1 Samuel 21​:​1-15

21  Plus tard, David arriva à Nob+ chez Ahimélek le prêtre ; Ahimélek+ se mit à trembler en rencontrant David et il lui dit : “ Pourquoi es-​tu seul, sans personne avec toi+ ? ”  Et David dit à Ahimélek le prêtre : “ Le roi lui-​même m’a donné ordre quant à une affaire+, puis il m’a dit : ‘ Que personne ne sache rien de l’affaire à propos de laquelle je t’envoie et à propos de laquelle je t’ai donné ordre. ’ Et j’ai donné rendez-vous aux jeunes gens* à tel et tel endroit.  Et maintenant, s’il y a cinq pains à ta disposition, donne-​les-​moi dans la main, ou bien* ce qui se trouvera+. ”  Mais le prêtre répondit à David et dit : “ Il n’y a pas de pain ordinaire sous ma main, mais il y a du pain sacré+ ; pourvu que les jeunes gens se soient au moins gardés de la femme+. ”  Alors David répondit au prêtre et lui dit : “ Mais la femme a été éloignée de nous, comme précédemment, quand je faisais une sortie*+, et les organismes* des jeunes gens sont encore saints, bien que la mission soit ordinaire. Et combien plus aujourd’hui, lorsqu’on devient saint dans [son] organisme ! ”  Alors le prêtre lui donna du [pain] sacré+, car il n’y avait pas là d’autre pain que le pain de proposition* qu’on avait ôté de devant Jéhovah+ afin d’y mettre du pain frais* le jour où on l’enlevait.  Or il y avait là, ce jour même, un des serviteurs de Saül, retenu+ devant Jéhovah ; son nom c’était Doég+ l’Édomite+, le principal d’entre les bergers* qui appartenaient à Saül+.  David dit encore à Ahimélek : “ N’y a-​t-​il rien ici à ta disposition : une lance ou une épée ? C’est que je n’ai pris dans ma main ni mon épée ni mes armes, car l’affaire du roi était urgente. ”  À quoi le prêtre dit : “ L’épée de Goliath+ le Philistin, que tu as abattu dans la basse plaine d’Éla+ — la voilà, enveloppée dans un manteau, derrière l’éphod+. Si tu veux la prendre pour toi, prends-​la, car il n’y en a pas d’autre que celle-là ici. ” David dit alors : “ Il n’y en a pas de pareille. Donne-​la-​moi. ” 10  Puis David se leva et continua de fuir+, ce jour même, à cause de Saül ; finalement il arriva chez Akish le roi de Gath+. 11  Alors les serviteurs d’Akish dirent à celui-ci : “ N’est-​ce pas là David le roi+ du pays ? N’est-​ce pas pour celui-là qu’on répondait, avec des* danses+, en disant :‘ Saül a abattu ses millierset David ses dizaines de milliers*+ ’ ? ” 12  Et David prit à cœur ces paroles ; il eut alors très peur+ à cause d’Akish le roi de Gath. 13  Il déguisa+ donc sa raison sous leurs yeux+ et se conduisit en leur main comme un dément ; il faisait des croix* sur les battants de la porte* et laissait sa salive couler sur sa barbe. 14  Finalement Akish dit à ses serviteurs : “ Vous voyez ici un homme qui se comporte comme un fou. Pourquoi me l’amenez-​vous ? 15  Est-​ce que je manque de gens devenus fous, que vous m’ayez amené celui-là pour se comporter près de moi comme un fou ? Celui-là va-​t-​il entrer chez moi ? ”

Notes

“ jeunes gens ”, c.-à-d. ceux de son escorte.
“ s’il y a cinq pains sous ta main, donne-​moi dans la main ”, LXX ; MSy : “ qu’y a-​t-​il sous ta main ? Donne-​moi cinq pains dans la main, ou bien ”.
C.-à-d. pour une expédition militaire.
Ou : “ vases ”.
Ou : “ pain de la Présence ”, M ; Vg : “ pain de présentation ”.
Lit. : “ chaud ”, c.-à-d. frais cuit.
“ le plus fort des coureurs ”, en corrigeant légèrement M.
Lit. : “ dans les ”.
Ou : “ ses myriades ”.
“ il tambourinait ”, LXX.
Ou : “ ville ”, représentée par la porte. LXX : “ ville ”.