Actes des apôtres 16​:​1-40

16  Il arriva ensuite à Derbé, puis à Lystre+. Il y avait là un disciple qui s’appelait Timothée+ ; c’était le fils d’une Juive croyante, mais d’un père grec.  Les frères de Lystre et d’Iconium disaient beaucoup de bien de lui+.  Paul souhaitait que Timothée l’accompagne. Il le prit donc avec lui et le circoncit à cause des Juifs de la région+, car ils savaient tous que son père était Grec.  Dans les villes où ils passaient, ils transmettaient aux frères, pour qu’ils y obéissent, les décisions prises par les apôtres et les anciens qui étaient à Jérusalem+.  Ainsi, les assemblées continuaient à s’affermir dans la foi et à grossir de jour en jour.  Ils traversèrent aussi la Phrygie et la Galatie+, parce que* l’esprit saint leur avait interdit de dire la parole dans la province d’Asie.  Et quand ils arrivèrent en Mysie, ils essayèrent d’entrer en Bithynie+, mais l’esprit de Jésus ne le leur permit pas.  Ils passèrent donc à côté de la Mysie et descendirent à Troas.  Et pendant la nuit, une vision apparut à Paul : un Macédonien se tenait là, debout, et le suppliait : « Passe en Macédoine et aide-​nous ! » 10  Dès que Paul a eu cette vision, nous avons cherché à nous rendre en Macédoine, parce que nous en avions déduit que Dieu nous avait fait venir pour leur annoncer la bonne nouvelle. 11  De Troas, nous avons donc pris la mer et, filant tout droit, nous sommes arrivés à Samothrace, puis le lendemain à Néapolis. 12  De là, nous sommes allés à Philippes+, une colonie, la ville principale de cette partie de la Macédoine. Nous y sommes restés quelques jours. 13  Le jour du sabbat, nous avons passé la porte de la ville et sommes allés près d’une rivière, où nous supposions qu’il y avait un lieu de prière. Nous nous sommes assis et avons parlé aux femmes qui s’étaient réunies. 14  Parmi elles, il y avait Lydie, une marchande de pourpre originaire de Thyatire+. Cette adoratrice de Dieu écoutait, et Jéhovah a ouvert son cœur tout grand pour qu’elle soit réceptive aux paroles de Paul+. 15  Lorsqu’elle et ceux qui étaient sous son toit ont été baptisés+, elle nous a suppliés : « Si vous estimez que je suis fidèle à Jéhovah, venez loger chez moi. » Et elle nous a obligés à accepter. 16  Un jour, alors que nous allions au lieu de prière, une servante possédée par un esprit, un démon de divination+, a croisé notre chemin. Elle faisait gagner beaucoup d’argent à ses maîtres en pratiquant la voyance. 17  Cette fille nous suivait, Paul et nous, et criait : « Ces hommes sont des esclaves du Dieu très-haut+ et ils vous font connaître le chemin du salut ! » 18  Elle a fait cela pendant de nombreux jours. À la fin, Paul, fatigué de l’entendre, s’est retourné et a dit à l’esprit : « Au nom de Jésus Christ, je t’ordonne de sortir d’elle ! » Et à l’instant même, il est sorti+. 19  Eh bien, quand ses maîtres virent que leur espoir de profits s’était envolé+, ils saisirent Paul et Silas et les traînèrent sur la place du marché, jusqu’aux autorités+. 20  Après les avoir emmenés devant les magistrats civils, ils dirent : « Ces hommes causent beaucoup d’agitation dans notre ville+. Ils sont Juifs 21  et ils prêchent des coutumes qu’il ne nous est permis ni d’adopter ni de pratiquer+, puisque nous sommes Romains+. » 22  Alors la foule se souleva contre eux. Les magistrats civils ordonnèrent qu’on leur arrache leurs vêtements, puis qu’on les batte à coups de baguettes+. 23  Après leur avoir infligé de nombreux coups, ils les jetèrent en prison+ et ordonnèrent au gardien de les surveiller de près+. 24  En raison de cet ordre, celui-ci les enferma dans la partie la plus retirée de la prison et leur fixa les pieds dans des entraves. 25  Au milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et louaient Dieu par des chants+, et les prisonniers les écoutaient. 26  Tout à coup, il y eut un grand tremblement de terre, et les fondations de la prison furent ébranlées. Toutes les portes s’ouvrirent à l’instant même, et les liens de tous se détachèrent+. 27  Quand le gardien se réveilla et vit que les portes de la prison étaient ouvertes, il dégaina son épée pour se suicider, car il pensait que les prisonniers s’étaient évadés+. 28  Mais Paul lui cria d’une voix forte : « Ne te fais pas de mal, car nous sommes tous là ! » 29  Alors le gardien demanda à avoir de la lumière, se précipita à l’intérieur et, tout tremblant, il tomba à genoux devant Paul et Silas. 30  Puis il les emmena dehors et leur demanda : « Messieurs, que dois-​je faire pour être sauvé ? » 31  Ils lui répondirent : « Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé, toi et les tiens+. » 32  Puis ils lui dirent la parole de Jéhovah, ainsi qu’à tous ceux qui étaient dans sa maison. 33  Cette nuit même, le gardien les prit avec lui et nettoya leurs plaies. Ensuite, lui et tous les siens furent baptisés sans plus attendre+. 34  Il les emmena chez lui, dressa la table pour eux et se réjouit beaucoup avec tous ceux qui vivaient sous son toit, parce que maintenant il croyait en Dieu. 35  Quand il fit jour, les magistrats civils envoyèrent les officiers de police dire : « Relâche ces hommes. » 36  Le gardien de la prison rapporta leurs paroles à Paul : « Les magistrats civils ont envoyé des hommes pour qu’on vous relâche tous les deux. Vous pouvez donc sortir et vous en aller en paix. » 37  Mais Paul leur dit : « Ils nous ont flagellés en public sans que nous ayons été condamnés*, nous, des Romains+, et ils nous ont jetés en prison. Et maintenant ils veulent nous mettre dehors en secret ? Il n’en est pas question ! Qu’ils viennent eux-​mêmes nous faire sortir. » 38  Les officiers de police rapportèrent ces paroles aux magistrats civils. Ceux-ci eurent peur quand ils apprirent que ces hommes étaient Romains+. 39  Ils vinrent donc leur présenter des excuses et, après les avoir fait sortir, ils leur demandèrent de quitter la ville. 40  Mais en sortant de la prison, Paul et Silas se rendirent chez Lydie+ ; et lorsqu’ils virent les frères, ils les encouragèrent+, puis ils partirent.

Notes

Ou « et ».
Ou « jugés ».

Notes d'étude

Timothée : Il s’agit ici de la première mention de Timothée dans la Bible ; ce nom grec signifie « celui qui honore Dieu ». On ne sait pas précisément quand Timothée a embrassé le christianisme. Sa mère, Eunice, qui était une Juive croyante, et probablement aussi sa grand-mère Loïs lui ont enseigné depuis sa toute petite enfance les « écrits sacrés » des Juifs, les Écritures hébraïques (2Tm 1:5 ; 3:15). Eunice et Loïs sont vraisemblablement devenues chrétiennes quand Paul s’est rendu à Lystre lors de son premier voyage missionnaire. Il est dit du père de Timothée qu’il était grec, ce qui signifie soit que ses ancêtres venaient de Grèce, soit qu’il était d’un autre peuple que celui des Juifs. Apparemment, il n’était pas chrétien. Au cours de son deuxième voyage missionnaire, vers la fin de 49 ou au début de 50 de n. è., Paul est allé à Lystre, où Timothée vivait sans doute. Ce dernier était alors un chrétien dont « les frères de Lystre et d’Iconium disaient beaucoup de bien » (Ac 16:2). À ce moment-​là, Timothée devait avoir plus ou moins 20 ans. En effet, 10 à 15 ans plus tard, Paul lui écrira : « Que personne ne méprise ta jeunesse » (1Tm 4:12, probablement rédigé entre 61 et 64), ce qui indique que, même alors, Timothée était encore relativement jeune.

le circoncit : Paul savait très bien que la circoncision n’était pas une exigence chrétienne (Ac 15:6-29). Timothée, dont le père n’était pas juif, n’avait pas été circoncis. Mais Paul avait conscience que cela risquait de faire trébucher certains des Juifs qu’ils rencontreraient au cours de leur tournée de prédication. Pour éviter qu’elle ne soit entravée, Paul a donc demandé à Timothée de se soumettre à cette opération douloureuse. Tous les deux ont ainsi illustré par leur conduite ce que Paul lui-​même écrira plus tard aux Corinthiens : « Pour les Juifs, je suis devenu comme un Juif, afin de gagner des Juifs » (1Co 9:20).

les apôtres et les anciens qui étaient à Jérusalem : Ainsi que l’explique la note d’étude sur Ac 15:2, tout comme certains anciens de la nation d’Israël exerçaient des responsabilités au niveau national, les anciens de Jérusalem formaient avec les apôtres un collège central pour toutes les assemblées chrétiennes du 1er siècle de n. è. Après avoir traité la question de la circoncision, le collège central a fait connaître sa décision aux assemblées, qui l’ont acceptée comme faisant autorité.

la province d’Asie : Voir lexique à « Asie ».

l’esprit de Jésus : Cette expression se rapporte apparemment au fait que Jésus utilisait l’esprit saint, ou force agissante, qu’il avait « reçu du Père » (Ac 2:33). En tant que chef de l’assemblée chrétienne, Jésus se servait de cet esprit pour diriger la prédication des premiers chrétiens, par exemple en leur indiquant où concentrer leurs efforts. Dans le cas présent, Jésus a utilisé l’« esprit saint » pour empêcher Paul et ses compagnons de voyage de prêcher dans les provinces d’Asie et de Bithynie (Ac 16:6-10). La bonne nouvelle a néanmoins atteint ces régions quelque temps plus tard (Ac 18:18-21 ; 1P 1:1, 2).

passèrent […] à côté de : Ou « passèrent […] par ». Le verbe grec parérkhomaï, rendu ici par « passer à côté de », peut aussi emporter l’idée de traverser une région, et c’est apparemment ce que Paul et ses compagnons de voyage ont fait. Le port de Troas se trouvait en Mysie, région du NO de l’Asie Mineure. Pour atteindre Troas, il fallait traverser la Mysie ; par conséquent, ils « passèrent […] à côté de la Mysie » en ce sens qu’ils ont traversé cette région sans s’arrêter pour y effectuer une campagne de prédication.

Macédoine : Voir lexique.

nous : Jusqu’à Ac 16:9, la narration des Actes est uniquement à la troisième personne ; autrement dit, Luc, le rédacteur, rapporte seulement ce que d’autres ont dit ou fait. Mais ici, en Ac 16:10, il y a un changement de style : Luc s’inclut dans la narration. À partir de ce verset, il emploie la première personne du pluriel dans les portions du livre des Actes où, à l’évidence, il a accompagné Paul et ses compagnons de voyage (voir note d’étude sur Ac 1:1 et « Introduction aux Actes »). C’est à Troas que, pour la première fois, Luc s’est joint à Paul alors que celui-ci se rendait à Philippes vers 50 de n. è. Mais quand Paul a quitté Philippes, Luc n’est pas parti avec lui (Ac 16:10-17, 40 ; voir notes d’étude sur Ac 20:5 ; 27:1).

annoncer la bonne nouvelle : Voir note d’étude sur Ac 5:42.

Philippes : À l’origine, la ville de Philippes était appelée Crénides (Krénidès). Philippe II de Macédoine (père d’Alexandre le Grand) a pris cette ville aux Thraces vers le milieu du 4e siècle av. n. è. et lui a donné son nom. Il y avait dans le secteur des mines d’or productives, et des pièces d’or ont été frappées au nom de Philippe. Vers 168 av. n. è., le consul romain Paul Émile le Macédonique a écrasé Persée, le dernier des rois macédoniens, et a conquis Philippes et le territoire environnant. En 146 av. n. è., toute la Macédoine a été constituée en une seule province romaine. En 42 av. n. è., c’est dans la plaine de Philippes qu’Octavien (Octave) et Marc Antoine ont vaincu les armées de Brutus et de Cassius, les assassins de Jules César. Après cela, en souvenir de sa grande victoire, Octavien a fait de Philippes une colonie romaine. Quelques années plus tard, quand le Sénat romain lui a attribué le titre de César Auguste, Octavien a appelé la ville Colonia Augusta Julia Philippensis (voir app. B13).

une rivière : De nombreux spécialistes pensent qu’il s’agit du Gangitès, une rivière située à 2,4 km à l’O de Philippes, distance supérieure à celle d’un parcours de jour de sabbat. Certains sont d’avis que comme Philippes était une ville militaire, les juifs n’avaient peut-être pas le droit de s’y rassembler pour leur culte et devaient se réunir loin de la ville. D’autres penchent plutôt pour le Crénides (Krénidès), un petit ruisseau qui est plus proche de la ville et qui est appelé localement « le ruisseau de Lydie ». Mais comme des tombes romaines ont été découvertes à cet endroit et que ce lieu était à la vue de tous, certains pensent qu’il était peu probable que les juifs s’y retrouvent pour prier. D’autres encore identifient cette « rivière » au lit aujourd’hui asséché d’un ruisseau situé à l’extérieur de la porte de Néapolis, où plusieurs églises ont été construites aux 4e ou 5e siècles de n. è. en souvenir du passage de Paul à Philippes.

un lieu de prière : Peut-être que les juifs n’avaient pas le droit d’avoir une synagogue à Philippes parce que c’était une ville militaire. Ou bien la ville ne comptait pas assez de juifs de sexe masculin : selon la tradition, le minimum requis pour fonder une synagogue était de dix.

Lydie : On ne trouve le nom de Lydie que deux fois dans la Bible, ici et en Ac 16:40. Certains pensent que « Lydie » était un surnom qui signifie « la Lydienne » (habitante de la Lydie), mais il existe des documents attestant que « Lydie » était utilisé comme le nom d’une personne. Lydie et ceux qui étaient sous son toit sont devenus chrétiens vers 50 de n. è. à Philippes. Ils ont donc été parmi les premiers en Europe à embrasser le christianisme grâce à la prédication de Paul. La grande générosité de Lydie — qui ne s’est peut-être jamais mariée ou qui était veuve — lui a permis de bénéficier de la compagnie enrichissante des missionnaires Paul, Silas et Luc (Ac 16:15).

une marchande de pourpre : Lydie vendait sans doute des articles de pourpre de toutes sortes : étoffes, vêtements, tapisseries, teintures, etc. Elle était originaire de Thyatire, ville de l’O de l’Asie Mineure située dans une région appelée Lydie. Une inscription découverte à Philippes atteste qu’il y avait dans cette ville une corporation de marchands de pourpre. Depuis l’époque d’Homère (9e ou 8e siècle av. n. è.), les Lydiens et leurs voisins étaient réputés pour leur art de teindre en pourpre. Il est fort probable que Lydie était une marchande prospère et fortunée ; en effet, son commerce exigeait un capital considérable et sa maison était suffisamment grande pour héberger quatre invités (Paul, Silas, Timothée et Luc). L’expression « ceux qui étaient sous son toit » peut signifier qu’elle vivait avec des membres de sa famille, mais elle peut aussi vouloir dire qu’elle avait des esclaves et des serviteurs (Ac 16:15). Le fait que Paul et Silas ont rencontré des frères chez cette femme hospitalière avant de quitter Philippes donne à penser que son domicile était devenu un lieu de réunion pour les premiers chrétiens de l’endroit (Ac 16:40).

Jéhovah a ouvert son cœur tout grand : Le récit parle de Lydie comme d’une adoratrice de Dieu, expression qui laisse supposer que c’était une prosélyte juive (Ac 13:43). Le jour du sabbat, elle et d’autres femmes s’étaient réunies à un lieu de prière situé près d’une rivière à l’extérieur de Philippes (Ac 16:13). Peut-être n’y avait-​il que peu de Juifs et aucune synagogue dans cette ville. Il est possible que Lydie ait découvert le culte de Jéhovah dans sa ville d’origine, Thyatire, qui comptait une vaste communauté juive et un lieu de réunion juif. Jéhovah, le Dieu qu’elle adorait, a remarqué qu’elle écoutait attentivement (voir app. C3, introduction ; Ac 16:14).

fidèle à Jéhovah : La plupart des manuscrits grecs utilisent ici le mot Kurios (Seigneur). Dans les Écritures grecques chrétiennes, Kurios peut se rapporter à Jéhovah ou à Jésus Christ en fonction du contexte. Comme le montre la note d’étude sur le verset précédent, Lydie était sans doute une prosélyte juive, ce qui laisse supposer qu’elle connaissait Jéhovah. De plus, elle venait tout juste d’entendre parler de Jésus Christ grâce à la prédication de Paul et elle n’avait pas encore montré sa fidélité à Jésus. Il semble donc logique de penser qu’elle parlait de sa fidélité au Dieu qu’elle adorait, Jéhovah (voir app. C3, introduction ; Ac 16:15).

possédée par un esprit, un démon de divination : Litt. « qui avait un esprit de python ». « Python » était le nom du serpent ou du dragon mythique qui gardait le temple et l’oracle de Delphes, en Grèce. Le mot grec puthôn en est venu à désigner une personne qui prédisait l’avenir ainsi que l’esprit qui parlait par elle. Bien qu’il ait été utilisé plus tard pour parler d’un ventriloque, ce mot est employé ici, dans les Actes, pour désigner un démon qui donnait à une jeune fille le pouvoir de pratiquer l’art de la prédiction.

en pratiquant la voyance : Ou « en pratiquant l’art de la prédiction ». Dans la Bible, les prêtres-magiciens, les devins, les astrologues et d’autres encore sont classés parmi les personnes qui se disent capables de prévoir l’avenir (Lv 19:31 ; Dt 18:11). Dans les Écritures grecques chrétiennes, le seul épisode où il est question d’un démon prédisant l’avenir, c’est celui-ci, qui se déroule à Philippes. Étant donné que les démons s’opposent à Dieu et à ceux qui font sa volonté, il n’est pas surprenant qu’après avoir chassé ce démon de divination, Paul et Silas aient subi une violente opposition (Ac 16:12, 17-24).

place du marché : Ou « place publique », « forum ». Le mot grec agora désigne ici un espace découvert où l’on se retrouvait pour vendre et acheter, et où l’on tenait des réunions publiques. Il y avait des places de marché dans les villes, grandes et petites, du Proche-Orient ancien et du monde gréco-romain. Le récit de ce qui s’est passé à Philippes donne à penser que certaines affaires judiciaires étaient traitées sur la place du marché. Des fouilles entreprises dans les ruines de cette ville indiquent que la voie Égnatienne la traversait par son milieu et qu’au bord de cette route se trouvait un assez grand forum, ou place de marché (voir notes d’étude sur Mt 23:7 ; Ac 17:17).

les magistrats civils : La forme plurielle du terme grec stratêgos est utilisée ici pour parler des plus hauts fonctionnaires de la colonie romaine de Philippes. Ils avaient pour devoirs de maintenir l’ordre, de gérer les finances, de traduire en justice et de juger les transgresseurs de la loi, et d’ordonner l’exécution des décisions de justice.

nous sommes Romains : La ville de Philippes était une colonie romaine, et ses habitants jouissaient de nombreux privilèges, dont peut-être une citoyenneté romaine partielle. Cela pourrait expliquer pourquoi ils semblaient particulièrement attachés à Rome (voir note d’étude sur Ac 16:12).

furent baptisés sans plus attendre : Le gardien et les siens, sa famille, étaient des Gentils et ne connaissaient sans doute pas les vérités fondamentales des Écritures. Après les avoir encouragés à ‘croire au Seigneur Jésus’, Paul et Silas leur « dirent la parole de Jéhovah », certainement en leur donnant des explications détaillées (Ac 16:31, 32). Le gardien et sa famille ont été profondément touchés, car, comme le montre Ac 16:34, la nuit même, ils se sont mis à ‘croire en Dieu’, autrement dit à avoir foi en lui. Il était donc opportun qu’ils soient baptisés sans plus attendre. Quand Paul et Silas ont quitté Philippes, leur compagnon de voyage Luc n’est pas parti avec eux, comme l’indique Ac 16:40 (voir note d’étude sur Ac 16:10). Il a peut-être pu rester quelque temps à Philippes et continuer d’aider les nouveaux chrétiens de cette ville.

les officiers de police : Le mot grec rhabdoukhos, qui signifie « celui qui porte une baguette », désignait un officier chargé d’escorter un magistrat romain en public et d’exécuter ses ordres. Le terme latin était lictor (licteur). Certains des devoirs qui incombaient à un tel officier romain étaient de nature policière, mais cet officier était rattaché strictement au magistrat et devait se tenir constamment à son service. Il n’était pas directement soumis aux sollicitations des gens, mais seulement aux ordres de son magistrat.

nous, des Romains : C.-à-d. des citoyens romains. Paul était citoyen romain, et il semble que c’était aussi le cas de Silas. La loi romaine déclarait qu’un citoyen avait toujours droit à un procès en règle et qu’il ne devait jamais être puni publiquement sans avoir été condamné. La citoyenneté romaine accordait à une personne certains droits et privilèges dans tout l’empire. Un citoyen romain était soumis à la loi romaine, non aux lois des villes de province. S’il était accusé, il pouvait accepter d’être jugé selon les lois locales, mais il conservait le droit d’être entendu par un tribunal romain. S’il risquait la peine de mort, il pouvait en appeler à l’empereur. L’apôtre Paul a beaucoup prêché dans l’Empire romain. La Bible rapporte trois épisodes au cours desquels il a fait jouer ses droits de citoyen romain. Ici, il s’agit du premier épisode : à Philippes, Paul signale aux magistrats qu’en le battant, ils ont bafoué ses droits (pour les deux autres épisodes, voir notes d’étude sur Ac 22:25 ; 25:11).

Documents multimédias

Néapolis
Néapolis

Sur cette photo, on voit la ville actuelle de Kavála, construite sur le site de l’antique Néapolis. Située à l’extrémité N de la mer Égée, Néapolis était le port de Philippes, ville qui se trouvait non loin de là, au NO. La première fois que Paul a mis le pied en Europe, afin de répondre à l’appel de ‘passer en Macédoine’, c’était à Néapolis (Ac 16:9, 11, 12). L’apôtre est probablement repassé par Néapolis lors de son troisième voyage missionnaire (Ac 20:2, 6). Il ne reste que peu de vestiges de cette ville romaine, mais les visiteurs peuvent aujourd’hui emprunter dans les environs certains tronçons de la voie Égnatienne (via Egnatia), construite par les Romains. Cette grande route était un axe majeur OE d’environ 800 km qui permettait de relier entre elles de nombreuses villes d’Europe et d’atteindre les portes de l’Asie. Plusieurs villes dans lesquelles Paul s’est rendu se trouvaient sur la voie Égnatienne, notamment Néapolis, Philippes, Amphipolis, Apollonia et Thessalonique (Ac 17:1).

Un lieu de prière près de Philippes
Un lieu de prière près de Philippes

Sur la photo, on voit le Crénides (Krénidès), un ruisseau qui coulait juste à l’extérieur de la porte de Crénides, située à l’O de la Philippes antique. Il s’agit peut-être de la « rivière » près de laquelle Paul a prêché à un groupe de femmes qui s’étaient réunies pour prier. Mais les opinions divergent quant au lieu exact où s’est déroulé cet épisode (Ac 16:13-15).