Aller au contenu

Aller à la table des matières

Est-ce la bonne personne pour moi ?

Est-ce la bonne personne pour moi ?

 CHAPITRE 3

Est-​ce la bonne personne pour moi ?

 Prenez un instant pour répondre au questionnaire suivant :

Quelles qualités jugeriez-​vous actuellement essentielles chez un éventuel conjoint ? Dans la liste ci-dessous, cochez () les quatre caractéristiques qui vous semblent les plus importantes.

□ Beau (ou belle) □ Attaché(e) à la spiritualité

□ Gentil(le) □ Digne de confiance

□ Populaire □ Moralement droit(e)

□ Drôle □ Axé(e) sur des objectifs

Quand vous étiez plus jeune, vous est-​il arrivé de tomber amoureux de quelqu’un ? Faites une croix (×) en face de la caractéristique qui vous semblait la plus attirante chez cette personne.

AUCUNE de ces caractéristiques n’est mauvaise en soi. Chacune a son charme. Mais n’est-​il pas vrai que, lorsqu’on est en proie à une passion d’adolescent, on a tendance à s’arrêter aux qualités les plus superficielles, comme celles de la colonne de gauche ?

Toutefois, en mûrissant, on exerce davantage ses facultés de perception pour s’interroger sur des aspects plus importants, comme ceux de la colonne de droite. Par exemple, on se rend compte que la plus mignonne des filles du quartier n’est peut-être pas des plus digne de confiance ou que le garçon le plus populaire de la classe n’est peut-être pas d’une grande droiture. Si vous avez passé la fleur de la jeunesse, vous regardez certainement au-delà des apparences pour répondre à la question : “ Est-​ce la bonne personne pour moi ? ”

Connaissez-​vous d’abord vous-​même

Avant de pouvoir vous demander qui serait la bonne personne pour vous, il faut bien vous connaître vous-​même. Pour cela, interrogez-​vous :

 Quels sont mes points forts ? ․․․․․

Quels sont mes points faibles ? ․․․․․

Quels sont mes besoins affectifs et spirituels ? ․․․․․

Ce n’est pas simple de se connaître soi-​même, mais ces questions sont une bonne amorce. Plus vous vous connaîtrez, mieux vous serez apte à trouver une personne qui favorisera le développement de vos points forts plutôt que de vos points faibles *. Et si vous pensez l’avoir trouvée ?

N’importe qui fera-​t-​il l’affaire ?

“ Ça te dirait qu’on apprenne à mieux se connaître ? ” À une telle proposition, soit vous faites la grimace, soit vous sautez de joie. Tout dépend de qui elle vient. Admettons que vous disiez oui. Comment savoir par la suite si votre ami(e) est fait(e) pour vous ?

Supposez que vous vouliez vous acheter des chaussures. Vous en trouvez une paire qui vous plaît. Vous les  essayez, mais à votre grande déception, elles vous serrent. Que faites-​vous ? Les prenez-​vous quand même, ou bien en cherchez-​vous d’autres ? C’est évident : vous en cherchez d’autres. Ce serait absurde de vous promener chaussé de souliers qui ne vous vont pas !

C’est pareil pour le choix d’un conjoint. Au fil du temps, il est probable que plus d’une personne du sexe opposé vous plairont. Mais n’importe qui ne conviendra pas. Ce que vous souhaitez, au fond, c’est quelqu’un avec qui vous vous sentirez à l’aise, quelqu’un qui est vraiment compatible avec votre personnalité et vos objectifs (Genèse 2:18 ; Matthieu 19:4-6). Avez-​vous trouvé une telle personne ? Alors, comment savoir si c’est la bonne ?

Au-delà des apparences

Pour répondre, observez votre ami(e) objectivement. Attention, cependant ! Vous risquez de ne voir que ce que vous voulez voir. Prenez donc votre temps. Essayez de percevoir la vraie nature de l’intéressé. Cela vous demandera des efforts. Mais rien de plus normal. Imaginez que vous cherchiez une voiture. Quel soin mettriez-​vous à la choisir ? Ne vous soucieriez-​vous que de son allure extérieure ? Ne serait-​il pas sensé d’y regarder de plus près, de vous renseigner au maximum sur l’état du moteur ?

 Or choisir un conjoint est une démarche autrement plus sérieuse. Pourtant, beaucoup de jeunes gens qui se fréquentent ne vont pas au-delà des apparences. Ils se focalisent vite sur leurs points communs : ‘ On aime la même musique. ’ ‘ On aime les mêmes activités. ’ ‘ On est d’accord sur tout ! ’ Néanmoins, comme nous l’avons dit, si vous avez vraiment passé la fleur de la jeunesse, vous regardez au-delà des aspects superficiels. Vous comprenez qu’il vous faut discerner “ la personne cachée du cœur ”. — 1 Pierre 3:4 ; Éphésiens 3:16.

Ainsi, au lieu de vous extasier d’être d’accord sur tant de choses, il serait plus révélateur d’observer ce qui se passe quand vous n’êtes pas d’accord. En d’autres termes, comment votre ami(e) gère-​t-​il (ou elle) les désaccords ? En insistant sur ses préférences, peut-être avec “ accès de colère ” ou “ injure ” ? (Galates 5:19, 20 ; Colossiens 3:8.) Ou en se montrant raisonnable, c’est-à-dire disposé(e) à céder dans l’intérêt de la paix quand ce n’est pas une affaire de bien ou de mal ? — Jacques 3:17.

Autre élément à considérer : Est-​ce une personne manipulatrice, possessive, jalouse ? Exige-​t-​elle de connaître tous vos faits et gestes ? “ J’entends dire que des jeunes qui se fréquentent se disputent parce que l’un ne supporte pas que l’autre ‘ ne rende pas des comptes ’ constamment, dit Nicole. À mon avis, c’est mauvais signe. ” — 1 Corinthiens 13:4.

De telles interrogations portent sur la personnalité et la conduite. Mais il est tout aussi important de vous renseigner sur la réputation de votre  ami(e). Quelle opinion les autres ont-​ils de lui (ou d’elle) ? Adressez-​vous à ceux qui le (ou la) connaissent depuis quelque temps, comme des chrétiens mûrs de sa congrégation. Ainsi, vous saurez si on rend de lui (ou d’elle) “ un bon témoignage ”. — Actes 16:1, 2.

Il peut être révélateur de mettre par écrit vos observations pour jauger votre ami(e) dans les domaines évoqués jusqu’ici.

Personnalité ․․․․․

Conduite ․․․․․

Réputation ․․․․․

Les encadrés “  Ferait-​il un bon mari pour moi ? ”, page 39, ou “  Ferait-​elle une bonne épouse pour moi ? ”, page 40, vous seront également utiles. Les questions proposées vous aideront à déterminer si votre ami(e) ferait un bon conjoint.

Et si, après mûre réflexion, vous concluez que cette personne n’est pas faite pour vous ? Alors une question grave se pose :

“ Devrions-​nous rompre ? ”

Parfois, la rupture est un soulagement. Voyez le cas de Jill. “ Au début, raconte-​t-​elle, ça me flattait que mon petit ami veuille tout le temps savoir où j’étais, ce que je faisais et avec qui j’étais. Mais c’est arrivé au point que je ne devais plus passer de temps qu’avec lui. Il était même jaloux que je passe du temps avec ma famille, en particulier avec mon père. Lorsque j’ai rompu, j’ai eu l’impression qu’on m’enlevait un poids énorme des épaules ! ”

 Sarah a vécu une situation similaire. Elle s’est peu à peu aperçue que John, le jeune homme qu’elle fréquentait, était sarcastique, exigeant et impoli. “ Un jour, se souvient-​elle, il est arrivé avec trois heures de retard ! Ma mère a ouvert ; sans même la regarder, il a dit : ‘ On y va, on est en retard. ’ Pas : ‘ Je suis en retard ’, mais : ‘ On est en retard. ’ Il aurait dû s’excuser ou s’expliquer. Par-dessus tout, il aurait dû se montrer respectueux envers ma mère ! ” Bien sûr, si elle est isolée, une conduite décevante ne met pas forcément une relation en péril (Psaume 130:3). Mais quand Sarah a constaté que chez John le manque de correction était plus une façon d’être qu’un incident isolé, elle a préféré rompre.

Et si, comme Jill et Sarah, vous vous rendez compte que la personne que vous fréquentez n’est pas le conjoint qu’il vous faut ? Ne faites pas taire vos doutes ! Même si c’est difficile à admettre, le mieux est peut-être de rompre. Proverbes 22:3 déclare : “ Il est astucieux celui qui, ayant vu le malheur, s’est alors caché. ” Si vous observez chez votre ami(e) quelque chose qui constitue un signal d’alarme (voir pages 39 et 40), il est préférable de mettre fin à votre relation, au moins le temps qu’il (ou elle) se corrige. Il est vrai que rompre est plus facile à dire qu’à faire. Mais le mariage est un lien perpétuel. Mieux vaut verser quelques larmes aujourd’hui qu’avoir des regrets toute sa vie !

 Comment le lui annoncer

Comment vous y prendre pour rompre ? Déjà, choisissez un endroit adapté à ce genre de discussion. C’est-à-dire ? Eh bien, réfléchissez à la manière dont vous apprécieriez, vous, qu’on vous traite en pareille situation (Matthieu 7:12). Voudriez-​vous apprendre la nouvelle devant d’autres personnes ? Sûrement pas. À moins que les circonstances ne le recommandent, ne rompez pas par l’intermédiaire d’un répondeur, d’un texto ou d’un e-mail. Choisissez plutôt une heure et un lieu appropriés.

Que dire le moment venu ? L’apôtre Paul a exhorté les chrétiens à se ‘ dire la vérité ’ les uns aux autres (Éphésiens 4:25). Alors ayez du tact, mais soyez ferme. Expliquez clairement pourquoi vous pensez que ça ne marchera pas pour vous. Inutile de passer en revue tout un tas de défauts ou de vous répandre en reproches. Au lieu de dire : “ Tu ne fais pas ceci ” ou “ Tu ne fais jamais cela ”, employez des tournures qui s’en tiennent à ce que vous ressentez : “ Il me faut quelqu’un qui... ” ou “ Je pense qu’on devrait en rester là parce que... ”

Ce n’est pas le moment d’être hésitant ou de vous laisser attendrir. Ne l’oubliez pas, vous avez décidé de rompre pour un motif sérieux. Soyez donc prudent si votre ami(e) tente de vous faire changer d’avis par des formes subtiles de manipulation. “ Quand j’ai rompu, raconte une jeune femme nommée Lori, mon ex-petit ami s’est mis à jouer les dépressifs.  Il voulait sans doute que j’aie pitié de lui. Et en effet, je me sentais coupable. Mais je n’ai pas laissé sa réaction me faire revenir en arrière. ” Comme Lori, soyez résolu. Maintenez votre décision. Que votre non signifie non. — Jacques 5:12.

Les suites

Ne soyez pas surpris si, après la rupture, vous êtes abattu pendant quelque temps. Il est même possible que vous vous sentiez comme le psalmiste qui a dit : “ J’ai perdu contenance, je me suis incliné à l’extrême ; tout le long du jour j’ai circulé, attristé. ” (Psaume 38:6). Des proches bien intentionnés croiront peut-être bon de vous suggérer d’accorder une seconde chance à votre ex-petit(e) ami(e). Mais là encore, attention ! C’est vous, et pas vos amis bien intentionnés, qui devrez vivre avec votre décision. Alors ne craignez pas de rester ferme, même si ce que vous venez de traverser vous attriste.

 Soyez sûr que ces sentiments douloureux finiront par se dissiper. En attendant, pourquoi ne pas essayer ce qui suit pour faire face à la situation ?

Exprimez ce que vous ressentez à un(e) confident(e) * (Proverbes 15:22). Épanchez-​vous auprès de Jéhovah (Psaume 55:22). Restez bien occupé (1 Corinthiens 15:58). Ne vous isolez pas (Proverbes 18:1) ! Recherchez sans tarder la compagnie de personnes encourageantes. Efforcez-​vous de vous concentrer sur des choses positives. — Philippiens 4:8.

Un jour, vous rencontrerez probablement quelqu’un d’autre. Nul doute que vous aborderez les choses de façon encore plus équilibrée. Et à la question : “ Est-​ce la bonne personne pour moi ? ” peut-être pourrez-​vous cette fois répondre oui !

LISEZ ÉGALEMENT À CE SUJET LE CHAPITRE 31 DU VOLUME 1.

DANS LE CHAPITRE SUIVANT

Lorsque vous fréquentez quelqu’un, où vous arrêter dans vos témoignages d’affection ?

[Notes]

^ § 17 D’autres critères d’analyse personnelle figurent dans le chapitre 1, après l’intertitre “ Êtes-​vous prêt pour le mariage ? ”

^ § 45 Vous pouvez trouver de l’aide auprès de vos parents ou d’autres adultes, comme les anciens de la congrégation. Peut-être découvrirez-​vous qu’eux aussi ont essuyé ce genre de déboires quand ils étaient jeunes.

VERSET BIBLIQUE CLÉ

“ Même par ses façons d’agir un garçon se fait connaître — si son action est pure et droite. ” — Proverbes 20:11.

UN CONSEIL

Participez à des activités qui révèlent des qualités personnelles :

● Étudiez la Parole de Dieu ensemble.

● Observez-​vous mutuellement lors des réunions et de la prédication.

● Prenez part au nettoyage de la Salle du Royaume et à des travaux de construction.

LE SAVEZ-​VOUS... ?

Les enquêtes montrent de façon systématique que les mariages entre personnes de religions différentes risquent davantage de mener au divorce.

MON PLAN DE BATAILLE

Ce que je compte faire si un non-croyant m’attire : ․․․․․

Ce que je peux faire pour connaître la réputation de la personne que je fréquente : ․․․․․

Ce que j’aimerais demander à mon père et/ou à ma mère à ce sujet : ․․․․․

QU’EN PENSEZ-​VOUS ?

● Quelles qualités apporteriez-​vous dans le mariage ?

Quelles qualités fondamentales devriez-​vous rechercher chez un conjoint ?

Quelles difficultés pourraient survenir si vous épousiez quelqu’un qui ne partage pas votre foi ?

De quelles façons pourriez-​vous en apprendre plus sur la personnalité, la conduite et la réputation de la personne que vous fréquentez ?

[Entrefilet, page 37]

La façon dont votre ami(e) traite sa famille, c’est la façon dont il (ou elle) vous traitera. ” — Tony.

 [Encadré, page 34]

“ Ne formez pas d’attelage disparate ”

“ Ne formez pas d’attelage disparate avec des non-croyants. ” Vous reconnaissez probablement le bien-fondé de ce principe biblique, exprimé en 2 Corinthiens 6:14. Pourtant, il se peut que vous soyez attiré un jour par un(e) non-croyant(e). Pour quelle raison ? Parfois, c’est juste une attirance physique. “ Je voyais toujours cette fille au cours de sport, raconte Marc. Elle cherchait par tous les moyens à me parler. Ça n’a pas été difficile de devenir amis. ”

Si vous vous connaissez vous-​même et que vous soyez sûr de vos valeurs spirituelles, et si vous êtes assez mûr pour ne pas vous laisser dominer par vos sentiments, vous saurez quoi faire. Une chose est certaine : aussi séduisante, charmante ou apparemment bien soit-​elle, cette personne ne favorisera pas votre amitié avec Dieu. — Jacques 4:4.

Évidemment, quand on a commencé une histoire d’amour, il n’est pas facile d’y renoncer. Cindy en sait quelque chose. “ Je pleurais tous les jours, se souvient-​elle. Je pensais sans arrêt à lui, même pendant les réunions chrétiennes. Je l’aimais tellement que j’aurais préféré mourir que de le perdre. ” Mais rapidement, Cindy a compris que sa mère avait raison de lui déconseiller de fréquenter un non-croyant. “ Heureusement que j’ai rompu, dit-​elle. Je suis absolument persuadée que Jéhovah me donnera ce dont j’ai besoin. ”

Êtes-​vous dans une situation semblable ? Ne l’affrontez pas seul ! Vous pourriez en parler à vos parents. C’est ce qu’a fait Julien la fois où il s’est entiché d’une camarade d’école. “ J’ai finalement recherché l’aide de mes parents, dit-​il. C’était la solution pour que j’arrive à surmonter mes sentiments. ” Les anciens de la congrégation peuvent eux aussi vous aider. Pourquoi ne pas parler de votre souci à l’un d’eux ? — Isaïe 32:1, 2.

 [Encadré/Illustration, page 39]

 Fiche de réflexion

Ferait-​il un bon mari pour moi ?

Les aspects fondamentaux

□ De quelle manière exerce-​t-​il son autorité, s’il en détient une ? — Matthieu 20:25, 26.

□ Quels sont ses objectifs ? — 1 Timothée 4:15.

□ Travaille-​t-​il à ces objectifs actuellement ? — 1 Corinthiens 9:26, 27.

□ Comment se conduit-​il envers les membres de sa famille ? — Exode 20:12.

□ Qui sont ses amis ? — Proverbes 13:20.

□ De quoi parle-​t-​il ? — Luc 6:45.

□ Quel est son rapport à l’argent ? — Hébreux 13:5, 6.

□ Quel genre de divertissements aime-​t-​il ? — Psaume 97:10.

□ Comment manifeste-​t-​il son amour pour Jéhovah ? — 1 Jean 5:3.

Les plus

□ Est-​il travailleur ? — Proverbes 6:9-11.

□ Gère-​t-​il son argent de façon responsable ? — Luc 14:28.

□ A-​t-​il bonne réputation ? — Actes 16:1, 2.

□ A-​t-​il des égards pour les autres ? — Philippiens 2:4.

Les signaux d’alarme

□ Est-​il coléreux ? — Proverbes 22:24.

□ Essaie-​t-​il de vous entraîner à commettre une faute sexuelle ? — Galates 5:19.

□ Est-​il physiquement ou verbalement agressif ? — Éphésiens 4:31.

□ A-​t-​il besoin de consommer de l’alcool pour bien s’amuser ? — Proverbes 20:1.

□ Est-​il jaloux ou égocentrique ? — 1 Corinthiens 13:4, 5.

 [Encadré/Illustration, page 40]

 Fiche de réflexion

Ferait-​elle une bonne épouse pour moi ?

Les aspects fondamentaux

□ De quelle manière manifeste-​t-​elle la soumission dans sa famille et dans sa congrégation ? — Éphésiens 5:21, 22.

□ Comment se conduit-​elle envers les membres de sa famille ? — Exode 20:12.

□ Qui sont ses amis ? — Proverbes 13:20.

□ De quoi parle-​t-​elle ? — Luc 6:45.

□ Quel est son rapport à l’argent ? — 1 Jean 2:15-17.

□ Quels sont ses objectifs ? — 1 Timothée 4:15.

□ Travaille-​t-​elle à ces objectifs actuellement ? — 1 Corinthiens 9:26, 27.

□ Quel genre de divertissements aime-​t-​elle ? — Psaume 97:10.

□ Comment manifeste-​t-​elle son amour pour Jéhovah ? — 1 Jean 5:3.

Les plus

□ Est-​elle travailleuse ? — Proverbes 31:17, 19, 21, 22, 27.

□ Gère-​t-​elle son argent de façon responsable ? — Proverbes 31:16, 18.

□ A-​t-​elle bonne réputation ? — Ruth 3:11.

□ A-​t-​elle des égards pour les autres ? — Proverbes 31:20.

Les signaux d’alarme

□ Est-​elle querelleuse ? — Proverbes 21:19.

□ Essaie-​t-​elle de vous entraîner à commettre une faute sexuelle ? — Galates 5:19.

□ Est-​elle verbalement ou physiquement agressive ? — Éphésiens 4:31.

□ A-​t-​elle besoin de consommer de l’alcool pour bien s’amuser ? — Proverbes 20:1.

□ Est-​elle jalouse ou égocentrique ? — 1 Corinthiens 13:4, 5.

[Illustration, page 30]

Toutes les chaussures ne vous vont pas ; de même, n’importe qui ne fera pas un bon conjoint pour vous.

[Illustration, page 31]

N’est-​ce pas important de regarder au-delà des apparences quand on choisit une voiture ? À combien plus forte raison quand il s’agit de choisir un conjoint !