Actes des apôtres 26​:​1-32

26  Agrippa+ dit à Paul : « Tu as la permission de parler pour ta défense. » Alors Paul tendit la main et dit :  « Je m’estime heureux, roi Agrippa, que ce soit devant toi que j’aie à présenter aujourd’hui ma défense au sujet de tout ce dont les Juifs m’accusent+,  surtout parce que tu connais parfaitement toutes les coutumes des Juifs et leurs sujets de désaccord. Je te prie donc de m’écouter patiemment.  « C’est un fait, ma façon de vivre parmi mon peuple* et à Jérusalem depuis ma jeunesse est connue de tous les Juifs+  qui m’ont côtoyé auparavant. S’ils le voulaient, ils pourraient témoigner que j’ai vécu en pharisien+, respectant les enseignements de la branche la plus stricte de notre religion+.  Et pourtant, c’est parce que j’espère en la promesse que Dieu a faite à nos ancêtres+ qu’on me juge aujourd’hui,  cette même promesse que nos 12 tribus, en offrant sans relâche à Dieu un service sacré nuit et jour, espèrent voir se réaliser. C’est à propos de cette espérance que les Juifs m’accusent+, ô roi !  « Pourquoi juge-​t-​on incroyable parmi vous que Dieu ressuscite* les morts ?  Pour ma part, j’étais persuadé que je devais m’opposer par tous les moyens au nom de Jésus le Nazaréen. 10  C’est justement ce que j’ai fait à Jérusalem, et j’ai mis en prison un grand nombre d’entre les saints+, car j’en avais reçu le pouvoir de la part des prêtres en chef+ ; et quand ils devaient être exécutés, je votais contre eux. 11  Souvent, et dans toutes les synagogues, je les punissais pour les forcer à renier leur foi ; j’étais tellement furieux contre eux que j’allais jusqu’à les persécuter dans d’autres villes. 12  « Alors que je me rendais à Damas dans ce but, les prêtres en chef m’en ayant donné le pouvoir et confié la mission, 13  j’ai vu à midi sur la route, ô roi, une lumière venant du ciel, plus brillante que le soleil, resplendir autour de moi et de ceux qui m’accompagnaient+. 14  Alors que nous étions tous tombés par terre, j’ai entendu une voix qui me disait en langue hébraïque : “Saul, Saul, pourquoi me persécutes-​tu ? Tu te fais du mal à toujours lancer des ruades contre les aiguillons*.” 15  J’ai demandé : “Qui es-​tu, Seigneur ?” Et le Seigneur a répondu : “Je suis Jésus, que tu persécutes. 16  Maintenant relève-​toi et tiens-​toi debout. Voilà pourquoi je te suis apparu : pour te désigner comme serviteur et témoin de ce que tu as vu et de ce que je te ferai voir à mon sujet+. 17  Je te délivrerai de ce peuple et des nations, vers qui je t’envoie+ 18  pour leur ouvrir les yeux+, pour les faire passer des ténèbres+ à la lumière+ et du pouvoir de Satan+ à Dieu, afin qu’ils reçoivent le pardon des péchés+ et un héritage parmi ceux qui sont sanctifiés par leur foi en moi.” 19  « Ainsi, roi Agrippa, je n’ai pas désobéi à cette vision céleste ; 20  mais aux habitants de Damas+ d’abord, puis à ceux de Jérusalem+, et dans toute la Judée, et aussi à ceux des nations, j’apportais ce message : ils devaient se repentir et se tourner vers Dieu en faisant des actes qui conviennent au repentir+. 21  C’est pour cette raison que les Juifs se sont saisis de moi dans le Temple et ont tenté de me tuer+. 22  Cependant, comme j’ai bénéficié du secours qui vient de Dieu, je continue aujourd’hui encore à rendre témoignage devant petits et grands, ne disant rien d’autre que ce que les Prophètes ainsi que Moïse ont prédit+ : 23  le Christ devait souffrir+ et, étant le premier à être ressuscité d’entre les morts+, il allait annoncer la lumière à ce peuple et aux nations+. » 24  Tandis que Paul disait ces choses pour sa défense, Festus s’écria : « Tu deviens fou, Paul ! Le grand savoir te fait perdre la tête ! » 25  Paul répondit : « Je ne deviens pas fou, très excellent Festus ; ce que je dis est vrai et sensé. 26  Une chose est sûre : le roi à qui je parle aussi librement est bien au courant de toutes ces questions ; je suis convaincu que rien ne lui échappe, car cela ne s’est pas fait en secret+. 27  Crois-​tu les Prophètes, roi Agrippa ? Je sais que tu crois. » 28  Agrippa lui répondit : « En peu de temps tu me persuaderais de devenir chrétien. » 29  Paul lui dit : « Qu’il faille peu ou beaucoup de temps, je souhaite devant Dieu que non seulement toi, mais encore tous ceux qui m’écoutent aujourd’hui, vous deveniez comme moi, mais sans ces chaînes. » 30  Alors le roi se leva, ainsi que le gouverneur, Bérénice et les hommes qui étaient assis avec eux. 31  En partant, ils se disaient entre eux : « Cet homme ne fait rien qui mérite la mort ou la prison+. » 32  Agrippa dit à Festus : « Cet homme aurait pu être relâché, s’il n’en avait pas appelé à César+. »

Notes

Ou « nation ».
Litt. « relève ».
Bâton muni d’une pointe servant à faire avancer un animal.

Notes d'étude

Documents multimédias