Deutéronome 21​:​1-23

21  « Si, dans un champ du pays que Jéhovah ton Dieu te donne en propriété, on trouve un cadavre et qu’on ne sache pas qui est le meurtrier,  tes anciens et tes juges+ iront mesurer la distance entre le corps et les villes voisines.  Puis les anciens de la ville la plus proche du corps prendront dans le gros bétail une jeune vache qu’on n’a jamais fait travailler, qu’on n’a jamais attelée à un joug.  Et les anciens de cette ville mèneront la jeune vache dans une vallée* regorgeant d’eau, dans laquelle on n’a ni labouré ni semé, et ils briseront la nuque de la jeune vache dans la vallée+.  « Et les prêtres, les Lévites, s’avanceront, car Jéhovah ton Dieu les a choisis pour le servir+, pour prononcer des bénédictions au nom de Jéhovah+. Ils diront comment régler tout litige concernant un acte de violence+.  Alors tous les anciens de cette ville, qui sont les plus près du mort, se laveront les mains+ au-dessus de la jeune vache dont la nuque a été brisée dans la vallée  et ils diront : “Nos mains n’ont pas versé ce sang et nos yeux n’ont pas vu qui l’a versé.  Ne tiens pas pour responsable de cela ton peuple Israël, que tu as racheté+, ô Jéhovah, et ne laisse pas peser sur ton peuple Israël la culpabilité d’avoir versé le sang d’un innocent+.” Et ce meurtre ne leur sera pas attribué.  Ainsi, tu enlèveras du milieu de toi la culpabilité d’avoir versé le sang d’un innocent, car tu auras fait ce qui est bien aux yeux de Jéhovah. 10  « Si tu pars en guerre contre tes ennemis et que Jéhovah ton Dieu les livre entre tes mains et que tu les fasses captifs+, 11  et si tu vois parmi les captifs une femme belle, qui te plaise, et que tu veuilles la prendre pour femme, 12  tu pourras l’amener chez toi. Elle devra se raser la tête, se faire les ongles 13  et enlever le manteau de sa captivité, et habiter chez toi. Elle pleurera son père et sa mère un mois entier+, après quoi tu pourras avoir des rapports avec elle ; tu deviendras son mari et elle deviendra ta femme. 14  Mais si tu n’es pas content d’elle, tu la laisseras aller+ là où elle le souhaite*. Tu ne pourras pas la vendre pour de l’argent ni la traiter durement, puisque tu l’auras humiliée. 15  « Suppose qu’un homme ait deux femmes et qu’il aime l’une plus que l’autre*. Les deux lui ont donné des fils et le fils premier-né est de la femme la moins aimée+. 16  Le jour où il donnera son héritage à ses fils, il n’aura pas le droit de traiter comme son premier-né le fils de la femme la plus aimée, au détriment du fils de la femme la moins aimée, qui est son premier-né. 17  Il reconnaîtra pour premier-né le fils de la femme la moins aimée en lui donnant une double portion de tout ce qu’il possède, car ce fils est le début de sa puissance procréatrice. C’est à lui qu’appartient le droit lié à la condition de premier-né+. 18  « Si un homme a un fils obstiné et rebelle, qui n’obéit ni à son père ni à sa mère+, et si son père et sa mère ont essayé de le corriger, mais qu’il ne veuille pas les écouter+, 19  son père et sa mère le prendront, l’amèneront aux anciens à la porte de sa ville 20  et diront aux anciens de sa ville : “Notre fils est obstiné et rebelle ; il ne veut pas nous obéir. C’est un glouton+ et un ivrogne+.” 21  Alors, tous les hommes de sa ville le lapideront. Tu devras ainsi enlever du milieu de toi ce qui est mauvais, et tout Israël l’apprendra et aura peur+. 22  « Si un homme commet un péché qui mérite la condamnation à mort, qu’il ait été mis à mort+ et que tu l’aies pendu à un poteau+, 23  son cadavre ne passera pas la nuit sur le poteau+. Tu veilleras à l’enterrer le jour même, car un cadavre pendu est chose maudite par Dieu+. Tu ne profaneras pas le pays que Jéhovah ton Dieu te donne en héritage+.

Notes

Ou « oued ».
Ou « selon son âme ».
Litt. « deux femmes, l’une aimée et l’autre haïe ».

Notes d'étude

Documents multimédias