Aller au contenu

Le 19 mai 2021, frère Konstantin Bajenov a retrouvé sa femme du côté ukrainien de la frontière, quatorze jours après avoir été libéré de prison en Russie.

20 MAI 2021
RUSSIE

Frère Konstantin Bajenov est bien arrivé en Ukraine après avoir été expulsé de Russie

Frère Konstantin Bajenov est bien arrivé en Ukraine après avoir été expulsé de Russie

Le 5 mai 2021, frère Konstantin Bajenov a été libéré * d’une prison russe. Il a été placé en détention provisoire jusqu’au 19 mai 2021, jour où il a été expulsé vers l’Ukraine. Sa femme, Irina, était partie en Ukraine avant lui pour pouvoir l’accueillir à son arrivée. Konstantin a été expulsé parce que les autorités lui avaient retiré sa citoyenneté russe en mai 2020.

Juste après être entré en Ukraine, frère Konstantin Bajenov et sa femme, Irina, sont accueillis par un couple qui tient une banderole citant Isaïe 54:17 : « “Aucune arme fabriquée pour te faire du mal ne vaincra...”, déclare Jéhovah. »

Portrait

Konstantin est né en 1975 à Veliki Novgorod, une ville de l’ouest de la Russie, dans une famille qui n’avait pas de religion. Ils ont ensuite déménagé en Ukraine. Dans sa jeunesse, il a fait de la gymnastique et il aimait la musique. Il a obtenu un diplôme d’études musicales et est devenu chef d’orchestre d’une fanfare.

Déjà avant d’étudier la Bible, Konstantin était contre la violence et la guerre. Alors, quand l’armée ukrainienne l’a appelé pour faire son service militaire, il a refusé. Au lycée, il se posait des questions sur la vie et la religion. Il a cherché les réponses dans plusieurs religions et il les a trouvées en étudiant la Bible avec les Témoins de Jéhovah. Il s’est fait baptiser en 1996.

Konstantin a épousé Irina en 2001. Pour subvenir à leurs besoins, il a travaillé comme briqueteur-maçon, spécialisé dans la construction de fours et de cheminées. Ils ont déménagé en Russie en 2009.

Descente de police et emprisonnement

Le 12 juin 2018, les forces spéciales russes ont perquisitionné sept domiciles de Témoins de Jéhovah de Saratov, dont l’appartement de Konstantin et Irina. Konstantin et deux autres frères ont été arrêtés et placés en détention provisoire.

À son arrivée en prison, Konstantin savait qu’il aurait besoin du réconfort et de l’aide de la Parole de Dieu, mais il ne pouvait pas obtenir de bible. Il se souvient : « Ma femme m’a envoyé un cahier et, tous les jours, j’écrivais dedans les versets que je me rappelais. » Jéhovah l’a aidé à se souvenir de 500 versets en seulement deux mois ! Quand finalement il a reçu une bible, il a été très enthousiaste et l’a lue en entier en quatre mois. Cela l’a grandement fortifié. Il a aussi eu beaucoup de joie à écrire à sa femme et à ses amis pour leur parler de ce qu’il avait aimé dans sa lecture.

Konstantin a souvent prié Jéhovah de tout son cœur pour endurer son séjour en prison, surtout quand il se sentait seul et que sa femme lui manquait. Il raconte : « Je me mettais à genoux et je priais tellement fort que j’en pleurais. J’ai décidé de mettre par écrit tout ce que je demandais à Jéhovah et, à chaque fois qu’il répondait à une de mes demandes, je la rayais de la liste. Je sentais que Jéhovah était tout près de moi. » Konstantin a été libéré le 20 mai 2019. Mais ses épreuves ne se sont pas arrêtées là.

Condamnation

Le 19 septembre 2019, Konstantin et cinq frères de Saratov ont été condamnés et envoyés en prison. Après avoir perdu leur recours en appel quelques mois plus tard, les cinq frères ont été transférés dans la prison d’Orenbourg. Konstantin a été envoyé dans la prison de Dimitrovgrad, à plus de 500 kilomètres de chez lui et de sa femme, restée à Saratov.

Konstantin commémore le Mémorial de 2020 en prison.

Même si elle était loin de son mari, Irina a trouvé des encouragements sur la page Actualités de jw.org. Elle y lisait les biographies de frères et sœurs qui ont courageusement enduré la persécution avec joie. Elle a aussi été fortifiée par la détermination et la sérénité de Konstantin. Dans une interview qu’elle a donnée alors qu’il était encore en prison, elle a expliqué : « Il est toujours positif ! » Quand elle a été autorisée à lui téléphoner, ils ont pu chanter des cantiques, prier et étudier ensemble. Elle a dit que leurs discussions bibliques ont renforcé sa foi en Jéhovah et l’ont aidée à rester joyeuse malgré les circonstances.

Konstantin a passé un peu plus de 14 mois en détention provisoire et un peu plus d’un an et demi en prison. Sa peine initiale était de trois ans et demi de prison. Mais comme le temps en détention provisoire équivaut à une fois et demie le temps en prison, il a été libéré neuf mois plus tôt. De plus, on lui a accordé une liberté conditionnelle, ce qui a encore réduit sa peine de deux mois.

Nous nous réjouissons que Konstantin ait été libéré et qu’il ait retrouvé Irina. Tous nos chers frères et sœurs qui endurent la persécution montrent qu’ils appliquent de tout cœur les paroles du roi David : « Je me réfugie à l’ombre de tes ailes jusqu’à ce que les malheurs prennent fin » (Psaume 57:1).

^ § 2 Quand Konstantin a été libéré de prison, Irina et une vingtaine de frères et sœurs l’attendaient dehors. Ils ont ainsi pu l’accueillir avant qu’il soit transféré dans un centre de détention provisoire en vue de son expulsion. Les policiers qui l’escortaient l’ont autorisé à passer une demi-heure avec sa femme avant de l’emmener au centre de détention.