Évangile selon Luc 20​:​1-47

20  Un de ces jours-​là, pendant qu’il enseignait le peuple dans le Temple et annonçait la bonne nouvelle, les prêtres en chef, les scribes et les anciens s’approchèrent de lui  et lui demandèrent : « Dis-​nous : De quel droit fais-​tu ces choses ? Qui t’a donné ce droit+ ? »  Il leur répondit : « Moi aussi, je vais vous poser une question. Dites-​moi donc :  le baptême* de Jean venait-​il du ciel ou des hommes* ? »  Alors ils se mirent à discuter entre eux : « Si nous répondons : “Du ciel”, il dira : “Pourquoi ne l’avez-​vous pas cru ?”  Mais si nous disons : “Des hommes”, tout le peuple nous lapidera, car il est persuadé que Jean était un prophète+. »  Ils répondirent donc qu’ils ne savaient pas.  Alors Jésus leur dit : « Moi non plus je ne vous dis pas de quel droit je fais ces choses. »  Puis il donna cet exemple au peuple : « Un homme a planté une vigne+, l’a louée à des cultivateurs et il est parti en voyage à l’étranger pour longtemps+. 10  Le moment venu, il a envoyé un serviteur vers les cultivateurs pour qu’ils lui donnent une partie des raisins. Cependant, les cultivateurs l’ont renvoyé les mains vides après l’avoir battu+. 11  Alors il leur a de nouveau envoyé un serviteur, mais celui-là aussi, ils l’ont battu, humilié* et renvoyé les mains vides. 12  Il en a encore envoyé un, un troisième, mais celui-là aussi, ils l’ont blessé et jeté dehors. 13  Le propriétaire de la vigne a donc dit : “Que faire ? Je vais envoyer mon fils bien-aimé+. Lui, ils le respecteront sûrement.” 14  Quand les cultivateurs ont aperçu son fils, ils ont tenu ce raisonnement : “C’est l’héritier. Tuons-​le pour que l’héritage soit à nous.” 15  Alors ils l’ont jeté hors de la vigne et l’ont tué+. Que leur fera donc le propriétaire ? 16  Il viendra tuer ces cultivateurs, et il donnera la vigne à d’autres. » En entendant ces mots, le peuple dit : « Que cela n’arrive jamais ! » 17  Mais il les regarda bien en face et dit : « Que signifie donc ce passage des Écritures : “C’est la pierre que les bâtisseurs ont rejetée qui est devenue la principale pierre d’angle+” ? 18  Celui qui tombera sur cette pierre sera brisé+. Et celui sur qui elle tombera sera écrasé. » 19  Les scribes et les prêtres en chef cherchèrent alors à se saisir de lui à l’instant même, car ils s’étaient rendu compte que c’étaient eux qu’il visait par cet exemple. Mais ils avaient peur du peuple+. 20  Après l’avoir observé attentivement, ils engagèrent secrètement des hommes qui feraient semblant d’être justes et les envoyèrent vers lui. Ils voulaient le prendre au piège dans ses paroles+ afin de le livrer aux autorités et au gouverneur*. 21  Ces hommes l’interrogèrent donc : « Enseignant, nous savons que ce que tu dis et enseignes est exact, que tu n’es pas partial et que ce que tu enseignes à propos de Dieu est en accord avec la vérité. 22  Nous est-​il permis ou non de payer* des impôts à César ? » 23  Discernant leur ruse, il leur répondit : 24  « Montrez-​moi un denier. Ce visage et cette inscription, de qui sont-​ils ? » Ils dirent : « De César. » 25  Il reprit : « Rendez donc les choses de César à César+, mais les choses de Dieu à Dieu+. » 26  Ainsi, ils furent incapables de le prendre au piège dans ses paroles devant le peuple. Stupéfaits de sa réponse, ils ne dirent plus rien. 27  Cependant, des sadducéens vinrent le voir. (Les sadducéens disent qu’il n’y a pas de résurrection+.) Ils lui demandèrent+ : 28  « Enseignant, voici ce que Moïse nous a prescrit : “Si un homme marié meurt sans enfant, son frère doit prendre sa veuve et donner une descendance à cet homme+.” 29  Or il y avait sept frères. Le premier s’est marié, mais il est mort sans enfant. 30  Le deuxième, 31  puis le troisième se sont mariés avec la veuve, et ainsi de suite jusqu’au septième. Ils sont tous morts sans avoir d’enfant. 32  Finalement, la femme aussi est morte. 33  À la résurrection, de qui deviendra-​t-​elle donc la femme ? Car les sept l’ont eue pour femme. » 34  Jésus leur dit : « Les gens du présent monde se marient et sont donnés en mariage, 35  mais ceux qui auront été jugés dignes de vivre dans le monde à venir et de ressusciter ne se marieront pas ni ne seront donnés en mariage+. 36  Et ils ne pourront plus mourir non plus, car ils seront comme les anges, et ils seront enfants de Dieu en étant enfants de la résurrection. 37  Mais que les morts sont ressuscités*, Moïse lui-​même l’a indiqué quand, dans le récit concernant le buisson épineux+, il appelle Jéhovah “le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob+”. 38  Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants, car pour lui, ils sont tous vivants+. » 39  Alors quelques-uns des scribes dirent : « Enseignant, tu as bien répondu. » 40  Car ils n’avaient plus le courage de lui poser une seule question. 41  À son tour il leur demanda : « Pourquoi dit-​on que le Christ est le fils de David+ ? 42  Car David lui-​même dit dans le livre des Psaumes : “Jéhovah a dit à mon Seigneur : ‘Assieds-​toi à ma droite 43  jusqu’à ce que je place tes ennemis comme un escabeau sous tes pieds+.’” 44  Ainsi David l’appelle Seigneur. Alors comment peut-​il être son fils ? » 45  Puis, alors que tout le peuple écoutait, il dit aux disciples : 46  « Méfiez-​vous des scribes qui aiment circuler en longs vêtements, être salués sur les places de marché et avoir les premiers sièges dans les synagogues et les places les plus en vue dans les repas*+. 47  Ils prennent aux veuves tout ce qu’elles ont*, et pour se faire remarquer*, ils disent de longues prières. Ils recevront un jugement plus sévère. »

Notes

Ou « humains ».
Ou « immersion », « submersion ».
Ou « déshonoré », « traité avec mépris ».
Litt. « pouvoir du gouverneur ».
Ou « est-​il bien ou non que nous payions ».
Litt. « relevés ».
Ou « repas du soir ».
Litt. « dévorent les maisons des veuves ».
Ou « comme prétexte ».

Notes d'étude

prêtres en chef : Voir note d’étude sur Mt 2:4.

scribes : Voir note d’étude sur Mt 2:4.

anciens : Voir note d’étude sur Mt 16:21.

exemple : Ou « parabole » (voir note d’étude sur Mt 13:3).

a louée : Voir note d’étude sur Mt 21:33.

pour longtemps : Seul Luc donne cette précision dans l’exemple des vignerons meurtriers (cf. récits parallèles, en Mt 21:33 et en Mc 12:1).

la principale pierre d’angle : Litt. « la tête de l’angle » (voir note d’étude sur Mt 21:42).

denier : Pièce de monnaie romaine en argent qui portait une inscription de César. Il s’agissait de la ‘pièce avec laquelle on payait l’impôt’ que les Romains prélevaient auprès des Juifs (Mt 22:17, 19 ; Lc 20:22). Au temps de Jésus, les ouvriers agricoles recevaient généralement un denier pour une journée de travail de 12 heures. Les Écritures grecques chrétiennes utilisent souvent le denier comme unité de référence pour indiquer la valeur monétaire ou le prix de quelque chose (Mt 20:2 ; Mc 6:37 ; 14:5 ; Ré 6:6). Différentes pièces de monnaie en cuivre ou en argent étaient en circulation en Israël, par exemple des pièces en argent fabriquées à Tyr, qui servaient à payer l’impôt destiné au Temple. Cependant, pour payer l’impôt aux Romains, les Juifs utilisaient apparemment le denier en argent, qui portait le visage de César (voir lexique et app. B14).

Ce visage et cette inscription : Voir note d’étude sur Mt 22:20.

Rendez : Voir note d’étude sur Mt 22:21.

les choses de César à César : C’est le seul épisode de la Bible (voir aussi récits parallèles, en Mt 22:21 et en Mc 12:17) où Jésus parle de l’empereur romain. Les « choses de César » comprennent le paiement pour les services rendus par les autorités civiles, ainsi que l’honneur et la soumission relative qui leur sont dus (Rm 13:1-7).

les choses de Dieu à Dieu : Voir note d’étude sur Mt 22:21.

sadducéens : Il s’agit de la seule mention des sadducéens dans l’Évangile de Luc (voir lexique). Ce nom (grec Saddoukaïos) a probablement un lien avec Zadok (souvent rendu par Saddouk dans la Septante). Zadok a été nommé grand prêtre à l’époque de Salomon, et ses descendants ont apparemment occupé la fonction de prêtres pendant des siècles (1R 2:35).

résurrection : Le mot grec anastasis signifie littéralement « action de se lever », « action de se mettre debout ». Il est utilisé une quarantaine de fois dans les Écritures grecques chrétiennes en lien avec la résurrection des morts (Mt 22:23, 31 ; Lc 20:33 ; Ac 4:2 ; 24:15 ; 1Co 15:12, 13). La Septante utilise en Is 26:19 le verbe apparenté à anastasis pour rendre le verbe hébreu qui a été traduit par « revivre » dans l’expression « tes morts revivront » (voir lexique).

se sont mariés avec la veuve : Voir note d’étude sur Mc 12:21.

gens : Ou « enfants ». Litt. « fils ». Ici, le sens du mot grec pour « fils » ne se restreint pas à « descendant immédiat de sexe masculin ». Le fait que ce mot englobe aussi bien les hommes que les femmes ressort clairement de l’utilisation du terme grec traduit par donnés en mariage, terme qu’on n’utilise que pour les femmes. Dans ce contexte, l’expression littérale « fils du présent monde » est manifestement une expression idiomatique qui désigne des personnes dont l’état d’esprit et le mode de vie portent l’empreinte du présent monde.

du présent monde : Ou « de cette ère », « de ce système de choses ». Le terme grec aïôn, rendu ici par « monde », peut désigner une situation d’ensemble (ou : un état de choses) ou les particularités qui caractérisent une certaine période, époque ou ère (un « temps » de l’histoire). Dans ce contexte, l’expression grecque se rapporte au monde actuel (voir notes d’étude sur Mt 12:32 ; Mc 10:30 et lexique à « système de choses »).

le monde à venir : Ou « cette ère », « ce système de choses ». Le terme grec aïôn, rendu ici par « monde », peut désigner une situation d’ensemble (ou : un état de choses) ou les particularités qui caractérisent une certaine période, époque ou ère (un « temps » de l’histoire). Ici, l’expression grecque se rapporte au monde qui sera sous la domination de Dieu et où les morts seront ressuscités (voir notes d’étude sur Mt 12:32 ; Mc 10:30 et lexique à « système de choses »).

enfants : Litt. « fils ». Dans ce verset, il y a deux fois le mot grec pour « fils ». Dans certains contextes, le sens de ce mot ne se restreint pas à « descendant immédiat de sexe masculin » (voir note d’étude sur Lc 20:34).

Moïse lui-​même l’a indiqué : Voir note d’étude sur Mc 12:26.

quand […] il appelle Jéhovah “le Dieu d’Abraham” : Ou « quand […] il dit : “Jéhovah le Dieu d’Abraham” ». Ici, Jésus est en train d’expliquer que Moïse parle de Jéhovah comme étant toujours le Dieu des patriarches, alors qu’ils sont morts depuis longtemps. La citation faite par Jésus est tirée d’Ex 3:6. D’après les versets qui précèdent (Ex 3:4, 5), c’est « Jéhovah » qui parle ; et, en Ex 3:6, Jéhovah dit à Moïse : « Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob. » À ce moment-​là, Abraham était mort depuis 329 ans, Isaac depuis 224 ans et Jacob depuis 197 ans. Pourtant, Jéhovah n’a pas dit : ‘J’étais leur Dieu’, mais ‘Je suis leur Dieu’. Par ailleurs, l’utilisation du nom Jéhovah dans le contexte d’Ex 3:6 est l’une des raisons pour lesquelles la Traduction du monde nouveau utilise ici le nom Jéhovah dans le corps du texte (voir app. C1 et C3, introduction ; Lc 20:37).

car pour lui, ils sont tous vivants : Ou « car de son point de vue, ils sont tous vivants ». La Bible montre que ceux qui sont vivants mais éloignés de Dieu sont morts à ses yeux (Éph 2:1 ; 1Tm 5:6). À l’inverse, ceux qui ont son approbation et qui meurent restent vivants de son point de vue, car il ne fait aucun doute qu’il va les ressusciter (Rm 4:16, 17).

Jéhovah : Le nom divin, représenté par quatre consonnes hébraïques (translittérées par YHWH), figure dans le texte hébreu original de Ps 110:1, qui est cité ici. Mais, comme l’explique l’app. A5, la plupart des traductions de la Bible n’utilisent pas le nom divin dans ce que beaucoup appellent le Nouveau Testament, pas même dans les citations des Écritures hébraïques. La plupart des Bibles emploient tout simplement « Seigneur ». Toutefois, comme le montre l’app. C, certaines versions de la Bible utilisent dans le corps du texte des Écritures grecques chrétiennes des traductions telles que Jéhovah, Yahveh, Yahweh, יהוה (YHWH, c’est-à-dire le Tétragramme), ou encore LORD (SEIGNEUR) et ADONAI en lettres capitales (pour signaler qu’il s’agit de substituts du nom divin). Dans les Bibles françaises, le nom divin a généralement été omis du texte des Écritures grecques chrétiennes. Mais il est employé dans certaines traductions : Les Saints Évangiles Traduction Nouvelle, d’Henri Lasserre (1887), emploient plusieurs fois « Jéhovah » ; dans la version de Darby (1940), « Jéhovah » figure dans des notes ; la version de Chouraqui (2003) utilise « IHVH » associé à « Adonaï » ; et les Évangiles et l’Apocalypse de Claude Tresmontant (parus entre 1984 et 1988) emploient « yhwh ». Certaines éditions du 17e siècle de la King James Version [Version du roi Jacques] utilisent « the LORD » (« le SEIGNEUR ») en lettres capitales ici, en Lc 20:42, et dans trois autres versets des Écritures grecques chrétiennes qui citent Ps 110:1 (Mt 22:44 ; Mc 12:36 ; Ac 2:34). Des éditions plus récentes, y compris la version française de 2011, ont perpétué cette tradition. Puisque « the LORD » en lettres capitales est utilisé dans les Écritures hébraïques de cette traduction pour signaler les endroits où le texte hébreu original emploie le nom divin, le recours à cette même façon d’écrire « the LORD » dans les Écritures grecques chrétiennes indiquerait donc les endroits où, d’après les traducteurs, il est question de Jéhovah. Il est aussi intéressant de noter que la New King James Version, publiée pour la première fois en 1979, étend l’utilisation de « the LORD » à tous les endroits où cette expression remplace le nom divin dans des citations des Écritures hébraïques.

places de marché : Voir note d’étude sur Mt 23:7.

premiers sièges : Voir note d’étude sur Mt 23:6.

Documents multimédias

Les premiers sièges dans les synagogues
Les premiers sièges dans les synagogues

La reconstitution présentée dans cette vidéo a été effectuée notamment à partir des ruines de la synagogue de Gamala, une ville située à 10 km au NE de la mer de Galilée. Il n’existe aujourd’hui aucune synagogue du 1er siècle qui soit restée intacte ; on n’a donc aucune certitude quant à leur configuration précise. La synagogue présentée dans cette vidéo comporte des éléments qui étaient sans doute présents dans beaucoup de synagogues de cette époque.

1. Les premiers, ou meilleurs, sièges de la synagogue. Ils étaient situés sur l’estrade ou tout près de celle-ci.

2. L’estrade depuis laquelle on lisait les Saintes Écritures. L’emplacement de l’estrade pouvait varier d’une synagogue à l’autre.

3. Les places situées le long des murs. Elles étaient peut-être occupées par ceux qui avaient une certaine position dans la société. Les autres s’asseyaient sans doute sur des nattes posées à même le sol. Dans la synagogue de Gamala, il y avait apparemment quatre rangées de gradins.

4. L’arche, une sorte d’armoire ou de coffre, dans laquelle on conservait les rouleaux sacrés. Elle pouvait se trouver contre le mur du fond.

L’attribution des places à la synagogue rappelait constamment à ceux qui étaient présents que certains avaient une position plus élevée que d’autres, sujet qui a souvent fait débat parmi les disciples de Jésus (Mt 18:1-4 ; 20:20, 21 ; Mc 9:33, 34 ; Lc 9:46-48).

Les places en vue dans les repas
Les places en vue dans les repas

Au 1er siècle, il était courant qu’on s’étende à table lors du repas. On s’appuyait sur le coude gauche, posé sur un coussin, et on mangeait de la main droite. Dans la culture gréco-romaine, la salle à manger comportait généralement trois divans disposés autour d’une table basse. Les Romains appelaient ce genre de salle à manger un triclinium (mot latin dérivé d’un mot grec qui signifie « salle à manger avec trois divans »). Habituellement, cet agencement permettait d’accueillir neuf personnes, trois sur chaque divan. Mais avec le temps, on s’est mis à utiliser des divans plus grands, sur lesquels plus de monde pouvait s’étendre. On avait coutume d’attribuer à chaque place dans la salle à manger un niveau d’honneur différent. On attribuait à un divan (A) le niveau d’honneur le plus bas, à un autre (B) le niveau moyen, et au dernier (C) le niveau le plus haut. On donnait aussi aux places sur le divan un niveau d’honneur différent : on considérait qu’un convive était supérieur à son voisin de droite et inférieur à son voisin de gauche. Lors d’un banquet officiel, l’hôte s’asseyait généralement à la place la plus à gauche (1) sur le divan ayant le niveau d’honneur le plus bas. La place la plus en vue se situait sur le divan du milieu, à côté de l’hôte (2). On ne sait pas dans quelle mesure les Juifs avaient adopté cette coutume, mais Jésus y a manifestement fait allusion quand il a enseigné à ses disciples la nécessité d’être humble.