Aller au contenu

Aller à la table des matières

Partie 2 — Témoins jusque dans la partie la plus lointaine de la terre

Partie 2 — Témoins jusque dans la partie la plus lointaine de la terre

 Chapitre 22

Partie 2 — Témoins jusque dans la partie la plus lointaine de la terre

Les pages 423 à 443 du présent ouvrage traitent de la proclamation du Royaume de 1914 à 1935. Pour les Témoins de Jéhovah, 1914 est l’année où Jésus Christ a été intronisé Roi dans le ciel et a reçu autorité sur les nations. Quand il était sur la terre, Jésus a annoncé que le message du Royaume serait prêché dans le monde entier en dépit d’une persécution virulente, ce qui constituerait l’un des éléments du signe de sa présence en tant que Roi. Que s’est-​il effectivement passé durant les années qui ont suivi 1914?

EN 1914, l’Europe a rapidement sombré dans la Première Guerre mondiale. Puis ce conflit s’est étendu au point de toucher des pays dont le nombre d’habitants, estime-​t-​on, représentait en tout 90 % de la population mondiale. Quelle répercussion les événements liés à ce conflit ont-​ils eue sur la prédication des serviteurs de Jéhovah?

Les sombres années de la Première Guerre mondiale

Pendant les premières années de cette guerre, la prédication a été peu entravée, sauf en Allemagne et en France. On distribuait librement des tracts un peu partout, et on a continué de présenter le “Photo-Drame”, quoique sur une échelle beaucoup plus réduite, après 1914. Aux Antilles britanniques, alors que la fièvre de la guerre gagnait les esprits, le clergé a fait courir le bruit qu’Evander Coward, le représentant de la Société Watch Tower, était un espion allemand; celui-ci a donc été expulsé. L’opposition s’est faite plus vive lorsqu’on a commencé à distribuer le livre Le mystère accompli, en 1917.

Ce livre a rencontré un grand succès auprès du public. En quelques mois seulement, la Société a dû plus que décupler la commande qu’elle avait passée initialement aux imprimeurs. Mais le clergé de la chrétienté était furieux, car ce livre dévoilait ses fausses doctrines. Les ecclésiastiques ont donc profité de l’hystérie provoquée par la guerre pour dénigrer les Étudiants de la Bible auprès des autorités. À travers tous les États-Unis, des hommes et des femmes ont été molestés par la foule, parfois enduits de goudron et recouverts de  plumes, pour avoir distribué des publications éditées par les Étudiants de la Bible. Au Canada, des perquisitions ont eu lieu, et des personnes trouvées en possession de publications de l’Association internationale des Étudiants de la Bible ont été condamnées à de lourdes amendes ou à des peines de prison. Cependant, Thomas J. Sullivan, qui était alors à Port Arthur (Ontario), a relaté qu’en une certaine occasion, alors qu’il était incarcéré pour une nuit, les policiers ont emporté pour eux-​mêmes et leurs amis des publications interdites, et ont ainsi distribué tout le stock dont ils disposaient — soit 500 ou 600 exemplaires environ.

Pas même le siège mondial de la Société Watch Tower n’a été épargné, et des membres du personnel administratif ont été condamnés à de longues peines de prison. Pour leurs ennemis, les Étudiants de la Bible avaient reçu un coup mortel. Ils avaient pour ainsi dire cessé d’accomplir toute œuvre de témoignage susceptible de retenir l’attention du public.

Néanmoins, même derrière les barreaux, les Étudiants de la Bible ont saisi des occasions de parler aux autres détenus des desseins divins. Quand les membres du bureau exécutif de la Société et leurs proches collaborateurs sont arrivés à la prison d’Atlanta (Géorgie), on leur a, dans un premier temps, interdit de prêcher. Toutefois, ils ont discuté de la Bible entre eux, et leur conduite a intrigué les autres détenus. Au bout de quelques mois, le sous-directeur leur a demandé de donner des cours d’instruction religieuse aux prisonniers. L’assistance à ces cours a fini par atteindre 90 personnes environ.

D’autres chrétiens fidèles ont également trouvé des moyens de donner le témoignage pendant ces années de guerre. Dans certains cas, ils ont pu ainsi proclamer le message du Royaume dans des pays où la bonne nouvelle n’avait jamais été prêchée. Ainsi, en 1915, à New York, un Étudiant de la Bible d’origine colombienne a envoyé un exemplaire en espagnol du livre Le divin Plan des Âges à un homme de Bogotá (Colombie). Au bout de six mois, il a reçu une réponse de cet homme, Ramón Salgar. Celui-ci avait étudié attentivement le livre, l’avait apprécié et désirait en recevoir 200 exemplaires en vue de les distribuer. De son côté, frère J. Mayer, de Brooklyn (New York), a posté de nombreux exemplaires en espagnol du tract mensuel L’Étudiant de la Bible. Un grand nombre de ces tracts sont parvenus en Espagne. Par ailleurs, lorsqu’Alfred Joseph a quitté la Barbade pour travailler en Sierra Leone (Afrique occidentale), il a saisi les occasions qui se sont offertes à lui d’y donner le témoignage concernant les vérités bibliques qu’il venait d’apprendre.

Les colporteurs, dont le ministère consistait à rendre visite aux gens à leur domicile et dans les quartiers d’affaires, rencontraient souvent davantage de difficultés. Mais plusieurs sont allés au Salvador, au Honduras et au Guatemala, où, dès 1916, ils ont activement communiqué à autrui les vérités salvatrices. Durant cette période, Fanny Mackenzie, une Anglaise qui était colporteur, s’est rendue deux fois en Extrême-Orient par bateau; elle a fait escale en Chine, au Japon et en Corée pour y distribuer des publications bibliques, puis elle a entretenu par courrier l’intérêt pour le message qu’elle avait suscité chez des personnes bien disposées.

 Toutefois, selon les archives disponibles, le nombre d’Étudiants de la Bible qui prenaient part à la prédication de la bonne nouvelle en 1918 était de 20 % inférieur au nombre enregistré en 1914. Allaient-​ils persister dans leur ministère malgré le dur traitement qui leur avait été infligé durant les années de guerre?

Revivifiés

Le 26 mars 1919, le président de la Société Watch Tower et ses collaborateurs, qui étaient injustement détenus, ont été relaxés. Des dispositions ont rapidement été prises pour promouvoir la proclamation de la bonne nouvelle du Royaume de Dieu dans le monde entier.

En septembre de cette année-​là, à l’assemblée générale de Cedar Point (Ohio), Joseph Rutherford, alors président de la Société, a prononcé un discours soulignant que la proclamation du glorieux Royaume messianique de Dieu constituait l’activité primordiale des serviteurs de Jéhovah.

À l’époque, cependant, ceux qui participaient à cette activité étaient peu nombreux. Certains qui, par crainte, avaient cessé de témoigner en 1918 sont redevenus actifs et quelques autres se sont joints à eux. Mais les archives disponibles montrent qu’en 1919 ils n’étaient que 5 700 environ à donner activement le témoignage dans 43 pays. Pourtant, Jésus avait annoncé ceci: “Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée par toute la terre habitée, en témoignage pour toutes les nations.” (Mat. 24:14). Comment cette prophétie pourrait-​elle s’accomplir? Ils ne le savaient pas, pas plus qu’ils ne savaient pendant combien de temps encore la prédication se poursuivrait. Malgré tout, ceux d’entre eux qui étaient de fidèles serviteurs de Dieu étaient bien décidés à poursuivre l’œuvre. Ils étaient confiants que Jéhovah dirigerait les choses selon sa volonté.

Ils se sont donc mis au travail, remplis de zèle pour l’œuvre qu’ils voyaient esquissée dans la Parole de Dieu. Les rapports disponibles indiquent qu’en trois ans le nombre des prédicateurs du Royaume de Dieu a presque triplé, et en 1922 ils prêchaient diligemment dans 15 pays de plus qu’en 1919.

Un sujet étonnant

Ils proclamaient ce message galvanisant: “Des millions de personnes actuellement vivantes ne mourront jamais.” Frère Rutherford avait présenté un discours sur ce thème en 1918. Tel était aussi le titre d’une brochure de 128 pages publiée en 1920 en anglais. De 1920 à 1925, ce même sujet a été traité à de nombreuses reprises dans le cadre de réunions publiques à travers le monde, partout où des orateurs étaient disponibles, et en plus de 30 langues. Au lieu de dire, comme la chrétienté, que tous les bons iraient au ciel, ce discours attirait l’attention sur l’espérance biblique offerte aux humains obéissants de vivre éternellement sur une terre transformée en paradis (És. 45:18; Rév. 21:1-5). D’autre part, il exprimait la conviction que la réalisation de cette espérance était très proche.

On annonçait ce discours au moyen d’avis dans les journaux et d’affiches. Son thème intriguait les gens. Le 26 février 1922, rien qu’en Allemagne, plus  de 70 000 personnes l’ont écouté en 121 endroits. Il n’était pas rare que l’assistance s’élève à plusieurs milliers de personnes. Par exemple, au Cap (Afrique du Sud), 2 000 personnes se sont massées à l’Opéra pour écouter ce discours. Dans la capitale norvégienne, non seulement la salle de conférences de l’université était comble, mais on avait refusé tant de personnes qu’il a fallu redonner le discours une heure et demie après — à nouveau devant une salle comble.

À Klagenfurt (Autriche), Richard Heide a dit à son père: “Je vais aller écouter ce discours, peu importe ce qu’en disent les gens. Je veux savoir si ce n’est que du bluff ou s’il y a du vrai là-dedans!” Ce qu’il a entendu l’a profondément touché et, peu après, lui et sa sœur, ainsi que leurs parents, faisaient connaître à autrui ce qu’ils avaient appris.

Cependant, le message biblique n’était pas uniquement destiné à l’auditoire des discours publics. Il fallait le communiquer à d’autres encore, non seulement à la population en général, mais aussi aux dirigeants politiques et religieux. Comment y parviendrait-​on?

De puissantes déclarations sont diffusées

Les imprimés ont permis de toucher des millions de personnes qui jusque-​là avaient seulement entendu parler des Étudiants de la Bible et du message qu’ils proclamaient. De 1922 à 1928, on a donné un témoignage efficace au moyen de sept puissantes déclarations imprimées reprenant les résolutions adoptées lors des assemblées annuelles des Étudiants de la Bible. Le tirage total de la plupart de ces résolutions a atteint les 45 à 50 millions d’exemplaires — chiffre vraiment prodigieux pour le petit nombre de prédicateurs du Royaume de l’époque!

La résolution de 1922 s’intitulait “Un appel aux conducteurs des nations!” Elle les mettait au défi de justifier leur prétention de pouvoir apporter la paix, la prospérité et le bonheur aux humains, ou, s’ils n’y parvenaient pas, de reconnaître que seul le Royaume de Dieu dirigé par le Messie en était capable. En Allemagne, cette résolution a été envoyée en recommandé au kaiser allemand  en exil, ainsi qu’au président et à tous les membres du Reichstag; en outre, on en a distribué quelque quatre millions et demi d’exemplaires au public. En Afrique du Sud, Edwin Scott, un sac d’imprimés sur le dos et un bâton à la main pour repousser les chiens méchants, a parcouru 64 villes et distribué à lui seul 50 000 exemplaires de la résolution. Par la suite, dans ce pays, quand les pasteurs de l’Église réformée hollandaise passaient chez les paroissiens pour une collecte, beaucoup leur mettaient un exemplaire de la résolution sous le nez et leur disaient: “Si vous lisiez ceci, vous ne reviendriez pas nous réclamer de l’argent!”

En 1924, on a adopté la résolution intitulée “Acte d’accusation contre le clergé”. Elle dénonçait les enseignements et les pratiques non bibliques du clergé, ainsi que le rôle qu’il avait joué durant la guerre mondiale, et elle exhortait les gens à étudier la Bible pour découvrir par eux-​mêmes les merveilleuses dispositions prises par Dieu pour le bonheur de l’humanité. En Italie, à l’époque, les imprimeurs devaient apposer leur nom sur tous les ouvrages qu’ils éditaient, et ils étaient tenus pour responsables de leur contenu. L’Étudiant de la Bible qui dirigeait l’œuvre en Italie a remis une copie de la résolution aux autorités gouvernementales, qui l’ont examinée et ont aussitôt donné l’autorisation de la faire imprimer et distribuer. De leur côté, les imprimeurs ont accepté de la publier. C’est ainsi que les frères ont pu en distribuer 100 000 en Italie. Ils se sont assurés que le pape et les autres hauts dignitaires du Vatican en reçoivent un exemplaire.

En France, la distribution de cette résolution a entraîné une réaction véhémente et souvent violente du clergé. En Poméranie (Allemagne), un ecclésiastique a attaqué en justice la Société et son représentant, mais le tribunal a rendu un verdict qui lui était défavorable après avoir pris connaissance du texte intégral de la résolution. Au Canada, dans la province de Québec, afin que la distribution du texte de la résolution ne soit pas entravée par les opposants à la vérité, les Étudiants de la Bible l’ont effectuée de très bonne heure, à partir de 3 heures du matin. Quels moments exaltants!

Reconnaissance pour des réponses satisfaisantes

Pendant la Première Guerre mondiale, de nombreux Arméniens ont été chassés sans ménagement de leur foyer et de leur pays natal. À peine une  vingtaine d’années plus tôt, des centaines de milliers de leurs compatriotes avaient déjà été massacrés et d’autres avaient dû fuir pour sauver leur vie. Quelques-uns avaient lu les publications de la Société Watch Tower dans leur pays natal, mais bien davantage ont reçu un témoignage dans les pays où ils se sont réfugiés.

Après tout ce qu’ils avaient subi, beaucoup se demandaient amèrement pourquoi Dieu permet le mal. Cette situation durerait-​elle encore longtemps? Quand prendrait-​elle fin? Certains ont été reconnaissants de découvrir les réponses satisfaisantes que la Bible donne à ces questions. Des groupes d’Étudiants de la Bible arméniens se sont rapidement formés dans diverses villes du Proche-Orient. Leur zèle pour la vérité biblique a touché certains de leurs compatriotes. En Éthiopie, en Argentine et aux États-Unis, d’autres Arméniens ont accepté la bonne nouvelle et ont endossé avec joie la responsabilité de la communiquer à autrui. L’un d’eux, Krikor Hatzakortzian, a répandu le message du Royaume comme pionnier isolé en Éthiopie au milieu des années 30. Un jour, ayant été l’objet d’une accusation mensongère, il a même eu la possibilité de donner le témoignage à l’empereur Hailé Sélassié.

Ils ramènent les précieuses vérités dans leur pays natal

L’ardent désir de communiquer à autrui les précieuses vérités bibliques en a incité beaucoup à retourner dans leur pays natal pour y participer à l’œuvre d’évangélisation. Ils ont réagi comme les personnes originaires de nombreux pays qui se trouvaient à Jérusalem en l’an 33 et qui sont devenues croyantes quand l’esprit saint a incité les apôtres et leurs compagnons à parler en de  nombreuses langues “des choses magnifiques de Dieu”. (Actes 2:1-11.) Ces croyants du Ier siècle ont ramené la vérité dans leur pays d’origine, et c’est aussi ce qu’ont fait les disciples de notre époque.

Des Italiens et des Italiennes qui avaient connu la vérité en dehors de leur pays y sont retournés. Après leur retour d’Amérique, de Belgique ou de France, ils ont proclamé avec zèle le message du Royaume là où ils se sont installés. Des colporteurs du canton suisse du Tessin, où l’on parle italien, se sont également rendus en Italie pour y accomplir leur activité. Malgré leur faible nombre, en travaillant dans l’unité ils ont bientôt parcouru presque toutes les grandes villes et nombre de villages d’Italie. Ils ne comptaient pas les heures qu’ils consacraient à cette œuvre. Convaincus de prêcher les vérités que Dieu voulait faire connaître aux humains, ils se dépensaient souvent du matin au soir pour rencontrer le plus de personnes possible.

Des Grecs qui étaient devenus Étudiants de la Bible en Albanie, pays tout proche du leur, et aussi loin qu’en Amérique, ont eux aussi pensé à leur pays natal. Ils étaient transportés d’apprendre que le culte des images est contraire à la Bible (Ex. 20:4, 5; 1 Jean 5:21), que les pécheurs ne sont pas brûlés dans un enfer de feu (Eccl. 9:5, 10; Ézéch. 18:4; Rév. 21:8) et que le Royaume de Dieu est la seule espérance de l’humanité (Dan. 2:44; Mat. 6:9, 10). Ils étaient impatients de faire connaître ces vérités à leurs compatriotes — en personne ou par courrier. C’est ainsi que des groupes de Témoins de Jéhovah se sont constitués tant en Grèce continentale que dans les îles.

Après la Première Guerre mondiale, des milliers de Polonais sont arrivés en France pour travailler dans les mines de charbon. Les frères français ne les ont pas laissés de côté sous prétexte qu’ils parlaient une autre langue. Ils se sont arrangés pour communiquer les vérités bibliques à ces mineurs et à leurs familles, et le nombre de ceux qui ont accepté le message n’a pas tardé à dépasser celui des Témoins français. Quand, à la suite d’un arrêté d’expulsion gouvernemental, 280 d’entre eux ont dû retourner en Pologne en 1935, cela n’a fait que renforcer la prédication du message du Royaume dans ce pays. Ainsi, en 1935 il y avait 1 090 proclamateurs du Royaume qui participaient à l’œuvre de témoignage en Pologne.

D’autres ont accepté l’invitation de quitter leur terre natale pour aller prêcher à l’étranger.

Des évangélisateurs européens zélés apportent leur aide à l’étranger

Grâce à la coopération internationale, les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) ont entendu parler des vérités réconfortantes relatives au Royaume de Dieu. Durant les années 20 et 30, des frères et sœurs zélés originaires d’Allemagne, d’Angleterre, du Danemark et de Finlande ont donné un grand témoignage dans cette région. Ils ont distribué de nombreuses publications, et des milliers de personnes ont entendu les discours bibliques présentés. On pouvait même capter dans ce qui était alors l’Union soviétique les exposés bibliques régulièrement radiodiffusés en plusieurs langues à partir de l’Estonie.

 Durant les années 20 et 30, des prédicateurs ont volontairement accepté de quitter l’Allemagne pour aller prêcher en Autriche, en Belgique, en Bulgarie, en Espagne, en France, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie. Willy Unglaube était de leur nombre. Après avoir servi pendant un temps au Béthel de Magdeburg, en Allemagne, il est parti comme évangélisateur à plein temps en France, en Algérie, en Espagne, à Singapour, en Malaisie et en Thaïlande.

Quand les Témoins français ont sollicité de l’aide dans les années 30, des colporteurs britanniques ont montré qu’ils comprenaient que la mission de prêcher confiée aux chrétiens exigeait d’eux qu’ils évangélisent non seulement leur propre pays, mais aussi d’autres parties de la terre (Marc 13:10). John Cooke était l’un de ces prédicateurs zélés qui ont répondu à ‘l’appel macédonien’. (Voir Actes 16:9, 10.) Durant les six décennies suivantes, il a prêché en France, en Espagne, en Irlande, au Portugal, en Angola, au Mozambique et en Afrique du Sud. Son frère Eric a quitté son travail à la Barclay’s Bank et s’est joint à lui dans le ministère à plein temps en France; par la suite, il a prêché lui aussi en Espagne et en Irlande, et il a été missionnaire en Rhodésie du Sud (aujourd’hui le Zimbabwe) et en Afrique du Sud.

En mai 1926, deux Anglais, George Wright et Edwin Skinner, ont accepté l’invitation de contribuer à l’expansion de l’œuvre du Royaume en Inde. Ils devaient s’occuper d’un territoire gigantesque comprenant les pays suivants: Afghanistan, Birmanie (Myanmar), Ceylan (aujourd’hui Sri Lanka), Inde et Perse (aujourd’hui Iran). À leur arrivée à Bombay, ils ont découvert ce que sont les pluies de la mousson. Cependant, comme ils ne se souciaient pas outre mesure de leur confort, ils se sont bientôt mis à voyager partout dans le pays pour rencontrer et encourager les Étudiants de la Bible dont ils avaient l’adresse. Ils ont également distribué un grand nombre de publications pour stimuler l’intérêt d’autres personnes. L’œuvre allait bon train. Ainsi, en 1928, au Travancore (Kerala), dans le sud de l’Inde, les 54 proclamateurs du Royaume ont organisé 550 réunions publiques qui ont rassemblé environ 40 000 personnes. En 1929, quatre pionniers de plus ont été envoyés d’Angleterre en Inde pour y soutenir l’œuvre. Et en 1931, trois autres Anglais sont arrivés à Bombay. Ils se sont à maintes reprises efforcés d’atteindre les diverses régions de ce vaste pays, distribuant des publications non seulement en anglais, mais aussi dans les langues indiennes.

Mais que se passait-​il en Europe de l’Est pendant ce temps?

Une moisson spirituelle

Avant la Première Guerre mondiale, des graines de vérité bibliques avaient été semées en Europe de l’Est, et certaines avaient pris racine. En 1908, Andrásné Benedek,  une humble Hongroise, était retournée en Autriche-Hongrie pour communiquer à d’autres les bonnes choses qu’elle avait apprises. Deux ans après, Károly Szabó et József Kiss étaient également revenus dans ce pays et faisaient connaître la vérité biblique surtout dans les régions qui sont devenues plus tard la Roumanie et la Tchécoslovaquie. Malgré l’opposition violente du clergé, des groupes d’étude se sont formés et le témoignage a été largement donné. D’autres se sont joints à eux pour faire la déclaration publique de leur foi, et en 1935 le nombre des prédicateurs du Royaume en Hongrie s’élevait à 348.

La Roumanie a presque doublé de superficie quand la carte de l’Europe a été redessinée par les vainqueurs de la Première Guerre mondiale. Les rapports montrent qu’en 1920 il y avait dans ce pays agrandi quelque 150 groupes d’Étudiants de la Bible auxquels s’associaient 1 700 personnes. L’année suivante, à la célébration du Repas du Seigneur, ce sont presque 2 000 personnes qui ont pris les emblèmes du Mémorial, se déclarant ainsi frères du Christ oints de l’esprit. Ce nombre s’est considérablement accru durant les quatre années suivantes. En 1925, il y a eu 4 185 assistants au Mémorial, et comme la coutume le voulait à l’époque, la plupart d’entre eux ont pris les emblèmes. Cependant, la foi de toutes ces personnes allait être mise à l’épreuve. Se révéleraient-​elles être du “blé” authentique ou factice (Mat. 13:24-30, 36-43)? Accompliraient-​elles vraiment l’œuvre de témoignage que Jésus a confiée à ses disciples? Persévéreraient-​elles dans cette activité malgré l’opposition intense? Seraient-​elles fidèles même lorsque d’autres manifesteraient un esprit semblable à celui de Judas Iscariote?

Le rapport pour 1935 montre que tous n’avaient pas la foi voulue pour endurer. Cette année-​là, 1 188 personnes seulement ont pris part à l’œuvre de témoignage en Roumanie, alors qu’elles étaient deux fois plus nombreuses à prendre les emblèmes au Mémorial. Néanmoins, les fidèles continuaient à se dépenser au service du Maître. Ils communiquaient à d’autres personnes humbles les vérités bibliques qui réjouissaient tant leur cœur. Ils le faisaient notamment en distribuant des publications. De 1924 à 1935, ils avaient déjà laissé plus de 800 000 livres et brochures, sans compter les tracts, aux gens qui manifestaient de l’intérêt.

Qu’en était-​il de la Tchécoslovaquie, qui était devenue une nation en 1918 après l’effondrement de l’Empire austro-hongrois? Un témoignage encore plus grand y était donné en vue de la moisson spirituelle. On y avait déjà prêché en hongrois, en russe, en roumain et en allemand. Puis, en 1922, plusieurs Étudiants de la Bible sont revenus d’Amérique pour prêcher à la population de langue slovaque, et l’année suivante un couple d’Allemands a commencé à concentrer ses efforts sur le territoire tchèque. Des assemblées régulières, quoique petites, ont contribué à encourager et à unir les frères. Grâce à une  meilleure organisation des congrégations pour l’évangélisation de maison en maison mise en place en 1927, l’accroissement s’est fait plus rapide. En 1932, une puissante impulsion a été donnée à l’œuvre par une assemblée internationale tenue à Prague, assemblée qui a réuni environ 1 500 personnes venues de Tchécoslovaquie et de pays voisins. En outre, des foules importantes ont vu une version de quatre heures du “Photo-Drame de la Création” qui a été présentée à travers tout le pays. En une décennie seulement, plus de 2 700 000 publications ont été distribuées aux divers groupes linguistiques de ce pays. Toute cette activité consistant à planter, à cultiver et à arroser sur le plan spirituel a rendu possible la moisson à laquelle 1 198 prédicateurs du Royaume participaient en 1935.

La Yougoslavie (d’abord appelée royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes) était née du redécoupage de l’Europe consécutif à la Première Guerre mondiale. Les rapports montrent que dès 1923 un groupe d’Étudiants de la Bible prêchait à Belgrade. Par la suite, on a présenté le “Photo-Drame de la Création” devant de vastes assistances dans tout le pays. Quand les Témoins de Jéhovah ont été durement persécutés en Allemagne, des pionniers de ce pays sont venus grossir les rangs des prédicateurs en Yougoslavie. Sans se soucier de leur confort, ils sont allés prêcher jusque dans les parties les plus reculées de ce pays montagneux. D’autres pionniers allemands se sont rendus en Bulgarie. Ils ont également fait des efforts pour prêcher la bonne nouvelle en Albanie. Dans tous ces pays, des graines de la vérité du Royaume ont été semées, et  certaines ont produit du fruit. Mais il allait falloir attendre des années pour engranger une moisson importante dans ces pays.

Plus au sud, sur le continent africain, la bonne nouvelle était également répandue par ceux qui appréciaient profondément le privilège d’être témoins du Très-Haut.

La lumière spirituelle brille en Afrique occidentale

Environ sept ans après avoir quitté la Barbade pour aller en Afrique occidentale, où il avait un contrat de travail, un Étudiant de la Bible a écrit au bureau de la Société Watch Tower à New York pour l’informer qu’un bon nombre de personnes s’intéressaient à la Bible. Quelques mois après, le 14 avril 1923, à la demande de frère Rutherford, William Brown, qui prêchait à la Trinité, est arrivé à Freetown (Sierra Leone) avec sa famille.

Des dispositions ont rapidement été prises pour que frère Brown prononce un discours au Wilberforce Memorial Hall. Le 19 avril, environ 500 personnes, pour la plupart des ecclésiastiques de Freetown, se sont réunies dans cette salle. Le dimanche suivant, frère Brown a présenté un autre discours, l’un de ceux que Charles Russell avait souvent donnés: “Voyage en enfer, aller et retour. Qui s’y trouve?” Les discours de frère Brown étaient émaillés de textes bibliques qu’il projetait devant l’auditoire au moyen d’une lanterne magique. Au cours de ses exposés, il répétait souvent: “Ce n’est pas Brown qui le dit, c’est la Bible.” C’est pourquoi il a été surnommé “Brown la Bible”. Après avoir suivi son exposé logique fondé sur les Écritures, quelques paroissiens éminents se sont retirés de l’Église et ont commencé à servir Jéhovah.

Frère Brown a beaucoup voyagé pour inaugurer l’œuvre du Royaume dans d’autres régions. À cette fin, il a prononcé de nombreux discours bibliques, distribué beaucoup de publications et encouragé les autres à faire de même. Son œuvre d’évangélisation l’a amené à parcourir la Côte de l’Or (aujourd’hui le Ghana), le Liberia, la Gambie et le Nigeria. Du Nigeria, d’autres ont emporté le message du Royaume au Bénin (appelé Dahomey à l’époque) et au Cameroun. Frère Brown savait que les gens avaient peu de considération pour ce qu’ils appelaient “la religion de l’homme blanc”. C’est pourquoi au Glover Memorial Hall, à Lagos, il a parlé de l’échec de la chrétienté. Après la réunion, les assistants enthousiastes se sont procuré 3 900 livres pour les lire et les distribuer.

Lorsque frère Brown est arrivé en Afrique occidentale, seulement une poignée de personnes y avaient entendu le message du Royaume. Quand il en est parti 27 ans plus tard, on y dénombrait plus de 11 000 Témoins de Jéhovah. Les mensonges religieux étaient dévoilés; le vrai culte avait pris racine et s’étendait rapidement.

 En remontant la côte orientale de l’Afrique

Dès le début du XXsiècle, certaines des publications de Charles Russell avaient été distribuées dans le sud-est de l’Afrique par des personnes qui avaient accepté quelques-unes des idées développées dans ces livres, idées qu’elles avaient ensuite mélangées à leurs propres conceptions. Il en est résulté des “mouvements Watchtower”, qui n’avaient aucun lien avec les Témoins de Jéhovah. Certains de ces mouvements poursuivaient des fins politiques et suscitaient des soulèvements parmi les Africains. Pendant de nombreuses années, la mauvaise réputation de ces groupes a entravé l’œuvre des Témoins de Jéhovah.

Cependant, bon nombre d’Africains ont discerné le vrai du faux. Des travailleurs itinérants ont apporté la bonne nouvelle du Royaume de Dieu aux pays voisins et l’ont communiquée aux personnes qui parlaient les langues africaines. Dans le sud-est de l’Afrique, la population anglophone a entendu le message principalement grâce aux contacts avec l’Afrique du Sud. Toutefois, dans certains pays, en raison de l’opposition virulente des autorités, opposition entretenue par le clergé de la chrétienté, les Témoins européens ne pouvaient pas prêcher parmi les populations de langues africaines. La vérité s’est malgré tout répandue, même si de nombreuses personnes qui s’intéressaient au message de la Bible avaient besoin d’aide pour bien appliquer ce qu’elles apprenaient.

Certains hauts fonctionnaires n’ont pas pris pour argent comptant les accusations malveillantes portées par le clergé de la chrétienté contre les Témoins. Tel a été le cas d’un préfet de police du Nyassaland (aujourd’hui le Malawi) qui s’est rendu incognito aux réunions tenues par les Témoins indigènes pour voir par lui-​même de quel genre de personnes il s’agissait. Il a été favorablement impressionné. Le gouvernement ayant donné son accord pour qu’un représentant européen s’installe dans le pays, Bert McLuckie, puis son frère Bill, y ont été envoyés au milieu des années 30. Ils sont restés en contact avec les policiers et les préfets de telle sorte que ces fonctionnaires soient bien au courant de ce qu’ils faisaient et ne confondent pas les Témoins de Jéhovah avec les mouvements appelés à tort “mouvements Watchtower”. Dans le même temps, avec Gresham Kwazizirah, un Témoin mûr natif du pays, ils ont aidé patiemment les centaines de personnes désireuses de s’associer aux congrégations à comprendre que l’impureté sexuelle, l’abus de boissons alcooliques et la superstition n’ont  pas de place dans la vie des Témoins de Jéhovah. — 1 Cor. 5:9-13; 2 Cor. 7:1; Rév. 22:15.

En 1930, il n’y avait qu’une centaine de Témoins de Jéhovah dans toute l’Afrique australe. Pourtant, leur territoire comprenait en gros toute la partie de l’Afrique située au sud de l’équateur et quelques régions au nord. Il fallait de véritables pionniers pour prêcher le message du Royaume dans un territoire aussi vaste. Frank et Gray Smith étaient des prédicateurs de cette trempe.

Partant du Cap, ils ont remonté en bateau la côte est sur 4 800 kilomètres, puis ont poursuivi leur voyage en automobile pendant quatre jours sur des routes cahoteuses jusqu’à Nairobi, au Kenya (alors l’Afrique-Orientale anglaise). En moins d’un mois, ils ont distribué 40 cartons de publications bibliques. Mais malheureusement, pendant leur retour, Frank est mort du paludisme. Malgré cela, peu après, Robert Nisbet et David Norman se sont mis en route — cette fois avec 200 cartons de publications — pour prêcher au plus grand nombre possible de personnes au Kenya et en Ouganda, ainsi qu’au Tanganyika et à Zanzibar (qui forment maintenant la Tanzanie). D’autres expéditions semblables ont permis de répandre le message du Royaume à l’île Maurice et à Madagascar, dans l’océan Indien, ainsi qu’à Sainte-Hélène, dans l’Atlantique. Des graines de vérité ont été semées, mais elles n’ont pas immédiatement germé et poussé partout.

D’Afrique du Sud, la prédication de la bonne nouvelle s’est également étendue jusqu’au Basutoland (aujourd’hui le Lesotho), au Bechuanaland (aujourd’hui le Botswana) et au Swaziland, et ce dès 1925. Environ huit ans plus tard, quand des pionniers ont de nouveau prêché au Swaziland, Sobhuza II leur a réservé un accueil royal. Il a rassemblé sa garde personnelle composée d’une centaine de soldats, a écouté un témoignage complet, puis s’est procuré toutes les publications de la Société que les frères avaient sur eux.

Petit à petit, le nombre des Témoins de Jéhovah s’est accru dans cette partie du monde. D’autres prédicateurs se sont joints au petit groupe de ceux qui avaient inauguré l’œuvre en Afrique au début du siècle, et en 1935, sur le continent africain, 1 407 prédicateurs du Royaume de Dieu remettaient des rapports d’activité. Un bon nombre d’entre eux se trouvaient en Afrique du Sud et au Nigeria. On trouvait d’autres groupes importants de personnes qui se disaient Témoins de Jéhovah au  Nyassaland (aujourd’hui le Malawi), en Rhodésie du Nord (aujourd’hui la Zambie) et en Rhodésie du Sud (aujourd’hui le Zimbabwe).

Durant cette période, on a aussi prêté attention aux pays de langues espagnole et portugaise.

La prédication en espagnol et en portugais

C’est pendant la Première Guerre mondiale que La Tour de Garde a commencé de paraître en espagnol. Elle portait l’adresse d’un bureau situé à Los Angeles (Californie, États-Unis) qui avait été ouvert pour s’occuper tout particulièrement de la prédication aux hispanophones. Les membres de ce bureau se dépensaient beaucoup afin d’aider ces personnes qui manifestaient de l’intérêt pour le message, tant aux États-Unis que dans les pays situés plus au sud.

Juan Muñiz, qui était devenu un serviteur de Jéhovah en 1917, a été encouragé par frère Rutherford en 1920 à quitter les États-Unis et à retourner en Espagne, son pays natal, pour y organiser la prédication du Royaume. Cependant, il n’a obtenu que des résultats limités, non pas à cause d’un manque de zèle de sa part, mais parce que la police ne cessait de le suivre. Au bout de quelques années, il a donc été envoyé en Argentine.

Au Brésil, quelques adorateurs de Jéhovah prêchaient déjà. Huit humbles marins avaient connu la vérité pendant une escale à New York. Quand ils ont été de retour au Brésil début 1920, ils communiquaient avec zèle le message biblique à autrui.

George Young, un Canadien, a été envoyé au Brésil en 1923. Il a beaucoup contribué à ce que l’œuvre prenne de l’essor. En donnant de nombreux discours publics à l’aide d’interprètes, il a montré ce que la Bible dit sur la condition des morts, il a dévoilé que le spiritisme est une forme de démonisme, et il a expliqué ce que Dieu se propose de faire pour le bonheur de toutes les familles de la terre. Ses exposés étaient des plus persuasifs, car, parfois, il projetait sur un écran les textes bibliques examinés pour que ses auditeurs puissent les lire dans leur propre langue. Pendant le séjour de frère Young au Brésil, Bellona Ferguson, de São Paulo, a pu finalement se faire baptiser, ainsi que quatre de ses enfants. Elle attendait ce moment depuis 25 ans. Parmi ceux qui ont embrassé la vérité, certains se sont rendus disponibles pour participer à la traduction de publications en portugais, si bien qu’avant longtemps il y avait un large éventail de publications dans cette langue.

En 1924, frère Young a quitté le Brésil pour se rendre en Argentine, où il a fait distribuer gratuitement 300 000 publications en espagnol dans 25 grandes villes. Au cours de la même année, il s’est rendu au Chili, au Pérou et en Bolivie pour distribuer des tracts.

George Young n’a pas tardé à s’en aller vers d’autres pays. Cette fois, il s’agissait de l’Espagne et du Portugal. Après avoir été présenté par l’ambassadeur britannique aux autorités espagnoles, il a pu prendre des dispositions pour que frère Rutherford s’exprime en public à Barcelone et à Madrid, ainsi que dans la capitale du Portugal. Après ces discours, plus de 2 350 personnes ont  donné leurs nom et adresse pour obtenir davantage de renseignements. Par la suite, le texte de l’exposé a été publié dans l’un des plus grands journaux d’Espagne, et il a été envoyé sous forme de tract par la poste un peu partout dans le pays. Il a également été publié dans la presse portugaise.

Ainsi, le message s’est répandu bien au delà des frontières de l’Espagne et du Portugal. À la fin de 1925, on entendait parler de la bonne nouvelle aux îles du Cap-Vert (aujourd’hui la République du Cap-Vert), à Madère, en Afrique-Orientale portugaise (aujourd’hui le Mozambique), en Afrique-Occidentale portugaise (aujourd’hui l’Angola), et sur certaines îles de l’océan Indien.

L’année suivante, on a fait publier la puissante résolution intitulée “Un témoignage aux conducteurs des peuples” dans le journal espagnol La Libertad. On a intensifié le témoignage au moyen d’émissions radiophoniques, en distribuant des livres, des brochures et des tracts, et en présentant le “Photo-Drame de la Création”. En 1932, plusieurs pionniers anglais ont répondu à l’invitation d’apporter leur aide dans ce territoire, et ils ont parcouru systématiquement de grandes régions du pays pour distribuer des publications bibliques jusqu’à ce que la guerre civile espagnole les contraigne à partir.

Pendant ce temps, dès son arrivée en Argentine, frère Muñiz s’était mis à prêcher, tout en exerçant le métier d’horloger pour subvenir à ses besoins. Il n’a pas seulement prêché en Argentine, mais aussi au Chili, au Paraguay et en Uruguay. À sa demande, quelques frères sont venus d’Europe pour donner le témoignage à la population d’expression allemande. Des années plus tard, Carlos Ott a rapporté qu’ils commençaient leur journée de service à 4 heures du matin en glissant des tracts sous chaque porte dans un certain territoire. Plus tard dans la journée, ils rendaient visite aux gens pour leur donner le témoignage de façon plus détaillée et proposer davantage de publications bibliques à ceux qui manifestaient de l’intérêt pour le message. De Buenos Aires, ceux qui étaient ministres à plein temps se sont disséminés dans le pays, d’abord en suivant les lignes de chemin de fer qui rayonnaient à partir de la capitale, puis en utilisant tout moyen de transport disponible. Ils avaient très peu sur le plan matériel et rencontraient bien des difficultés, mais ils étaient riches sur le plan spirituel.

L’un de ces prédicateurs zélés d’Argentine était un Grec du nom de Nicolás Argyrós. Au début des années 30, quand il a obtenu quelques publications de la Société Watch Tower, il a été particulièrement impressionné par une brochure intitulée Enfer, dans laquelle les questions suivantes servaient d’intertitres: “De quoi s’agit-​il? Qui s’y trouve? Peut-​on en sortir?” Il a été étonné de voir que cette brochure ne décrivait pas les pécheurs en train de rôtir sur un gril. Quelle surprise pour lui d’apprendre que l’enfer de feu était un mensonge religieux destiné à effrayer les gens, comme cela avait été son cas! Il n’a pas tardé à communiquer la vérité, d’abord aux Grecs, puis, maîtrisant mieux l’espagnol, aux autres. Chaque mois, il consacrait entre 200 et 300 heures à parler de la bonne nouvelle. À pied et par toutes sortes de moyens de transport, il a  répandu les vérités bibliques dans 14 des 22 provinces de l’Argentine. Au cours de ses déplacements, il dormait dans un lit quand on lui offrait l’hospitalité, mais souvent à la belle étoile, voire dans une étable où un âne lui servait de réveil!

Un autre prédicateur qui avait le véritable esprit pionnier était Richard Traub, qui avait connu la vérité à Buenos Aires. Il était impatient de proclamer la bonne nouvelle de l’autre côté des Andes, au Chili. En 1930, cinq ans après son baptême, il est arrivé dans ce pays où il était le seul Témoin parmi 4 000 000 d’habitants. Au début, il n’avait qu’une Bible pour prêcher, mais cela ne l’a pas empêché de commencer à aller de maison en maison. Il n’y avait pas de réunions auxquelles il aurait pu assister; c’est pourquoi, le dimanche, à l’heure habituelle de la réunion, il gravissait le mont San Cristóbal, s’asseyait à l’ombre d’un arbre, et se plongeait dans l’étude individuelle et la prière. Quand il a trouvé un appartement, il a commencé à y inviter les gens pour les réunions. Il n’y a eu qu’un seul assistant à la première, Juan Flores, qui lui a demandé: “Et les autres, quand viendront-​ils?” Frère Traub a simplement répondu: “Ils viendront.” Et ils sont effectivement venus. En moins d’un an, 13 personnes se sont fait baptiser.

Quatre ans après, deux chrétiennes Témoins de Jéhovah qui ne s’étaient jamais rencontrées se sont organisées pour prêcher ensemble la bonne nouvelle en Colombie. Après une année d’activité productive dans ce pays, Hilma Sjoberg a dû retourner aux États-Unis. Kathe Palm, quant à elle, a embarqué pour le Chili, et elle a profité des 17 jours de mer pour donner le témoignage à l’équipage et aux passagers. Durant la décennie suivante, elle a prêché d’Arica, la ville portuaire la plus septentrionale du Chili, jusqu’à sa région la plus méridionale, en Terre de Feu. Elle s’est rendue dans les quartiers d’affaires et a donné le témoignage à des membres du gouvernement. Un sac plein de publications sur le dos et quelques articles indispensables sous le bras, comme une couverture pour la nuit, elle a atteint les camps miniers et les fermes les plus reculées. Elle menait une authentique existence de pionnière. Et d’autres encore, célibataires, mariés, jeunes et moins jeunes, avaient ce même esprit.

En 1932, on s’est particulièrement efforcé de répandre le message du Royaume dans les pays d’Amérique latine où l’on avait encore peu prêché. Cette année-​là, on a largement distribué la brochure Le Royaume, l’Espérance du Monde. Elle contenait le texte d’un discours qui avait déjà été diffusé par un réseau international de stations de radio. Maintenant, environ 40 000 exemplaires de ce texte étaient distribués au Chili, 25 000 en Bolivie, 25 000 au Pérou, 15 000 en Équateur, 20 000 en Colombie, 10 000 à Saint-Domingue (aujourd’hui la République dominicaine), et 10 000 à Porto Rico. Sans conteste, le message du Royaume était proclamé avec force.

En 1935, dans toute l’Amérique du Sud, les Témoins n’étaient que 247 à  proclamer à l’unisson que seul le Royaume de Dieu apportera le bonheur véritable aux humains. Mais quel témoignage ils donnaient!

Ils prêchent même dans les régions les plus reculées

Les Témoins de Jéhovah ne pensaient en aucun cas qu’il suffisait de parler à leurs voisins immédiats pour assumer leur responsabilité devant Dieu. Ils s’efforçaient de communiquer la bonne nouvelle à tous.

Les gens qui vivaient dans des lieux inaccessibles aux Témoins ont été touchés autrement. Ainsi, à la fin des années 20, les Témoins du Cap (Afrique du Sud) ont envoyé 50 000 brochures à tous les fermiers, gardiens de phare, gardes forestiers et autres personnes habitant dans des lieux difficiles d’accès. On s’est aussi procuré un annuaire postal à jour de tout le Sud-Ouest africain (aujourd’hui la Namibie), et on a envoyé un exemplaire de la brochure Le Bienfaiteur de l’homme à chaque personne dont le nom y figurait.

En 1929, la Société Watch Tower a confié la goélette Morton à Frank Franske et l’a envoyé, avec Jimmy James, prêcher au Labrador et dans tous les ports de Terre-Neuve. Pendant l’hiver, frère Franske se déplaçait souvent le long de la côte en traîneau tiré par des chiens. Pour couvrir le coût des publications qu’il leur laissait, les Esquimaux et les Terre-Neuviens lui donnaient des articles de cuir et du poisson, par exemple. Quelques années plus tard, il s’est efforcé de rencontrer les mineurs, les bûcherons, les trappeurs, les propriétaires de ranch et les Indiens en Colombie britannique, dans la région accidentée du Cariboo. Au cours de ses déplacements, il chassait pour se procurer de la viande, ramassait des baies sauvages et faisait cuire son pain dans une poêle sur un feu de camp. Un jour, un autre pionnier et lui ont embarqué à bord d’un bateau pour la pêche au saumon et ils ont prêché le message du Royaume dans chaque île, crique, camp de bûcherons, phare et petit village le long de la côte occidentale du Canada. Il n’a été que l’un des nombreux prédicateurs qui ont fait des efforts particuliers pour toucher les personnes vivant dans les parties reculées de la terre.

À partir de la fin des  années 20, Frank Day est remonté vers le nord en prêchant et en laissant des publications dans les villages de l’Alaska; il vendait des lunettes pour subvenir à ses besoins. Bien que boitant sur une jambe artificielle, il a parcouru une région qui s’étendait de Ketchikan à Nome, villes distantes d’environ 1 900 kilomètres. Dès 1897, un ouvrier d’une mine d’or avait obtenu des exemplaires de L’Aurore du Millénium et de La Tour de Garde en Californie et il s’était proposé de les rapporter en Alaska. Et en 1910, le capitaine Beams, patron d’un baleinier, avait distribué des publications dans ses ports d’escale en Alaska. Mais la prédication n’a commencé à s’étendre que lorsque frère Day a effectué ses nombreuses tournées d’été en Alaska pendant plus de 12 ans.

À l’aide d’un bateau à moteur de 12 mètres nommé Esther, deux autres Témoins ont remonté la côte norvégienne en prêchant jusque dans l’arctique. Ils ont donné le témoignage dans les îles, les phares, les villages côtiers et les localités isolées perdues dans les montagnes. De nombreuses personnes leur ont fait bon accueil, et en un an ils ont pu distribuer entre 10 000 et 15 000 livres et brochures expliquant ce que Dieu se propose de faire pour les humains.

Les îles entendent les louanges de Jéhovah

Le témoignage n’a pas été donné seulement sur ces îles proches des continents. En plein milieu de l’océan Pacifique, au début des années 30, Sydney Shepherd a navigué deux ans pour prêcher sur les îles Cook et à Tahiti. Plus à l’ouest, George Winton proclamait la bonne nouvelle aux Nouvelles-Hébrides (aujourd’hui Vanuatu).

Vers la même époque, Joseph Dos Santos, un Américain d’origine portugaise, est parti vers des territoires vierges. Il a tout d’abord prêché sur les îles Hawaii; puis il a entrepris une tournée de prédication autour du monde. Quand il est arrivé aux Philippines, cependant, il a reçu une lettre de frère  Rutherford lui demandant d’y demeurer pour établir et organiser l’activité de prédication du Royaume. C’est ce à quoi il s’est attaché pendant les 15 années suivantes.

C’était alors la filiale d’Australie qui s’occupait de l’œuvre dans la région du Pacifique Sud. Elle a envoyé deux pionniers qui ont donné un grand témoignage aux Fidji en 1930-​1931. Les Samoa ont reçu le témoignage en 1931. La Nouvelle-Calédonie a été atteinte en 1932. Un couple de pionniers d’Australie s’est même rendu en Chine en 1933, et il a prêché dans 13 grandes villes de ce pays en quelques années.

Les Témoins australiens ont compris qu’ils pourraient faire davantage s’ils disposaient d’un bateau. Ils ont donc armé un ketch de 16 mètres qu’ils ont baptisé Lightbearer (Porteur de lumière) et qui, à partir du début de 1935, a servi de base arrière pendant plusieurs années à un groupe de frères zélés qui ont prêché aux Indes néerlandaises (aujourd’hui l’Indonésie), à Singapour et en Malaisie. L’arrivée de ce bateau était toujours remarquée, ce qui permettait souvent aux frères de commencer à prêcher et de distribuer de nombreuses publications.

À la même époque, en 1935, de l’autre côté de la terre deux pionnières danoises avaient décidé de passer des vacances aux îles Féroé, dans l’Atlantique Nord. Toutefois, elles n’avaient pas seulement l’intention d’admirer le paysage. Elles ont emporté des milliers de publications et en ont fait bon usage. Affrontant le vent, la pluie et l’hostilité du clergé, elles ont parcouru le maximum d’îles habitées pendant leur séjour.

Plus à l’ouest, Georg Lindal, un Canadien d’origine islandaise, s’est rendu dans un territoire pour une durée bien plus longue. Sur le conseil de frère Rutherford, il s’est installé en Islande pour y faire œuvre de pionnier en 1929. De quelle endurance il a fait preuve! Pendant la plus grande partie des 18 années suivantes, il y a prêché seul, parcourant les villes et les villages encore et encore. Il a distribué des dizaines de milliers de publications, mais pendant tout ce temps aucun Islandais ne s’est joint à lui dans le service de Jéhovah. Excepté pendant une période d’un an, pas un Témoin ne s’est joint à lui en Islande. Cela a duré jusqu’en 1947, date à laquelle sont arrivés deux missionnaires formés à Galaad.

Quand les hommes interdisent ce que Dieu ordonne

Quand les Témoins effectuaient leur ministère public, il n’était pas rare, surtout des années 20 aux années 40 comprises, qu’ils rencontrent de l’opposition, laquelle était généralement suscitée par les ecclésiastiques de l’endroit et parfois par les autorités.

Dans une région au nord de Vienne (Autriche), les Témoins se sont retrouvés face à une foule hostile de villageois excités par un prêtre de la localité, qui était lui-​même soutenu par la police. Les prêtres étaient résolus à ne pas laisser les Témoins de Jéhovah prêcher dans leurs villages. Mais les Témoins,  déterminés à remplir la mission que Dieu leur avait confiée, changeaient d’itinéraire et revenaient un autre jour et par des chemins détournés.

Quelles que soient les menaces et les exigences des hommes, les Témoins de Jéhovah savaient qu’ils avaient l’obligation devant Dieu de proclamer son Royaume. Ils voulaient obéir à Dieu comme à un chef plutôt qu’aux hommes (Actes 5:29). Là où les autorités essayaient de les priver de la liberté religieuse, ils envoyaient tout simplement des renforts.

En 1929, à la suite d’arrestations répétées dans une région de Bavière (Allemagne), ils ont loué deux trains spéciaux — l’un au départ de Berlin, l’autre de Dresde. Ces deux convois se sont rejoints à Reichenbach, et à 2 heures du matin un train unique est entré dans la région de Regensburg avec 1 200 passagers impatients de donner le témoignage. Le prix du billet était élevé, mais chacun avait payé le sien. À chaque gare, un groupe descendait. Beaucoup avaient emporté leur bicyclette pour s’enfoncer dans la campagne. Toute la région a été parcourue en un seul jour. En voyant le résultat de leurs efforts concertés, ils n’ont pas pu s’empêcher de penser à cette promesse que Dieu a faite à ses serviteurs: “Toute arme qui sera formée contre toi sera vouée à l’insuccès.” — És. 54:17.

Les Témoins allemands étaient si zélés qu’entre 1919 et 1933 ils ont distribué, estime-​t-​on, au moins 125 000 000 de livres, brochures et périodiques, ainsi que des millions de tracts. Pourtant, il n’y avait qu’environ 15 000 000 de familles en Allemagne à l’époque. Durant cette période, l’Allemagne a reçu un témoignage aussi complet que tout autre pays. C’est dans cette partie de la terre qu’on a trouvé l’une des plus fortes proportions de personnes qui se déclaraient disciples du Christ oints de l’esprit. Mais pendant les années suivantes, ils ont également subi certaines des épreuves les plus dures visant à briser leur intégrité. — Rév. 14:12.

En 1933, l’opposition des autorités allemandes à l’œuvre des Témoins de Jéhovah s’est beaucoup intensifiée. La Gestapo a perquisitionné à plusieurs reprises dans des foyers de Témoins de Jéhovah et au bureau de la filiale. Dans la plupart des États allemands, l’activité des Témoins a été interdite et certains ont été arrêtés. On a brûlé publiquement des tonnes de leurs Bibles et de leurs publications bibliques. Le 1er avril 1935, une loi nationale interdisant les Ernste Bibelforscher (Étudiants sincères de la Bible, ou Témoins de Jéhovah) est entrée en vigueur. On s’est efforcé de leur ôter systématiquement leurs moyens de subsistance. En conséquence, les Témoins se sont mis à tenir toutes leurs réunions par petits groupes, se sont organisés pour reproduire leurs manuels d’étude biblique sous des formes que la Gestapo ne reconnaîtrait pas facilement, et ont adopté des méthodes de prédication plus discrètes.

Avant même ces événements, depuis 1925, les frères d’Italie vivaient sous une dictature fasciste et, en 1929, un concordat avait été signé entre l’Église catholique et l’État fasciste. Les vrais chrétiens étaient pourchassés sans pitié. Certains se réunissaient dans des granges et des greniers pour ne pas être arrêtés. Les Témoins de Jéhovah étaient très peu nombreux en Italie à cette époque;  cependant, ils ont reçu de l’aide pour répandre le message du Royaume quand, en 1932, 20 Témoins sont venus de Suisse pour une distribution éclair de 300 000 exemplaires de la brochure Le Royaume, l’Espérance du Monde.

En Extrême-Orient également la tension montait. Au Japon, des Témoins de Jéhovah ont été arrêtés. À Séoul (dans ce qui est aujourd’hui la République de Corée) et à Pyongyang (l’actuelle République démocratique populaire de Corée), les autorités ont détruit un grand nombre de leurs publications bibliques.

Alors que les difficultés augmentaient, en 1935 les Témoins de Jéhovah ont clairement compris grâce à la Bible l’identité de la “grande multitude”, ou “grande foule”, dont il est question en Révélation 7:9-17 (Sy, MN). Cette compréhension leur a montré qu’ils devaient accomplir une œuvre urgente à laquelle ils n’avaient pas songé (És. 55:5). Ils ont cessé de penser que tous ceux qui ne faisaient pas partie du “petit troupeau” des héritiers du Royaume céleste auraient plus tard la possibilité de conformer leur vie aux exigences de Jéhovah (Luc 12:32). Ils ont compris que le moment était venu de faire de ces personnes des disciples, afin qu’elles survivent et entrent dans le monde nouveau promis par Dieu. Ils ne savaient pas combien de temps durerait le rassemblement de cette grande foule dont les membres viendraient de toutes les nations, mais ils pensaient que la fin du système méchant était très proche. Ils ignoraient aussi comment ils pourraient effectuer l’œuvre face à la persécution qui s’étendait et se faisait plus virulente. Mais ce dont ils étaient sûrs, c’est que ‘la main de Jéhovah n’étant pas trop courte’, il leur donnerait les moyens d’accomplir sa volonté. — És. 59:1.

En 1935, les Témoins de Jéhovah étaient relativement peu nombreux: 56 153 seulement dans le monde entier.

Ils prêchaient dans 115 pays cette année-​là; mais dans près de la moitié de ces pays, il y avait moins de dix Témoins. Deux pays seulement comptaient plus de 10 000 Témoins de Jéhovah actifs (les États-Unis, 23 808; l’Allemagne, 10 000, estime-​t-​on sur la base des 19 268 rapports qui avaient pu être remis deux ans auparavant). Sept autres pays (Australie, Canada, France, Grande-Bretagne, Pologne, Roumanie et Tchécoslovaquie) signalaient entre 1 000 et 6 000 Témoins. Les rapports d’activité de 21 autres pays montrent qu’il s’y trouvait entre 100 et 1 000 Témoins. Cependant, durant cette seule année, ce groupe de Témoins zélés a consacré 8 161 424 heures à proclamer que le Royaume de Dieu est la seule espérance de l’humanité.

En plus des pays où ils prêchaient en 1935, ils avaient déjà fait connaître la bonne nouvelle en d’autres lieux, si bien qu’à cette date 149 pays et groupes d’îles avaient entendu le message du Royaume.

[Entrefilet, page 424]

Même en prison, ils ont saisi des occasions de prêcher.

[Entrefilet, page 425]

Bien décidés à poursuivre l’œuvre!

[Entrefilet, page 441]

Elles ont affronté le vent, la pluie et l’hostilité du clergé.

[Entrefilet, page 442]

Un témoignage a été donné sur une échelle extraordinaire en Allemagne avant que l’œuvre des “Ernste Bibelforscher” n’y soit interdite.

[Carte/Illustrations, page 423]

Tandis que le monde sombrait dans la guerre, Robert Hollister et Fanny Mackenzie communiquaient sans relâche un message de paix aux habitants de la Chine, de la Corée et du Japon.

[Carte]

(Voir la publication)

CORÉE

JAPON

CHINE

OCÉAN PACIFIQUE

[Carte, page 428]

(Voir la publication)

Quand des émigrés originaires des pays indiqués sur cette carte ont appris les merveilleux bienfaits que Dieu a prévu de procurer aux humains, ils se sont sentis poussés à retourner dans ces pays pour y proclamer cette nouvelle.

↓ ↓

LES AMÉRIQUES

AUTRICHE

BULGARIE

CHYPRE

TCHÉCOSLOVAQUIE

DANEMARK

FINLANDE

ALLEMAGNE

GRÈCE

HONGRIE

ITALIE

PAYS-BAS

NORVÈGE

POLOGNE

PORTUGAL

ROUMANIE

ESPAGNE

SUÈDE

SUISSE

TURQUIE

YOUGOSLAVIE

[Carte, page 432]

(Voir la publication)

Durant les années 20 et 30, des évangélisateurs ont quitté l’Allemagne pour donner le témoignage dans de nombreux pays.

ALLEMAGNE

↓ ↓

AMÉRIQUE DU SUD

AFRIQUE DU NORD

ASIE

[Carte/Illustrations, page 435]

Des pionniers zélés comme Frank Smith et son frère Gray (photographie du haut) ont fait connaître la bonne nouvelle en remontant la côte orientale de l’Afrique.

[Carte]

(Voir la publication)

OUGANDA

KENYA

TANZANIE

AFRIQUE DU SUD

[Carte/Illustration, page 439]

Dans tout le Sud-Ouest africain (aujourd’hui la Namibie), des personnes ont reçu cette brochure par la poste en 1928.

[Carte]

(Voir la publication)

NAMIBIE

[Carte/Illustrations, page 440]

Avec le “Lightbearer”, des pionniers zélés ont proclamé le message du Royaume dans l’Asie du Sud-Est.

[Carte]

(Voir la publication)

MALAISIE

BORNÉO

CÉLÈBES

SUMATRA

JAVA

TIMOR

NOUVELLE-GUINÉE

AUSTRALIE

OCÉAN PACIFIQUE

[Illustrations, page 426]

Dans de nombreux pays, le discours intitulé “Des millions de personnes actuellement vivantes ne mourront jamais” a attiré de vastes auditoires.

[Illustrations, page 427]

À lui seul, Edwin Scott a distribué 50 000 exemplaires de la résolution intitulée “Un appel aux conducteurs des nations!” en Afrique du Sud.

[Illustration, page 429]

En réponse à l’appel pour des évangélisateurs, Willy Unglaube est allé prêcher en Europe, en Afrique et en Extrême-Orient.

[Illustrations, page 430]

En 1992, Eric Cooke et son frère John (assis) avaient passé chacun plus de 60 ans dans le service à plein temps; ils ont vécu des moments exaltants en Europe et en Afrique.

[Illustration, page 431]

Quand il s’est rendu en Inde en 1926, Edwin Skinner s’est vu confier un territoire qui comprenait cinq pays; il a fidèlement continué d’y prêcher pendant 64 ans.

[Illustration, page 433]

Alfred et Frieda Tuček, munis de leurs effets personnels et de publications pour la prédication, ont été pionniers dans l’ancienne Yougoslavie.

[Illustrations, page 434]

Dans toute l’Afrique occidentale, “Brown la Bible” a vigoureusement contribué à dévoiler le faux culte.

[Illustration, page 436]

George Young a contribué à la proclamation du Royaume de Dieu en Amérique du Sud, en Espagne et au Portugal.

[Illustration, page 437]

Juan Muñiz (à gauche), qui prêchait en Amérique du Sud depuis 1924, était là pour accueillir Nathan Knorr lors de sa première visite en Argentine, plus de 20 ans après.

[Illustration, page 438]

Nicolás Argyrós a fait connaître la vérité libératrice de la Bible dans 14 provinces d’Argentine.

[Illustrations, page 439]

Par la route et par la mer, Frank Franske s’est efforcé d’atteindre les petits villages isolés pour y faire connaître la vérité biblique.