2 Corinthiens 3​:​1-18

3  Recommençons-​nous à nous recommander nous-​mêmes+ ? Ou bien se pourrait-​il que, comme certains hommes, nous ayons besoin de lettres+ de recommandation pour vous ou de vous ?  C’est vous-​mêmes qui êtes notre lettre+, inscrite sur nos* cœurs, connue et lue par tous les humains+.  Car il est manifeste que vous êtes une lettre de Christ écrite par nous comme ministres+, inscrite non avec de l’encre, mais avec [l’]esprit+ d’un Dieu vivant, non sur des tablettes de pierre+, mais sur des tablettes de chair, sur des cœurs*+.  Or c’est grâce au Christ que nous avons une telle confiance+ envers Dieu.  Ce n’est pas que de nous-​mêmes nous soyons qualifiés* pour estimer quelque chose comme venant de nous+, mais notre capacité* vient de Dieu+  qui nous a vraiment qualifiés pour être ministres* d’une nouvelle alliance+, non d’un code écrit*+, mais de [l’]esprit+, car le code écrit condamne+ à mort, mais l’esprit rend à la vie+.  De plus, si le code qui dispense la mort+ et qui a été gravé* en lettres sur des pierres+ a paru avec gloire+, si bien que les fils d’Israël ne pouvaient fixer les regards sur le visage de Moïse à cause de la gloire de son visage+, [gloire] qui devait être abolie,  pourquoi la dispensation de l’esprit+ ne serait-​elle pas bien plus avec gloire+ ?  Car si le code qui dispense la condamnation*+ fut glorieux*+, bien plus la dispensation de la justice+ abonde-​t-​elle en gloire+. 10  Oui, même ce qui a été rendu glorieux dans le passé a été dépouillé de la gloire sous ce rapport+, à cause de la gloire qui lui est supérieure+. 11  Car si ce qui devait être aboli a été introduit avec gloire+, bien plus ce qui demeure serait-​il avec gloire+. 12  Par conséquent, comme nous avons une telle espérance+, nous usons d’une grande franchise, 13  et nous ne faisons pas comme lorsque Moïse mettait un voile+ sur son visage, pour que les fils d’Israël ne fixent pas les regards sur la fin+ de ce qui devait être aboli. 14  Mais leurs facultés mentales se sont émoussées+. Car jusqu’à ce jour ce même voile demeure, à la lecture de l’ancienne alliance*, sans être levé+, parce qu’il est aboli par le moyen de Christ+. 15  Oui, jusqu’à ce jour, chaque fois qu’on lit Moïse+, un voile se trouve sur leur cœur+. 16  Mais quand on se tourne vers Jéhovah*, le voile est enlevé+. 17  Or Jéhovah* est l’Esprit+ ; et là où est l’esprit+ de Jéhovah*+, là est la liberté+. 18  Et nous tous+ — alors que, le visage dévoilé, nous reflétons comme des miroirs la gloire de Jéhovah*+ —, nous sommes transformés+ en la même image+, de gloire en gloire+, exactement comme cela est accompli par Jéhovah*+ [l’]Esprit*.

Notes

“ nos ”, P46ABCDVgSyh,p ; א : “ vos ”.
Ou : “ sur des tablettes, sur des cœurs de chair ”.
Gr. : hikanoï (de hikanos). Voir 2Co 2:16, note.
Lit. : “ la qualité suffisante (capacité, aptitude) de nous ”.
Ou : “ serviteurs ”. Gr. : diakonous ; lat. : ministros (de minus, “ moins ”) ; J22(héb.) : mesharethim.
Lit. : “ de lettre ”. Gr. : grammatos ; lat. : litterae.
Ou : “ si la dispensation de la mort, [dispensation] gravée ”.
Ou : “ si la dispensation de la condamnation ”.
Lit. : “ fut une gloire ”.
Pour les expressions “ L’Ancien Testament ” et “ Le Nouveau Testament ”, voir App. 7E.
Voir App. 1D.
Voir App. 1D.
Voir App. 1D.
Voir App. 1D.
Voir App. 1D.
Ou : “ par l’esprit de Jéhovah ”.