Évangile selon Matthieu 9​:​1-38

9  Jésus monta dans le bateau, refit la traversée et se rendit dans sa ville+.  Et voici que des gens lui amenèrent un homme paralysé, allongé sur un brancard. En voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Courage, mon enfant ! Tes péchés sont pardonnés+. »  Certains scribes se dirent : « Cet homme blasphème+. »  Sachant ce qu’ils pensaient, Jésus leur demanda : « Pourquoi avez-​vous ces mauvaises pensées+ ?  Qu’est-​ce qui est plus facile à dire : “Tes péchés sont pardonnés” ou bien “Lève-​toi et marche+” ?  Mais, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés... » Alors il dit au paralysé : « Lève-​toi, prends ton brancard et rentre chez toi+. »  Il se leva donc et repartit chez lui.  En voyant cela, les foules furent remplies de crainte, et elles glorifièrent Dieu d’avoir donné un tel pouvoir aux hommes.  Après être parti de là, Jésus aperçut un homme appelé Matthieu assis au bureau des impôts, et il lui dit : « Suis-​moi. » Alors Matthieu se leva et le suivit+. 10  Plus tard, pendant que Jésus prenait un repas* dans la maison, beaucoup de collecteurs d’impôts et de pécheurs vinrent manger avec lui et ses disciples+. 11  En voyant cela, les pharisiens dirent à ses disciples : « Pourquoi votre enseignant mange-​t-​il avec des collecteurs d’impôts et des pécheurs+ ? » 12  Les ayant entendus, Jésus leur dit : « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin d’un médecin, mais les malades+. 13  Allez donc apprendre ce que signifie : “Je veux la miséricorde, et non les sacrifices+.” Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » 14  Puis les disciples de Jean vinrent lui demander : « Nous et les pharisiens, nous avons l’habitude de jeûner. Pourquoi tes disciples, eux, ne jeûnent-​ils pas+ ? » 15  Jésus leur répondit : « Les amis du marié+ n’ont aucune raison d’être en deuil tant que le marié est avec eux, n’est-​ce pas ? Mais un jour, le marié leur sera enlevé+, et alors ils jeûneront. 16  Personne ne coud un morceau de tissu non rétréci sur un vieux vêtement* ; sinon le morceau neuf tire sur le vêtement, et la déchirure s’agrandit+. 17  On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres ; sinon les outres éclatent, le vin se répand, et les outres sont perdues. Mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et les deux se conservent. » 18  Tandis qu’il leur disait ces choses, un certain chef s’approcha. Il s’inclina devant lui et lui dit : « Ma fille est sans doute déjà morte. Mais viens poser ta main sur elle, et elle revivra+. » 19  Jésus se leva et le suivit, accompagné de ses disciples. 20  Et, voyez, une femme qui souffrait de pertes de sang+ depuis 12 ans s’approcha de lui par-​derrière et toucha la frange* de son vêtement*+, 21  car elle se disait : « Si seulement je touche son vêtement, je serai guérie*+. » 22  Jésus se retourna, la vit et lui dit : « Courage, ma fille ! Ta foi t’a guérie*+. » Et immédiatement, la femme fut guérie+. 23  Quand il arriva chez le chef et qu’il vit les joueurs de flûte et une foule bruyante+, 24  Jésus dit : « Sortez d’ici, car l’enfant n’est pas morte. Elle dort+. » Mais ils se mirent à se moquer de lui. 25  Une fois la foule dehors, il entra. Il prit la main de l’enfant+, et elle se leva+. 26  Naturellement, la nouvelle se répandit dans toute la région. 27  Alors que Jésus partait de là, deux aveugles+ le suivirent, en criant : « Aie pitié de nous, Fils de David ! » 28  Après que Jésus fut entré dans la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et il leur demanda : « Croyez-​vous que je peux faire cela+ ? » Ils lui répondirent : « Oui, Seigneur. » 29  Alors il leur toucha les yeux, en disant : « Qu’il vous soit fait selon votre foi. » 30  Et leurs yeux s’ouvrirent+. Puis Jésus leur dit fermement : « Surtout, que personne ne l’apprenne+. » 31  Mais après être sortis, ils parlèrent de lui dans toute la région. 32  Au moment où ils s’en allaient, voyez, on lui amena un homme muet possédé par un démon+. 33  Après que le démon fut expulsé, le muet parla+. Alors la foule fut stupéfaite ; les gens disaient : « On n’a jamais rien vu de pareil en Israël+. » 34  Mais les pharisiens affirmaient : « C’est par le moyen du chef des démons qu’il expulse les démons+. » 35  Et Jésus faisait le tour de toutes les villes et de tous les villages : il enseignait dans les synagogues, prêchait la bonne nouvelle du Royaume et guérissait toutes sortes de maladies et de handicaps+. 36  En voyant les foules, il en eut pitié+, parce qu’elles étaient écorchées et négligées* comme des brebis sans berger+. 37  Alors il dit à ses disciples : « La moisson est grande, mais les ouvriers ne sont pas nombreux+. 38  Priez donc le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson+. »

Notes

Ou « était étendu à table ».
Ou « vêtement de dessus ».
Ou « le bout », « le bord », « les pompons ».
Ou « vêtement de dessus ».
Ou « sauvée ».
Ou « sauvée ».
Ou « dépouillées et éparpillées ».

Notes d'étude

dans sa ville : C’est-à-dire Capharnaüm, le point d’attache de Jésus en Galilée (Mt 4:13 ; Mc 2:1). Cette ville n’était pas loin de Nazareth, où il a grandi ; de Cana, où il a changé de l’eau en vin ; de Naïn, où il a ressuscité le fils d’une veuve ; et de Bethsaïde, la ville près de laquelle il a nourri miraculeusement environ 5 000 hommes et a rendu la vue à un aveugle.

voyez : Le mot grec idou, traduit ici par « voyez », est souvent utilisé pour attirer l’attention sur ce qui suit et inciter le lecteur à s’imaginer la scène ou à s’arrêter sur un détail du récit. Il permet aussi de produire une accentuation ou d’introduire une information nouvelle ou surprenante. Dans cette édition, ce mot grec a été rendu de différentes manières en fonction du contexte et, dans certains cas, il n’a pas été traduit. Les livres des Écritures grecques chrétiennes qui emploient le plus ce terme sont les Évangiles de Matthieu et de Luc et le livre de la Révélation. Une expression équivalente est souvent utilisée dans les Écritures hébraïques.

voici que : Grec idou (voir note d’étude sur Mt 1:20).

voyant leur foi : L’emploi du pronom pluriel grec traduit par « leur » montre que Jésus a remarqué la grande foi qui animait tout le groupe, et pas seulement l’homme paralysé.

mon enfant : Expression utilisée par Jésus comme terme d’affection (2Tm 1:2 ; Tt 1:4 ; Phm 10).

Qu’est-​ce qui est plus facile : Il était facile pour n’importe qui de dire : « Tes péchés sont pardonnés », puisqu’il n’y aurait aucune preuve visible qui viendrait appuyer cette déclaration. Mais dire : Lève-​toi et marche nécessitait un miracle, ce qui montrerait clairement à tous que Jésus avait le pouvoir non seulement de guérir les malades, mais aussi de pardonner les péchés. Ce récit, tout comme Is 33:24, établit un lien entre la maladie et notre condition de pécheurs.

Fils de l’homme : Ou « Fils d’un humain ». Cette expression apparaît environ 80 fois dans les Évangiles. Jésus se l’est appliquée à lui-​même, manifestement pour souligner qu’il était réellement un humain, né d’une femme, et qu’il était l’équivalent exact du premier humain, Adam, et avait ainsi le pouvoir de racheter l’humanité du péché et de la mort (Rm 5:12, 14, 15). Cette expression désignait également Jésus comme étant le Messie, ou le Christ (Dn 7:13, 14 ; voir lexique).

Fils de l’homme : Voir note d’étude sur Mt 8:20.

pardonner les péchés... : Les points de suspension signalent que Jésus s’est arrêté au milieu de sa phrase, puis il a achevé sa démonstration de manière magistrale en guérissant publiquement l’homme paralysé.

Matthieu : Le nom grec rendu par « Matthieu » est probablement une forme abrégée du nom hébreu rendu par « Matitia » (1Ch 15:18), qui signifie « don de Jéhovah ».

Matthieu : Aussi appelé Lévi (voir notes d’étude sur Mc 2:14 ; Lc 5:27).

Suis-​moi : Le verbe grec utilisé dans cette exhortation a pour sens fondamental « suivre celui qui précède », « se joindre à sa suite » ; mais ici, il signifie « suivre quelqu’un en étant son disciple ».

Matthieu : Voir notes d’étude sur le titre de Mt et sur Mt 10:3.

bureau des impôts : Ou « bureau de perception ». Ce pouvait être un petit bâtiment ou une sorte de cabine où le collecteur d’impôts s’asseyait et recueillait les taxes sur les exportations, les importations ainsi que sur les biens transportés par les marchands dans le pays. Le bureau des impôts de Matthieu se trouvait à Capharnaüm ou dans ses environs.

Suis-​moi : Voir note d’étude sur Mc 2:14.

prit un repas : Ou « s’étendit à table ». S’étendre à table avec quelqu’un signifiait qu’on entretenait avec lui des relations étroites. Par conséquent, à l’époque de Jésus, les Juifs n’auraient jamais pris un repas avec des personnes qu’ils méprisaient, par exemple des pécheurs, des collecteurs d’impôts ou des non-Juifs.

collecteurs d’impôts : Beaucoup de Juifs prélevaient les impôts pour le compte des autorités romaines. On les haïssait non seulement parce qu’ils collaboraient avec une puissance étrangère détestée, mais aussi parce qu’ils exigeaient plus que le taux officiel de l’impôt. Les autres Juifs évitaient généralement de côtoyer les collecteurs d’impôts et les reléguaient au rang des pécheurs et des prostituées (Mt 11:19 ; 21:32).

prenait un repas : Voir note d’étude sur Mc 2:15.

la maison : Il s’agit de la maison de Matthieu (Mc 2:14, 15 ; Lc 5:29).

collecteurs d’impôts : Voir note d’étude sur Mt 5:46.

pécheurs : La Bible montre que tous les humains sont pécheurs (Rm 3:23 ; 5:12). Ici, le terme « pécheurs » est donc utilisé dans un sens plus restreint. Il désigne apparemment ceux qui avaient la réputation de pratiquer le péché, qu’il s’agisse de péchés d’ordre moral ou d’actes illégaux (Lc 7:37-39 ; 19:7, 8). On appliquait aussi ce terme aux non-Juifs, et les pharisiens l’appliquaient aux Juifs qui ne suivaient pas les traditions rabbiniques (Jean 9:16, 24, 25).

la miséricorde, et non les sacrifices : Par deux fois, Jésus a cité ces mots d’Os 6:6 (ici et en Mt 12:7). Matthieu, un collecteur d’impôts méprisé qui est devenu un proche collaborateur de Jésus, est le seul évangéliste à rapporter cette citation ainsi que l’exemple du serviteur sans pitié (Mt 18:21-35). Son Évangile fait ressortir que Jésus a insisté à plusieurs reprises sur la nécessité d’ajouter aux sacrifices la miséricorde.

jeûnez : Jeûner, c’est ne rien manger pendant un temps donné (voir lexique). Jésus n’a jamais ordonné à ses disciples de jeûner ; il ne leur a pas non plus interdit de le faire. Sous la Loi mosaïque, des Juifs animés de bons mobiles jeûnaient pour montrer qu’ils recherchaient l’aide de Jéhovah ou qu’ils se repentaient de leurs péchés (1S 7:6 ; 2Ch 20:3).

l’habitude de jeûner : Voir note d’étude sur Mt 6:16.

Les amis du marié : Litt. « les fils de la chambre nuptiale » ; il s’agit d’une expression idiomatique qui désigne ceux qui sont invités au mariage, et plus particulièrement les amis du marié.

vin [...] dans des outres : Aux temps bibliques, il était courant de conserver le vin dans des peaux de bêtes qu’on appelle des outres (1S 16:20). Il s’agissait de peaux entières d’animaux domestiques, comme des brebis ou des chèvres. En vieillissant, le cuir devenait raide et perdait son élasticité. Les outres neuves, par contre, pouvaient s’étirer et gonfler, et donc résister à la pression engendrée par le processus de fermentation du vin nouveau (voir lexique à « outre »).

s’inclina devant lui : Ou « lui rendit hommage », « lui rendit honneur ». Dans les Écritures hébraïques, il est aussi question de personnes qui se sont inclinées lorsqu’elles se sont trouvées en présence de prophètes, de rois ou d’autres représentants de Dieu (1S 25:23, 24 ; 2S 14:4-7 ; 1R 1:16 ; 2R 4:36, 37). Le lépreux reconnaissait manifestement qu’il s’adressait à un représentant de Dieu qui avait le pouvoir de guérir. Il était approprié qu’il s’incline afin de montrer son respect pour le futur Roi désigné par Jéhovah (Mt 9:18 ; pour en savoir plus sur le mot grec utilisé ici, voir note d’étude sur Mt 2:2).

un certain chef : Le nom de ce « chef » (grec arkhôn) est Jaïre ; cette information est fournie par les récits parallèles de Marc et de Luc, où il est aussi appelé « président de la synagogue » (Mc 5:22 ; Lc 8:41).

s’inclina devant lui : Ou « lui rendit hommage », « lui rendit honneur » (voir note d’étude sur Mt 8:2).

pertes de sang : Il s’agissait sans doute d’un écoulement menstruel continu. L’état de cette femme la rendait impure selon la Loi mosaïque. Elle n’était donc pas censée toucher les autres (Lv 15:19-27).

ma fille : Ce récit est le seul où Jésus s’adresse à une femme en l’appelant « ma fille », peut-être parce que la situation était délicate et que cette femme était « toute tremblante » (Lc 8:47 ; Mc 5:33). En utilisant ce terme d’affection — qui ne donne aucune indication sur l’âge de cette femme —, Jésus montre clairement la tendre sollicitude qu’il a pour elle.

n’est pas morte. Elle dort : Dans la Bible, la mort est souvent comparée au sommeil (Ps 13:3 ; Jean 11:11-14 ; Ac 7:60 ; 1Co 7:39 ; 15:51 ; 1Th 4:13). Jésus était sur le point de ramener à la vie la fille de Jaïre. Il a donc peut-être dit qu’elle dormait parce qu’il allait démontrer que, tout comme des gens peuvent être réveillés d’un profond sommeil, ils peuvent être ressuscités d’entre les morts. Le pouvoir de Jésus de ressusciter cette fille venait de son Père, « qui rend la vie aux morts et qui parle des choses qui ne sont pas encore comme si elles étaient déjà » (Rm 4:17).

n’est pas morte. Elle dort : Voir note d’étude sur Mc 5:39.

fils de David : Cette expression indique que Jésus était le descendant de David qui devait hériter du royaume dont il est question dans l’alliance que Jéhovah avait faite avec David (2S 7:11-16 ; Ps 89:3, 4).

David, le roi : Bien que plusieurs rois soient mentionnés dans cette généalogie, David est le seul à qui on associe le titre de « roi ». La dynastie royale qui a commencé avec David était appelée « la famille de David » (1R 12:19, 20). En appelant Jésus « fils de David » au verset 1, Matthieu met en avant le thème du Royaume et désigne Jésus comme l’héritier de la royauté promise dans l’alliance davidique (2S 7:11-16).

Fils de David : En appelant Jésus « Fils de David », ces hommes reconnaissent que Jésus est l’héritier du trône de David, et donc qu’il est le Messie (voir notes d’étude sur Mt 1:1, 6).

enseignait [...] prêchait : Enseigner ne signifie pas la même chose que prêcher, car l’enseignant fait davantage que proclamer un message : il instruit, explique, démontre par des arguments convaincants et apporte des preuves (voir notes d’étude sur Mt 3:1 ; 28:20).

la bonne nouvelle : Première occurrence du mot grec euaggélion, traduit par « évangile » dans certaines Bibles françaises. Le mot euaggélistês, qui lui est apparenté et qui est rendu par « évangélisateur », signifie « prédicateur de la bonne nouvelle » (Ac 21:8 ; Éph 4:11, note ; 2Tm 4:5, note).

enseignait [...] prêchait : Voir note d’étude sur Mt 4:23.

la bonne nouvelle : Voir note d’étude sur Mt 4:23.

eut pitié : Le verbe grec splagkhnizomaï, traduit par « eut pitié », dérive d’un mot qui signifie « intestins » (splagkhna) et qui emporte l’idée d’un sentiment ressenti au plus profond de son corps, d’une émotion intense. En grec, c’est un des mots les plus forts servant à rendre l’idée de compassion.

écorchées : Le terme grec original signifie « dépouillé » ou « ayant la peau arrachée », ce qui suggère l’image d’une brebis dont la peau a été lacérée par un animal sauvage ou a été déchirée parce qu’elle erre au milieu des ronces et des rochers tranchants. Avec le temps, le terme grec a pris un sens figuré ; il signifie « maltraité », « harcelé », « blessé ».

négligées : L’image utilisée ici est celle de brebis qui sont jetées à terre, sans défense et épuisées. Elle illustre l’état de la foule, qui était démoralisée et sans défense, et qui se sentait oubliée.

Documents multimédias

Rive nord de la mer de Galilée, vue en direction du nord-ouest
Rive nord de la mer de Galilée, vue en direction du nord-ouest

1. Plaine de Génésareth. C’était un triangle de terre fertile qui longeait la mer sur environ 5 km et s’enfonçait dans les terres sur environ 2,5 km. Jésus marchait le long du rivage dans cette région quand il a invité les pêcheurs Pierre, André, Jacques et Jean à l’accompagner dans son ministère (Mt 4:18-22).

2. Selon la tradition, c’est ici que Jésus a prononcé le Sermon sur la montagne (Mt 5:1 ; Lc 6:17, 20).

3. Capharnaüm. Jésus s’est installé dans cette ville, et c’est là ou dans les environs qu’il a vu Matthieu et l’a invité à le suivre (Mt 4:13 ; 9:1, 9).

Jésus invite Matthieu à être son disciple
Jésus invite Matthieu à être son disciple

Après avoir enseigné une foule à Capharnaüm, Jésus aperçoit le collecteur d’impôts Matthieu, qui est assis au bureau des impôts. Les collecteurs d’impôts étaient méprisés, car beaucoup d’entre eux s’enrichissaient injustement aux dépens du peuple. Mais Jésus voit en Matthieu quelque chose de bon, et il l’invite à être son disciple. Matthieu accepte immédiatement, devenant ainsi le cinquième disciple à se joindre à Jésus dans son ministère (Mt 4:18-22 ; Lc 5:1-11, 27, 28). Plus tard, Jésus choisira de faire de lui un de ses 12 apôtres (Mt 10:2-4 ; Mc 3:16-19). L’Évangile de Matthieu porte la marque de son parcours. Par exemple, Matthieu est très précis quand il parle d’argent, de chiffres et de montants (Mt 17:27 ; 26:15 ; 27:3). Il met également l’accent sur la miséricorde de Dieu, qui lui a permis, à lui, un collecteur d’impôts méprisé, de se repentir et de devenir un ministre de la bonne nouvelle (Mt 9:9-13 ; 12:7 ; 18:21-35).

Peau d’animal servant à la conservation du vin
Peau d’animal servant à la conservation du vin

Les outres étaient souvent faites avec une peau entière de brebis, de chèvre ou de bœuf. Après avoir abattu l’animal, on lui coupait la tête et les pattes, et, pour éviter de lui ouvrir le ventre, on lui retirait la peau avec précaution. On tannait ensuite la dépouille et on cousait toutes les ouvertures, sauf celle du cou ou d’une patte, qui servirait de goulot et qu’on fermerait avec un bouchon ou une cordelette. Les outres étaient utilisées pour le transport ou la conservation non seulement du vin, mais aussi du lait, du beurre, du fromage, de l’huile ou de l’eau.

Synagogue du 1er siècle
Synagogue du 1er siècle

Cette reconstitution intègre des éléments architecturaux d’une synagogue du 1er siècle découverte à Gamala, à une dizaine de kilomètres au NE de la mer de Galilée. Elle permet de savoir à quoi pouvait ressembler une synagogue à l’époque.