Genèse 22​:​1-24

22  Or, après ces choses, il arriva que le [vrai] Dieu mit Abraham à l’épreuve+. Il lui dit donc : “ Abraham ! ” À quoi celui-ci dit : “ Me voici+ ! ”  Il reprit : “ S’il te plaît, prends ton fils, ton fils unique que tu aimes tant+, Isaac+, et fais route vers le pays de Moria+, et là offre-​le en holocauste sur l’une des montagnes que je t’indiquerai+. ”  Abraham se leva donc de bon matin, sella son âne et prit avec lui deux de ses serviteurs*, ainsi qu’Isaac son fils+ ; et il fendit le bois pour l’holocauste. Puis il se leva et se mit en route pour l’endroit que le [vrai] Dieu lui avait indiqué.  Ce n’est qu’au troisième jour qu’Abraham leva les yeux et aperçut l’endroit de loin.  Abraham dit alors à ses serviteurs+ : “ Restez ici, vous, avec l’âne ; moi et le garçon, nous voulons aller jusque là-bas pour adorer+, puis nous reviendrons vers vous. ”  Abraham prit alors le bois de l’holocauste et le mit sur Isaac son fils+ ; il prit en ses mains le feu et le grand couteau, puis tous deux continuèrent leur chemin ensemble+.  Et Isaac dit à Abraham son père* : “ Mon père+ ! ” Alors [Abraham] dit : “ Me voici, mon fils+ ! ” Il reprit : “ Voici le feu et le bois, mais où est le mouton pour l’holocauste+ ? ”  À quoi Abraham dit : “ Dieu va se pourvoir lui-​même du mouton pour l’holocauste+, mon fils. ” Et tous deux continuèrent de marcher ensemble.  Finalement ils arrivèrent à l’endroit que lui avait indiqué le [vrai] Dieu et Abraham y bâtit un autel+ ; il disposa le bois, ligota Isaac son fils et le mit sur l’autel par-​dessus le bois+. 10  Puis Abraham étendit la main et prit le grand couteau pour tuer son fils+. 11  Mais l’ange de Jéhovah l’appela des cieux et dit+ : “ Abraham ! Abraham ! ” À quoi il répondit : “ Me voici ! ” 12  Il reprit : “ N’étends pas la main contre le garçon et ne lui fais rien+, car à présent je sais vraiment que tu crains Dieu*, puisque tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique+. ” 13  Alors Abraham leva les yeux et regarda, et voici qu’à quelque distance [de lui] il y avait un bélier pris par les cornes dans un fourré. Abraham alla donc prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils+. 14  Puis Abraham appela cet endroit du nom de Jéhovah-Yiré*. C’est pourquoi on a coutume de dire aujourd’hui : “ Dans la montagne de Jéhovah il sera pourvu*+. ” 15  Alors, des cieux, l’ange de Jéhovah appela Abraham pour la deuxième fois 16  et dit : “ ‘ Oui, je jure par moi-​même ’, c’est là ce que déclare Jéhovah+, ‘ que, puisque tu as fait cette chose et que tu n’as pas refusé ton fils, ton unique+, 17  je te bénirai à coup sûr et je multiplierai à coup sûr ta semence comme les étoiles des cieux et comme les grains de sable qui sont sur le bord de la mer+ ; et ta semence prendra possession de la porte* de ses ennemis+. 18  Et par le moyen de ta semence+ se béniront à coup sûr* toutes les nations de la terre, parce que tu as écouté ma voix+. ’ ” 19  Après cela, Abraham revint vers ses serviteurs, et ils se levèrent et s’en allèrent ensemble vers Béer-Shéba+ ; et Abraham continua d’habiter à Béer-Shéba. 20  Or il arriva, après ces choses, que la nouvelle parvint à Abraham : “ Voici que Milka+ elle aussi a donné des fils à Nahor+ ton frère : 21  Outs son premier-né, Bouz+ son frère, Qemouël le père d’Aram, 22  Késed, Hazo, Pildash, Yidlaph et Bethouël+. ” 23  Bethouël devint père de Rébecca+. Ces huit-​là, Milka les donna à Nahor le frère d’Abraham. 24  Il y avait aussi sa concubine, dont le nom était Réouma. Avec le temps elle aussi eut des enfants : Tébah, Gaham, Tahash et Maaka+.

Notes

Ou : “ garçons ”.
Ici, M ajoute : “ et dit ”. Il s’agit d’une addition faite par un scribe ou de l’indication d’un discours direct, ce que nous signalons par des guillemets.
Ou : “ tu es un craignant Dieu ”.
Signifie : “ Jéhovah Verra à [cela], Jéhovah Pourvoira ”. Héb. : Yehwah Yirʼèh.
“ Dans la montagne de Jéhovah il sera pourvu ”. Héb. : behar Yehwah yéraʼèh ; LXX : “ Dans la montagne, Jéhovah a été vu ” ; Sy : “ Dans cette montagne, Jéhovah verra ” ; Vg : “ Dans la montagne, Jéhovah verra ”. Certains suggèrent de corriger légèrement toute la phrase pour lire : “ C’est ainsi que la montagne où Jéhovah apparaît est appelée aujourd’hui. ”
C.-à-d. de la ville.
“ se béniront à coup sûr ”. Le vb. héb. est à la forme réfléchie, ou hithpaʽél ; on trouve le même vb. en 12:3b, au niphʽal, forme différente qui a parfois le sens du passif, mais qui exprime le plus souvent l’idée réfléchie ; c’est d’ailleurs au réfléchi qu’elle a été rendue dans ce v. LXXSyVg : “ seront bénies ”, comme en 12:3b. Cf. Dt 29:19.