Isaïe 58​:​1-14

58  “ Crie à plein gosier, ne te retiens pas+. Élève ta voix comme un cor*, et révèle à mon peuple sa révolte+, et à la maison de Jacob ses péchés.  Cependant c’est moi que jour après jour ils cherchaient et c’est à la connaissance de mes voies qu’ils disaient prendre plaisir+, comme une nation qui pratiquait la justice et qui n’avait pas abandonné le droit de son Dieu+, en ce qu’ils me demandaient des jugements justes, s’approchant de Dieu* en qui ils avaient du plaisir+.  “ ‘ Pourquoi avons-​nous jeûné — et tu ne [l’]as pas vu+ — et [pourquoi] avons-​nous affligé notre âme+ — et tu ne faisais pas attention+ ? ’ “ Oui, vous trouviez du plaisir même dans le jour de votre jeûne, lorsque vous poussiez au travail tous vos hommes de peine+.  Oui, vous jeûniez pour des querelles et pour des luttes+, pour frapper avec le poing de la méchanceté+. Est-​ce que vous n’avez pas continué à jeûner comme au jour pour faire entendre votre voix dans la hauteur ?  Est-​ce ainsi que doit devenir le jeûne que je choisis, comme un jour où l’homme tiré du sol doit affliger son âme+ ? Pour courber sa tête comme un jonc, et pour qu’il étende une toile de sac et la cendre pour son lit+ ? Est-​ce là ce que tu appelles un jeûne, un jour agréé de Jéhovah+ ?  “ N’est-​ce pas ceci, le jeûne que je choisis : délier les entraves de la méchanceté+, défaire les liens de la barre de joug+, renvoyer libres les écrasés+, et que vous rompiez toutes les barres de joug+ ?  N’est-​ce pas partager ton pain pour l’affamé+, et que tu fasses pénétrer dans [ta] maison les affligés sans foyer+ ? [Et] que, si tu vois quelqu’un nu, tu ne manques pas de le couvrir+, et que tu ne te dérobes pas à ta propre chair+ ?  “ Alors ta lumière jaillirait comme l’aurore+ ; et ton rétablissement germerait promptement+. Oui, devant toi marcherait ta justice+ ; la gloire même de Jéhovah serait ton arrière-garde+.  Alors tu appellerais, et Jéhovah lui-​même répondrait ; tu crierais au secours+, et il dirait : ‘ Me voici ! ’ “ Si tu ôtes du milieu de toi la barre de joug+, [si tu cesses] de pointer le doigt+ et de proférer des paroles malfaisantes+ ; 10  si tu accordes à l’affamé [ce que désire] ton âme+, si tu rassasies l’âme qu’on afflige, alors, à coup sûr, ta lumière apparaîtra dans les ténèbres, et ton obscurité sera comme le plein midi+. 11  Et Jéhovah ne manquera pas de te conduire+ constamment+ et de rassasier ton âme sur une terre calcinée+, et il donnera de la vigueur à tes os+ ; oui, tu deviendras comme un jardin bien arrosé+, comme la source d’eau dont les eaux ne mentent pas. 12  À ton instigation, les hommes* rebâtiront bel et bien les lieux dévastés depuis longtemps*+ ; tu relèveras les fondations de générations successives+. Oui, on t’appellera le réparateur des brèches+, le restaurateur des routes le long desquelles on peut habiter*. 13  “ Si en raison du sabbat tu ramènes ton pied pour ce qui est de faire tes plaisirs en mon saint jour+, si vraiment tu appelles le sabbat délices, [jour] saint de Jéhovah, [jour] qu’on glorifie+, et si tu le glorifies réellement au lieu de faire tes propres voies, au lieu de trouver ce qui te fait plaisir et de proférer une parole, 14  alors tu te délecteras en Jéhovah+, et vraiment je te ferai passer sur les hauteurs de la terre+ ; oui, je te ferai manger de la possession héréditaire de Jacob ton ancêtre+, car la bouche de Jéhovah [l’]a dit+. ”

Notes

Ou : “ shophar ”.
“ Dieu ”. Héb. : ʼÈlohim.
“ Et tes fils ”, en corrigeant le texte.
Ou : “ dévastés pour des temps indéfinis ”.
Ou : “ routes en vue de l’habitat ”, c.-à-d. vers le pays.