqu’un en secret : ․․․․․

Ce que j’aimerais demander à mon père et/ou à ma mère à ce sujet : ․․․․․

QU’EN PENSEZ-​VOUS ?

● Reprenez les  trois réflexions qui figurent en gras page 22. Laquelle, s’il y en a une, exprime ce que vous-​même ressentez parfois ?

● Comment vous en sortir sans fréquenter quelqu’un en cachette ?

● Si vous saviez qu’un(e) ami(e) fréquente quelqu’un en secret, que feriez-​vous, et pourquoi ?

[Entrefilet, page 27]

“ J’ai rompu mes fréquentations secrètes. C’est vrai que c’était dur de retourner à l’école et de croiser ce garçon tous les jours. Mais Jéhovah Dieu a une vision globale des choses, alors que nous, non. On doit juste lui faire confiance. ” — Jessica.

[Illustration, page 25]

Cacher qu’un(e) ami(e) fréquente quelqu’un en secret, c’est comme cacher qu’un diabétique se gave de sucreries en douce.