Évangile selon Matthieu 22​:​1-46

22  Jésus leur parla de nouveau en utilisant des exemples. Il leur dit :  « Le royaume des cieux peut être comparé à un roi qui a préparé un grand repas de mariage+ pour son fils.  Il a envoyé ses serviteurs appeler ceux qui étaient invités au repas de mariage, mais ils ont refusé de venir+.  Il a envoyé d’autres serviteurs en leur disant : “Dites aux invités : ‘J’ai préparé le repas ; mes taureaux et mes bêtes grasses ont été abattus, et tout est prêt. Venez au repas de mariage.’”  Mais ils n’ont pas tenu compte de l’invitation : l’un est allé à son champ, un autre à son commerce+.  Et les autres ont saisi ses serviteurs, les ont maltraités, puis les ont tués.  « Le roi s’est mis en colère et il a envoyé ses armées tuer ces meurtriers et brûler leur ville+.  Puis il a dit à ses serviteurs : “Le repas de mariage est prêt, mais les invités n’en ont pas été dignes+.  Allez donc sur les routes menant hors de la ville et invitez au repas de mariage tous ceux* que vous trouverez+.” 10  Alors les serviteurs sont sortis sur les routes et ils ont rassemblé tous ceux qu’ils ont trouvés, les mauvais comme les bons. Et la salle où la fête avait lieu a été remplie d’invités*. 11  « Quand le roi est entré pour examiner les invités, il a aperçu un homme qui ne portait pas de vêtement de mariage. 12  Il lui a donc dit : “Comment as-​tu fait pour entrer ici sans vêtement de mariage ?” L’homme n’a rien répondu. 13  Alors le roi a dit à ses serviteurs : “Attachez-​lui les pieds et les mains, et jetez-​le dehors, dans l’obscurité. Là, il pleurera et grincera des dents.” 14  « Car il y en a beaucoup qui sont invités, mais peu qui sont choisis. » 15  Alors les pharisiens partirent et complotèrent afin de le prendre au piège dans ses paroles+. 16  Ils envoyèrent donc leurs disciples, avec des membres du parti d’Hérode+, lui dire : « Enseignant, nous savons que tu dis la vérité, que ce que tu enseignes à propos de Dieu est vrai, et que tu ne cherches l’approbation de personne, car tu ne t’arrêtes pas à l’apparence des gens. 17  Dis-​nous donc ce que tu en penses : est-​il permis* ou non de payer l’impôt* à César ? » 18  Mais connaissant leur méchanceté, Jésus leur répondit : « Pourquoi me tendez-​vous un piège, hypocrites ? 19  Montrez-​moi la pièce avec laquelle on paie l’impôt. » Ils lui apportèrent un denier. 20  Il leur demanda : « Ce visage et cette inscription, de qui sont-​ils ? » 21  Ils répondirent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc les choses de César à César, mais les choses de Dieu à Dieu+. » 22  Quand ils entendirent cela, ils furent très étonnés. Puis ils le laissèrent et partirent. 23  Ce jour-​là, les sadducéens, qui disent qu’il n’y a pas de résurrection+, vinrent lui demander+ : 24  « Enseignant, Moïse a dit : “Si un homme meurt sans avoir eu d’enfant, son frère doit se marier avec sa veuve et donner une descendance à cet homme+.” 25  Or il y avait chez nous sept frères. Le premier s’est marié, puis est mort. Comme il n’avait pas de descendance, il a laissé sa femme à son frère. 26  Il s’est passé la même chose pour le deuxième, puis pour le troisième, et finalement pour tous les sept. 27  La femme est morte en dernier. 28  À la résurrection, duquel des sept sera-​t-​elle donc la femme ? Car tous l’ont eue pour femme. » 29  Jésus leur répondit : « Vous êtes dans l’erreur, parce que vous ne connaissez ni les Écritures ni la puissance de Dieu+. 30  Car à la résurrection, les hommes ne se marieront pas et les femmes ne seront pas données en mariage, mais ils seront comme des anges dans le ciel+. 31  À propos de la résurrection des morts, n’avez-​vous pas lu ce que Dieu a dit à votre intention : 32  “Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob+” ? Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants+. » 33  La foule, qui écoutait, était ébahie par son enseignement+. 34  Après avoir appris qu’il avait réduit au silence les sadducéens, les pharisiens vinrent le voir tous ensemble*. 35  L’un d’eux, un spécialiste de la Loi, lui demanda pour lui tendre un piège : 36  « Enseignant, quel est le plus grand commandement de la Loi+ ? » 37  Il lui répondit : « “Tu dois aimer Jéhovah ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée+.” 38  C’est le plus grand et le premier commandement. 39  Et voici le deuxième, qui lui ressemble : “Tu dois aimer ton prochain comme toi-​même+.” 40  Ces deux commandements sont la base de toute la Loi et des Prophètes+. » 41  Comme les pharisiens étaient rassemblés là, Jésus leur demanda+ : 42  « Que pensez-​vous du Christ ? De qui est-​il le fils ? » Ils lui répondirent : « De David+. » 43  Il leur demanda : « Alors pourquoi David l’appelle-​t-​il Seigneur quand il dit sous inspiration+ : 44  “Jéhovah a dit à mon Seigneur : ‘Assieds-​toi à ma droite jusqu’à ce que je mette tes ennemis sous tes pieds+’” ? 45  Si donc David l’appelle Seigneur, comment peut-​il être son fils+ ? » 46  Personne ne put lui répondre quoi que ce soit. Et à partir de ce jour-​là, plus personne n’osa l’interroger.

Notes

Ou « autant de personnes ».
Ou « de gens étendus à table ».
Ou « bien ».
Ou « impôt par tête ».
Ou p.-ê. « avec eux ».

Notes d'étude

exemples : Ou « paraboles ». Le mot grec parabolê, qui signifie littéralement « action de placer à côté (de rapprocher) », peut désigner une parabole, un proverbe ou un exemple. Jésus a souvent expliqué une chose en la « plaçant à côté » d’une chose similaire, en les comparant (Mc 4:30). Ses exemples étaient brefs, et il s’agissait généralement de récits fictifs dont on pouvait tirer une vérité morale ou spirituelle.

exemples : Ou « paraboles » (voir note d’étude sur Mt 13:3).

vêtement de mariage : Comme il s’agissait d’un mariage royal, il est possible que le roi ait fourni des vêtements spéciaux à ses invités. Dans ce cas, ne pas porter ces vêtements aurait été un grave manque de respect.

grinceront des dents : Ou « serreront les dents », « crisseront des dents ». Cette expression emporte entre autres l’idée de chagrin, de désespoir et de colère, qui peuvent s’accompagner de paroles acerbes et d’actes violents.

grincera des dents : Voir note d’étude sur Mt 8:12.

le prendre au piège : Litt. « le piéger », comme un oiseau dans un filet (cf. Ec 9:12, où la Septante utilise le même terme de chasse pour traduire en grec un mot hébreu qui signifie « prendre au piège », « piéger »). Les pharisiens se sont servis de la flatterie et de questions sournoises (Mt 22:16, 17) dans le seul but d’obtenir une réponse qu’ils pourraient utiliser contre Jésus.

membres du parti d’Hérode : Voir lexique.

impôt : Ou « impôt par tête ». Impôt prélevé chaque année par les Romains auprès de toutes les personnes recensées (Lc 2:1-3). Son montant s’élevait probablement à un denier, c’est-à-dire une journée de salaire pour un ouvrier.

César : Ou « l’empereur ». L’empereur romain qui était en fonction pendant le ministère terrestre de Jésus était Tibère. Mais le terme « César » ne désignait pas uniquement l’empereur régnant. Il pouvait aussi désigner l’autorité civile romaine, c’est-à-dire l’État, avec ses représentants officiels ; ils sont appelés « autorités supérieures » par Paul, et le « roi » et ses « gouverneurs » par Pierre (Rm 13:1-7 ; 1P 2:13-17 ; Tt 3:1 ; voir lexique).

hypocrites : Le mot grec hupokritês désignait au départ les acteurs de théâtre grecs (et plus tard romains) qui portaient de grands masques conçus pour amplifier leur voix. Avec le temps, ce mot en est venu à être utilisé dans un sens métaphorique pour parler d’une personne qui cache ses véritables intentions ou sa personnalité en utilisant la tromperie ou en jouant la comédie. Ici, Jésus applique le terme « hypocrites » aux chefs religieux juifs (Mt 6:5, 16).

hypocrites : Voir note d’étude sur Mt 6:2.

denier : Pièce de monnaie romaine en argent qui portait une inscription de César. Sa valeur correspondait à l’« impôt par tête » que les Romains prélevaient auprès des Juifs (Mt 22:17, note). Au temps de Jésus, les ouvriers agricoles recevaient généralement un denier pour une journée de travail de 12 heures. Les Écritures grecques chrétiennes utilisent souvent le denier comme unité de référence pour indiquer la valeur monétaire ou le prix de quelque chose (Mt 20:2 ; Mc 6:37 ; 14:5 ; Ré 6:6). Différentes pièces de monnaie en cuivre ou en argent étaient en circulation en Israël, par exemple des pièces en argent fabriquées à Tyr, qui servaient à payer l’impôt destiné au Temple. Cependant, pour payer l’impôt aux Romains, les Juifs utilisaient apparemment le denier en argent, qui portait le visage de César (voir lexique et app. B14).

Ce visage et cette inscription : Sur le côté face d’un denier de cette époque, on voyait généralement la tête de l’empereur romain Tibère (qui a régné de 14 à 37 de n. è.) portant une couronne de laurier, ainsi que l’inscription suivante (en latin) : « Tibère César Auguste, fils du divin Auguste » (voir aussi app. B14).

Rendez : Ou « payez ». Étant donné que César faisait fabriquer les pièces, il était en droit d’en redemander une partie. Par contre, il n’avait pas le droit d’exiger d’une personne qu’elle lui voue sa vie. C’est Dieu qui a donné aux humains « la vie et le souffle et toutes choses » (Ac 17:25). Une personne ne peut donc « rendre » sa vie qu’à Dieu, en se vouant à lui, car Dieu seul est en droit d’exiger un attachement sans partage.

les choses de César à César : C’est le seul épisode de la Bible (voir aussi récits parallèles, en Mc 12:17 et en Lc 20:25) où Jésus parle de l’empereur romain. Les « choses de César » comprennent le paiement pour les services rendus par les autorités civiles, ainsi que l’honneur et la soumission relative qui leur sont dus (Rm 13:1-7).

les choses de Dieu à Dieu : ‘Rendre les choses de Dieu à Dieu’ signifie notamment l’adorer de tout son cœur, l’aimer de toute son âme, et lui obéir totalement et fidèlement (Mt 4:10 ; 22:37, 38 ; Ac 5:29 ; Rm 14:8).

résurrection : Le mot grec anastasis signifie littéralement « action de se lever », « action de se mettre debout ». Il est utilisé une quarantaine de fois dans les Écritures grecques chrétiennes en lien avec la résurrection des morts (Mt 22:31 ; Ac 4:2 ; 24:15 ; 1Co 15:12, 13). La Septante utilise en Is 26:19 le verbe apparenté à anastasis pour rendre le verbe hébreu qui a été traduit par « revivre » dans l’expression « tes morts revivront » (voir lexique).

Le deuxième s’est marié avec la veuve : Chez les Hébreux, si un homme mourait sans avoir de fils, son frère devait épouser la veuve afin d’engendrer une descendance qui perpétuerait la lignée du défunt (Gn 38:8). Cette disposition, plus tard intégrée à la Loi mosaïque, s’appelait le mariage léviratique (le mot français « lévirat » vient d’un mot latin qui veut dire « beau-frère ») (Dt 25:5, 6). Le mariage léviratique avait toujours cours à l’époque de Jésus, puisque les sadducéens le mentionnent ici. La Loi autorisait les membres d’une famille à refuser de contracter un mariage léviratique. Mais un homme qui ne voulait pas « assurer de descendance à son frère » se couvrait de honte (Dt 25:7-10 ; Ru 4:7, 8).

il a laissé sa femme à son frère : Voir note d’étude sur Mc 12:21.

les Écritures : Expression souvent utilisée pour désigner l’ensemble des écrits hébraïques inspirés par Dieu.

résurrection : Le mot grec anastasis signifie littéralement « action de se lever », « action de se mettre debout ». Il est utilisé une quarantaine de fois dans les Écritures grecques chrétiennes en lien avec la résurrection des morts (Mt 22:31 ; Ac 4:2 ; 24:15 ; 1Co 15:12, 13). La Septante utilise en Is 26:19 le verbe apparenté à anastasis pour rendre le verbe hébreu qui a été traduit par « revivre » dans l’expression « tes morts revivront » (voir lexique).

résurrection : Voir note d’étude sur Mt 22:23.

Dieu a dit : Ici, Jésus évoque une conversation que Jéhovah a eue avec Moïse vers 1514 av. n. è. (Ex 3:2, 6). À ce moment-​là, Abraham était mort depuis 329 ans, Isaac depuis 224 ans et Jacob depuis 197 ans. Pourtant, Jéhovah n’a pas dit : ‘J’étais leur Dieu’, mais ‘Je suis leur Dieu’ (Mt 22:32).

mais des vivants : D’après le récit parallèle de Lc 20:38, Jésus poursuit : « Car pour lui [ou : « de son point de vue », note], ils sont tous vivants. » La Bible montre que les humains qui sont vivants mais éloignés de Dieu sont morts à ses yeux (Éph 2:1 ; 1Tm 5:6). À l’inverse, ceux qui ont son approbation et qui meurent restent vivants de son point de vue, car il ne fait absolument aucun doute qu’il va les ressusciter (Rm 4:16, 17).

Il n’est pas le Dieu des morts : Cette formulation est celle qu’on retrouve dans les manuscrits les plus anciens et les plus fiables. Certains manuscrits répètent le mot « Dieu » dans cette expression, ce qui donne : « Dieu n’est pas le Dieu des morts. » C’est l’option retenue par plusieurs traductions de la Bible. Une version hébraïque des Écritures grecques chrétiennes (référencée sous le sigle J18 dans l’app. C) utilise le Tétragramme dans cette expression ; elle pourrait donc se lire ainsi : « Jéhovah n’est pas le Dieu des morts » (cf. Ex 3:6, 15).

mais des vivants : Voir note d’étude sur Mc 12:27.

réduit au silence : Le verbe grec pourrait aussi être traduit par « rendre sans voix » (litt. « museler »). Une telle expression convenait bien à des hypocrites aussi sournois. La réponse de Jésus était tellement puissante que les sadducéens ont été incapables de réagir (1P 2:15, note).

pensée : Il s’agit des facultés intellectuelles. Une personne doit utiliser ses facultés mentales pour apprendre à connaître Dieu et faire grandir son amour pour lui (Jean 17:3 ; Rm 12:1). Le texte hébreu original de Dt 6:5, qui est cité ici, utilise trois termes qu’on traduit par « cœur », « âme » et « force ». Mais dans le récit de Marc, qui a été écrit en grec, ce sont quatre notions qui sont mentionnées : le cœur, l’âme, la pensée et la force. Il peut y avoir plusieurs raisons à cela. Le mot grec rendu par « pensée » a peut-être été ajouté pour restituer l’idée complète des trois notions du texte hébreu, dont les sens se recoupent. Même si l’hébreu ancien n’a pas de mot spécifique pour « pensée », cette notion est souvent incluse dans le mot hébreu correspondant à « cœur ». Employé au sens figuré, ce mot hébreu désigne la personne intérieure tout entière, notamment les pensées, les sentiments, l’état d’esprit et les mobiles d’une personne (Dt 29:4 ; Ps 26:2 ; 64:6 ; voir note d’étude sur cœur dans ce verset). C’est pourquoi quand le texte hébreu utilise le mot traduit par « cœur », la Septante emploie souvent l’équivalent grec de « pensée » (Ex 35:26 ; Dt 29:18 ; Jb 1:5 ; Pr 2:10). Le fait que Marc utilise le mot pensée suggère peut-être aussi que les sens du mot hébreu pour « force » et du mot grec pour « pensée » se recoupent (cf. formulation en Mt 22:37, où « pensée » est employé à la place de « force »). Le fait que toutes ces notions se recoupent peut aider à comprendre pourquoi le scribe utilise le mot « intelligence » quand il répond à Jésus (Mc 12:33, note). Cela peut aussi expliquer pourquoi les rédacteurs des Évangiles ne reprennent pas exactement la même formulation que Dt 6:5 quand ils le citent (voir note d’étude sur force dans ce verset et notes d’étude sur Mt 22:37 ; Lc 10:27).

cœur, [...] âme, [...] force et [...] pensée : Ici, un homme qui était un spécialiste de la Loi cite Dt 6:5, qui, dans le texte hébreu original, utilise trois termes qu’on traduit par « cœur », « âme » et « force ». Cependant, d’après le récit de Luc, qui a été écrit en grec, l’homme mentionne quatre notions : le cœur, l’âme, la force et la pensée. Cette réponse du spécialiste montre à l’évidence qu’à l’époque de Jésus, il était couramment admis que la combinaison de ces quatre notions grecques restituait bien le sens des trois mots hébreux de la citation originale (pour plus de détails, voir notes d’étude sur Mc 12:30).

Tu dois aimer : Le mot grec rendu par « aimer » est agapaô. Ce verbe et le nom qui lui est apparenté, agapê (amour), figurent plus de 250 fois dans les Écritures grecques chrétiennes. En 1J 4:8, le nom agapê est utilisé dans l’expression « Dieu est amour », et les Écritures présentent Dieu comme l’exemple suprême de l’amour désintéressé et guidé par des principes. L’amour de Dieu s’exprime avec prévenance et de façon concrète. Il se caractérise par un sens de l’engagement et par des actes ; ce n’est pas simplement une émotion ou un sentiment. Les personnes qui manifestent un tel amour le font par choix délibéré et pour imiter Dieu (Éph 5:1). C’est pourquoi il n’est pas déraisonnable de donner à des humains l’ordre d’aimer, comme Dieu le fait dans les deux plus grands commandements, mentionnés dans ce contexte. Ici, Jésus cite Dt 6:5. Les Écritures hébraïques emploient principalement le verbe hébreu ʼahév, ou ʼahav, (aimer) et le nom ʼahavah (amour) pour exprimer la notion d’amour. Ces termes hébreux emportent, entre autres, les sens des mots grecs figurant plus haut. Utilisés en lien avec l’amour pour Jéhovah, ces termes expriment le désir qu’une personne a de vouer totalement sa vie à Dieu et de ne servir que lui. Jésus a manifesté ce genre d’amour à la perfection. Il a montré que l’amour pour Dieu ne se résume pas à ressentir de l’affection pour Jéhovah. Cet amour conditionne la vie entière d’une personne, y compris ses pensées, ses paroles et ses actes (voir note d’étude sur Jean 3:16).

Jéhovah : En Dt 6:5, qui est cité ici, le nom divin, représenté par quatre consonnes hébraïques (translittérées par YHWH), figure dans le texte hébreu original (voir app. C).

cœur : Quand il est employé au sens figuré, ce terme désigne en général la personne intérieure tout entière. Cependant, quand il figure avec les mots « âme » et « pensée », son sens semble plus restreint : il désigne alors principalement les émotions, les désirs et les sentiments d’une personne. Les trois termes utilisés ici (« cœur », « âme » et « pensée ») ne s’excluent pas les uns les autres ; comme leurs sens se recoupent, le fait qu’ils sont utilisés ensemble souligne avec force la nécessité d’aimer Jéhovah d’un amour complet, total.

âme : Ici, « âme » a le sens de « tout l’être » (voir lexique).

pensée : Il s’agit des facultés intellectuelles. Une personne doit utiliser ses facultés mentales pour apprendre à connaître Dieu et faire grandir son amour pour lui (Jean 17:3 ; Rm 12:1). Le texte hébreu original de Dt 6:5, qui est cité ici, utilise trois termes qu’on traduit par « cœur », « âme » et « force ». Mais l’Évangile de Matthieu tel qu’il existe en grec utilise le mot rendu par « pensée » au lieu de celui rendu par « force ». Il peut y avoir plusieurs raisons qui expliquent l’emploi de termes différents. Premièrement, même si l’hébreu ancien n’a pas de mot spécifique pour « pensée », cette notion est souvent incluse dans le mot hébreu correspondant à « cœur ». Employé au sens figuré, ce mot hébreu désigne la personne intérieure tout entière, notamment les pensées, les sentiments, l’état d’esprit et les mobiles d’une personne (Dt 29:4 ; Ps 26:2 ; 64:6 ; voir note d’étude sur cœur dans ce verset). C’est pourquoi quand le texte hébreu utilise le mot traduit par « cœur », la Septante emploie souvent l’équivalent grec de « pensée » (Ex 35:26 ; Dt 29:18 ; Jb 1:5 ; Pr 2:10). Une deuxième raison qui explique peut-être pourquoi Matthieu a utilisé le mot grec correspondant à « pensée » au lieu de celui correspondant à « force » quand il a cité Dt 6:5, c’est que le mot hébreu rendu par « force [ou : « force vitale », note] » pouvait désigner à la fois la force physique et les capacités mentales ou intellectuelles. Quoi qu’il en soit, le fait que les termes hébreu et grec ont des sens qui se recoupent peut expliquer pourquoi les rédacteurs des Évangiles ne reprennent pas exactement la même formulation que le Deutéronome quand ils le citent (voir notes d’étude sur Mc 12:30 ; Lc 10:27).

Tu dois aimer ton prochain : La Loi mosaïque ordonnait aux Israélites d’aimer leur prochain (Lv 19:18). Alors que le terme « prochain » désignait tout simplement un autre humain, certains Juifs en restreignaient le sens pour ne l’appliquer qu’aux autres Juifs, en particulier à ceux qui respectaient les traditions orales ; tous les autres devaient être considérés comme des ennemis.

le deuxième : Mt 22:37 rapporte la réponse directe de Jésus à la question du pharisien. Mais dans le verset 39, Jésus va plus loin et cite un deuxième commandement (Lv 19:18), montrant ainsi que les deux sont indissociables et qu’à eux seuls, ils résument toute la Loi et les Prophètes (Mt 22:40).

prochain : Le mot grec pour « prochain » (litt. « le proche », « le voisin ») peut désigner non seulement les personnes qui vivent à proximité de soi, mais aussi toute autre personne avec qui on a des contacts (Lc 10:29-37 ; Rm 13:8-10 ; voir note d’étude sur Mt 5:43).

la Loi [...] les Prophètes : « La Loi » désigne les livres bibliques de la Genèse au Deutéronome. « Les Prophètes » désigne les livres prophétiques des Écritures hébraïques. Et lorsque ces termes sont employés ensemble, l’expression ainsi formée peut désigner l’intégralité des Écritures hébraïques (Mt 7:12 ; 22:40 ; Lc 16:16).

sont la base : La phrase pourrait aussi être traduite par : « La Loi et les Prophètes sont suspendus à ces deux commandements. » Le verbe grec signifie littéralement « être suspendu à », mais il est employé ici au sens figuré et signifie « dépendre de », « être basé sur ». Jésus indiquait ainsi qu’il n’y a pas que la Loi, comprenant les Dix Commandements, qui est basée sur l’amour, mais que toutes les Écritures hébraïques le sont aussi (Rm 13:9).

de toute la Loi et des Prophètes : Voir note d’étude sur Mt 5:17.

Christ : Le titre « Christ », qui vient du grec Khristos, et le titre « Messie » (de l’hébreu mashiaḥ) sont équivalents : ils signifient tous les deux « oint ». À l’époque biblique, on désignait officiellement quelqu’un comme dirigeant en l’oignant avec de l’huile.

le Christ : Ici, dans le texte grec, le titre « Christ » est précédé de l’article défini. C’est de toute évidence une manière de mettre l’accent sur la fonction de Messie qu’occupe Jésus.

Christ : Ou « Messie » (voir notes d’étude sur Mt 1:1 ; 2:4).

sous inspiration : Litt. « dans l’esprit ». Autrement dit, David était inspiré par l’esprit de Dieu, ou sous son influence (voir lexique à « esprit »).

Jéhovah : En Ps 110:1, qui est cité ici, le nom divin, représenté par quatre consonnes hébraïques (translittérées par YHWH), figure dans le texte hébreu original (voir app. C).

sous tes pieds : C.-à-d. sous ton autorité.

Documents multimédias

Tibère
Tibère

Tibère est né en 42 av. n. è. Il est devenu le deuxième empereur de Rome en 14 de n. è. et il a vécu jusqu’en mars 37 de n. è. Il était empereur tout le temps qu’a duré le ministère de Jésus. Tibère était donc le César en fonction lorsque Jésus a dit, en rapport avec la pièce servant à payer l’impôt : « Rendez les choses de César à César » (Mc 12:14-17 ; Mt 22:17-21 ; Lc 20:22-25).