Deuxième livre des Rois 4​:​1-44

4  Un jour, la veuve d’un des fils des prophètes+ interpela Élisée, en disant : « Ton serviteur, mon mari, est mort. Tu sais bien qu’il a toujours craint Jéhovah+. Mais voilà qu’un créancier est venu prendre mes deux enfants pour en faire ses esclaves. »  Élisée lui dit : « Que puis-​je faire pour toi ? Dis-​moi, qu’as-​tu chez toi ? » Elle lui répondit : « Je n’ai rien du tout, sauf une jarre à huile*+. »  Il lui dit donc : « Va voir tous tes voisins et demande-​leur des récipients, des récipients vides. Rassemble le plus grand nombre de récipients possible.  Puis rentre chez toi et ferme la porte derrière toi et tes fils. Remplis tous les récipients et mets de côté ceux qui sont pleins. »  Alors la femme partit. Elle rentra chez elle et ferma la porte derrière elle et ses fils. Ils lui passaient les récipients, et elle les remplissait+.  Quand les récipients furent pleins, elle dit à l’un de ses fils : « Apporte-​moi un autre récipient+. » Mais il lui répondit : « Il n’y en a plus. » À ce moment-​là, l’huile s’arrêta de couler+.  Alors elle alla l’annoncer à l’homme du vrai Dieu, qui lui dit : « Va vendre l’huile et paie tes dettes. Après, toi et tes fils, vous pourrez vivre de ce qui restera. »  Un jour, Élisée alla à Shounem+. Il y avait dans cette ville une femme très respectée. Elle insista pour qu’il prenne un repas chez elle+. À partir de ce jour-​là, chaque fois qu’il passait à Shounem, il s’arrêtait chez elle pour manger.  Elle dit donc à son mari : « Je sais que c’est un saint homme de Dieu qui vient régulièrement chez nous. 10  S’il te plaît, faisons-​lui une petite chambre sur le toit+, et mettons-​y un lit, une table, un siège et un porte-lampe. Ainsi, chaque fois qu’il viendra nous voir, il pourra y loger+. » 11  Un jour qu’Élisée était à Shounem, il monta dans la chambre sur le toit pour s’allonger. 12  Puis il dit à son serviteur Guéazi+ : « Appelle la Sunamite+. » Guéazi l’appela donc, et elle se présenta devant lui. 13  Alors Élisée dit à Guéazi : « S’il te plaît, dis-​lui : “Tu t’es donné beaucoup de mal pour nous+. Que peut-​on faire pour toi+ ? Veux-​tu que je parle au roi+ ou au chef de l’armée en ta faveur ?” » Mais elle lui répondit : « Non, ce n’est pas la peine ; je vis en sécurité au milieu de mon peuple. » 14  Alors Élisée demanda : « Que peut-​on faire pour elle ? » Guéazi répondit : « Eh bien, elle n’a pas de fils+, et son mari est vieux. » 15  Aussitôt Élisée dit : « Appelle-​la. » Guéazi l’appela donc et elle se tint à l’entrée. 16  Alors Élisée lui annonça : « L’année prochaine, à cette même époque, tu porteras un fils dans tes bras+. » Mais elle s’exclama : « Non, mon maître, ô homme du vrai Dieu ! Ne me donne pas de faux espoirs. » 17  Pourtant, la femme fut enceinte et, l’année suivante, à la même époque, elle donna naissance à un fils, comme Élisée le lui avait annoncé. 18  L’enfant grandit. Un jour, il alla retrouver son père, qui était avec les moissonneurs. 19  Et il disait sans arrêt à son père : « Ma tête ! J’ai mal à la tête ! » Alors son père dit à un de ses serviteurs : « Porte-​le à sa mère. » 20  Le serviteur le ramena donc à sa mère. L’enfant resta sur les genoux de sa mère jusqu’à midi, puis il mourut+. 21  Elle monta le coucher sur le lit de l’homme du vrai Dieu+, ferma la porte derrière elle et partit. 22  Puis elle appela son mari et lui dit : « Envoie-​moi, s’il te plaît, un serviteur et une ânesse. Je vais vite voir l’homme du vrai Dieu et je reviens. » 23  Mais il lui demanda : « Pourquoi vas-​tu le voir aujourd’hui ? Ce n’est pas un jour de nouvelle lune+ ni un jour de sabbat. » Elle lui dit : « Ne t’inquiète pas. Tout va bien. » 24  Puis elle sella l’ânesse et dit à son serviteur : « Fais-​la avancer rapidement. Ne ralentis pas pour moi, sauf si je te le demande. » 25  Ainsi elle partit au mont Carmel pour voir l’homme du vrai Dieu. L’homme du vrai Dieu l’aperçut de loin. Aussitôt il dit à son serviteur Guéazi : « Regarde ! C’est la Sunamite qui arrive. 26  S’il te plaît, cours à sa rencontre et demande-​lui : “Est-​ce que tu vas bien ? Et ton mari ? Et ton enfant ?” » Elle lui répondit : « Tout va bien. » 27  Quand elle arriva auprès de l’homme du vrai Dieu, à la montagne, aussitôt elle s’agrippa à ses pieds+. Guéazi s’approcha pour la repousser, mais l’homme du vrai Dieu dit : « Laisse-​la tranquille ; elle a beaucoup de chagrin*, mais je ne sais pas pourquoi, car Jéhovah ne me l’a pas révélé. » 28  Alors elle lui dit : « Est-​ce que je t’avais demandé un fils ? Ne t’avais-​je pas dit : “Tu ne dois pas me donner de faux espoirs+” ? » 29  Aussitôt Élisée dit à Guéazi : « Enroule ton vêtement autour de ta taille+, prends mon bâton et pars. Si tu rencontres quelqu’un, ne le salue pas, et si quelqu’un te salue, ne lui réponds pas. Va poser mon bâton sur le visage du garçon. » 30  Mais la mère du garçon lui dit : « Aussi vrai que Jéhovah est vivant et que tu es vivant, je ne repartirai pas sans toi+. » Alors il se leva et alla avec elle. 31  Guéazi partit en avant d’eux. Quand il arriva, il posa le bâton sur le visage du garçon. Mais il n’y eut pas un son, pas une réaction+. Guéazi revint donc à la rencontre d’Élisée et lui dit : « Le garçon ne s’est pas réveillé. » 32  Quand Élisée arriva dans la maison, le garçon était étendu mort sur son lit+. 33  Il entra dans la chambre et ferma la porte. Il était seul avec le garçon. Alors il se mit à prier Jéhovah+. 34  Puis il monta sur le lit et s’étendit sur le corps de l’enfant : il mit sa bouche sur la bouche du garçon, ses yeux sur ses yeux et les paumes de ses mains sur ses paumes, et il resta penché sur lui. Alors le corps de l’enfant commença à se réchauffer+. 35  Élisée se mit à marcher de long en large dans la maison, puis il remonta sur le lit et se pencha de nouveau sur le corps du garçon. Le garçon éternua sept fois, puis il ouvrit les yeux+. 36  Alors Élisée appela Guéazi et lui dit : « Appelle sa mère. » Il l’appela donc, et elle vint. Il lui dit : « Prends ton fils+. » 37  Alors elle entra, se jeta à ses pieds et s’inclina devant lui, puis elle prit son fils et sortit. 38  Quand Élisée retourna à Guilgal, il y avait une famine dans le pays+. Alors que les fils des prophètes+ étaient assis devant lui, il dit à son serviteur+ : « Place la grande marmite sur le feu et fais une soupe pour les fils des prophètes. » 39  Un des fils des prophètes partit donc dans la campagne pour cueillir des herbes*. Il trouva une plante grimpante*, cueillit sur elle des courges sauvages et en remplit son vêtement. Puis il revint et les coupa en morceaux dans la marmite. Mais il ne savait pas ce que c’était. 40  Un peu plus tard, on servit le repas aux hommes. Mais dès qu’ils goûtèrent la soupe, ils se mirent à pousser des cris en disant : « Il y a du poison dans cette marmite, ô homme du vrai Dieu ! » Et ils ne purent pas manger la soupe. 41  Alors Élisée dit : « Apportez de la farine. » Il la jeta dans la marmite, puis il dit : « Maintenant tu peux servir. » Il n’y avait plus rien de mauvais dans la marmite+. 42  Or un homme arriva de Baal-Shalisha+ ; il apportait à l’homme du vrai Dieu 20 pains d’orge+ faits avec les premiers produits de la récolte, ainsi qu’un sac d’épis fraîchement cueillis+. Alors Élisée dit : « Donne cela aux hommes pour qu’ils mangent. » 43  Son serviteur lui répondit : « Mais il n’y en a pas assez pour nourrir 100 hommes+ ! » Élisée insista : « Donne cela aux hommes pour qu’ils mangent, car voici ce que dit Jéhovah : “Ils mangeront et il y aura des restes+.” » 44  Alors le serviteur donna la nourriture aux hommes. Ils mangèrent et il y eut des restes+, comme Jéhovah l’avait annoncé.

Notes

Ou « jarre à huile munie d’un bec verseur ».
Ou « son âme est amère en elle ».
Ou « mauves ».
Ou « vigne sauvage ».

Notes d'étude

Documents multimédias