Première lettre aux Corinthiens 4​:​1-21

4  On doit nous considérer comme des serviteurs* de Christ et des intendants des saints secrets de Dieu+.  Or ce qu’on attend des intendants, c’est qu’ils soient trouvés fidèles.  Cela dit, peu m’importe d’être examiné par vous ou par un tribunal humain. D’ailleurs, je ne m’examine même pas moi-​même.  Je pense n’avoir rien à me reprocher, mais cela ne prouve pas pour autant que je sois juste. Celui qui m’examine, c’est Jéhovah*+.  Aussi, ne jugez+ rien avant le temps, jusqu’à ce que vienne le Seigneur. Il mettra en lumière les choses secrètes des ténèbres et dévoilera les intentions des cœurs, et alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui revient+.  Or, frères, ces choses, je me les suis appliquées, à moi ainsi qu’à Apollos+, pour votre bien, afin qu’à travers nous, vous appreniez cette règle : « N’allez pas au-delà de ce qui est écrit », et que vous ne vous gonfliez pas d’orgueil+ en plaçant quelqu’un au-dessus d’un autre.  Car qui te rend différent d’un autre ? Oui, qu’as-​tu que tu n’aies reçu+ ? Et puisque tu l’as reçu, pourquoi te vantes-​tu comme si tu ne l’avais pas reçu ?  Êtes-​vous déjà rassasiés ? Êtes-​vous déjà riches ? Avez-​vous commencé à régner+ sans nous ? Je voudrais vraiment que vous ayez commencé à régner, pour que nous aussi nous puissions régner avec vous+.  Il me semble que Dieu nous a exposés publiquement en dernier, nous les apôtres, comme des condamnés à mort+, car nous sommes devenus un spectacle pour le monde+, pour les anges et pour les hommes. 10  Nous sommes stupides+ à cause de Christ, mais, vous, vous êtes sages en Christ ; nous sommes faibles, mais vous êtes forts ; vous êtes honorés, mais nous sommes méprisés. 11  Jusqu’à maintenant, nous continuons d’avoir faim+ et soif+, d’être pauvrement vêtus*, d’être battus*+, d’être sans domicile 12  et de nous épuiser à travailler de nos propres mains+. Quand on nous insulte, nous bénissons+ ; quand on nous persécute, nous endurons patiemment+ ; 13  quand on nous calomnie, nous répondons avec douceur*+. Et jusqu’à présent, nous sommes considérés comme les ordures* du monde, le rebut de la société. 14  J’écris ces choses, non pas pour vous faire honte, mais pour vous avertir comme mes enfants bien-aimés. 15  Car même si vous aviez 10 000 précepteurs* en Christ, vous n’auriez pas pour autant plusieurs pères ; c’est moi qui suis devenu votre père en Christ Jésus par le moyen de la bonne nouvelle+. 16  Je vous encourage donc à m’imiter+. 17  Voilà pourquoi je vous envoie Timothée, car il est mon enfant bien-aimé et fidèle dans le Seigneur. Il vous rappellera mes méthodes* en ce qui concerne Christ Jésus+, comme je les enseigne partout dans toutes les assemblées. 18  Pensant que je n’allais pas venir chez vous, certains se sont gonflés d’orgueil. 19  Mais, si Jéhovah* le veut, je vais bientôt venir chez vous, et je m’intéresserai, non pas aux paroles de ceux qui se sont gonflés d’orgueil, mais à leur puissance. 20  Car le royaume de Dieu n’est pas une question de paroles, mais de puissance. 21  Que préférez-​vous ? Que je vienne chez vous avec un bâton+, ou bien avec amour et un esprit de douceur ?

Notes

Ou « subordonnés ».
Litt. « nus ».
Ou « maltraités ».
Litt. « supplions ».
Ou « déchets ».
Ou « gardiens ».
Ou « façons de faire ».

Notes d'étude

Documents multimédias