Évangile selon Luc 13​:​1-35

13  À ce moment-​là, certains de ceux qui étaient présents parlèrent à Jésus des Galiléens dont Pilate avait mêlé le sang à celui de leurs sacrifices.  Alors il leur dit : « Pensez-​vous que ces Galiléens ont subi ces choses parce qu’ils étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens ?  Pas du tout ! Mais si vous ne vous repentez pas, vous mourrez tous, vous aussi+.  Ou ces 18 personnes sur qui la tour de Siloé est tombée et qu’elle a tuées, pensez-​vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ?  Pas du tout ! Mais si vous ne vous repentez pas, vous mourrez tous, vous aussi. »  Puis il donna cet exemple : « Un homme avait un figuier dans sa vigne. Il est venu y chercher des fruits, mais il n’en a pas trouvé+.  Alors il a dit au vigneron : “Cela fait trois ans que je viens chercher des fruits sur ce figuier, mais je n’en ai jamais trouvé. Coupe-​le ! Pourquoi continuerait-​il à occuper le terrain inutilement+ ?”  L’homme lui a répondu : “Maître, laisse-​le encore un an. Je vais creuser tout autour et mettre du fumier.  Si dans l’avenir il donne des fruits, c’est très bien. Sinon, tu le feras couper+.” » 10  Un jour de sabbat, Jésus enseignait dans une synagogue. 11  Et voici qu’il y avait là une femme qu’un démon rendait invalide depuis 18 ans : elle était courbée en deux et ne pouvait pas du tout se redresser. 12  Quand il la vit, Jésus s’adressa à elle en disant : « Femme, tu es délivrée de ton infirmité+. » 13  Puis il posa les mains sur elle, et aussitôt, elle se redressa et se mit à glorifier Dieu. 14  Le président de la synagogue s’indigna parce que Jésus avait fait cette guérison le jour du sabbat. Alors il dit à la foule : « Il y a six jours pour travailler+. Venez donc vous faire guérir ces jours-​là, mais pas le jour du sabbat+ ! » 15  Cependant, le Seigneur lui répondit : « Hypocrites+ ! Est-​ce que, le jour du sabbat, chacun de vous ne détache pas son taureau ou son âne pour le sortir de l’étable et l’emmener boire+ ? 16  Cette femme, qui est une descendante* d’Abraham et que Satan a gardée liée pendant 18 ans, ne fallait-​il pas la libérer de ses liens le jour du sabbat ? » 17  À ces paroles, tous ses adversaires se sentirent honteux. Mais la foule tout entière se réjouissait de toutes les choses merveilleuses qu’il faisait+. 18  Il dit alors : « À quoi le royaume de Dieu ressemble-​t-​il ? À quoi pourrais-​je le comparer ? 19  Il est comme une graine de moutarde qu’un homme prend et sème dans son jardin. Elle pousse et devient un arbre, et les oiseaux viennent faire leur nid dans ses branches+. » 20  Il dit encore : « À quoi pourrais-​je comparer le royaume de Dieu ? 21  Il est comme du levain qu’une femme prend et mélange à trois grandes mesures de farine, et toute la pâte fermente+. » 22  Et Jésus allait de ville en ville et de village en village : il enseignait tout en continuant sa route vers Jérusalem+. 23  Un homme lui demanda : « Seigneur, n’y aura-​t-​il que peu de gens qui seront sauvés ? » Il dit alors : 24  « Faites de vigoureux efforts pour entrer par la porte étroite+, car je vous dis que beaucoup essaieront d’entrer, mais ils ne le pourront pas. 25  Une fois que le maître de maison se sera levé et aura verrouillé la porte, vous, vous serez dehors ; vous frapperez à la porte en disant : “Seigneur, ouvre-​nous+.” Mais il vous répondra : “Je ne sais pas d’où vous êtes+.” 26  Alors vous direz : “Nous avons mangé et bu avec toi, et tu as enseigné dans nos grandes rues+.” 27  Mais il vous répondra : “Je ne sais pas d’où vous êtes. Éloignez-​vous de moi, vous tous qui pratiquez l’injustice !” 28  C’est alors que vous pleurerez et grincerez des dents, quand vous verrez Abraham, Isaac, Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, tandis que vous, vous serez jetés dehors+. 29  De plus, des gens viendront de l’est, de l’ouest, du nord et du sud, et ils s’étendront à table dans le royaume de Dieu. 30  Sachez qu’il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers+. » 31  À ce moment-​là, des pharisiens vinrent lui dire : « Pars, va-​t’en d’ici, car Hérode veut te tuer. » 32  Il leur répondit : « Allez dire à ce renard : “Écoute : aujourd’hui et demain, je chasse des démons et je fais des guérisons, et après-demain* j’aurai fini.” 33  Toutefois, il faut que je continue ma route aujourd’hui, demain et après-demain, parce qu’il est impensable qu’un prophète soit mis à mort hors de Jérusalem+. 34  Jérusalem, Jérusalem, la ville qui tue les prophètes et qui lapide ceux qui lui sont envoyés+ ! Combien de fois j’ai voulu rassembler tes enfants comme une poule rassemble sa couvée sous ses ailes ! Mais vous ne l’avez pas voulu+. 35  Voyez ! Votre maison vous est abandonnée+. Je vous le dis, non, vous ne me verrez plus jusqu’à ce que vous disiez : “Béni est celui qui vient au nom de Jéhovah+ !” »

Notes

Litt. « fille ».
Litt. « le troisième jour ».

Notes d'étude

sur qui la tour de Siloé est tombée : Pour appuyer son argumentation, Jésus se sert ici d’un évènement tragique récent, ou au moins dont le souvenir est toujours présent dans la mémoire de ses auditeurs. La tour de Siloé se trouvait apparemment près de la piscine de Siloé, dans la partie SE de Jérusalem (voir app. B12, carte « Jérusalem et ses environs »).

un figuier dans sa vigne : Il était courant de planter des figuiers et des oliviers dans les vignes. Ainsi, même si, une année, les vendanges étaient mauvaises, les figues et les olives permettaient de s’assurer un certain revenu.

trois ans : D’habitude, les jeunes arbres obtenus à partir de boutures produisent au moins quelques figues dans la deuxième ou la troisième année. Quand Jésus a donné cet exemple, son ministère avait déjà duré environ trois ans. Il semble que ces trois années soient à mettre en parallèle avec les trois ans mentionnés dans l’exemple. Tout au long de cette période, Jésus a essayé d’implanter la foi chez les Juifs. Mais son travail n’a produit que quelques fruits, un nombre relativement faible de disciples. À présent, dans la quatrième année de son ministère, il redouble d’efforts. En prêchant et en enseignant en Judée et en Pérée, c’est comme s’il creusait tout autour du figuier symbolique, qui représente la nation juive, et qu’il y mettait de l’engrais. Cependant, seul un petit nombre de Juifs réagit favorablement à ses efforts ; la nation dans son ensemble risque donc fort d’être détruite.

qu’un démon rendait invalide : Litt. « qui avait un esprit de faiblesse ». En Lc 13:16, Jésus dit que cette femme est « gardée liée » par Satan.

graine de moutarde : En Israël, plusieurs variétés de moutarde poussent à l’état sauvage. La moutarde noire (Brassica nigra) est celle qu’on cultive généralement. La graine, qui est relativement petite (elle mesure entre 1 mm et 1,6 mm et pèse 1 mg), donne une plante qui fait penser à un arbre. Certaines variétés de moutarde peuvent mesurer jusqu’à 4,5 m de haut. Dans les écrits juifs anciens, la graine de moutarde, qui est appelée « la plus petite de toutes les graines » en Mt 13:32 et en Mc 4:31, était utilisée pour symboliser la plus petite taille qui soit. Il est vrai qu’on connaît aujourd’hui des graines plus petites encore. Mais à l’époque de Jésus, la graine de moutarde était sans doute la plus petite graine récoltée et semée par les cultivateurs israélites.

grandes mesures : Le mot grec utilisé ici, saton, est un équivalent du mot hébreu traduit par « séa ». Un séa correspond à 7,33 L (voir Gn 18:6, note ; lexique à « séa » et app. B14).

grandes mesures : Voir note d’étude sur Mt 13:33.

n’y aura-​t-​il que peu de gens qui seront sauvés ? : Dans l’Antiquité, l’un des sujets qui étaient au centre de débats passionnés parmi les chefs religieux juifs était le nombre de personnes qui seraient finalement sauvées. Plus tard sont même apparus des mouvements mystiques qui cherchaient à déterminer ce nombre en attribuant une valeur numérique à chaque lettre de différents textes sacrés. Sachant que le jugement de Dieu est un vaste sujet qui donne lieu à beaucoup de suppositions, Jésus, dans sa réponse, a attiré l’attention sur la responsabilité individuelle de chacun.

Faites de vigoureux efforts : Ou « continuez à combattre ». L’exhortation de Jésus souligne la nécessité de mettre toute son âme à entrer par la porte étroite. Des ouvrages de référence proposent, dans ce contexte, des traductions comme « faites le maximum d’efforts » ou « faites tous les efforts ». Le verbe grec agônizomaï est apparenté au nom agôn, qui désignait souvent des compétitions d’athlétisme. En Hé 12:1, ce nom est utilisé au sens figuré pour parler de la « course » chrétienne pour la vie. Ailleurs, il est utilisé dans le sens plus général de « combat » (Php 1:30 ; Col 2:1 ; 1Tm 6:12 ; 2Tm 4:7). Des formes du verbe grec utilisé en Lc 13:24 sont traduites par « participer à une compétition » (1Co 9:25), « lutter » (Col 1:29 ; 4:12 ; 1Tm 4:10) et « combattre » (1Tm 6:12). Comme ce terme tire son origine des compétitions qui avaient lieu lors des jeux athlétiques, certains ont émis l’idée que les efforts auxquels Jésus encourageait ici peuvent être comparés aux efforts vigoureux d’un athlète, à toute l’énergie qu’il met pour remporter le prix.

grandes rues : Ou « rues principales ». Le terme grec utilisé ici désigne les rues principales qui s’élargissaient aux endroits importants de la ville et servaient de places publiques. Ces « grandes rues » étaient très différentes des nombreuses ruelles étroites et sinueuses qu’il y avait dans les villes et les villages du 1er siècle.

grincerez des dents : Ou « serrerez les dents », « crisserez des dents ». Cette expression emporte entre autres l’idée de chagrin, de désespoir et de colère, qui peuvent s’accompagner de paroles acerbes et d’actes violents.

s’étendront à table : Ou « prendront un repas ». Aux temps bibliques, lors des banquets et des grands repas, on mettait souvent des divans autour de la table. Ceux qui prenaient le repas s’allongeaient sur un divan, la tête vers la table, et s’appuyaient généralement sur le coude gauche, posé sur un coussin. D’habitude, on prenait la nourriture de la main droite. S’étendre à table avec quelqu’un signifiait qu’on entretenait avec lui des relations étroites. À l’époque de Jésus, des Juifs n’auraient jamais fait cela avec des non-Juifs.

de l’est, de l’ouest, du nord et du sud : En mentionnant les quatre points cardinaux, Jésus englobe toute la surface de la terre. En d’autres termes, l’honneur de s’étendre à table dans le Royaume serait accordé à des gens de toutes les nations.

s’étendront à table : Voir note d’étude sur Mt 8:11.

Hérode : C.-à-d. Hérode Antipas, fils d’Hérode le Grand (voir lexique).

ce renard : Cet animal est connu pour être rusé et sournois ; Jésus faisait sans doute allusion à ces caractéristiques quand il a appelé Hérode « ce renard ». Selon certains biblistes, en qualifiant Hérode de « renard », Jésus combinait peut-être les notions de sournoiserie, de faiblesse et d’insignifiance. La littérature juive opposait la métaphore du renard, qui représentait des hommes rusés, opportunistes et relativement faibles (cf. Né 4:3), à celle du puissant lion, qui, lui, représentait un grand dirigeant, puissant et sûr de lui (cf. Pr 28:1 ; Jr 50:17 ; Éz 32:2). Si c’est ce que Jésus avait à l’esprit, qualifier Hérode de « renard » revenait à dire que c’était un dirigeant rusé et imbu de lui-​même, mais insignifiant aux yeux de Dieu. Jésus traversait probablement la Pérée, le territoire d’Hérode, pour se rendre à Jérusalem quand les pharisiens lui ont dit qu’Hérode voulait le tuer. Il est possible que ce soit Hérode lui-​même qui ait sournoisement lancé cette rumeur dans l’espoir que Jésus prenne peur et fuie son territoire. Il semble qu’Hérode était troublé par Jésus et son ministère. Quelque temps plus tôt, manipulé par sa femme, il avait fait tuer Jean le Baptiseur, et il ne voulait peut-être pas risquer de tuer un autre prophète de Dieu (Mt 14:1, 2 ; Mc 6:16).

aujourd’hui et demain, [...] et après-demain j’aurai fini : Ces indications de temps ne sont pas à prendre au sens littéral. Jésus voulait simplement dire que, dans peu de temps, il se rendrait à Jérusalem, où il mourrait. Ses paroles montraient peut-être aussi que le déroulement de son ministère messianique était déjà défini et que les ambitions politiques d’un quelconque dirigeant ne pouvaient ni l’interrompre ni le modifier.

il est impensable : Ou « il n’est pas possible », « il est inconcevable ». Même si aucune prophétie biblique n’annonçait explicitement que le Messie mourrait à Jérusalem, on pouvait le déduire de Dn 9:24-26. De plus, il était logique que ce soit dans cette ville que les Juifs tuent un prophète, et en particulier le Messie. En effet, le Sanhédrin, le tribunal suprême (composé de 71 membres), se réunissait à Jérusalem ; c’était donc là qu’était jugée toute personne accusée d’être un faux prophète. Jésus avait peut-être aussi à l’esprit que c’était à Jérusalem qu’on offrait à Dieu les sacrifices réguliers et qu’on tuait l’agneau pascal. Les évènements ont donné raison à Jésus : Il a été amené devant le Sanhédrin à Jérusalem, où il a été condamné. Et c’est à Jérusalem, juste à l’extérieur des murailles, qu’il est mort en « agneau pascal » (1Co 5:7).

Jérusalem, Jérusalem : D’après Mt 23:37, Jésus a fait une déclaration quasi identique à Jérusalem le 11 nisan, au cours de la dernière semaine de son ministère terrestre. La déclaration rapportée ici, elle, a été faite quelque temps plus tôt, quand Jésus était en Pérée (voir app. A7).

voyez : Le mot grec idou, traduit ici par « voyez », est souvent utilisé pour attirer l’attention sur ce qui suit et inciter le lecteur à s’imaginer la scène ou à s’arrêter sur un détail du récit. Il permet aussi de produire une accentuation ou d’introduire une information nouvelle ou surprenante. Dans cette édition, ce mot grec a été rendu de différentes manières en fonction du contexte et, dans certains cas, il n’a pas été traduit. Les livres des Écritures grecques chrétiennes qui emploient le plus ce terme sont les Évangiles de Matthieu et de Luc et le livre de la Révélation. Une expression équivalente est souvent utilisée dans les Écritures hébraïques.

Voyez ! : Voir note d’étude sur Mt 1:20.

maison : C.-à-d. le Temple.

Jéhovah : En Ps 118:26, qui est cité ici, le nom divin, représenté par quatre consonnes hébraïques (translittérées par YHWH), figure dans le texte hébreu original (voir app. C).

Documents multimédias

Pièce frappée par Hérode Antipas
Pièce frappée par Hérode Antipas

Ces photos montrent les deux côtés d’une pièce en alliage de cuivre ; elle a été fabriquée à l’époque où Jésus accomplissait son ministère. C’est Hérode Antipas qui en a commandé la fabrication ; il était alors tétrarque, ou gouverneur, de la Galilée et de la Pérée. Jésus passait semble-​t-​il par la Pérée, le territoire d’Hérode, pour se rendre à Jérusalem quand des pharisiens lui ont dit qu’Hérode voulait le tuer. Dans sa réponse, Jésus a appelé Hérode « ce renard » (voir note d’étude sur Lc 13:32). Étant donné que la plupart des sujets d’Hérode étaient Juifs, les pièces qu’il a frappées portaient des symboles comme une branche de palmier (1) et une couronne de feuilles (2), des images qui ne risquaient pas de choquer les Juifs.

Poule avec ses poussins
Poule avec ses poussins

Jésus a dépeint une scène touchante dans laquelle il a comparé son souci bienveillant pour les habitants de Jérusalem à l’attitude protectrice d’une poule qui abrite ses petits sous ses ailes. Cet exemple, de même que celui où Jésus a parlé d’un fils qui demande un œuf à son père (Lc 11:11, 12), montre que les poules domestiques étaient très répandues au 1er siècle, en Israël. Le mot grec ornis, qui est utilisé en Mt 23:37 et en Lc 13:34, peut en réalité désigner n’importe quel oiseau, sauvage ou domestiqué. Mais on pense que, dans ces versets, il est question d’une poule, l’oiseau de basse-cour le plus répandu et le plus utile à l’époque.