Daniel 3​:​1-30

3  Le roi Nabuchodonosor fit une statue en or haute de 60 coudées* et large de 6 coudées*. Il la dressa dans la plaine de Doura, dans la province* de Babylone.  Puis le roi Nabuchodonosor convoqua les satrapes*, les préfets, les gouverneurs, les conseillers, les trésoriers, les juges, les magistrats et tous les administrateurs des provinces, pour qu’ils viennent à l’inauguration de la statue qu’il avait dressée.  Les satrapes, les préfets, les gouverneurs, les conseillers, les trésoriers, les juges, les magistrats et tous les administrateurs des provinces se rassemblèrent donc pour l’inauguration de la statue que le roi Nabuchodonosor avait dressée. Et ils se tinrent debout en face de la statue que Nabuchodonosor avait dressée.  Le héraut* proclama avec force : « Voici l’ordre qui vous est donné, ô peuples, nations et gens de différentes langues :  quand vous entendrez le son du cor, du chalumeau, de la cithare, de la harpe triangulaire, de l’instrument à cordes, de la cornemuse et des autres instruments de musique, vous devrez tomber à genoux et adorer la statue en or que le roi Nabuchodonosor a dressée.  Celui qui ne tombera pas à genoux et n’adorera pas la statue sera immédiatement jeté dans le four de feu ardent+. »  Ainsi, quand les peuples, les nations et les gens de différentes langues entendirent le son du cor, du chalumeau, de la cithare, de la harpe triangulaire, de l’instrument à cordes et de tous les autres instruments de musique, ils tombèrent tous à genoux et adorèrent la statue en or que le roi Nabuchodonosor avait dressée.  C’est alors que des Chaldéens se présentèrent pour accuser* les Juifs.  Ils dirent au roi Nabuchodonosor : « Ô roi, puisses-​tu vivre pour toujours. 10  Toi, ô roi, tu as donné l’ordre que tout homme qui entend le son du cor, du chalumeau, de la cithare, de la harpe triangulaire, de l’instrument à cordes, de la cornemuse et de tous les autres instruments de musique tombe à genoux et adore la statue en or, 11  et qu’on jette dans le four de feu ardent celui qui ne tomberait pas à genoux pour adorer+. 12  Mais il y a certains Juifs que tu as chargés d’administrer la province de Babylone — Shadrak, Méshak et Abed-Négo+ — qui n’ont pas tenu compte de toi, ô roi. Ils ne servent pas tes dieux, et ils refusent d’adorer la statue en or que tu as dressée. » 13  Fou de rage, Nabuchodonosor ordonna qu’on lui amène Shadrak, Méshak et Abed-Négo. Ces hommes furent donc amenés devant lui. 14  Nabuchodonosor leur dit : « Est-​il bien vrai, Shadrak, Méshak et Abed-Négo, que vous ne servez pas mes dieux+ et que vous refusez d’adorer la statue en or que j’ai dressée ? 15  Maintenant, si vous êtes prêts à tomber à genoux quand vous entendrez le son du cor, du chalumeau, de la cithare, de la harpe triangulaire, de l’instrument à cordes, de la cornemuse et de tous les autres instruments de musique, et si vous adorez la statue que j’ai faite, c’est bien. Mais si vous refusez de l’adorer, vous serez immédiatement jetés dans le four de feu ardent. Et quel est le dieu qui pourra alors vous sauver de ma main+ ? » 16  Shadrak, Méshak et Abed-Négo répondirent au roi : « Ô Nabuchodonosor, il n’est pas nécessaire de discuter davantage à ce sujet. 17  Si nous devons être jetés dans le four* de feu ardent, le Dieu que nous servons est capable de nous en sauver, ô roi, et de nous sauver de ta main+ ! 18  Mais, même s’il ne le faisait pas, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux ni n’adorerons la statue en or que tu as dressée+. » 19  Alors Nabuchodonosor devint si furieux contre Shadrak, Méshak et Abed-Négo que son attitude envers eux changea du tout au tout*, et il ordonna de chauffer le four sept fois plus que d’habitude. 20  Il commanda à des soldats particulièrement vigoureux de son armée de ligoter Shadrak, Méshak et Abed-Négo, et de les jeter dans le four de feu ardent. 21  Ces hommes furent donc ligotés alors qu’ils portaient encore leurs manteaux, leurs habits, leurs coiffures et tous leurs autres vêtements, et ils furent jetés dans le four de feu ardent. 22  Le commandement du roi était si dur, la chaleur du four était si intense, que ceux qui jetèrent Shadrak, Méshak et Abed-Négo dans le feu furent tués par les flammes. 23  Quant aux trois hommes, Shadrak, Méshak et Abed-Négo, ils tombèrent ligotés dans le four de feu ardent. 24  Soudain, effrayé, le roi Nabuchodonosor se leva et dit à ses hauts fonctionnaires : « N’est-​ce pas trois hommes que nous avons ligotés et jetés dans le feu ? » Ils lui répondirent : « Effectivement, ô roi ! » 25  Il ajouta : « Eh bien, je vois quatre hommes qui circulent librement au milieu du feu, et ils sont indemnes ; et le quatrième homme ressemble à un fils des dieux. » 26  Nabuchodonosor s’approcha de la porte du four de feu ardent et dit : « Shadrak, Méshak et Abed-Négo, serviteurs du Dieu Très-Haut+, sortez et venez ici ! » Shadrak, Méshak et Abed-Négo sortirent donc du milieu du feu. 27  Les satrapes, les préfets, les gouverneurs et les hauts fonctionnaires du roi qui étaient rassemblés là+ virent que le feu n’avait eu aucun effet* sur le corps de ces hommes+ ; pas un cheveu de leur tête n’avait été brûlé, leurs manteaux étaient intacts, et ils n’avaient même pas l’odeur du feu sur eux. 28  Nabuchodonosor déclara alors : « Loué soit le Dieu de Shadrak, Méshak et Abed-Négo+, qui a envoyé son ange et a sauvé ses serviteurs. Ils ont eu confiance en lui, ils ont bravé l’ordre du roi et ils ont été prêts à mourir* plutôt que de servir ou d’adorer un autre dieu que leur Dieu+. 29  C’est pourquoi voici l’ordre que je donne : si quelqu’un de n’importe quels peuple, nation ou langue dit quoi que ce soit contre le Dieu de Shadrak, Méshak et Abed-Négo, on lui arrachera les membres, et on transformera sa maison en toilettes publiques* ; car il n’existe pas d’autre dieu qui soit capable de sauver comme celui-là+. » 30  Et le roi donna à Shadrak, Méshak et Abed-Négo des postes encore plus importants* dans la province de Babylone+.

Notes

27 m. Voir app. B14.
2,70 m. Voir app. B14.
Ou « district administratif ».
Fonctionnaire de cour chargé de faire la proclamation publique des ordres et des décrets royaux.
Ou « calomnier ».
Litt. « que l’aspect de son visage changea envers eux ».
Ou « pouvoir ».
Ou « livrer leur corps ».
Ou p.-ê. « dépôt d’ordures », « tas de fumier ».
Litt. « le roi fit prospérer ».

Notes d'étude

Documents multimédias