Nahum 3​:​1-19

3  Malheur à la ville meurtrière*+ ! Elle est toute pleine de tromperie [et] de vol. La proie ne s’éloigne pas !  Il y a le bruit du fouet+ et le bruit du fracas de [la] roue, le cheval qui s’élance et le char qui bondit+.  Le cavalier sur sa monture et la flamme de [l’]épée, l’éclair de [la] lance+, la multitude de tués et l’énorme masse de cadavres ; et il n’y a pas de fin aux corps morts. Sans cesse on trébuche parmi leurs corps morts ;  c’est à cause de l’abondance des actes de prostitution de la prostituée+, séduisante de charme, maîtresse en sorcelleries, elle qui prend au piège des nations par ses actes de prostitution et des familles par ses sorcelleries+.  “ Me voici contre toi*+ ”, c’est là ce que déclare Jéhovah des armées* ; “ oui, je mettrai sur ton visage la couverture des pans de ton [vêtement] et je ferai voir ta nudité aux nations+, aux royaumes ton déshonneur.  Oui, je jetterai sur toi des choses immondes+ et je te rendrai méprisable ; oui, je te donnerai en spectacle+.  Et voici ce qui arrivera à coup sûr : tout homme qui te verra s’enfuira loin de toi+ et ne manquera pas de dire : ‘ Ninive a été pillée ! Qui la plaindra ? ’ D’où te chercherai-​je des consolateurs ?  Vaux-​tu mieux que No-Amôn+, qui était assise au bord des canaux du Nil+ ? Des eaux étaient tout autour d’elle, — elle dont la fortune était [la] mer, dont la muraille [était constituée] par [la] mer.  L’Éthiopie* était toute sa force, l’Égypte aussi+, et cela sans limite. Pout et les Libyens* venaient à ton* aide+. 10  Elle aussi, elle était destinée à l’exil ; elle s’en est allée en captivité+. Ses enfants aussi ont été mis en pièces à la tête de toutes les rues+ ; pour ses glorifiés on a jeté les sorts+ et tous ses grands ont été liés avec des entraves+. 11  “ Toi aussi, tu deviendras ivre+ ; tu deviendras une chose cachée+. Toi aussi, tu chercheras une forteresse contre [l’]ennemi+. 12  Toutes tes places fortes sont comme des figuiers [chargés] des premiers fruits mûrs : si on les secoue, ceux-ci tomberont à coup sûr dans la bouche d’un mangeur+. 13  “ Vois ! Ton peuple, ce sont des femmes au milieu de toi+. Vraiment, à tes ennemis s’ouvriront les portes de ton pays. À coup sûr, le feu dévorera tes barres+. 14  Puise-​toi de l’eau pour le siège+. Renforce tes places fortes+. Entre dans la boue et piétine l’argile ; saisis [le] moule à briques. 15  Même là le feu te dévorera. L’épée te retranchera+. Elle te dévorera, comme [dévore] le criquet*+. Rends-​toi importante par le nombre* comme le criquet ; rends-​toi importante par le nombre comme la sauterelle*. 16  Tu as multiplié tes commerçants plus que les étoiles des cieux+. “ Quant au criquet*, il mue réellement ; ensuite il s’envole. 17  Tes gardes sont comme la sauterelle*, et tes recruteurs comme un essaim de sauterelles*. Elles campent dans les enclos par un jour de froid. Le soleil n’a qu’à se lever et les voilà qui s’enfuient bel et bien ; et vraiment on ne connaît pas leur lieu, là où elles sont+. 18  “ Tes bergers ont commencé à somnoler+, ô roi d’Assyrie, tes majestueux restent dans leurs demeures+. Ton peuple a été dispersé sur les montagnes, et personne ne [les] rassemble+. 19  Il n’y a pas de soulagement pour ta catastrophe. Ton coup est devenu inguérissable+. Oui, tous ceux qui entendront la nouvelle à ton sujet battront des mains contre toi+, car sur qui ta méchanceté n’a-​t-​elle pas passé, constamment+ ? ”

Notes

Lit. : “ ville de sangs ”.
“ toi ”, fém. en héb., se rapporte à Ninive.
“ Jéhovah des armées ”, MTVg ; LXX : “ Jéhovah Dieu le Tout-Puissant ”.
“ L’Éthiopie ”, LXXVg ; MTSy : “ Koush ”.
“ et les Libyens ”. Héb. : weLouvim.
“ ton ”, MTVg ; LXX : “ son ”.
Ou : “ comme [dévore] la sauterelle rampante, sans ailes ”. Héb. : kayyalèq. Voir Yl 1:4, note.
Lit. : “ Rends-​toi lourde ”.
Ou : “ comme le nuage de sauterelles ”. Héb. : kaʼarbèh, sauterelle migratrice ou du désert complètement développée et munie d’ailes.
“ au criquet ”. Ou : “ à la sauterelle rampante, sans ailes ”.
Voir v. 3:15, note “ sauterelle ”.
“ comme un essaim de sauterelles ”. Héb. : keghôv govay, au sens collectif ; les recruteurs sont appelés ainsi en raison de leur nombre.