Isaïe 25​:​1-12

25  Ô Jéhovah, tu es mon Dieu. Je t’exalte, je loue ton nom,car tu as fait des choses merveilleuses+,projets* formés depuis des temps anciens+,avec fidélité+, avec loyauté.   Car tu as fait d’une ville un tas de pierres,d’une cité fortifiée un champ de ruines. La forteresse de l’étranger n’est plus une ville ;elle ne sera jamais reconstruite.   C’est pourquoi un peuple fort te glorifiera,la ville des nations tyranniques te craindra+.   Car tu es devenu une forteresse pour le petit,une forteresse pour le pauvre, dans sa détresse+,un refuge contre la tempête de pluieet une ombre contre la chaleur+. Lorsque le souffle des tyrans est comme une tempête de pluie contre un mur,   comme la chaleur sur une terre desséchée,tu fais taire le vacarme des étrangers. Comme la chaleur qui disparaît grâce à l’ombre d’un nuage,le chant des tyrans se tait.   Dans cette montagne+, Jéhovah des armées préparera pour tous les peuplesun banquet de plats riches+,un banquet de bons vins*,de plats riches, pleins de moelle,de bons vins qu’on a filtrés.   Dans cette montagne, il fera disparaître* le voile qui enveloppe tous les peupleset la couverture* qui est tissée sur toutes les nations.   Il engloutira* la mort pour toujours+ ;oui, le Souverain Seigneur Jéhovah essuiera les larmes de tous les visages+. Il effacera de toute la terre l’humiliation* de son peuple,car Jéhovah lui-​même l’a dit.   Ce jour-​là, on dira : « Regardez ! C’est notre Dieu+ ! Nous avons espéré en lui+,et il nous sauvera+. C’est Jéhovah ! Nous avons espéré en lui. Soyons joyeux et réjouissons-​nous, puisqu’il nous sauve+. » 10  Car la main de Jéhovah se posera sur cette montagne+,et Moab sera piétiné sur place+comme on piétine la paille sur un tas de fumier. 11  Il étendra ses mainscomme un nageur les tend pour nager,et il abattra son orgueil*+avec les mouvements habiles de ses mains. 12  Oui, il abattra la ville fortifiéeet ses* hautes murailles de sécurité ;il la jettera à terre, jusque dans la poussière.

Notes

Ou « desseins », « conseils ».
Ou « de vins qu’on a laissé reposer sur leur lie ».
Litt. « engloutira ».
Ou « le voile ».
Ou « fera disparaître ».
Ou « l’opprobre ».
C.-à-d. celui de Moab.
Litt. « tes ».

Notes d'étude

Documents multimédias