Aller au contenu

Aller à la table des matières

La Bible. Traduction du monde nouveau (édition d’étude)

C3

Versets de la lettre aux Romains où le nom Jéhovah figure hors citation directe ou indirecte

ROMAINS 10:16 « Jéhovah, qui a eu foi dans ce qu’il a entendu de nous ? »

RAISON(S) : Paul cite ici la première partie d’Isaïe 53:1. Dans le texte hébreu original, le nom divin ne figure que dans la deuxième partie du verset, dans l’expression « le bras de Jéhovah ». En Jean 12:38, Jean cite Isaïe 53:1 dans son intégralité. Il semble que Jean et Paul citent tous deux la prophétie d’Isaïe selon la version des Septante, où le texte grec commence par le mot Kurios (Seigneur) au vocatif, forme utilisée pour s’adresser directement à une personne. On peut donc penser qu’à l’origine, les traducteurs avaient introduit le nom divin sous la forme du Tétragramme au début de la citation pour que le lecteur sache que le prophète adresse ses questions à Dieu. Comme l’explique l’introduction du présent appendice, dans les copies tardives de la Septante, le mot Kurios est souvent utilisé à la place du Tétragramme, là où celui-ci figure dans le texte hébreu original (c’est d’ailleurs le cas dans l’expression « le bras de Jéhovah » en Isaïe 53:1). C’est pourquoi la présente traduction emploie ici le nom divin dans le corps du texte.

RÉFÉRENCES :

  • The Bible Commentary (un commentaire biblique, en anglais), publié sous la direction de F. Cook, réimpression de 1981, commente ainsi la première occurrence du mot « Lord » (Seigneur) dans cette citation : « Le mot “Lord”, ajouté ici ainsi que dans les versions grecques d’Is. liii. I [Isaïe 53:1], signale que le prophète s’adresse à Jéhovah, l’auteur de la proclamation […]. Cet ajout est conforme au sens du texte original de ce passage et au commentaire qu’en fait saint Paul au V. 17. »

  • The Interpretation of St. Paul’s Epistle to the Romans (un commentaire sur la lettre de Paul aux Romains, en anglais), par R. Lenski, dit au sujet de ce verset : « Paul ajoute le mot “Lord” [Seigneur] à la citation puisque le prophète s’adressait à Yahvé. »

  • L’ouvrage de référence Exegetisches Wörterbuch zum Neuen Testament (un dictionnaire du Nouveau Testament, en allemand), 1992, vol. 2, col. 815, classe Romains 10:16 parmi les versets où Kurios « désigne Yahvé/Dieu ».

  • The Anchor Yale Bible (un commentaire biblique, en anglais), par Joseph Fitzmyer, 1993, vol. 33, dit au sujet de Romains 10:16 : « Paul rappelle que les messages venant de Dieu ne sont pas toujours accueillis avec foi, pas même celui concernant le Serviteur souffrant de Yahvé. »

  • La NLT Study Bible (Bible d’étude, en anglais), deuxième édition, 2008, écrit « LORD » (SEIGNEUR) avec une grande capitale initiale et des petites capitales dans ce verset. Le comité de traduction de cette Bible fait ce commentaire dans l’« Introduction à la New Living Translation » : « Nous avons presque systématiquement rendu le Tétragramme (YHWH) par “the LORD” avec des petites capitales, comme il est d’usage dans les versions anglaises. » Dans le paragraphe consacré au Nouveau Testament, le comité de traduction ajoute : « Le mot grec kurios est rendu systématiquement par “Lord”, mais il est écrit “LORD” chaque fois que le Nouveau Testament cite explicitement l’Ancien Testament et que ce mot s’y trouve en petites capitales. »

RÉFÉRENCES COMPLÉMENTAIRES : J7, 8, 10, 14-18, 23, 30-32, 34, 35, 41, 42, 46, 52, 59, 60, 65, 66, 88, 93, 100-102, 105, 106, 114, 115, 117, 118, 122, 130, 133, 136, 144-147, 149, 154, 164-166, 174, 178, 212, 213, 237-239, 244, 250, 265, 273, 275, 283, 296, 310, 323, 324

ROMAINS 12:11 « Travaillez comme esclaves pour Jéhovah »

RAISON(S) : Les manuscrits grecs aujourd’hui disponibles emploient ici le terme tôï Kuriôï (pour le Seigneur), mais il y a de bonnes raisons d’utiliser le nom divin dans le corps du texte. Dans les Écritures grecques chrétiennes, Kurios (Seigneur) peut désigner soit Jéhovah soit Jésus Christ, selon le contexte. En Romains 12:1, 2, Paul encourage ses lecteurs à présenter leurs corps comme un sacrifice que « Dieu peut approuver » et à vérifier quelle est la « volonté de Dieu ». Et au verset 3, il utilise cette expression : « chacun selon la mesure de foi que Dieu lui a donnée ». Par ailleurs, dans le contexte, l’autre occurrence de Kurios la plus proche se situe en Romains 12:19, où est citée une partie de Deutéronome 32:35, verset dont le contexte indique que c’est Jéhovah qui parle (voir explications sur Romains 12:19). Enfin, des biblistes ont remarqué que le verbe grec douleuô, rendu par « travailler comme esclave pour » ou « servir », est employé dans la Septante pour traduire des expressions hébraïques qui, dans le texte hébreu original, contiennent le Tétragramme (Juges 2:7 ; 1 Samuel 7:4 ; 12:20 ; 2 Chroniques 30:8 ; Psaume 2:11 ; 100:2 [99:2, LXX] ; 102:22 [101:22, LXX]). Ainsi, tant le contexte que l’origine hébraïque de l’expression laissent à penser qu’en Romains 12:11, Kurios désigne non pas Jésus, mais Jéhovah (voir app. C1).

RÉFÉRENCES :

  • Le Commentaire du disciple, de William MacDonald, explique que l’idée générale exprimée en Romains 12:11 tire son origine des Écritures hébraïques, en particulier des paroles de Jérémie 48:10. On lit dans ce verset : « Qu’il soit maudit, celui qui effectue la mission de Jéhovah avec négligence ! » Le nom Jéhovah figure dans le texte hébreu original de ce verset.

RÉFÉRENCES COMPLÉMENTAIRES : J7, 8, 10, 16, 18, 32, 44, 65, 94, 95, 100-102, 106, 115, 125, 139, 145-147, 167, 201, 310, 323, 324

ROMAINS 12:19 « dit Jéhovah »

RAISON(S) : Les manuscrits grecs aujourd’hui disponibles emploient ici le terme légéï Kurios (litt. « dit Seigneur »), mais le nom divin est utilisé dans le corps du texte pour les raisons suivantes : Les mots que Paul vient de citer sont tirés de Deutéronome 32:35. La tournure « dit Jéhovah » ne figure pas dans le texte hébreu original de ce verset ; toutefois, il ressort clairement du contexte que c’est Jéhovah qui parle (Deutéronome 32:19-34 ; cf. note d’étude sur Matthieu 1:22). Paul ajoute manifestement cette tournure pour identifier l’auteur de la déclaration. Dans les exemplaires tardifs de la Septante, le terme Kurios (Seigneur) est souvent utilisé comme un substitut du nom divin figurant dans le texte hébreu original, ce qui est donc aussi le cas dans les nombreux passages des Écritures hébraïques cités dans les Écritures grecques chrétiennes. Il est également intéressant de noter que, dans ce verset, l’article défini grec n’a pas été ajouté devant Kurios alors que les règles de grammaire classiques l’auraient exigé ; de ce fait, Kurios prend valeur de nom propre. En Hébreux 10:30, Paul reprend le même extrait de Deutéronome 32:35, puis il cite une partie du verset 36 (« Jéhovah jugera son peuple »), où le nom divin est employé (voir app. C1).

RÉFÉRENCES :

  • The Interpretation of St. Paul’s Epistle to the Romans (un commentaire sur la lettre de Paul aux Romains, en anglais), par R. Lenski, dit au sujet de ce verset : « Paul ajoute “dit le Seigneur” pour préciser qui prononce cette déclaration. Dieu a depuis longtemps réglé dans son ensemble la question de la rétribution des malfaiteurs. »

  • L’ouvrage de référence Exegetisches Wörterbuch zum Neuen Testament (un dictionnaire du Nouveau Testament, en allemand), 1992, vol. 2, col. 815, classe Romains 12:19 parmi les versets où Kurios « désigne Yahvé/Dieu ».

  • Dans The New Interpreter’s Bible Commentary (un commentaire biblique, en anglais), 2015, vol. 9, N. Wright dit à propos du conseil de Paul en Romains 12:19, 20 : « En adoptant ce comportement, on amasse des braises ardentes sur la tête de l’ennemi (“et YHWH te récompensera”, ajoutent les Proverbes). »

  • La NLT Study Bible (Bible d’étude, en anglais), deuxième édition, 2008, écrit « LORD » (SEIGNEUR) avec une grande capitale initiale et des petites capitales dans ce verset. Le comité de traduction de cette Bible fait ce commentaire dans l’« Introduction à la New Living Translation » : « Nous avons presque systématiquement rendu le Tétragramme (YHWH) par “the LORD” avec des petites capitales, comme il est d’usage dans les versions anglaises. » Dans le paragraphe consacré au Nouveau Testament, le comité de traduction ajoute : « Le mot grec kurios est rendu systématiquement par “Lord”, mais il est écrit “LORD” chaque fois que le Nouveau Testament cite explicitement l’Ancien Testament et que ce mot s’y trouve en petites capitales. »

RÉFÉRENCES COMPLÉMENTAIRES : J7, 8, 10-12, 14-18, 22-24, 30-35, 38, 40-44, 46, 52, 54, 57, 59-61, 65-67, 88, 90, 94-96, 99-101, 106, 114, 115, 117, 122, 125, 130, 133, 138, 139, 144-147, 149, 154, 163-167, 174, 178, 185, 187, 201, 203, 217, 237-239, 243, 244, 250, 265, 269, 271, 273, 275, 279, 280, 283, 290, 295, 300, 310, 322-324

ROMAINS 14:4 « car Jéhovah peut le faire tenir debout »

RAISON(S) : Des manuscrits grecs aujourd’hui disponibles portent ici l’expression ho Kurios (le Seigneur) ; d’autres mettent ho Théos (le Dieu). Et certaines versions anciennes en d’autres langues emploient un équivalent de « Dieu ». Dans les Écritures grecques chrétiennes, le titre « Seigneur » désigne souvent soit Jéhovah soit Jésus Christ, selon le contexte. Dans le cas présent, le contexte (Romains 14:1-12) indique clairement que ce titre se rapporte à Jéhovah. Paul traite de l’importance de ne pas juger un autre chrétien concernant des questions de conscience. Au verset 3, il explique que « Dieu […] a fait bon accueil » autant à « celui qui mange » qu’à « celui qui ne mange pas ». Paul poursuit son raisonnement et, en Romains 14:10, il rappelle que « nous nous tiendrons tous devant le tribunal de Dieu ». En Romains 14:12, il conclut en disant que chacun « rendra compte à Dieu pour soi-même ». Ainsi, le contexte de Romains 14:4 indique que dans ce verset le terme ho Kurios désigne Jéhovah. Un autre argument en faveur de cette conclusion se trouve dans le texte hébreu original du contexte d’Isaïe 45:23, que Paul cite en Romains 14:11. En effet, ce contexte (Isaïe 45:18-22) indique clairement que c’est Jéhovah qui parle (voir note d’étude sur Romains 14:11). Compte tenu des différents arguments suggérant que le terme ho Kurios désigne ici Jéhovah, le nom divin est utilisé dans le corps du texte. Par ailleurs, certaines traductions des Écritures grecques chrétiennes en hébreu et en d’autres langues utilisent ici le Tétragramme.

RÉFÉRENCES :

  • L’ouvrage de référence Exegetisches Wörterbuch zum Neuen Testament (un dictionnaire du Nouveau Testament, en allemand), 1992, vol. 2, col. 815, classe Romains 14:4b parmi les versets où Kurios « désigne Yahvé/Dieu ».

  • The Anchor Yale Bible (un commentaire biblique, en anglais), par Joseph Fitzmyer, 1993, vol. 33, dit au sujet de Romains 14:6 : « Depuis le [verset] 4, Paul parle de Kurios, et on est en droit de se demander si par ce mot il désigne Dieu ou Christ. Au vu du parallélisme que présente ce verset, il semble raisonnable de penser qu’il emploie Kurios au sens qu’il a dans l’[Ancien Testament], à savoir “Dieu”. Cette conclusion est également appuyée par le [verset] 11, où Paul cite Is 49:18. »

  • The ESV Study Bible (Bible d’étude, en anglais), 2008, p. 2180, commente ainsi ce verset : « Les forts se tiennent debout ou tombent devant Dieu, et ils seront tenus pour justes par Dieu au dernier jour parce que Dieu leur accordera la grâce. »

RÉFÉRENCES COMPLÉMENTAIRES : J18, 23, 32, 48, 95, 100, 101, 115, 145-147, 187, 265, 271, 323, 324

ROMAINS 14:6 « le fait pour Jéhovah […] mange pour Jéhovah […] ne mange pas pour Jéhovah »

RAISON(S) : Les manuscrits grecs aujourd’hui disponibles emploient trois fois dans ce verset le terme Kurios (Seigneur). Dans les Écritures grecques chrétiennes, ce titre désigne souvent soit Jéhovah soit Jésus Christ, selon le contexte. L’identité du Kurios dont il est question dans ce verset se déduit du contexte d’ensemble, à savoir Romains 14:4-11. Depuis le début du chapitre 14, Paul traite de l’importance de ne pas se juger les uns les autres. En Romains 14:3, il a expliqué que « Dieu […] a fait bon accueil » autant à « celui qui mange » qu’à « celui qui ne mange pas ». Puis, en Romains 14:4, il précise que « c’est pour son propre maître [kurios] » qu’un serviteur « tient debout ou qu’il tombe » et que le Kurios « Jéhovah peut le faire tenir debout » (voir explications sur Romains 14:4). Paul poursuit son raisonnement et, en Romains 14:10, il rappelle que « nous nous tiendrons tous devant le tribunal de Dieu ». En Romains 14:11, il reprend un extrait d’Isaïe 45:23, dont le contexte (Isaïe 45:18-22) indique clairement que c’est Jéhovah qui parle (voir note d’étude sur Romains 14:11). Ensuite, en Romains 14:12, Paul conclura en disant que chacun « rendra compte à Dieu pour soi-même ». Il est également intéressant de noter qu’ici, en Romains 14:6, l’article défini grec n’a pas été ajouté devant Kurios alors que les règles de grammaire classiques l’auraient exigé ; de ce fait, Kurios prend valeur de nom propre. Ainsi, un examen du contexte d’ensemble de ce verset, le contexte de la citation d’Isaïe 45:23 et l’absence surprenante de l’article défini grec sont autant d’éléments qui justifient l’emploi du nom divin dans ce verset.

RÉFÉRENCES :

  • L’ouvrage de référence Exegetisches Wörterbuch zum Neuen Testament (un dictionnaire du Nouveau Testament, en allemand), 1992, vol. 2, col. 815, classe Romains 14:6a, 14:6b et 14:6c parmi les versets où Kurios « désigne Yahvé/Dieu ».

  • The Anchor Yale Bible (un commentaire biblique, en anglais), par Joseph Fitzmyer, 1993, vol. 33, dit au sujet de Romains 14:6 : « Depuis le [verset] 4, Paul parle de Kurios, et on est en droit de se demander si par ce mot il désigne Dieu ou Christ. Au vu du parallélisme que présente ce verset, il semble raisonnable de penser qu’il emploie Kurios au sens qu’il a dans l’[Ancien Testament], à savoir “Dieu”. Cette conclusion est également appuyée par le [verset] 11, où Paul cite Is 49:18. »

  • The Interpretation of St. Paul’s Epistle to the Romans (un commentaire sur la lettre de Paul aux Romains, en anglais), par R. Lenski, 1936, p. 823, dit au sujet de ce verset : « On notera que l’accentuation tombe sur les trois occurrences de Κυρίῳ [kuriôï] (sans l’article = Yahvé, Dieu). »

RÉFÉRENCES COMPLÉMENTAIRES :

ROMAINS 14:6a

J7, 8, 10, 16, 18, 22, 24, 32, 33, 41, 44, 65, 66, 94, 95, 100, 101, 106, 115, 125, 145-147, 167, 187, 310, 322-324

ROMAINS 14:6b

J7, 8, 10, 16, 18, 22, 24, 32, 33, 41, 44, 65, 66, 94, 95, 100, 101, 106, 115, 125, 145-147, 163, 167, 187, 310, 322-324

ROMAINS 14:6c

J7, 8, 10, 16, 18, 22, 24, 32, 33, 41, 44, 65, 66, 94, 95, 100, 101, 106, 115, 125, 145-147, 167, 187, 310, 322-324

ROMAINS 14:8 « nous vivons pour Jéhovah […] nous mourons pour Jéhovah […] nous appartenons à Jéhovah »

RAISON(S) : Les manuscrits grecs aujourd’hui disponibles emploient trois fois dans ce verset le mot Kurios (Seigneur) précédé de l’article défini grec. Dans les Écritures grecques chrétiennes, ce titre désigne souvent soit Jéhovah soit Jésus Christ, selon le contexte. L’identité du Kurios dont il est question dans ce verset se déduit de l’emploi de ce terme en Romains 14:4, 6. Les arguments permettant de conclure que les occurrences de Kurios dans ces versets désignent Jéhovah sont détaillés dans les explications sur Romains 14:4, 6. De plus, les notions de vivre pour Dieu, de mourir pour Dieu et d’appartenir à Dieu sont conformes à ce que la Bible enseigne dans d’autres passages (Psaume 100:3 ; 146:2 ; Romains 6:11 ; Galates 2:19 ; 1 Pierre 4:2). Ainsi, même si les manuscrits grecs emploient Kurios précédé de l’article défini grec, l’emploi du nom divin dans ce verset se justifie par l’ambivalence de Kurios, par le contexte et par le témoignage de la Bible dans son ensemble.

RÉFÉRENCES :

  • The Anchor Yale Bible (un commentaire biblique, en anglais), par Joseph Fitzmyer, 1993, vol. 33, dit au sujet de Romains 14:8 : « Ce passage souligne la nécessité de servir Dieu en toutes choses […]. Que ce soit par sa vie ou par sa mort, le chrétien existe tôï Kuriôï, c.-à-d. pour louer, honorer et servir Dieu, le créateur et l’auteur de toutes choses. » L’ouvrage poursuit en disant : « Les chrétiens appartiennent à Dieu en sa qualité de Kurios et doivent reconnaître cette dépendance. »

RÉFÉRENCES COMPLÉMENTAIRES :

ROMAINS 14:8a

J7, 8, 10, 14-16, 18, 32, 41, 44, 65, 94, 95, 100, 101, 106, 115, 145-147, 187, 323, 324

ROMAINS 14:8b

J7, 8, 10, 14-16, 18, 32, 41, 44, 65, 94, 95, 100, 101, 115, 145-147, 187, 310, 323, 324

ROMAINS 14:8c

J7, 8, 10, 14-16, 18, 32, 44, 65, 94, 95, 100, 101, 106, 115, 145-147, 187, 310, 323, 324