Évangile selon Marc 8​:​1-38

8  En ces jours-​là, une grande foule se rassembla de nouveau autour de Jésus. Comme les gens n’avaient rien à manger, il fit venir les disciples et leur dit :  « J’ai pitié de cette foule+, parce que cela fait déjà trois jours qu’ils sont ici avec moi et ils n’ont rien à manger+.  Si je les renvoie chez eux le ventre vide*, ils risquent de se trouver mal en route. Et certains d’entre eux sont venus de loin. »  Mais ses disciples lui répondirent : « Cet endroit est isolé. Où pourrait-​on trouver assez de pain pour que ces gens mangent à leur faim ? »  Il leur demanda : « Combien de pains avez-​vous ? » Ils répondirent : « Sept+. »  Il ordonna alors à la foule de s’asseoir* par terre. Il prit les sept pains et fit une prière de remerciement. Puis il rompit les pains et se mit à les donner à ses disciples, qui les distribuèrent à la foule+.  Ils avaient aussi quelques petits poissons. Jésus les bénit et dit à ses disciples de les distribuer également.  Tout le monde mangea et fut rassasié. Et on ramassa les morceaux qui restaient : on remplit sept grands paniers+.  Pourtant, il y avait environ 4 000 hommes. Finalement, il les renvoya. 10  Tout de suite après, il monta dans le bateau avec ses disciples et alla dans la région de Dalmanouta+. 11  Là, les pharisiens vinrent le voir et se mirent à discuter avec lui, en lui demandant, pour le piéger, un signe* qui vienne du ciel+. 12  Il soupira profondément et dit : « Pourquoi cette génération réclame-​t-​elle un signe+ ? Vraiment je vous le dis, aucun signe ne sera donné à cette génération+. » 13  Puis il les quitta, remonta dans le bateau et partit en direction du rivage opposé. 14  Mais les disciples avaient oublié de prendre des pains. Ils n’en avaient qu’un dans le bateau+. 15  Jésus les avertit clairement : « Ouvrez l’œil : méfiez-​vous du levain des pharisiens et du levain d’Hérode+. » 16  Alors ils se mirent à discuter entre eux du fait qu’ils n’avaient pas de pains. 17  L’ayant remarqué, il leur dit : « Pourquoi discutez-​vous du fait que vous n’avez pas de pains ? Vous ne comprenez toujours pas ? Vous ne saisissez pas ? Êtes-​vous encore lents à comprendre ? 18  “Vous avez des yeux, et vous ne voyez pas ? Vous avez des oreilles, et vous n’entendez pas ?” Et vous ne vous rappelez pas 19  ce qui s’est passé quand j’ai rompu les cinq pains+ pour les 5 000 hommes ? Combien de paniers avez-​vous remplis avec les restes ? » « Douze », répondirent-​ils+. 20  « Et quand j’ai rompu les sept pains pour les 4 000 hommes, combien de grands paniers avez-​vous remplis avec les restes ? » « Sept », répondirent-​ils+. 21  Alors il leur dit : « Vous n’avez pas encore compris ? » 22  Et ils arrivèrent à Bethsaïde. Là, on lui amena un aveugle, et on le supplia de le toucher+. 23  Il prit l’aveugle par la main et le conduisit hors du village. Après lui avoir mis de la salive* sur les yeux+, il posa les mains sur lui et lui demanda : « Vois-​tu quelque chose ? » 24  L’homme regarda devant lui* et répondit : « Je vois des gens, mais on dirait des arbres qui marchent. » 25  Jésus posa de nouveau les mains sur les yeux de l’homme, et l’homme vit clair. Il retrouva la vue ; il voyait tout distinctement. 26  Jésus le renvoya chez lui, en lui disant : « Ne retourne pas dans le village. » 27  Puis Jésus et ses disciples partirent pour les villages de Césarée de Philippe. En chemin, il leur posa cette question : « Pour les gens, qui suis-​je+ ? » 28  Ils lui dirent : « Jean le Baptiseur+. D’autres disent : Élie+. D’autres encore : un des prophètes. » 29  Il leur demanda : « Et pour vous, qui suis-​je ? » Pierre lui répondit : « Tu es le Christ+. » 30  Alors il leur ordonna fermement de ne parler de lui à personne+. 31  De plus, il commença à leur enseigner que le Fils de l’homme devait beaucoup souffrir, être rejeté par les anciens, les prêtres en chef et les scribes, être tué+, puis ressusciter trois jours après+. 32  Il leur disait cela franchement. Alors Pierre le prit à part et commença à le réprimander+. 33  Mais Jésus se retourna, regarda ses disciples et réprimanda Pierre en lui disant : « Passe derrière moi, Satan ! Ta façon de penser n’est pas celle de Dieu, mais celle des hommes*+. » 34  Il appela ensuite la foule ainsi que ses disciples, et leur dit : « Si quelqu’un veut me suivre, il doit se renier lui-​même, prendre son poteau de supplice et me suivre continuellement+. 35  Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais celui qui perd sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera+. 36  Quel avantage y a-​t-​il à gagner le monde entier si on perd la vie+ ? 37  Ou qu’est-​ce qu’un homme donnerait en échange de sa vie+ ? 38  Car si quelqu’un a honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aussi aura honte de lui+ quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges+. »

Notes

Ou « sans nourriture », « à jeun ».
Ou « s’étendre ».
Ou « miracle comme preuve ».
Litt. « craché ».
Ou « retrouva la vue », « vit de nouveau ».
Ou « tu n’as pas la pensée de Dieu, mais celle des humains ».

Notes d'étude

eut pitié : Le verbe grec splagkhnizomaï, traduit par « eut pitié », dérive d’un mot qui signifie « intestins » (splagkhna) et qui emporte l’idée d’un sentiment ressenti au plus profond de son corps, d’une émotion intense. En grec, c’est un des mots les plus forts servant à rendre l’idée de compassion.

J’ai pitié : Ou « j’ai de la compassion » (voir note d’étude sur Mt 9:36).

paniers : Il s’agissait sans doute de petits paniers en osier munis d’une corde pour faciliter leur transport par les voyageurs. On pense que ces paniers avaient une capacité d’environ 7,5 L (voir notes d’étude sur Mc 8:19, 20).

grands paniers : Ou « paniers à provisions ». Le mot grec employé ici (sphuris) désigne, semble-​t-​il, un panier plus grand que ceux qui ont été utilisés lorsque Jésus a nourri 5 000 hommes quelque temps auparavant (voir note d’étude sur Mc 6:43). Le même mot grec est utilisé en Ac 9:25, dans l’épisode où des disciples font descendre Paul dans un « panier » par une ouverture de la muraille de Damas (voir note d’étude sur Ac 9:25).

environ 4 000 hommes : Seul le récit parallèle de Matthieu (Mt 15:38) mentionne les femmes et les jeunes enfants quand il relate ce miracle. Le nombre total de personnes nourries miraculeusement dépassait sans doute les 12 000.

Magadân : Aujourd’hui, il n’existe dans les environs de la mer de Galilée aucun lieu appelé Magadân. Toutefois, certains biblistes pensent que Magadân correspond à Magdala, qu’on identifie généralement avec Khirbet Medjdel (Migdal), lieu situé à environ 6 km au NNO de Tibériade. Dans le récit parallèle (Mc 8:10), ce lieu est appelé « Dalmanouta » (voir app. B10).

Dalmanouta : Ce nom ne figure dans aucune autre source biblique ou profane, mais il a été préservé dans l’Évangile de Marc. On ne connaît pas l’emplacement exact de Dalmanouta, mais il semble que ce lieu se trouvait près de la rive O de la mer de Galilée. En effet, dans le récit parallèle de Matthieu, ce lieu est appelé « région de Magadân » (voir note d’étude sur Mt 15:39). Dalmanouta était peut-être un autre nom de Magadân.

soupira profondément : Marc mentionne souvent les sentiments de Jésus, peut-être parce que Pierre, un homme très sensible, les lui a rapportés (voir « Introduction à Marc »). Le verbe grec employé ici se rapporte sans doute à un soupir ou à un gémissement que Jésus laisse échapper tandis qu’il prie, ce qui révèle sa compassion pour cet homme, et peut-être même la douleur qu’il ressent en voyant souffrir les humains en général. Un verbe apparenté est utilisé en Rm 8:22, où il est dit que toute la création ‘gémit’.

soupira profondément : Marc, qui rapporte souvent les sentiments et les réactions de Jésus (Mc 3:5 ; 7:34 ; 9:36 ; 10:13-16, 21), utilise ici un verbe grec qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans les Écritures grecques chrétiennes. Ce verbe est une forme intensive d’un autre verbe employé en Mc 7:34 (voir note d’étude) et il est utilisé pour parler d’une forte réaction émotionnelle. Le profond soupir de Jésus révélait sans doute à quel point il était exaspéré par la demande des pharisiens : ils réclamaient un signe, alors qu’ils s’obstinaient à ignorer les claires démonstrations de puissance qu’ils avaient déjà vues.

levain : Souvent utilisé dans la Bible comme symbole de la corruption et du péché, le levain désigne ici des enseignements corrompus et une influence corruptrice (Mt 16:6, 11, 12 ; 1Co 5:6-8). La répétition de « levain » dans ce verset donne à penser que celui des pharisiens était différent de celui d’Hérode et des membres de son parti, les hérodiens. Ce groupe avait une vocation plus politique que religieuse. Le « levain » nationaliste des hérodiens ressort bien de la question qu’eux et les pharisiens ont posée à Jésus au sujet du paiement des impôts pour essayer de le piéger (Mc 12:13-15).

Hérode : Dans certains manuscrits anciens, c’est le mot « hérodiens » qui est employé ici (voir lexique à « Hérode [membres du parti d’] »).

paniers : Il s’agissait sans doute de petits paniers en osier munis d’une corde pour faciliter leur transport par les voyageurs. On pense que ces paniers avaient une capacité d’environ 7,5 L (voir notes d’étude sur Mc 8:19, 20).

grands paniers : Ou « paniers à provisions ». Le mot grec employé ici (sphuris) désigne, semble-​t-​il, un panier plus grand que ceux qui ont été utilisés lorsque Jésus a nourri 5 000 hommes quelque temps auparavant (voir note d’étude sur Mc 6:43). Le même mot grec est utilisé en Ac 9:25, dans l’épisode où des disciples font descendre Paul dans un « panier » par une ouverture de la muraille de Damas (voir note d’étude sur Ac 9:25).

grands paniers : Ou « paniers à provisions » (voir notes d’étude sur Mc 8:8, 19).

paniers : Dans les récits qui racontent les deux épisodes où Jésus a miraculeusement nourri des foules, deux termes bien distincts sont utilisés pour parler des paniers ayant servi à recueillir les restes (voir notes d’étude sur Mc 6:43 ; 8:8, 20 et récits parallèles en Mt 14:20 ; 15:37 ; 16:9, 10). Dans l’épisode où Jésus a nourri les 5 000 hommes, c’est à chaque fois le terme grec kophinos (rendu par « panier ») qui est employé ; et dans l’épisode où il a nourri les 4 000 hommes, c’est à chaque fois le mot grec sphuris (rendu par « grand panier ») qui est employé. Cela montre que les rédacteurs étaient présents ou bien qu’ils ont recueilli les faits auprès de témoins fiables.

grands paniers : Ou « paniers à provisions ». Le mot grec employé ici (sphuris) désigne, semble-​t-​il, un panier plus grand que ceux qui ont été utilisés lorsque Jésus a nourri 5 000 hommes quelque temps auparavant (voir note d’étude sur Mc 6:43). Le même mot grec est utilisé en Ac 9:25, dans l’épisode où des disciples font descendre Paul dans un « panier » par une ouverture de la muraille de Damas (voir note d’étude sur Ac 9:25).

paniers : Dans les récits qui racontent les deux épisodes où Jésus a miraculeusement nourri des foules, deux termes bien distincts sont utilisés pour parler des paniers ayant servi à recueillir les restes (voir notes d’étude sur Mc 6:43 ; 8:8, 20 et récits parallèles en Mt 14:20 ; 15:37 ; 16:9, 10). Dans l’épisode où Jésus a nourri les 5 000 hommes, c’est à chaque fois le terme grec kophinos (rendu par « panier ») qui est employé ; et dans l’épisode où il a nourri les 4 000 hommes, c’est à chaque fois le mot grec sphuris (rendu par « grand panier ») qui est employé. Cela montre que les rédacteurs étaient présents ou bien qu’ils ont recueilli les faits auprès de témoins fiables.

grands paniers : Ou « paniers à provisions » (voir notes d’étude sur Mc 8:8, 19).

un aveugle : Marc est le seul évangéliste à rapporter que Jésus a guéri cet aveugle (Mc 8:22-26).

Césarée de Philippe : Ville bâtie près d’une des sources du Jourdain, à 350 m au-dessus du niveau de la mer. Elle se trouve à 40 km au N de la mer de Galilée, au SO du pied du mont Hermon. C’est en l’honneur de l’empereur romain que cette ville a été appelée Césarée par le tétrarque Philippe, fils d’Hérode le Grand. Et pour la distinguer de la ville portuaire du même nom, on l’a appelée Césarée de Philippe (voir app. B10).

Césarée de Philippe : Voir note d’étude sur Mt 16:13.

Jean : Équivalent français du nom hébreu Jehoanân, ou Joanân, qui signifie « Jéhovah a accordé sa faveur », « Jéhovah a été compatissant ».

le Baptiseur : Ou « l’Immergeur », « le Plongeur ». Litt. « le Baptiste ». « Le Baptiseur » était apparemment employé comme une sorte de surnom, ce qui indique que le fait de baptiser par immersion dans l’eau était une marque distinctive de Jean. Dans un de ses écrits, l’historien juif Flavius Josèphe a parlé de « Jean surnommé Baptiste ».

le Baptiseur : Ou « l’Immergeur », « le Plongeur ». Le participe grec ho baptizôn, qui est utilisé ici et en Mc 6:14, 24, pourrait aussi être traduit par « celui qui baptise ». Le nom grec Baptistês (litt. « Baptiste ») est employé en Mc 6:25 ; 8:28 et dans les Évangiles de Matthieu et de Luc. Ces deux mots grecs sont légèrement différents, mais ils ont le même sens. C’est pourquoi, dans le texte original, Mc 6:24, 25 les emploie indifféremment (voir note d’étude sur Mt 3:1).

Élie : Vient du nom hébreu qui signifie « mon Dieu, c’est Jéhovah ».

Jean le Baptiseur : Voir notes d’étude sur Mt 3:1 ; Mc 1:4.

Élie : Voir note d’étude sur Mt 11:14.

le Christ : Pierre identifie Jésus avec « le Christ » (grec ho Khristos). Le titre « Christ » et le titre « Messie » (de l’hébreu mashiaḥ) sont équivalents : ils signifient tous les deux « oint ». Dans le texte grec de ce verset, « Christ » est précédé de l’article défini. C’est de toute évidence une manière de mettre l’accent sur la fonction de Messie qu’occupe Jésus (voir notes d’étude sur Mt 1:1 ; 2:4).

le Christ : Voir note d’étude sur Mt 16:16.

Fils de l’homme : Ou « Fils d’un humain ». Cette expression apparaît environ 80 fois dans les Évangiles. Jésus se l’est appliquée à lui-​même, manifestement pour souligner qu’il était réellement un humain, né d’une femme, et qu’il était l’équivalent exact du premier humain, Adam, et avait ainsi le pouvoir de racheter l’humanité du péché et de la mort (Rm 5:12, 14, 15). Cette expression désignait également Jésus comme étant le Messie, ou le Christ (Dn 7:13, 14 ; voir lexique).

anciens : Litt. « hommes âgés ». Dans la Bible, le mot grec présbutéros désigne avant tout un homme qui détient une certaine autorité ou qui exerce des responsabilités dans un groupe ou une nation. Bien que ce mot se rapporte parfois à l’âge physique (il est par exemple rendu par « fils aîné » en Lc 15:25 et par « vieillards » en Ac 2:17), il ne désigne pas forcément une personne d’un certain âge. Ici, il renvoie aux chefs de la nation juive, qui sont souvent mentionnés avec les prêtres en chef et les scribes. Le Sanhédrin était composé d’hommes venant de ces trois groupes (Mt 21:23 ; 26:3, 47, 57 ; 27:1, 41 ; 28:12 ; voir lexique à « ancien »).

prêtres en chef : Le terme grec est rendu par « grand prêtre » quand il est au singulier et qu’il désigne le principal représentant du peuple devant Dieu. Ici au pluriel, il désigne les prêtres les plus influents, parmi lesquels figuraient les précédents grands prêtres et, peut-être, les chefs des 24 divisions de prêtres.

scribes : Ce terme désignait à l’origine les copistes des Écritures, mais à l’époque de Jésus, il désignait les hommes qui étaient à la fois spécialistes et enseignants de la Loi.

Fils de l’homme : Voir note d’étude sur Mt 8:20.

anciens : Litt. « hommes âgés ». Dans la Bible, le mot grec présbutéros désigne avant tout un homme qui détient une certaine autorité ou qui exerce des responsabilités dans un groupe ou une nation. Bien que ce mot se rapporte parfois à l’âge physique (il est par exemple rendu par « fils aîné » en Lc 15:25 et par « vieillards » en Ac 2:17), il ne désigne pas forcément une personne d’un certain âge. Ici, il renvoie aux chefs de la nation juive, qui sont souvent mentionnés avec les prêtres en chef et les scribes. Le Sanhédrin était composé d’hommes venant de ces trois groupes (Mc 11:27 ; 14:43, 53 ; 15:1 ; voir note d’étude sur Mt 16:21 et lexique à « ancien »).

prêtres en chef : Voir note d’étude sur Mt 2:4 et lexique à « prêtre en chef ».

scribes : Voir note d’étude sur Mt 2:4 et lexique à « scribe ».

obstacles qui font trébucher : On pense qu’à l’origine, le mot grec skandalon, rendu par « obstacle qui fait trébucher », désignait un piège ; selon certains, il s’agissait du bâton auquel l’appât était attaché. Ce mot a fini par désigner, par extension, tout obstacle pouvant faire trébucher ou tomber une personne. Dans un sens figuré, skandalon désigne une action ou une situation qui amène quelqu’un à suivre une mauvaise voie, à trébucher ou chuter sur le plan moral, ou encore à tomber dans le péché. En Mt 18:8, 9, le verbe skandalizô, qui lui est apparenté et qui est traduit par « faire trébucher », peut aussi être rendu par « devenir un piège » ou « pousser à pécher ».

Satan : Jésus ne disait pas que Pierre était Satan le Diable, mais qu’il se comportait en adversaire, ou opposant, puisque c’est le sens du mot hébreu satan. Jésus sous-entendait peut-être que ce que Pierre a fait à ce moment-​là révélait qu’il s’était laissé influencer par Satan.

Passe derrière moi : D’après le récit parallèle, en Mt 16:23, Jésus a ajouté : « Tu es pour moi un obstacle qui fait trébucher » (voir note d’étude sur Mt 18:7). Ainsi, Jésus a sévèrement réprimandé Pierre. Il ne voulait permettre à rien de l’empêcher d’accomplir la volonté de son Père. Ses paroles ont peut-être aussi rappelé à Pierre quelle était sa place : étant disciple de Jésus, il devait être derrière son Maître pour le soutenir.

Satan : Voir note d’étude sur Mt 16:23.

poteau de supplice : Ou « poteau d’exécution ». Dans le grec classique, le mot stauros désigne en premier lieu un poteau ou un pieu. Utilisé au sens figuré, il désigne parfois les souffrances, la honte, les supplices et même la mort que subit une personne parce qu’elle est disciple de Jésus (voir lexique).

il doit se renier lui-​même : Ou « il doit renoncer à tous ses droits sur lui-​même ». Cette expression signifie qu’il faut être prêt à renoncer complètement à soi, à ne plus s’appartenir, mais à appartenir à Dieu. L’expression grecque peut se traduire par « il doit dire non à lui-​même », ce qui est approprié puisque se renier implique parfois de dire non à ses désirs personnels, à ses ambitions ou à son confort (2Co 5:14, 15). Le verbe grec qui figure dans cette expression est utilisé ailleurs par Marc, quand il rapporte que Pierre a renié Jésus (Mc 14:30, 31, 72).

poteau de supplice : Voir note d’étude sur Mt 16:24.

vie : Ou « âme » (voir lexique à « âme »).

vie : Ou « âme » (voir lexique à « âme »).

vie : Ou « âme » (voir lexique à « âme »).

adultère : Ou « infidèle ». Au sens spirituel, une personne adultère est une personne qui est liée à Dieu par une alliance, mais qui lui est infidèle. En adoptant des pratiques de la fausse religion, les Israélites ne respectaient pas l’alliance de la Loi et se rendaient ainsi coupables d’adultère spirituel (Jr 3:8, 9 ; 5:7, 8 ; 9:2 ; 13:27 ; 23:10 ; Os 7:4). C’est pour des raisons similaires que Jésus a condamné les Juifs de son époque en les qualifiant de « génération [...] adultère » (Mt 12:39 ; 16:4). Si les chrétiens qui sont partie contractante de la nouvelle alliance se souillaient avec les choses du présent monde, ils commettraient un adultère spirituel. Par extension, il en irait de même pour tous ceux qui sont voués à Jéhovah (Jc 4:4).

Documents multimédias

Pièce frappée par Hérode Antipas
Pièce frappée par Hérode Antipas

Ces photos montrent les deux côtés d’une pièce en alliage de cuivre ; elle a été fabriquée à l’époque où Jésus accomplissait son ministère. C’est Hérode Antipas qui en a commandé la fabrication ; il était alors tétrarque, ou gouverneur, de la Galilée et de la Pérée. Jésus passait semble-​t-​il par la Pérée, le territoire d’Hérode, pour se rendre à Jérusalem quand des pharisiens lui ont dit qu’Hérode voulait le tuer. Dans sa réponse, Jésus a appelé Hérode « ce renard » (voir note d’étude sur Lc 13:32). Étant donné que la plupart des sujets d’Hérode étaient Juifs, les pièces qu’il a frappées portaient des symboles comme une branche de palmier (1) et une couronne de feuilles (2), des images qui ne risquaient pas de choquer les Juifs.