Aller au contenu

Aller à la table des matières

Que devrais-je savoir sur les amitiés à l’école ?

Que devrais-je savoir sur les amitiés à l’école ?

 CHAPITRE 17

Que devrais-​je savoir sur les amitiés à l’école ?

“ Parfois, en voyant une bande de copains, je pensais : ‘ Ouah ! comme ils s’entendent bien ! J’aimerais trop en faire partie. ’ ” — Joe.

“ Je n’avais aucun problème pour me faire des amis à l’école. C’était facile. Et c’était ça mon problème ! ” — Maria.

 ON A tous besoin d’amis : des personnes avec qui on peut se détendre quand ça va bien et sur qui on peut compter quand ça va mal. Jésus avait des amis ; il se plaisait en leur compagnie (Jean 15:15). Quand il a affronté la mort sur un poteau de supplice, Jean, son ami intime, “ le disciple qu’il aimait ”, était là (Jean 19:25-27 ; 21:20). Ce sont de tels amis qu’il vous faut, des amis qui vous resteront fidèles contre vents et marées !

Vous pensez peut-être en avoir trouvé à l’école — un(e) ou deux camarades avec qui le courant passe, avec qui vous avez des centres d’intérêt communs et avec qui vous aimez discuter. Ils ne vous semblent pas entrer dans la catégorie des “ mauvaises compagnies ”. (1 Corinthiens 15:33.) “ On les voit presque tous les jours, explique Anne. Alors on se sent à l’aise en leur présence. Ce n’est pas comme quand on est en présence de nos frères et sœurs spirituels, où on a quelquefois l’impression qu’on doit se surveiller plus. À l’école, on peut se décontracter. ” Et puis, se pourrait-​il que vous envisagiez la question comme Loïs, qui raconte : “ Je voulais faire voir à mes camarades que les Témoins de Jéhovah ne sont pas si différents que tout le monde le pense, leur prouver qu’on est normaux. ” Est-​ce là des raisons valables de vous lier étroitement avec vos camarades d’école ?

Pourquoi être prudent ?

D’un naturel extraverti, Maria, citée en introduction, s’attirait facilement des amis, mais savait difficilement où fixer  la limite. “ J’aimais être aimée, tant des filles que des garçons, reconnaît-​elle. C’est ainsi que je me suis enlisée dans le monde. ” Loïs a vécu une situation semblable. “ La mentalité des autres a déteint sur moi, dit-​elle. Je me suis mise à agir comme eux. ”

De telles conséquences n’ont rien d’étonnant. Car pour rester ami avec quelqu’un, il faut partager ses centres d’intérêt et ses valeurs. Si vous nouez des liens étroits avec des personnes qui n’adhèrent ni à vos croyances ni à vos principes fondés sur la Bible, cela influencera forcément votre conduite (Proverbes 13:20). Non sans raison, l’apôtre Paul a écrit : “ Ne formez pas d’attelage disparate avec des non-croyants. ” — 2 Corinthiens 6:14.

Ce que vous pouvez faire

Ce conseil signifie-​t-​il que vous devriez éviter vos camarades et vous montrer distant ? Non ! Pour accomplir leur mission de “ fai[re] des disciples de gens d’entre toutes les nations ”, les chrétiens doivent savoir s’entendre avec des hommes et des femmes de toutes races, religions et cultures. — Matthieu 28:19.

L’apôtre Paul a été exemplaire à cet égard. Il savait converser avec des “ gens de toutes sortes ”, même s’il ne partageait pas leurs croyances (1 Corinthiens 9:22, 23). Imitez-​le.  Soyez cordial avec vos camarades. Apprenez à bien communiquer avec eux. Résistez toutefois à l’envie de calquer votre langage et votre conduite sur les leurs. Au contraire, dès que possible, indiquez-​leur respectueusement pourquoi vous préférez vivre selon les normes bibliques. — 2 Timothée 2:25.

Du coup, vous serez différent, ce qui n’est pas facile (Jean 15:19). Mais pourquoi ne pas voir les choses ainsi : Si vous étiez dans un canot de sauvetage entouré de gens en train de se débattre dans l’eau, comment pourriez-​vous réellement les aider ? En abandonnant le canot et en allant à l’eau vous aussi ? Sûrement pas !

 De même, à l’école, vous êtes entouré de personnes qui ne bénéficient pas de la protection que procure l’amitié avec Jéhovah (Psaume 121:2-8). Si vous abandonniez les principes divins pour être proche d’elles, vous ne feriez que mettre en péril votre santé spirituelle et votre propre bonheur (Éphésiens 4:14, 15 ; Jacques 4:4). Il serait tellement mieux d’essayer d’aider vos camarades à vous rejoindre, en quelque sorte, dans le canot, en leur expliquant comment adorer Jéhovah. Franchement, y a-​t-​il meilleure façon de se montrer un véritable ami ?

VERSET BIBLIQUE CLÉ

“ Je fais toutes choses à cause de la bonne nouvelle, afin d’en devenir participant avec d’autres. ” — 1 Corinthiens 9:23.

UN CONSEIL

Si certains de vos camarades veulent bien en savoir plus sur vos croyances, laissez-​les exprimer eux aussi leurs opinions. Écoutez-​les avec sincérité. Quand vous parlez, faites-​le “ avec douceur et profond respect ”. — 1 Pierre 3:15.

LE SAVEZ-​VOUS... ?

Beaucoup de personnes qui servent Dieu aujourd’hui ont découvert les enseignements bibliques grâce à un(e) camarade de classe qui a eu le courage de parler de sa foi.

MON PLAN DE BATAILLE

Ce que je compte faire si je sens que je suis devenu trop proche d’un(e) camarade de classe : ․․․․․

Ce que je compte faire si un(e) camarade de classe ridiculise mes croyances : ․․․․․

Ce que j’aimerais demander à mon père et/ou à ma mère à ce sujet : ․․․․․

QU’EN PENSEZ-​VOUS ?

● Pourquoi, à votre avis, peut-​il paraître plus facile de se faire des amis à l’école que dans la congrégation chrétienne ?

● Quels risques y a-​t-​il à passer des moments de loisir avec un(e) camarade de classe non croyant(e) en dehors des cours ?

● Quels avantages y a-​t-​il à faire savoir à vos camarades que vous êtes Témoin de Jéhovah ?

[Entrefilet, page 143]]

“ À l’école, j’agissais comme les copains, alors c’était facile de lier des amitiés. Mais j’ai tiré leçon de mes erreurs. Maintenant j’ai des amis dans la congrégation, des amis à qui je peux faire confiance. ” — Daniel.

[Illustration, page 146]

Quel est le meilleur moyen d’aider quelqu’un qui se noie : se jeter soi-​même à l’eau ou lui tendre un gilet de sauvetage ?