Évangile selon Luc 8​:​1-56

8  Peu après, il alla de ville en ville et de village en village pour prêcher et annoncer la bonne nouvelle du royaume de Dieu+. Les Douze étaient avec lui,  ainsi que quelques femmes qui avaient été délivrées d’esprits méchants et guéries de maladies : Marie, qu’on appelait la Magdaléenne+ et de qui sept démons étaient sortis,  Jeanne+ (la femme de Chouza, un fonctionnaire d’Hérode), Suzanne et beaucoup d’autres femmes, qui utilisaient leurs biens pour les servir+.  Une grande foule se rassembla avec les gens de différentes villes qui venaient vers Jésus. Il leur donna alors cet exemple+ :  « Un semeur est sorti pour semer. Comme il semait, des graines sont tombées au bord de la route. Elles ont été piétinées, et les oiseaux les ont mangées+.  D’autres graines sont tombées sur le roc et, après avoir germé, elles se sont desséchées par manque d’humidité+.  D’autres graines encore sont tombées dans les ronces ; les ronces ont poussé avec les jeunes plantes et les ont étouffées+.  Enfin, d’autres graines sont tombées sur de la bonne terre, ont germé et ont produit chacune 100 grains+. » Après avoir dit ces choses, il cria : « Que celui qui a des oreilles pour écouter écoute+ ! »  Ses disciples lui demandèrent ce que cet exemple signifiait+. 10  Il répondit : « À vous il est accordé* de comprendre les saints secrets du royaume de Dieu. Mais pour les autres, toutes ces choses ne sont que des exemples+. Ainsi, même s’ils regardent, ils ne voient rien, et même s’ils entendent, ils ne comprennent pas+. 11  Voici donc ce que signifie cet exemple : Les graines représentent la parole de Dieu+. 12  Celles qui sont au bord de la route sont les gens qui entendent la parole de Dieu, mais le Diable vient et l’enlève de leur cœur pour qu’ils ne croient pas et ne soient pas sauvés+. 13  Celles qui sont sur le roc sont les gens qui entendent la parole de Dieu et l’acceptent avec joie, mais ils n’ont pas de racines : ils croient pendant un certain temps, mais au moment de l’épreuve, ils abandonnent+. 14  Celles qui sont tombées parmi les ronces sont les gens qui entendent la parole de Dieu, mais parce qu’ils se laissent emporter par les inquiétudes, la richesse+ et les plaisirs de cette vie+, ils sont complètement étouffés et n’arrivent jamais à maturité+. 15  Celles qui sont sur de la bonne terre sont des gens qui ont un cœur beau et bon+, et après avoir entendu la parole, ils la gardent et produisent du fruit avec endurance+. 16  « Personne, après avoir allumé une lampe, ne la recouvre d’un récipient ou ne la met sous un lit. On la met plutôt sur un porte-lampe pour que ceux qui entrent voient la lumière+. 17  Car il n’y a rien de caché qui ne finisse par être connu, et rien de soigneusement gardé secret qui ne finisse par se savoir et paraître au grand jour+. 18  Faites donc attention à la manière dont vous écoutez. Car à celui qui a quelque chose, on donnera encore plus+, mais à celui qui n’a rien, on enlèvera même ce qu’il pense avoir+. » 19  Or sa mère et ses frères+ vinrent le voir, mais ils ne pouvaient pas arriver jusqu’à lui à cause de la foule+. 20  On lui annonça donc : « Ta mère et tes frères sont dehors et veulent te voir. » 21  Il répondit : « Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui entendent la parole de Dieu et la mettent en pratique+. » 22  Un jour, Jésus et ses disciples montèrent dans un bateau, et il leur dit : « Passons de l’autre côté du lac. » Ils partirent donc+. 23  Mais pendant qu’ils naviguaient, il s’endormit. Un vent violent se mit à souffler sur le lac, et leur bateau se remplissait d’eau. Ils étaient en danger+. 24  Ils le réveillèrent donc en disant : « Enseignant, Enseignant*, nous allons mourir ! » Alors il se leva et parla sévèrement au vent et aux eaux déchaînées, qui s’apaisèrent. Et le calme revint+. 25  Puis il leur dit : « Où est votre foi ? » Mais ils étaient remplis de crainte et stupéfaits. Ils se disaient l’un à l’autre : « Qui est donc cet homme ? Il donne des ordres même au vent et à l’eau, et ils lui obéissent+ ! » 26  Finalement, ils abordèrent dans la région des Géraséniens+, qui est en face de la Galilée. 27  Alors que Jésus descendait du bateau, un homme de la ville qui était possédé par des démons vint à sa rencontre. Il ne portait plus de vêtements depuis longtemps, et il ne vivait pas dans une maison, mais au milieu des tombes+. 28  En voyant Jésus, il poussa des cris et se jeta à ses pieds. Et il cria très fort : « Qu’ai-​je à faire avec toi, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’en supplie, ne me tourmente pas+. » 29  (Car Jésus avait ordonné à l’esprit impur de sortir de l’homme. Plus d’une fois, l’esprit s’était emparé de lui*+. On lui avait souvent attaché les mains et les pieds avec des chaînes, et on l’avait mis sous bonne garde, mais il brisait les liens, et le démon le faisait aller dans les endroits isolés.) 30  Jésus lui demanda : « Comment t’appelles-​tu ? » Il répondit : « Légion », car beaucoup de démons étaient entrés en lui. 31  Et ils le suppliaient de ne pas leur ordonner de s’en aller dans l’abîme+. 32  Comme il y avait là, sur la montagne, un grand troupeau de porcs+ en train de manger, ils le supplièrent de leur permettre d’entrer dans les porcs. Et il le leur permit+. 33  Les démons sortirent donc de l’homme et entrèrent dans les porcs. Alors, du haut de la falaise, le troupeau se précipita dans le lac et se noya. 34  Quand les gardiens du troupeau virent ce qui s’était passé, ils s’enfuirent et racontèrent tout aux habitants de la ville et de la campagne. 35  Alors les gens sortirent voir ce qui était arrivé. Ils vinrent vers Jésus et trouvèrent, assis à ses pieds+, l’homme de qui les démons étaient sortis : il était habillé et avait toute sa raison. Et ils eurent peur. 36  Ceux qui avaient tout vu leur racontèrent comment l’homme possédé avait été guéri*. 37  Alors beaucoup d’habitants de la région des Géraséniens demandèrent à Jésus de s’en aller de chez eux, parce qu’une grande crainte les avait saisis. Il monta donc dans le bateau pour repartir. 38  L’homme de qui les démons étaient sortis lui demandait de pouvoir rester avec lui, mais Jésus le renvoya en lui disant+ : 39  « Retourne chez toi, et va raconter ce que Dieu a fait pour toi. » Il partit donc et proclama dans toute la ville ce que Jésus avait fait pour lui. 40  Quand Jésus fut de retour, une foule l’accueillit aimablement, car tout le monde l’attendait+. 41  Mais voilà qu’un homme appelé Jaïre arriva ; il était président de la synagogue. Il se jeta aux pieds de Jésus et se mit à le supplier de venir chez lui+, 42  parce que sa fille unique, qui avait environ 12 ans, était en train de mourir. Alors que Jésus était en route, la foule le serrait de près. 43  Or il y avait une femme qui avait des pertes de sang+ depuis 12 ans et que personne n’avait pu guérir+. 44  Elle s’approcha de lui par-​derrière et toucha la frange* de son vêtement*+. Immédiatement, le saignement s’arrêta. 45  Jésus demanda : « Qui m’a touché ? » Alors que chacun disait que ce n’était pas lui, Pierre dit : « Enseignant, la foule t’entoure et te serre de près+. » 46  Mais Jésus dit : « Quelqu’un m’a touché, car je sais* qu’une force+ est sortie de moi. » 47  Voyant qu’elle n’était pas passée inaperçue, la femme vint, toute tremblante, se jeter à ses pieds : elle expliqua devant tous pourquoi elle l’avait touché et qu’elle avait été guérie aussitôt. 48  Mais il lui dit : « Ma fille, ta foi t’a guérie*. Va en paix+. » 49  Alors qu’il parlait encore, un représentant du président de la synagogue arriva et dit : « Ta fille est morte. Ne dérange plus l’Enseignant+. » 50  En entendant cela, Jésus lui dit : « N’aie pas peur, aie simplement foi, et elle sera sauvée+. » 51  Quand il arriva à la maison, il ne laissa personne entrer avec lui, sauf Pierre, Jean et Jacques, ainsi que le père et la mère de l’enfant. 52  Tous les gens pleuraient et se frappaient la poitrine de chagrin. Mais il dit : « Ne pleurez plus+, car elle n’est pas morte. Elle dort+. » 53  Ils se mirent à se moquer de lui, parce qu’ils savaient qu’elle était morte. 54  Alors il la prit par la main et lui dit d’une voix forte : « Mon enfant, lève-​toi*+ ! » 55  Son esprit+ revint et elle se leva immédiatement+. Et il ordonna qu’on lui donne à manger. 56  Ses parents débordaient de joie, mais il leur commanda de ne dire à personne ce qui était arrivé+.

Notes

Ou « permis ».
Ou « Instructeur, Instructeur ».
Ou p.-ê. « depuis longtemps, l’esprit le tenait fermement ».
Ou « sauvé ».
Ou « le bout », « le bord », « les pompons ».
Ou « vêtement de dessus ».
Ou « me suis rendu compte ».
Ou « sauvée ».
Ou « réveille-​toi ».

Notes d'étude

prêcher : Traduit un mot grec qui a pour sens premier « faire une proclamation en qualité de messager public ». Ce mot souligne la manière de proclamer : généralement, il s’agit de faire une déclaration ouverte, publique, plutôt qu’un sermon ou un discours devant un groupe.

prêcher : Voir note d’étude sur Mt 3:1.

Marie, qu’on appelait la Magdaléenne : Ou « Marie-Madeleine ». Cette femme est souvent appelée Marie de Magdala. C’est dans cet épisode, qui a eu lieu au cours de la deuxième année de prédication de Jésus, qu’il est fait mention d’elle pour la première fois. Il est probable que le nom donné à cette « Marie » renvoie à la ville de Magdala. Cette ville était située sur la rive O de la mer de Galilée, à peu près à mi-chemin entre Capharnaüm et Tibériade. Certains ont émis l’idée que Magdala était la ville d’origine de Marie ou son lieu de résidence. Il est question de Marie de Magdala surtout dans les épisodes relatifs à la mort et à la résurrection de Jésus (Mt 27:55, 56, 61 ; Mc 15:40 ; Lc 24:10 ; Jean 19:25).

qui sert : Ici, c’est le verbe grec diakonéô qui est utilisé. Il est apparenté au nom diakonos (ministre, serviteur) ; ce nom désigne une personne qui, sans relâche, se dépense humblement au service des autres. Il est utilisé pour parler de Christ (Rm 15:8), des ministres ou serviteurs de Christ, qu’ils soient hommes ou femmes (Rm 16:1 ; 1Co 3:5-7 ; Col 1:23), des assistants dans l’assemblée (Php 1:1 ; 1Tm 3:8), ainsi que des domestiques (Jean 2:5, 9) et des fonctionnaires (Rm 13:4) [voir lexique à « ministre »].

Jeanne : « Jeanne » est la forme féminine abrégée du nom hébreu Jehoanân, qui signifie « Jéhovah a accordé sa faveur », « Jéhovah a été compatissant ». C’est une des femmes qui ont été guéries par Jésus. Il n’est fait mention d’elle que deux fois dans les Écritures grecques chrétiennes, et seulement dans l’Évangile de Luc (Lc 24:10).

Chouza : C’était un fonctionnaire d’Hérode Antipas ; il était peut-être préposé à l’intendance.

les servir : Ou « leur venir en aide », « subvenir à leurs besoins ». Le terme grec diakonéô peut se rapporter au fait de pourvoir aux besoins matériels des autres en se procurant de la nourriture, en la cuisinant, en la servant, etc. Il est utilisé dans un sens similaire en Lc 10:40 (« accomplir le travail »), en Lc 12:37 (« servir »), en Lc 17:8 (« sers ») et en Ac 6:2 (« distribuer la nourriture »). Mais il peut aussi se rapporter à tout autre service que l’on rend à une personne. Ici, il est employé pour parler de la façon dont les femmes mentionnées aux versets 2 et 3 soutenaient Jésus et ses disciples, les aidant ainsi à accomplir la mission que Dieu leur avait confiée. Par leurs actions, ces femmes ont glorifié Dieu, qui a montré sa reconnaissance en conservant dans la Bible le témoignage de leur générosité et de leur bonté, afin que toutes les générations futures puissent le lire (Pr 19:17 ; Hé 6:10). Le même terme grec est aussi utilisé en Mt 27:55 et en Mc 15:41 au sujet de certaines femmes (voir note d’étude sur Lc 22:26, qui donne des explications sur diakonos, un nom apparenté à diakonéô).

exemples : Ou « paraboles ». Le mot grec parabolê, qui signifie littéralement « action de placer à côté (de rapprocher) », peut désigner une parabole, un proverbe ou un exemple. Jésus a souvent expliqué une chose en la « plaçant à côté » d’une chose similaire, en les comparant (Mc 4:30). Ses exemples étaient brefs, et il s’agissait généralement de récits fictifs dont on pouvait tirer une vérité morale ou spirituelle.

cet exemple : Voir note d’étude sur Mt 13:3.

sol rocailleux : Ne désigne pas un endroit où des pierres sont éparpillées sur le sol, mais un socle rocheux ou un lit de pierre sur lequel il y a très peu de terre. Le récit parallèle de Lc 8:6 dit que les graines sont tombées « sur le roc ». Un sol de cette nature empêcherait les jeunes pousses de plonger leurs racines suffisamment profond pour trouver l’humidité dont elles ont besoin.

sur le roc : Voir note d’étude sur Mt 13:5.

dans les ronces : Jésus parle apparemment non de buissons épineux de taille adulte, mais de mauvaises herbes qui n’ont pas été enlevées de la terre labourée. En grandissant, elles étouffent les jeunes plantes.

dans les ronces : Voir note d’étude sur Mt 13:7.

saints secrets : Dans la Traduction du monde nouveau, le terme grec mustêrion est rendu 25 fois par « saint(s) secret(s) ». Au pluriel dans ce verset, cette expression désigne les aspects du projet divin qui sont cachés jusqu’à ce que Dieu décide de les faire connaître. À ce moment-​là, ils sont pleinement révélés, mais seulement à ceux à qui il décide d’accorder le discernement (Col 1:25, 26). Une fois révélés, les saints secrets de Dieu sont proclamés le plus largement possible. C’est ce qui ressort du fait que la Bible associe à l’expression « saint secret » des termes comme « annoncer », « faisant connaître », « prêcher », « révélation » ou « révélé » (1Co 2:1 ; Éph 1:9 ; 3:3 ; Col 1:25, 26 ; 4:3). Le principal « saint secret de Dieu » concernait l’identité de la « descendance » promise, ou Messie, qui s’est révélée être Jésus (Col 2:2 ; Gn 3:15). Mais ce saint secret a de multiples facettes ; il comprend par exemple le rôle attribué à Jésus dans le projet de Dieu (Col 4:3). Comme Jésus l’a montré ici, les « saints secrets » ont un lien avec le royaume des cieux, ou « royaume de Dieu », le gouvernement céleste dont Jésus sera le Roi (Mc 4:11 ; Lc 8:10 ; voir note d’étude sur Mt 3:2). Les Écritures grecques chrétiennes utilisent le terme mustêrion dans un autre sens que celui utilisé par les antiques religions à mystères. Ces religions, souvent fondées sur des cultes de la fertilité très en vogue au 1er siècle, promettaient à leurs adeptes l’immortalité, des révélations directes et un accès auprès des dieux grâce à des rites mystiques. Ces enseignements et ces rites étaient gardés secrets et ne trouvaient manifestement pas leur origine dans la vérité. Ceux qui avaient suivi les rites initiatiques de ces religions à mystères faisaient le vœu de garder pour eux les secrets et les entouraient donc de mystère, contrairement au christianisme qui proclamait publiquement les saints secrets révélés. Les Écritures utilisent le terme mustêrion à trois reprises en rapport avec le faux culte, et il est rendu deux fois par « mystère » dans la Traduction du monde nouveau (pour ces trois occurrences, voir notes d’étude sur 2Th 2:7 et Ré 17:5, 7).

saints secrets : Voir note d’étude sur Mt 13:11.

une lampe : Aux temps bibliques, les lampes utilisées dans les maisons étaient généralement des petits récipients en terre cuite qu’on remplissait d’huile d’olive.

une lampe : Voir note d’étude sur Mt 5:15.

frères : C.-à-d. les demi-frères de Jésus. Leurs noms sont mentionnés en Mt 13:55 et en Mc 6:3 (concernant le sens du mot « frère », voir note d’étude sur Mt 13:55).

Ma mère et mes frères : Ici, Jésus établit une différence entre ses frères de sang, dont certains n’avaient manifestement pas foi en lui (Jean 7:5), et ses frères spirituels, autrement dit ses disciples. Il montre que bien que les liens qui l’unissent à sa famille soient très précieux, ses relations avec ceux qui entendent la parole de Dieu et la mettent en pratique sont encore plus précieuses.

l’autre côté du lac : C.-à-d. la rive E de la mer de Galilée.

un vent de tempête très violent : Cette expression rend trois mots grecs qu’on pourrait traduire littéralement par « une grande tempête de vent » (voir note d’étude sur Mt 8:24). Marc n’était pas présent lors de cet évènement. Par conséquent, la description très vivante qu’il fait de la tempête et les autres détails de son récit indiquent peut-être qu’il a recueilli ces informations auprès de Pierre (au sujet de l’influence de Pierre sur l’Évangile de Marc, voir « Introduction à Marc »).

Un vent violent : Cette expression rend deux mots grecs qu’on pourrait traduire littéralement par « une tempête de vent » (voir note d’étude sur Mc 4:37). Ce genre de tempêtes est courant sur la mer de Galilée. La surface de ce lac se situe à environ 210 m au-dessous du niveau de la mer, et la température de l’air y est plus élevée que sur les plateaux et dans les montagnes des environs. Tout cela engendre des perturbations atmosphériques et des vents violents qui peuvent rapidement soulever de grosses vagues.

région de Gadara : Litt. « région des Gadaréniens ». Région située sur l’autre rive de la mer de Galilée, à l’E. Elle s’étendait peut-être de la mer jusqu’à la ville de Gadara, qui se trouvait à 10 km à l’intérieur des terres. Cette hypothèse semble être corroborée par des pièces de monnaie venant de Gadara, qui portent souvent l’image d’un bateau. Marc et Luc appellent la région où Jésus arrive « région des Géraséniens » (voir note d’étude sur Mc 5:1). Peut-être que ces deux régions se chevauchaient (voir app. A7, carte 3B, « Activité à la mer de Galilée », et app. B10).

Géraséniens : Les récits parallèles (Mt 8:28-34 ; Mc 5:1-20 ; Lc 8:26-39) emploient des noms différents pour désigner la région où cet évènement a eu lieu. De plus, pour un même Évangile, les manuscrits anciens contiennent eux aussi des noms différents. D’après les manuscrits les plus fiables, Matthieu a utilisé « Gadaréniens » lorsqu’il a rédigé son Évangile, alors que Marc et Luc ont employé « Géraséniens ». Toutefois, comme l’explique la note d’étude sur région des Géraséniens dans ce verset, les deux termes désignent grosso modo la même zone.

Géraséniens : Les récits parallèles (Mt 8:28-34 ; Mc 5:1-20 ; Lc 8:26-39) emploient des noms différents pour désigner la région où cet évènement a eu lieu. De plus, pour un même Évangile, les manuscrits anciens contiennent eux aussi des noms différents. D’après les manuscrits les plus fiables, Matthieu a utilisé « Gadaréniens » lorsqu’il a rédigé son Évangile, alors que Marc et Luc ont employé « Géraséniens ». Toutefois, comme l’explique la note d’étude sur région des Géraséniens dans ce verset, les deux termes désignent grosso modo la même zone.

région des Géraséniens : Région qui est en face de la Galilée, autrement dit qui se trouve sur la rive E de la mer de Galilée. Les frontières exactes de cette région sont aujourd’hui inconnues, et on ne peut pas l’identifier avec certitude. Certains associent la « région des Géraséniens » à la région qui entoure Kursi, une ville proche des escarpements de la rive E de la mer de Galilée. D’autres pensent qu’il s’agissait de la vaste région qui entourait Gerasa (Djerach), ville située à 55 km au SSE de la mer de Galilée. Mt 8:28 l’appelle la « région de Gadara [litt. : « des Gadaréniens », note] » (voir notes d’étude sur Mt 8:28 ; Mc 5:1). Même si des noms différents sont utilisés, ils désignent grosso modo la même zone située sur la rive E de la mer de Galilée ; les deux régions se chevauchaient peut-être. Par conséquent, les différents récits ne se contredisent pas (voir aussi app. A7, carte 3B, « Activité à la mer de Galilée », et app. B10).

Géraséniens : Voir note d’étude sur Mc 5:1.

tombes : Ou « tombes de souvenir » (voir lexique à « tombe de souvenir »). Apparemment, ces tombes étaient des grottes naturelles ou des cavités creusées dans la roche. En général, elles étaient situées à l’extérieur des villes. Comme les Juifs les évitaient en raison de l’impureté rituelle qu’elles pouvaient entraîner, les endroits où elles se trouvaient étaient un refuge idéal pour des personnes démonisées ou atteintes de folie.

un homme [...] possédé par des démons : Matthieu (8:28) parle de deux hommes, mais Marc (5:2) et Luc n’en mentionnent qu’un. Marc et Luc se focalisent sur un seul possédé sans doute parce que c’est à lui que Jésus a parlé et parce que sa situation était la pire. Cet homme était peut-être plus violent ou avait souffert plus longtemps sous l’emprise des démons. Il est possible aussi qu’après sa guérison et celle de l’autre homme, il ait été le seul à vouloir accompagner Jésus (Lc 8:37-39).

tombes : Voir note d’étude sur Mt 8:28.

Qu’ai-​je à faire avec toi [...] ? : Ou « qu’y a-​t-​il de commun entre moi et toi ? ». La question rhétorique du texte original se traduit littéralement par : « Quoi pour moi et pour toi ? » Cette expression, utilisée plusieurs fois dans les Écritures grecques chrétiennes (Mt 8:29 ; Mc 1:24 ; 5:7 ; Lc 4:34 ; 8:28 ; Jean 2:4), vient d’une expression idiomatique sémitique qui se retrouve dans le texte original des Écritures hébraïques (Jg 11:12, note ; Jos 22:24 ; 2S 16:10 ; 19:22 ; 1R 17:18 ; 2R 3:13 ; 2Ch 35:21 ; Os 14:8). Sa signification exacte dépend du contexte. Dans ce verset (Mc 5:7), cette expression exprime l’hostilité et le rejet. C’est pourquoi certains proposent des traductions comme : « Ne viens pas m’embêter ! » ou « Laisse-​moi tranquille ! » Dans d’autres contextes, elle exprime une différence de point de vue ou d’opinion, ou elle marque le refus de quelqu’un d’accomplir quelque chose qui lui est suggéré ; dans ces deux cas, elle n’a aucune connotation de dédain, d’arrogance ou d’hostilité (voir note d’étude sur Jean 2:4).

gardiens de prison : Le mot grec basanistês, qu’on peut traduire par « gardien de prison », a pour sens premier « bourreau », « tortionnaire », probablement parce qu’il était courant que les gardiens de prison torturent les prisonniers. Cependant, ce terme a fini par désigner les gardiens de prison de façon générale, sans doute parce que l’emprisonnement, avec ou sans violences corporelles, était considéré comme une forme de torture, ou de tourment (voir note d’étude sur Mt 8:29).

Qu’ai-​je à faire avec toi [...] ? : Voir note d’étude sur Mc 5:7.

me tourmente : Le terme grec rendu par « tourmenter » est apparenté à celui qui est rendu par « gardiens de prison » en Mt 18:34. Dans ce contexte, le « tourment » semble donc désigner l’emprisonnement dans l’« abîme » mentionné en Lc 8:31 (voir note d’étude sur Mt 18:34).

Légion : Il ne s’agissait probablement pas du véritable nom de l’homme ; ce nom montrait plutôt qu’il était possédé par de nombreux démons. C’est peut-être le chef de ces démons qui a fait dire à l’homme qu’il s’appelait Légion. Au 1er siècle de n. è., une légion romaine comptait généralement 6 000 soldats, ce qui donne à penser qu’un grand nombre de démons avaient pris possession de cet homme (voir note d’étude sur Mt 26:53).

Légion : Voir note d’étude sur Mc 5:9.

nous tourmenter : Le terme grec rendu par « tourmenter » est apparenté à celui qui est rendu par « gardiens de prison » en Mt 18:34. Dans ce contexte, le « tourment » semble donc désigner l’emprisonnement dans l’« abîme » mentionné en Lc 8:31, un récit parallèle.

l’abîme : Le mot grec abussos signifie « extrêmement profond » ou « dont on ne peut pas mesurer la profondeur », « sans fond ». Il est utilisé pour désigner un endroit où l’on est confiné ou emprisonné, ou bien une situation dont on ne peut pas se sortir. Abussos figure neuf fois dans les Écritures grecques chrétiennes : une fois dans ce verset, une fois en Rm 10:7 et sept fois dans le livre de la Révélation. La prophétie de Ré 20:1-3 annonce que Satan sera jeté dans l’abîme et qu’il y restera 1 000 ans. Quand la légion de démons a supplié Jésus de ne pas les envoyer « dans l’abîme », ils pensaient peut-être à cet évènement à venir. Au verset 28, l’un des démons a demandé à Jésus de ne pas le ‘tourmenter’. Dans le récit parallèle de Mt 8:29, les démons ont demandé à Jésus : « Es-​tu venu ici pour nous tourmenter avant le moment fixé ? » Ainsi, le « tourment » que les démons redoutaient se rapporte, semble-​t-​il, à leur confinement, ou emprisonnement, dans l’« abîme » (voir lexique et note d’étude sur Mt 8:29).

porcs : Le porc était un animal impur d’après la Loi (Lv 11:7), mais de nombreux non-Juifs vivant en Décapole achetaient et consommaient du porc. Les Grecs et les Romains considéraient cette viande comme un mets délicat. Le récit ne permet pas de savoir si les « gardiens du troupeau » étaient des Juifs qui violaient la Loi (Lc 8:34).

va raconter ce que Dieu a fait pour toi : Alors que d’habitude il donnait l’instruction de ne parler à personne de ses miracles (Mc 1:44 ; 3:12 ; 7:36 ; Lc 5:14), cette fois-​là, Jésus a demandé à cet homme de raconter à ses proches ce qui s’était passé. Pourquoi ? Peut-être parce que, comme on lui avait demandé de quitter la région, il ne pourrait pas y prêcher personnellement. De plus, le témoignage de l’homme permettrait de contrer les propos négatifs qui pourraient circuler au sujet de la perte des porcs.

toute la ville : Le récit parallèle, en Mc 5:20, dit que l’homme a commencé à proclamer « en Décapole » ce que Jésus avait fait pour lui. La ville dont il est question ici peut donc désigner l’une des villes de la région appelée la Décapole (voir lexique à « Décapole »).

unique : Le mot grec monogénês, qui peut aussi être rendu par « unique-engendré », signifie « seul de son espèce », « seul et unique », « le seul membre d’un groupe ou d’une espèce », « unique ». Ce terme est utilisé pour parler du lien qui unit un fils ou une fille à ses parents. Dans ce contexte, il se rapporte à un enfant unique. Le même mot grec est aussi employé pour parler du fils « unique » d’une veuve de Naïn ainsi que du fils « unique » d’un homme, que Jésus a guéri (Lc 7:12 ; 9:38). La Septante utilise monogénês lorsqu’elle parle de la fille de Jephté, dont il est dit : « C’était son unique enfant. Il n’avait pas de fils ni d’autre fille » (Jg 11:34). Dans les écrits de l’apôtre Jean, monogénês est employé à cinq reprises pour qualifier Jésus (pour en savoir plus sur le sens de ce terme quand il est employé pour qualifier Jésus, voir notes d’étude sur Jean 1:14 ; 3:16).

pertes de sang : Il s’agissait sans doute d’un écoulement menstruel continu. L’état de cette femme la rendait impure selon la Loi mosaïque. Elle n’était donc pas censée toucher les autres (Lv 15:19-27).

des pertes de sang : Voir note d’étude sur Mt 9:20.

Ma fille : Ce récit est le seul où Jésus s’adresse à une femme en l’appelant « ma fille », peut-être parce que la situation était délicate et que cette femme était « tremblante » (Mc 5:33 ; Lc 8:47). En utilisant ce terme d’affection — qui ne donne aucune indication sur l’âge de cette femme —, Jésus montre clairement la tendre sollicitude qu’il a pour elle.

Va en paix : Cette expression idiomatique, qui est souvent utilisée dans les Écritures grecques et hébraïques, signifie : « Que tout aille bien pour toi » (Lc 7:50 ; 8:48 ; Jc 2:16 ; cf. 1S 1:17 ; 20:42 ; 25:35 ; 29:7 ; 2S 15:9 ; 2R 5:19). Le mot hébreu souvent traduit par « paix » (shalôm) a un sens large. Il peut désigner l’absence de guerre ou de troubles (Jg 4:17 ; 1S 7:14 ; Ec 3:8), mais il peut aussi emporter l’idée de bonne santé, de sécurité, de solidité (1S 25:6, note ; 2Ch 15:5, note ; Jb 5:24, note), de prospérité (Est 10:3, note) et d’amitié (Ps 41:9). Dans les Écritures grecques chrétiennes, le mot grec traduit par « paix » (éïrênê) est utilisé dans un sens aussi large que le mot hébreu : non seulement il désigne l’absence de conflit, mais il emporte aussi l’idée de prospérité, de salut et d’harmonie.

Ma fille : Voir note d’étude sur Mc 5:34.

Va en paix : Voir note d’étude sur Mc 5:34.

n’est pas morte. Elle dort : Dans la Bible, la mort est souvent comparée au sommeil (Ps 13:3 ; Jean 11:11-14 ; Ac 7:60 ; 1Co 7:39 ; 15:51 ; 1Th 4:13). Jésus était sur le point de ramener à la vie la fille de Jaïre. Il a donc peut-être dit qu’elle dormait parce qu’il allait démontrer que, tout comme des gens peuvent être réveillés d’un profond sommeil, ils peuvent être ressuscités d’entre les morts. Le pouvoir de Jésus de ressusciter cette fille venait de son Père, « qui rend la vie aux morts et qui parle des choses qui ne sont pas encore comme si elles étaient déjà » (Rm 4:17).

elle n’est pas morte. Elle dort : Voir note d’étude sur Mc 5:39.

rendit son esprit : Ou « expira », « cessa de respirer ». Le terme « esprit » (grec pneuma) peut être compris ici dans le sens de « souffle » ou de « force de vie », ce qui est confirmé par l’utilisation du verbe grec ékpnéô (litt. « souffler ») dans le récit parallèle de Mc 15:37 (où il est traduit par « expira », ou « rendit son dernier souffle » selon la note d’étude). Certains sont d’avis que l’utilisation du terme grec traduit par « rendit » signifie que Jésus a délibérément arrêté de lutter pour rester en vie, car tout s’était accompli (Jean 19:30). Quoi qu’il en soit, il a volontairement « répandu sa vie jusqu’à la mort » (Is 53:12 ; Jean 10:11).

esprit : Ou « force de vie », « souffle ». Ici, le mot grec pneuma désigne probablement la force de vie qui est en action dans les humains et les animaux, ou tout simplement le souffle (voir note d’étude sur Mt 27:50).

Documents multimédias

Porte-lampe d’intérieur
Porte-lampe d’intérieur

Ce porte-lampe d’intérieur (1) est une représentation artistique inspirée d’objets du 1er siècle découverts en Turquie (à Éphèse) et en Italie. C’est certainement chez les familles aisées que l’on trouvait ce genre de porte-lampe. Dans les habitations plus modestes, les lampes étaient suspendues au plafond, placées dans une niche murale (2) ou posées sur un support en terre cuite ou en bois.

Bateau de pêche du 1er siècle
Bateau de pêche du 1er siècle

Cette reconstitution s’inspire à la fois de l’épave d’un bateau de pêche du 1er siècle, qui était enfouie dans la vase près des rives de la mer de Galilée, et d’une mosaïque découverte dans une maison du 1er siècle, dans la ville côtière de Migdal. Ce genre d’embarcation était sans doute équipé d’un mât et d’une ou plusieurs voiles. Son équipage pouvait compter cinq membres : quatre rameurs et un barreur, qui se tenait sur une petite plateforme surélevée à l’arrière du bateau, à la poupe. La coque du bateau mesurait 8,20 m de long et, en son milieu, elle faisait 2,30 m de large et 1,30 m de profondeur (ou : de creux). Apparemment, ce bateau pouvait transporter au moins 13 personnes.

Épave d’un bateau de pêche galiléen
Épave d’un bateau de pêche galiléen

En 1985-​1986, une sécheresse a fait baisser le niveau de la mer de Galilée au point de laisser apparaître une partie de la coque d’un bateau ancien prisonnier de la vase. L’épave du bateau fait 8,20 m de long et 2,30 m de large, et sa hauteur maximale est de 1,30 m. Les archéologues pensent que ce bateau a été construit entre le 1er siècle av. n. è. et le 1er siècle de n. è. Cette vidéo présente une reconstitution de ce bateau, qui est maintenant exposé dans un musée d’Israël. Elle montre à quoi ce bateau devait ressembler lorsqu’il naviguait sur les eaux, il y a environ 2 000 ans.

Falaises de la rive est de la mer de Galilée
Falaises de la rive est de la mer de Galilée

C’est sur la rive E de la mer de Galilée que Jésus a libéré deux hommes de l’emprise de démons, qu’il a ensuite envoyés dans un troupeau de porcs.

Jésus guérit une femme
Jésus guérit une femme

Apeurée, la femme lève les yeux vers Jésus. Elle avoue, toute tremblante, avoir touché le vêtement de Jésus pour être guérie de la maladie dont elle souffre depuis 12 ans. Jésus ne la condamne pas ; au contraire, avec bonté, il lui dit : « Ma fille, ta foi t’a guérie. Va en paix » (Lc 8:48). Jésus a accompli ce miracle alors qu’il se rendait chez Jaïre pour guérir sa fille (Lc 8:41, 42). Les miracles que Jésus a accomplis ce jour-​là montrent qu’il a le pouvoir de guérir toutes sortes de maladies et que, lorsqu’il gouvernera les humains, aucun de ses sujets ne dira : « Je suis malade » (Is 33:24).