Évangile selon Luc 7​:​1-50

7  Après avoir dit ce qu’il avait à dire au peuple, il entra dans Capharnaüm.  Là, un officier avait un serviteur qu’il aimait beaucoup. Mais ce serviteur était très malade ; il était sur le point de mourir+.  Quand l’officier entendit parler de Jésus, il envoya vers lui quelques anciens des Juifs pour lui demander de venir guérir son serviteur.  Ils vinrent donc voir Jésus et se mirent à le supplier. Ils insistèrent, en disant : « Il mérite que tu fasses cela pour lui,  car il aime notre nation et c’est lui qui a construit notre synagogue. »  Jésus les suivit donc. Mais alors qu’il n’était pas loin de la maison, des amis de l’officier vinrent lui dire de sa part : « Seigneur, ne te dérange pas, car je ne suis pas digne que tu viennes sous mon toit+.  Et je ne me suis même pas jugé digne de venir vers toi. Mais donne l’ordre, et que mon serviteur soit guéri.  Car moi aussi j’obéis à mes supérieurs, et j’ai des soldats sous mes ordres. Quand je dis à l’un : “Va !”, il va. Quand je dis à un autre : “Viens !”, il vient. Et quand je dis à mon serviteur : “Fais ceci !”, il le fait. »  En entendant ces paroles, Jésus fut admiratif. Il se tourna vers la foule qui le suivait et dit : « Je vous le dis, pas même en Israël je n’ai trouvé une foi aussi grande+. » 10  Quand ceux qui avaient été envoyés par l’officier retournèrent à la maison, ils trouvèrent le serviteur en bonne santé+. 11  Peu après, il se rendit dans une ville appelée Naïn. Ses disciples et une grande foule l’accompagnaient. 12  Quand il arriva près de la porte de la ville, eh bien, on portait dehors un mort, le fils unique d’une veuve+. Une foule considérable sortait de la ville avec elle. 13  En la voyant, le Seigneur fut ému de pitié pour elle+ et lui dit : « Ne pleure plus+. » 14  Puis il s’avança, toucha la civière*, et les porteurs s’arrêtèrent. Et il dit : « Jeune homme, je te le dis : Lève-​toi*+ ! » 15  Le mort se redressa et commença à parler. Et Jésus le donna à sa mère+. 16  Alors tous furent saisis de crainte et se mirent à rendre gloire à Dieu en disant : « Un grand prophète est apparu parmi nous+ » et « Dieu s’est occupé de son peuple+ ». 17  Et on parlait de plus en plus de lui dans la région et dans toute la Judée. 18  Les disciples de Jean lui racontèrent toutes ces choses+. 19  Jean fit alors venir deux de ses disciples et les envoya demander au Seigneur : « Es-​tu celui qui devait venir+, ou devons-​nous attendre quelqu’un d’autre ? » 20  Quand ils arrivèrent auprès de Jésus, les hommes lui dirent : « Jean le Baptiseur* nous a envoyés te demander : “Es-​tu celui qui devait venir, ou devons-​nous attendre quelqu’un d’autre ?” » 21  À ce moment-​là, il guérit beaucoup de gens atteints d’infirmités et de graves maladies+, il expulsa de nombreux esprits méchants, et il rendit la vue à beaucoup d’aveugles. 22  Il leur répondit donc : « Allez raconter à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles voient+, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent+, les morts sont ressuscités*, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres+. 23  Heureux celui qui ne trouve en moi aucune raison de trébucher+. » 24  Après le départ des hommes envoyés par Jean, Jésus commença à dire à la foule à propos de Jean : « Qu’êtes-​vous allés voir dans le désert ? Un roseau agité par le vent+ ? 25  Qu’êtes-​vous donc allés voir ? Un homme habillé de vêtements élégants*+ ? Voyons, ceux qui portent des vêtements splendides et qui vivent dans le luxe sont dans les palais des rois ! 26  Alors qu’êtes-​vous allés voir ? Un prophète ? Oui, je vous le dis, et même bien plus qu’un prophète+. 27  C’est celui à propos de qui il est écrit : “Voici que j’envoie mon messager devant toi* ; il préparera le chemin devant toi+.” 28  Je vous dis que, de tous les hommes*, aucun n’est plus grand que Jean. Mais un petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui+. » 29  (En entendant cela, tout le peuple et les collecteurs d’impôts déclarèrent que Dieu était juste, car ils avaient été baptisés du baptême de Jean+. 30  Mais les pharisiens et les spécialistes de la Loi, en refusant d’être baptisés par Jean, avaient rejeté la volonté* de Dieu les concernant+.) 31  « À qui donc pourrais-​je comparer les hommes de cette génération ? À qui ressemblent-​ils+ ? 32  Ils ressemblent à des enfants assis sur une place de marché qui se crient les uns aux autres : “Nous vous avons joué de la flûte, mais vous n’avez pas dansé. Nous nous sommes lamentés, mais vous n’avez pas pleuré.” 33  De même, Jean le Baptiseur est venu ; et comme il ne mange pas de pain et ne boit pas de vin+, vous dites : “Il a un démon en lui.” 34  Le Fils de l’homme est venu ; lui mange et boit, mais vous dites : “Regardez ! C’est un glouton et un buveur*, un ami des collecteurs d’impôts et des pécheurs+ !” 35  Cependant, la sagesse se reconnaît à tout ce qu’elle produit+. » 36  Comme un pharisien lui demandait de venir manger chez lui, Jésus entra dans sa maison et s’étendit à table+. 37  Et une femme connue dans la ville pour être une pécheresse apprit qu’il mangeait* chez ce pharisien. Elle apporta un flacon d’albâtre contenant une huile parfumée+. 38  Elle se plaça derrière lui, à ses pieds, et se mit à pleurer. Elle lui mouillait les pieds avec ses larmes et les essuyait avec ses cheveux. De plus, elle embrassait tendrement ses pieds et versait l’huile parfumée dessus. 39  En voyant cela, le pharisien qui l’avait invité se dit : « Si cet homme était vraiment un prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, quelle sorte de femme c’est : une pécheresse+. » 40  Mais Jésus lui dit : « Simon, j’ai quelque chose à te dire. » Il répondit : « Enseignant, dis-​le-​moi ! » 41  « Deux hommes devaient de l’argent à un troisième* : l’un lui devait 500 deniers, et l’autre, 50. 42  Comme ils n’avaient pas de quoi le rembourser, le prêteur a généreusement* annulé leur dette à tous les deux. À ton avis, lequel des deux l’aimera le plus ? » 43  Simon lui répondit : « Je suppose que c’est celui à qui il a fait la plus grosse remise de dette. » Jésus lui dit : « Tu as bien jugé. » 44  Puis il se tourna vers la femme et dit à Simon : « Tu vois cette femme ? Quand je suis entré dans ta maison, tu ne m’as pas donné d’eau pour mes pieds. Mais cette femme a mouillé mes pieds+ avec ses larmes et les a essuyés avec ses cheveux. 45  Tu ne m’as pas embrassé. Mais depuis que je suis arrivé, cette femme n’a pas arrêté d’embrasser tendrement mes pieds. 46  Tu ne m’as pas versé d’huile sur la tête. Mais cette femme m’a versé de l’huile parfumée sur les pieds. 47  Pour cette raison, je te dis que ses péchés, bien qu’ils soient nombreux*, sont pardonnés+, parce qu’elle a beaucoup aimé+. Mais celui à qui on pardonne peu aime peu. » 48  Puis il dit à la femme : « Tes péchés sont pardonnés+. » 49  Ceux qui étaient étendus à table avec lui commencèrent à se dire entre eux : « Qui est cet homme qui va jusqu’à pardonner les péchés+ ? » 50  Mais il dit à la femme : « Ta foi t’a sauvée+. Va en paix. »

Notes

Ou « brancard mortuaire ».
Ou « réveille-​toi ».
Litt. « le Baptiste ».
Litt. « relevés ».
Ou « moelleux ».
Litt. « ta face ».
Litt. « parmi ceux qui sont nés de femmes ».
Ou « conseil », « dessein », « direction ».
Litt. « buveur de vin ».
Ou « était étendu à table ».
Litt. « prêteur ».
Ou « volontiers ».
Ou « grands ».

Notes d'étude

Capharnaüm : Vient d’un nom hébreu qui signifie « village de Nahum » ou « village de consolation » (Na 1:1, note). Ville d’une grande importance dans le ministère terrestre de Jésus, elle est appelée « sa ville » en Mt 9:1 ; elle se trouvait sur la rive NO de la mer de Galilée.

Capharnaüm : Voir note d’étude sur Mt 4:13.

officier : Ou « centurion ». Un centurion était un officier de l’armée romaine qui dirigeait une centaine de soldats.

il envoya vers lui quelques anciens des Juifs : Le récit parallèle, en Mt 8:5, dit qu’« un officier vint vers [Jésus] ». Apparemment, quelques anciens des Juifs ont servi d’intermédiaires entre l’officier et Jésus. Seul Luc mentionne ce détail.

Seigneur : Ou « monsieur ». Ici, il s’agit d’une simple appellation de politesse.

Peu après : Certains manuscrits anciens portent ici l’expression « le lendemain », mais la formulation retenue dans le corps du texte trouve de solides appuis dans des manuscrits anciens qui font autorité.

Naïn : Naïn se trouvait en Galilée, à environ 35 km au SO de Capharnaüm, ville que Jésus venait apparemment de quitter (Lc 7:1-10). Naïn, qui n’est mentionnée qu’ici dans les Écritures grecques chrétiennes, correspond au village actuel de Nein, situé sur le versant NO de la colline de Moré, à environ 10 km au SSE de Nazareth. Aujourd’hui, le village est assez petit, mais des ruines dans ses alentours révèlent que, des siècles auparavant, il était plus grand. Naïn dominait la vallée de Jezréel et se trouvait dans un cadre naturel agréable. Cette ville a été le théâtre de la première des trois résurrections accomplies par Jésus qui sont rapportées dans la Bible ; les autres ont eu lieu à Capharnaüm et à Béthanie (Lc 8:49-56 ; Jean 11:1-44). Environ 900 ans plus tôt, dans la ville de Shounem, située non loin de là, le prophète Élisée a ressuscité le fils d’une Sunamite (2R 4:8-37).

la porte de la ville : Le mot grec polis (ville) est utilisé à trois reprises pour qualifier Naïn. Ce terme désigne habituellement une ville fortifiée, mais on ne sait pas avec certitude si Naïn avait un mur d’enceinte. Si la ville n’était pas fortifiée, la « porte » n’était peut-être qu’un espace entre des maisons par lequel une route pénétrait dans Naïn. Mais il y a des archéologues qui pensent que la ville était fortifiée. Quoi qu’il en soit, Jésus et ses disciples ont peut-être croisé le cortège funèbre à la « porte », ou entrée, E de Naïn, qui permettait d’aller vers les tombes situées à flanc de colline au SE de l’actuel Nein.

unique : Le mot grec monogénês, qui peut aussi être rendu par « unique-engendré », signifie « seul de son espèce », « seul et unique », « le seul membre d’un groupe ou d’une espèce », « unique ». Ce terme est utilisé pour parler du lien qui unit un fils ou une fille à ses parents. Dans ce contexte, il se rapporte à un enfant unique. Le même mot grec est aussi employé pour parler de la fille « unique » de Jaïre ainsi que du fils « unique » d’un homme, que Jésus a guéri (Lc 8:41, 42 ; 9:38). La Septante utilise monogénês lorsqu’elle parle de la fille de Jephté, dont il est dit : « C’était son unique enfant. Il n’avait pas de fils ni d’autre fille » (Jg 11:34). Dans les écrits de l’apôtre Jean, monogénês est employé à cinq reprises pour qualifier Jésus (pour en savoir plus sur le sens de ce terme quand il est employé pour qualifier Jésus, voir notes d’étude sur Jean 1:14 ; 3:16).

fut ému de pitié : Ou « eut de la compassion ». Le verbe grec splagkhnizomaï, traduit par « fut ému de pitié », dérive d’un mot qui signifie « intestins » (splagkhna) et qui emporte l’idée d’une émotion intense, ressentie au plus profond de soi. En grec, c’est un des mots les plus forts servant à rendre l’idée de compassion.

deux de ses disciples : Le récit parallèle, en Mt 11:2, 3, dit simplement que Jean le Baptiseur a envoyé « ses disciples ». Luc, lui, précise le nombre de disciples.

un lépreux : C’est-à-dire une personne atteinte d’une grave maladie de la peau. La lèpre dont parle la Bible ne désigne pas seulement la maladie qui porte ce nom aujourd’hui. Le mot hébreu traduit par « lèpre » a un sens large : la « lèpre » désignait plusieurs maladies de peau et pouvait toucher des vêtements et des maisons. Si quelqu’un était déclaré lépreux, il devait vivre à l’écart tant qu’il n’était pas guéri (Lv 13:2, 45, 46 ; voir lexique à « lèpre ; lépreux »).

lépreux : Voir note d’étude sur Mt 8:2 et lexique à « lèpre ; lépreux ».

vous baptise : Ou « vous immerge ». Le mot grec baptizô signifie « immerger », « plonger ». D’autres passages bibliques montrent que le baptême consiste en une immersion complète dans l’eau. Un jour, Jean a baptisé des personnes à un endroit de la vallée du Jourdain proche de Salim, « parce qu’il y avait là beaucoup d’eau » (Jean 3:23). Quand Philippe a baptisé l’eunuque éthiopien, ils « descendirent dans l’eau » tous les deux (Ac 8:38). Le même mot grec est employé dans la Septante en 2R 5:14 à propos de Naamân, qui ‘se plongea sept fois dans le Jourdain’.

baptême qui symbolisait le repentir : Litt. « baptême de repentir ». Ce baptême ne lavait pas des péchés. En fait, ceux qui se faisaient baptiser montraient publiquement qu’ils se repentaient de leurs péchés commis contre la Loi et qu’ils étaient déterminés à changer de comportement. Leur repentir contribuait à les mener à Christ (Ga 3:24). Jean préparait ainsi un peuple à voir le « salut » que Dieu allait apporter (Lc 3:3-6 ; voir notes d’étude sur Mt 3:2, 8, 11 et lexique à « baptiser ; baptême » et à « repentir »).

baptême : Le mot grec baptisma signifie « immersion », « submersion » (voir notes d’étude sur Mt 3:11 ; Mc 1:4).

ne mange pas et ne boit pas : De toute évidence, cette expression est une allusion à la vie de sacrifice que menait Jean. Par exemple, il jeûnait, et comme il était naziréen, il ne buvait pas d’alcool (Nb 6:2-4 ; Mt 9:14, 15 ; Lc 1:15 ; 7:33).

ne mange pas de pain et ne boit pas de vin : Voir note d’étude sur Mt 11:18.

collecteurs d’impôts : Beaucoup de Juifs prélevaient les impôts pour le compte des autorités romaines. On les haïssait non seulement parce qu’ils collaboraient avec une puissance étrangère détestée, mais aussi parce qu’ils exigeaient plus que le taux officiel de l’impôt. Les autres Juifs évitaient généralement de côtoyer les collecteurs d’impôts et les reléguaient au rang des pécheurs et des prostituées (Mt 11:19 ; 21:32).

collecteurs d’impôts : Voir note d’étude sur Mt 5:46.

se reconnaît à tout ce qu’elle produit : Ou « se révèle juste par tous ses enfants ». Ici, la sagesse est personnifiée et présentée comme ayant des enfants. Le récit parallèle, en Mt 11:19, dit que la sagesse produit des « œuvres ». Les enfants de la sagesse, ou ses œuvres — c’est-à-dire les œuvres et la conduite justes de Jean le Baptiseur et de Jésus —, prouvent que les accusations portées contre ces deux hommes sont fausses. Jésus dit en quelque sorte : « Regardez nos œuvres et notre conduite, qui sont justes, et vous saurez que ces accusations sont fausses. »

un pharisien [...] Jésus entra dans sa maison : Des quatre évangélistes, seul Luc rapporte que des pharisiens ont invité Jésus à manger chez eux et qu’il a accepté. Les autres invitations sont mentionnées en Lc 11:37 ; 14:1.

une femme connue [...] pour être une pécheresse : La Bible montre que tous les humains sont pécheurs (2Ch 6:36 ; Rm 3:23 ; 5:12). Ici, le terme « pécheresse » est donc utilisé dans un sens plus restreint. Il désigne apparemment une personne qui avait la réputation de pratiquer le péché, qu’il s’agisse de péchés d’ordre moral ou d’actes illégaux (Lc 19:7, 8). Seul Luc raconte que cette femme pécheresse, peut-être une prostituée, a versé de l’huile sur les pieds de Jésus. L’expression grecque rendue par « connue pour être » signifie littéralement « qui était ». Mais dans ce contexte, elle se rapporte probablement à une caractéristique d’une personne ou à sa réputation, ou bien à la catégorie de gens à laquelle une personne appartient.

péchés : Litt. « dettes ». Quand nous péchons contre quelqu’un, nous contractons une dette, ou une obligation, envers lui ; nous devons donc rechercher son pardon. Et nous ne pouvons bénéficier du pardon de Dieu que si nous « pardonnons à ceux qui pèchent contre nous [litt. : « annulons les dettes de nos débiteurs »] » (Mt 6:14, 15 ; 18:35 ; Lc 11:4).

a annulé sa dette : Le mot grec traduit ici par « annuler » peut aussi être rendu par « pardonner ». Dans un sens figuré, le mot « dettes » peut désigner des péchés (voir note d’étude sur Mt 6:12).

qui pèchent contre nous : Litt. « qui nous doivent ». Quand nous péchons contre quelqu’un, nous contractons envers lui une dette au sens figuré, ou une obligation ; nous devons donc rechercher son pardon. Dans la prière modèle que Jésus a enseignée lors du Sermon sur la montagne, il a utilisé un terme qui signifie littéralement « dettes », et non péchés (voir note d’étude sur Mt 6:12). Le mot grec rendu par pardonner signifie littéralement « laisser aller », autrement dit annuler une dette en n’exigeant pas son remboursement.

Deux hommes devaient de l’argent : Au 1er siècle, les relations entre créancier et débiteur étaient bien connues des Juifs, et Jésus s’en est parfois servi dans ses exemples (Mt 18:23-35 ; Lc 16:1-8). Seul Luc rapporte cet exemple de deux débiteurs, dont l’un devait dix fois plus que l’autre. Jésus a donné cet exemple à cause du comportement de son hôte, Simon, envers la femme qui avait versé de l’huile sur ses pieds (Lc 7:36-40). Il compare le péché à une dette trop grande pour être remboursée et il met en évidence ce principe : « Celui à qui on pardonne peu aime peu » (Lc 7:47 ; voir notes d’étude sur Mt 6:12 ; 18:27 ; Lc 11:4).

deniers : Un denier était une pièce de monnaie romaine en argent qui pesait 3,85 g ; le visage de César était représenté sur l’un de ses côtés. Comme le montre Mt 20:2, au temps de Jésus, les ouvriers agricoles recevaient généralement un denier pour une journée de travail de 12 heures (voir lexique à « denier » et app. B14).

eau pour mes pieds : Dans l’Antiquité, comme aujourd’hui encore dans de nombreux endroits du monde, les gens se déplaçaient essentiellement à pied. Certains parmi les gens du peuple marchaient pieds nus, mais beaucoup portaient des sandales, qui étaient faites de simples semelles retenues par des lanières en cuir. Quand on entrait dans une maison, on retirait ses sandales. Une marque d’hospitalité élémentaire consistait à laver les pieds d’un invité. Cette tâche était effectuée soit par le maître de maison, soit par un serviteur. Sinon, au minimum, on apportait de l’eau à l’invité pour qu’il se lave les pieds (Gn 18:4 ; 24:32 ; 1S 25:41 ; Lc 7:37, 38).

Tu ne m’as pas embrassé : Aux temps bibliques, embrasser quelqu’un était une marque d’affection ou de respect. L’action d’embrasser pouvait consister à poser ses lèvres sur celles de quelqu’un (Pr 24:26), sur sa joue ou, dans de rares cas, sur ses pieds (Lc 7:37, 38). Il était courant pour les membres d’une famille de s’embrasser (Gn 29:11 ; 31:28), non seulement entre hommes et femmes, mais aussi entre hommes (Gn 27:26, 27 ; 45:15 ; Ex 18:7 ; 2S 14:33). C’était également un geste d’affection entre amis intimes (1S 20:41, 42 ; 2S 19:39).

Documents multimédias

Palais des rois
Palais des rois

Quand Jésus a fait mention des « palais des rois » (Mt 11:8 ; Lc 7:25), ses auditeurs ont sans doute pensé aux nombreux palais luxueux qu’Hérode le Grand a construits. La photo montre les ruines d’une petite partie des palais d’hiver qu’il a construits à Jéricho. On y voit un bâtiment qui comprenait une salle de réception à colonnades (cette pièce mesurait 29 m sur 19 m), des cours à colonnades entourées de nombreuses pièces et des bains avec leurs systèmes de chauffage et de refroidissement. Des jardins encaissés étaient attenants à ce palais. On pense qu’il a été incendié lors d’un soulèvement survenu quelques dizaines d’années avant que Jean le Baptiseur commence son ministère, et il a été reconstruit par Archélaüs, fils d’Hérode.

Place du marché
Place du marché

Certains marchés, comme celui représenté ici, se situaient le long d’une rue. Généralement, les commerçants étalaient dans la rue tellement de marchandises que cela bloquait la circulation. Les habitants pouvaient acheter des articles ménagers courants, de la poterie, de la verrerie coûteuse ou des produits frais. Comme les systèmes de réfrigération n’existaient pas, les gens devaient se rendre au marché chaque jour pour faire des achats. Là, une personne qui faisait ses courses pouvait entendre les dernières nouvelles apportées par des marchands ou d’autres visiteurs, les enfants pouvaient jouer, et les personnes sans emploi pouvaient chercher du travail. Jésus a guéri des malades sur des places de marché, et Paul a prêché dans ce genre d’endroits (Ac 17:17). Les scribes et les pharisiens, des hommes orgueilleux, aimaient quant à eux être remarqués et salués dans ces lieux publics.

Flûte en os
Flûte en os

Aux temps bibliques, on fabriquait des flûtes avec des roseaux ou d’autres tiges, voire même avec des os ou de l’ivoire. La flûte était l’un des instruments de musique les plus populaires. On en jouait lors d’évènements joyeux, comme un banquet ou un mariage (1R 1:40 ; Is 5:12 ; 30:29), coutume que les enfants imitaient dans les lieux publics. On en jouait aussi en période de tristesse ; souvent, des flûtistes jouaient des mélodies funèbres pour accompagner les pleureurs professionnels. Sur la photo, on voit un bout de flûte qui a été retrouvé à Jérusalem, dans une couche de décombres datant de la destruction du Temple par les Romains. Ce morceau mesure 15 cm de long ; il provient vraisemblablement d’une patte de vache ou de bœuf.

Flacon d’albâtre
Flacon d’albâtre

À l’origine, les flacons à parfum de ce genre étaient fabriqués dans une roche que l’on trouvait près de la ville d’Alabastron, en Égypte. La roche, formée de carbonate de calcium, a fini par être appelée « albâtre », et le flacon était appelé en grec alabastron. Le flacon sur la photo a été découvert en Égypte et a été fabriqué entre 150 av. n. è. et 100 de n. è. Un matériau moins coûteux, comme le gypse, était utilisé pour fabriquer des flacons ressemblant à ceux en albâtre. On les appelait aussi alabastron en raison de l’usage qu’on en faisait. Toutefois, c’était dans des récipients en albâtre véritable que l’on conservait les onguents et les parfums les plus coûteux, comme ceux qui ont été versés sur Jésus en deux occasions : une fois chez un pharisien, en Galilée, et une autre fois chez Simon le lépreux, à Béthanie.