Juges 14​:​1-20

14  Alors Samson descendit à Timna. Là-bas, il remarqua une Philistine*.  Il monta donc annoncer à son père et à sa mère : « J’ai remarqué une Philistine à Timna, et je veux que vous la demandiez en mariage pour moi. »  Mais son père et sa mère lui dirent : « Est-​ce que tu ne peux pas trouver une femme dans ta parenté ou dans tout notre peuple+ ? Es-​tu obligé d’aller chercher une femme chez les Philistins incirconcis ? » Mais Samson dit à son père : « Demande-​la pour moi, car c’est elle qu’il me faut*. »  Son père et sa mère ne comprenaient pas que cette décision venait de Jéhovah, car il* cherchait une occasion de s’en prendre aux Philistins. En effet, à cette époque-​là les Philistins dominaient sur Israël+.  Samson descendit donc à Timna accompagné de son père et de sa mère. Lorsqu’il arriva aux vignes de Timna, eh bien, voyez, un lion* vint à sa rencontre en rugissant.  Alors l’esprit de Jéhovah remplit Samson de force+. Il déchira le lion en deux aussi facilement que l’on déchire en deux un chevreau, rien qu’avec ses mains. Mais il ne raconta pas à son père ni à sa mère ce qu’il avait fait.  Puis il descendit à Timna et parla avec la Philistine. Samson était toujours persuadé que c’était la femme qu’il lui fallait+.  Plus tard, alors qu’il revenait pour emmener la femme chez lui+, il fit un détour pour voir la carcasse du lion. Il découvrit dans la carcasse du lion un essaim d’abeilles et du miel.  Il racla le miel et le recueillit dans ses mains, et il en mangea en poursuivant sa route. Quand il rejoignit son père et sa mère, il leur en donna pour qu’ils en mangent. Mais il ne leur raconta pas qu’il avait raclé ce miel dans la carcasse d’un lion. 10  Puis son père se rendit chez la femme. Samson y donna alors un banquet, car c’est ainsi que les jeunes hommes avaient coutume de faire. 11  Quand on le vit, on fit venir 30 garçons d’honneur pour qu’ils l’accompagnent. 12  Alors Samson leur dit : « Je vais vous proposer une énigme. Si au cours des sept jours du banquet, vous trouvez la solution et me l’expliquez, alors je vous donnerai 30 vêtements en lin et 30 tenues complètes. 13  Mais si vous ne réussissez pas à me dire la solution, alors c’est vous qui me donnerez 30 vêtements en lin et 30 tenues complètes. » Ils lui répondirent : « Propose-​nous ton énigme ; nous voulons l’entendre. » 14  Il leur dit donc : « Du mangeur est sorti quelque chose à manger,et du fort est sorti quelque chose de doux+. » Ils cherchèrent la solution de l’énigme pendant trois jours, mais ne la trouvèrent pas. 15  Le quatrième jour, ils dirent à la femme de Samson : « Trouve une astuce+ pour que ton mari nous donne la solution de l’énigme. Sinon, nous te brûlerons, toi et la famille de ton père. Est-​ce pour nous dépouiller que vous nous avez invités ici ? » 16  La femme de Samson pleura donc tout contre lui, et elle lui dit : « J’ai l’impression que tu me détestes. Tu ne m’aimes pas+. Tu as proposé une énigme aux hommes de mon peuple, et tu ne m’as pas donné la solution. » Il lui répondit : « Écoute, je ne l’ai même pas expliquée à mon père et à ma mère ! Alors pourquoi est-​ce que je te l’expliquerais, à toi ? » 17  Mais elle continua de pleurer tout contre lui pendant le reste du banquet de sept jours. Le septième jour, Samson finit par lui donner l’explication, car elle l’avait harcelé. Alors elle raconta la solution de l’énigme aux hommes de son peuple+. 18  Le septième jour donc, avant le coucher du soleil*, les hommes de la ville dirent à Samson : « Qu’y a-​t-​il de plus doux que le miel,et qu’y a-​t-​il de plus fort qu’un lion+ ? » Et il leur répondit : « Si vous n’aviez pas labouré avec ma jeune vache*+,vous n’auriez pas trouvé la réponse à mon énigme. » 19  Alors l’esprit de Jéhovah le remplit de force+. Il descendit à Ascalon+, tua 30 hommes et prit leurs vêtements. Il donna les tenues aux hommes qui lui avaient expliqué l’énigme+. Puis il repartit chez son père, furieux. 20  La femme de Samson+ fut alors donnée à l’un des garçons d’honneur qui l’avaient accompagné+.

Notes

Litt. « une femme d’entre les filles des Philistins ».
Litt. « elle convient à mes yeux ».
Désigne p.-ê. Dieu.
Ou « jeune lion à crinière ».
Ou p.-ê. « avant qu’il n’entre dans la chambre intérieure ».
C.-à-d. persuadé sa femme.

Notes d'étude

Documents multimédias