Évangile selon Luc 13​:​1-35

13  À ce moment-​là, certains de ceux qui étaient présents parlèrent à Jésus des Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang à celui de leurs sacrifices.  Alors il leur dit : « Pensez-​vous que ces Galiléens ont subi ces choses parce qu’ils étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens ?  Pas du tout ! Mais si vous ne vous repentez pas, vous mourrez tous, vous aussi+.  Ou ces 18 personnes sur qui la tour de Siloé est tombée et qu’elle a tuées, pensez-​vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ?  Pas du tout ! Mais si vous ne vous repentez pas, vous mourrez tous, vous aussi. »  Puis il donna cet exemple : « Un homme avait un figuier dans sa vigne. Il est venu y chercher des fruits, mais il n’en a pas trouvé+.  Alors il a dit au vigneron : “Cela fait trois ans que je viens chercher des fruits sur ce figuier, mais je n’en ai jamais trouvé. Coupe-​le ! Pourquoi continuerait-​il à occuper le terrain inutilement ?”  L’homme lui a répondu : “Maître, laisse-​le encore un an. Je vais creuser tout autour et mettre du fumier.  Si dans l’avenir il donne des fruits, c’est très bien. Sinon, tu le feras couper+.” » 10  Un jour de sabbat, Jésus enseignait dans une synagogue. 11  Et voici qu’il y avait là une femme qu’un démon rendait invalide* depuis 18 ans : elle était courbée en deux et ne pouvait pas du tout se redresser. 12  Quand il la vit, Jésus s’adressa à elle en disant : « Femme, tu es délivrée de ton infirmité+. » 13  Puis il posa les mains sur elle, et aussitôt, elle se redressa et se mit à glorifier Dieu. 14  Le président de la synagogue s’indigna parce que Jésus avait fait cette guérison le jour du sabbat. Alors il dit à la foule : « Il y a six jours pour travailler+. Venez donc vous faire guérir ces jours-​là, mais pas le jour du sabbat+ ! » 15  Cependant, le Seigneur lui répondit : « Hypocrites+ ! Est-​ce que, le jour du sabbat, chacun de vous ne détache pas son taureau ou son âne pour le sortir de l’étable et l’emmener boire+ ? 16  Cette femme, qui est une descendante* d’Abraham et que Satan a gardée liée pendant 18 ans, ne fallait-​il pas la libérer de ses liens le jour du sabbat ? » 17  À ces paroles, tous ses adversaires se sentirent honteux. Mais la foule tout entière se réjouissait de toutes les choses merveilleuses qu’il faisait+. 18  Il dit alors : « À quoi le royaume de Dieu ressemble-​t-​il ? À quoi pourrais-​je le comparer ? 19  Il est comme une graine de moutarde qu’un homme prend et sème dans son jardin. Elle pousse et devient un arbre, et les oiseaux viennent faire leur nid dans ses branches+. » 20  Il dit encore : « À quoi pourrais-​je comparer le royaume de Dieu ? 21  Il est comme du levain qu’une femme prend et mélange à trois grandes mesures* de farine, et toute la pâte fermente+. » 22  Et Jésus allait de ville en ville et de village en village : il enseignait tout en continuant sa route vers Jérusalem. 23  Un homme lui demanda : « Seigneur, n’y aura-​t-​il que peu de gens qui seront sauvés ? » Il dit alors : 24  « Faites de vigoureux efforts pour entrer par la porte étroite+, car je vous dis que beaucoup essaieront d’entrer, mais ils ne le pourront pas. 25  Une fois que le maître de maison se sera levé et aura verrouillé la porte, vous, vous serez dehors ; vous frapperez à la porte en disant : “Seigneur, ouvre-​nous+.” Mais il vous répondra : “Je ne sais pas d’où vous êtes.” 26  Alors vous direz : “Nous avons mangé et bu avec toi, et tu as enseigné dans nos grandes rues+.” 27  Mais il vous répondra : “Je ne sais pas d’où vous êtes. Éloignez-​vous de moi, vous tous qui pratiquez l’injustice !” 28  C’est alors que vous pleurerez et grincerez des dents, quand vous verrez Abraham, Isaac, Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, tandis que vous, vous serez jetés dehors+. 29  De plus, des gens viendront de l’est, de l’ouest, du nord et du sud, et ils s’étendront à table dans le royaume de Dieu. 30  Sachez qu’il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers+. » 31  À ce moment-​là, des pharisiens vinrent lui dire : « Pars, va-​t’en d’ici, car Hérode veut te tuer. » 32  Il leur répondit : « Allez dire à ce renard : “Écoute : aujourd’hui et demain, je chasse des démons et je fais des guérisons, et après-demain* j’aurai fini.” 33  Toutefois, il faut que je continue ma route aujourd’hui, demain et après-demain, parce qu’il est impensable qu’un prophète soit mis à mort hors de Jérusalem+. 34  Jérusalem, Jérusalem, la ville qui tue les prophètes et qui lapide ceux qui lui sont envoyés+ ! Combien de fois j’ai voulu rassembler tes enfants comme une poule rassemble sa couvée sous ses ailes ! Mais vous ne l’avez pas voulu+. 35  Voyez ! Votre maison vous est abandonnée+. Je vous le dis, non, vous ne me verrez plus jusqu’à ce que vous disiez : “Béni est celui qui vient au nom de Jéhovah*+ !” »

Notes

Ou « affaiblissait ».
Litt. « fille ».
Litt. « trois séas ». 1 séa : 7,33 L. Voir app. B14.
Litt. « le troisième jour ».

Notes d'étude

Documents multimédias

Pièce frappée par Hérode Antipas
Pièce frappée par Hérode Antipas

Ces photos montrent les deux côtés d’une pièce en alliage de cuivre ; elle a été fabriquée à l’époque où Jésus accomplissait son ministère. C’est Hérode Antipas qui en a commandé la fabrication ; il était alors tétrarque, ou gouverneur, de la Galilée et de la Pérée. Jésus passait semble-​t-​il par la Pérée, le territoire d’Hérode, pour se rendre à Jérusalem quand des pharisiens lui ont dit qu’Hérode voulait le tuer. Dans sa réponse, Jésus a appelé Hérode « ce renard » (voir note d’étude sur Lc 13:32). Étant donné que la plupart des sujets d’Hérode étaient Juifs, les pièces qu’il a frappées portaient des symboles comme une branche de palmier (1) et une couronne de feuilles (2), des images qui ne risquaient pas de choquer les Juifs.

Poule avec ses poussins
Poule avec ses poussins

Jésus a dépeint une scène touchante dans laquelle il a comparé son souci bienveillant pour les habitants de Jérusalem à l’attitude protectrice d’une poule qui abrite ses petits sous ses ailes. Cet exemple, de même que celui où Jésus a parlé d’un fils qui demande un œuf à son père (Lc 11:11, 12), montre que les poules domestiques étaient très répandues au 1er siècle, en Israël. Le mot grec ornis, qui est utilisé en Mt 23:37 et en Lc 13:34, peut en réalité désigner n’importe quel oiseau, sauvage ou domestiqué. Mais on pense que, dans ces versets, il est question d’une poule, l’oiseau de basse-cour le plus répandu et le plus utile à l’époque.