Chant de Salomon 7​:​1-13

7  “ Que tes pas sont devenus beaux dans [tes] sandales+, ô fille bien disposée+ ! Les courbes de tes cuisses sont comme des ornements+, œuvre de mains d’artiste.  Ton nombril est un bol arrondi. Que le vin mélangé+ n’[y] manque pas. Ton ventre est un tas de blé, entouré de lis+.  Tes deux seins sont comme deux faons, les jumeaux d’une gazelle+.  Ton cou+ est comme une tour d’ivoire. Tes yeux+ sont comme les piscines de Heshbôn+, près de la porte de Bath-Rabbim. Ton nez est comme la tour du Liban, qui guette du côté de Damas.  Ta tête sur toi est comme le Carmel+, et la chevelure+ de ta tête est comme de la laine teinte en pourpre rougeâtre+. Le roi est tenu enchaîné par ces flots+.  Que tu es belle et que tu es charmante, ô bien-aimée*, parmi les délices+ !  Oui, ta taille que voici ressemble à un palmier+, et tes seins+ à des grappes de dattes.  J’ai dit : ‘ Je monterai au palmier pour en saisir les régimes de dattes+. ’ S’il te plaît, que tes seins deviennent comme les grappes de la vigne, et la senteur de ton nez comme des pommes,  et ton palais comme le meilleur vin+, qui glisse facilement+ pour celui qui m’est cher, coulant doucement sur les lèvres des dormeurs. ” 10  “ Je suis à celui qui m’est cher+, et vers moi est son désir+. 11  Viens, ô toi qui m’es cher, sortons à la campagne+ ; logeons parmi les hennés*+. 12  Levons-​nous de bonne heure pour aller aux vignobles, pour voir si la vigne a bourgeonné+, si la fleur s’est ouverte+, si les grenadiers ont fleuri+. Là je te donnerai mes marques de tendresse+. 13  Les mandragores+ ont donné [leur] senteur, et à nos portes il y a toutes sortes de fruits de choix+. Les nouveaux comme les anciens, ô toi qui m’es cher, je les ai conservés avec soin pour toi.

Notes

Lit. : “ ô amour ”.
“ les villages ”, LXXSyVg. Voir toutefois Ct 1:14 ; 4:13.