Aller au contenu

Andreï et sa femme, Svetlana, devant le tribunal après que la cour a levé son assignation à résidence

22 AOÛT 2019
RUSSIE

La cour d’appel lève l’assignation à résidence de frère Andreï Souvorkov

Le 13 août 2019, la cour d’appel de la ville de Kirov a levé l’assignation à résidence de frère Andreï Souvorkov, âgé de 26 ans. Frère Souvorkov bénéficie de davantage de liberté, mais il fait toujours l’objet de poursuites pénales.

Pour rappel, le 9 octobre 2018, la police et des membres des forces spéciales portant des masques ont fait une descente dans 19 domiciles à Kirov. C’est là que frère Souvorkov et son beau-père ainsi que trois autres frères ont été arrêtés.

Frère Souvorkov se souvient du jour où sa maison a été perquisitionnée : « La plupart de nos objets de valeur ont été saisis. Mais pour ma femme et moi, ce n’était pas grave, parce que nous nous sommes toujours efforcés de garder une vie simple et de ne pas trop être attachés aux biens matériels. Le conseil de Matthieu 6:21, ‘‘car là où est ton trésor, c’est là aussi que sera ton cœur’’, nous a aidés à rester calmes. »

Suite à ces descentes de police, des procédures pénales ont été engagées contre frère Souvorkov, son beau-père et les trois autres frères pour avoir chanté des cantiques, étudié des publications religieuses, et possédé un exemplaire de la Traduction du monde nouveau en russe. Ils ont été envoyés dans un centre de détention en attendant qu’un tribunal décide de les libérer ou de les placer en détention provisoire.

Frère Souvorkov raconte ce qu’il a vécu : « J’ai passé deux nuits dans un centre de détention. Au début, je priais constamment. J’étais convaincu que Jéhovah m’entendait et qu’il me soutiendrait. Je me suis souvenu de quelques cantiques et je les ai chantés. En tout, je me suis rappelé les paroles de plus de 50 cantiques ! »

Le tribunal a ensuite placé frère Souvorkov et les autres frères en détention provisoire. Lors de sa première semaine en détention, frère Souvorkov a voulu aider les autres. Il explique : « J’ai décidé de citer les noms de certains frères dans mes prières et d’écrire des lettres encourageantes à ceux dont je me rappelais l’adresse. Cela m’a rendu heureux » (Actes 20:35).

Quelques mois plus tard, tous les frères ont finalement été assignés à résidence, à l’exception de frère Andrzej Oniszczuk. Frère Souvorkov est le premier des frères de Kirov dont l’assignation à résidence a été levée.

« Quand je pense à ce qui m’est arrivé, dit frère Souvorkov, je suis très content d’être allé en prison. [...] Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve et si je retournerai en prison un jour. Mais j’ai désormais la conviction que, même en prison, Jéhovah et son organisation me soutiendront. Je n’ai pas peur d’être emprisonné. »