2 Rois 5​:​1-27

5  Or un certain Naamân+, le chef de l’armée du roi de Syrie, était devenu un grand homme devant son seigneur*, et estimé*, car c’est par lui que Jéhovah avait donné le salut* à la Syrie+ ; et l’homme s’était montré un homme fort et vaillant, bien qu’il fût lépreux*.  Or les Syriens étaient sortis en bandes maraudeuses+, et ils avaient réussi à capturer en terre d’Israël une petite fille+, et celle-ci se trouva finalement devant la femme de Naamân.  Par la suite elle dit+ à sa maîtresse : “ Si seulement mon seigneur était devant le prophète+ qui est à Samarie ! Alors il le délivrerait de sa lèpre+. ”  Un peu plus tard, quelqu’un vint informer son seigneur, en disant : “ C’est de telle et telle manière qu’a parlé la fille+ qui est du pays d’Israël. ”  Alors le roi de Syrie dit : “ Mets-​toi en route. Viens, que j’envoie une lettre au roi d’Israël. ” Il se mit donc en devoir de partir et prit en sa main+ dix talents d’argent, six mille pièces d’or+ et dix vêtements de rechange+.  Et il vint apporter au roi d’Israël la lettre+, qui disait : “ Et maintenant, en même temps que t’arrive cette lettre, voici que je t’ai envoyé Naamân mon serviteur, pour que tu le délivres de sa lèpre. ”  Et il arriva ceci : dès que le roi d’Israël eut lu la lettre, aussitôt il déchira+ ses vêtements et dit : “ Suis-​je Dieu+ pour faire mourir et pour garder en vie+ ? Celui-là, en effet, m’envoie [demander] de délivrer un homme de sa lèpre ; car constatez bien, s’il vous plaît, et voyez qu’il me cherche querelle+. ”  Et voici ce qui arriva : dès qu’Élisha l’homme du [vrai] Dieu apprit que le roi d’Israël avait déchiré ses vêtements+, aussitôt il envoya dire au roi : “ Pourquoi as-​tu déchiré tes vêtements ? Qu’il vienne, s’il te plaît, vers moi, pour qu’il sache qu’il existe un prophète en Israël+. ”  Naamân vint donc avec ses chevaux et ses chars et se tint à l’entrée de la maison d’Élisha. 10  Mais Élisha envoya un messager vers lui pour dire : “ Allant là-bas*, tu devras te baigner+ sept fois+ dans le Jourdain pour que ta chair te revienne+ ; et sois pur. ” 11  Alors Naamân s’indigna+ et se mit à partir ; il dit : “ Voilà que je [m’]étais dit+ : ‘ Il sortira bien vers moi et, à coup sûr, il se tiendra là, il invoquera le nom de Jéhovah son Dieu, fera mouvoir sa main sur l’endroit et délivrera bel et bien le lépreux. ’ 12  L’Abana* et le Pharpar, les fleuves de Damas+, ne valent-​ils pas mieux que toutes les eaux+ d’Israël ? Ne puis-​je pas m’y baigner et être vraiment pur+ ? ” Il se tourna donc et s’en alla avec fureur+. 13  Ses serviteurs s’avancèrent alors, ils lui parlèrent et dirent : “ Mon père+, si le prophète t’avait dit une grande chose, ne la ferais-​tu pas ? Combien plus, donc, puisqu’il t’a dit : ‘ Baigne-​toi et sois pur ’ ? ” 14  Alors il descendit et se plongea* sept fois dans le Jourdain, selon la parole de l’homme du [vrai] Dieu+ ; après quoi sa chair redevint comme la chair d’un petit garçon+, et il devint pur+. 15  Alors il revint vers l’homme du [vrai] Dieu+, lui et tout son camp ; il vint, se tint devant lui et dit : “ Voici donc que je sais à coup sûr que par toute la terre il n’y a de Dieu nulle part, sauf en Israël+. Et maintenant accepte, s’il te plaît, une bénédiction, c’est-à-dire un cadeau+ de ton serviteur. ” 16  Mais il dit : “ Aussi vrai que Jéhovah devant qui je me tiens* réellement est vivant+, je n’accepterai pas+. ” Et l’autre le pressait d’accepter, mais il persista dans son refus. 17  Finalement Naamân dit : “ Sinon, qu’on donne, s’il te plaît, de la terre+ à ton serviteur, la charge d’une paire de mulets ; car ton serviteur ne fera plus d’holocauste ni de sacrifice à d’autres dieux qu’à Jéhovah+. 18  [Mais] qu’en cette chose-​ci Jéhovah pardonne à ton serviteur : lorsque mon seigneur entrera dans la maison de Rimmôn+ pour s’y prosterner et qu’il s’appuiera+ sur ma main, et que je devrai me prosterner+ dans la maison de Rimmôn, quand [donc] je me prosternerai dans la maison de Rimmôn, que Jéhovah, s’il te plaît, pardonne à ton serviteur à cet égard+. ” 19  Alors il lui dit : “ Va en paix+. ” Il s’en alla donc d’auprès de lui [et parcourut] une grande étendue de pays. 20  Alors Guéhazi+ le serviteur d’Élisha l’homme du [vrai] Dieu+ dit : “ Voici que mon maître* a ménagé Naamân+, ce Syrien, en n’acceptant pas de sa main ce qu’il avait apporté. Aussi vrai que Jéhovah est vivant+, oui je vais courir après lui et prendre quelque chose de lui+. ” 21  Et Guéhazi se mit à poursuivre Naamân. Quand Naamân vit quelqu’un courir après lui, aussitôt il descendit de son char à sa rencontre et dit : “ Est-​ce que tout va bien+ ? ” 22  À quoi il dit : “ Tout va bien. Mon maître+ m’a envoyé+ dire : ‘ Écoute ! À l’instant me sont arrivés deux jeunes gens de la région montagneuse d’Éphraïm, d’entre les fils des prophètes+. Donne-​leur, s’il te plaît, un talent* d’argent et deux vêtements de rechange+. ’ ” 23  Alors Naamân dit : “ Accepte de prendre deux talents. ” Il se mit à insister+ auprès de lui et, finalement, il lia deux talents d’argent dans deux sacs, avec deux vêtements de rechange, et il les donna à deux de ses serviteurs, pour qu’ils les portent devant [Guéhazi]. 24  Quand il arriva à Ophel*, aussitôt il les prit de leur main et les déposa dans la maison+, puis il renvoya les hommes. Ils s’en allèrent donc. 25  Quant à lui, il entra puis se tint près de son maître+. Alors Élisha lui dit : “ D’où [es-​tu venu], Guéhazi ? ” Mais il dit : “ Ton serviteur n’est allé nulle part+. ” 26  Alors il lui dit : “ Mon cœur n’est-​il pas allé [avec toi], lorsque l’homme s’est tourné [pour descendre] de son char à ta rencontre ? Est-​ce le temps d’accepter de l’argent ou d’accepter vêtements, oliveraies ou vignes, moutons ou bovins, serviteurs ou servantes+ ? 27  La lèpre+ de Naamân s’attachera donc à toi et à ta descendance pour des temps indéfinis+. ” [Guéhazi] aussitôt sortit de devant lui, lépreux blanc comme neige+.

Notes

“ son seigneur (maître) ”. Héb. : ʼadhonaw, pl. de ʼadhôn, pour exprimer l’excellence.
Lit. : “ élevé de face ”.
Ou : “ le secours, la délivrance ”.
Ou : “ atteint d’une maladie de peau ”. Le terme biblique rendu par “ lèpre ” désigne entre autres ce que la médecine appelle aujourd’hui la maladie de Hansen.
Ou : “ Qu’on aille ”. En héb. il s’agit d’un vb. à l’inf. absolu, donc atemporel et impersonnel.
“ Abana ”, MLXXVg ; MmargeTSy : “ Amana ”.
Ou : “ et s’immergea (se trempa) ”. Héb. : wayyitbol ; gr. : ébaptisato (de baptizô, “ baptiser ”).
Ou : “ au service de qui je suis ”.
Ou : “ mon seigneur ”. Héb. : ʼadhoni.
Le talent pesait 34,2 kg.
Signifie : “ Hauteur [c.-à-d. excroissance, protubérance, éminence] ”. Situé en Samarie.