Aller au contenu

Rez-de-chaussée de l’exposition « Wedontdothat » au Centre d’éducation humaniste.

28 AVRIL 2022
ISRAËL

Inauguration en Israël d’une exposition sur la persécution des Témoins de Jéhovah par les nazis

Inauguration en Israël d’une exposition sur la persécution des Témoins de Jéhovah par les nazis

Le 7 mars 2022, une nouvelle exposition soulignant le courage des Témoins de Jéhovah face à la persécution nazie a ouvert ses portes en Israël. Elle se tient au Centre d’éducation humaniste de la Maison des combattants du ghetto, en Galilée occidentale, et elle est présentée en anglais, en arabe et en hébreu. Elle restera ouverte jusqu’en mars 2023. En collaboration avec le personnel du musée, plus de 50 frères et sœurs d’un peu partout dans le monde ont participé à la préparation de cette exposition en apportant leur expertise dans des domaines comme la recherche historique, le graphisme et la traduction.

Cette exposition interactive est intitulée « Wedontdothat », ce qui signifie « Nous-​ne-faisons-pas-ces-choses-​là ». C’est ainsi qu’un membre de la Protection civile allemande avait surnommé frère Joachim Alfermann, un Témoin de Jéhovah persécuté par les nazis *. Bien qu’ayant été battu, soumis à d’énormes pressions et placé en isolement, Joachim a toujours refusé de suivre la formation de l’armée allemande. Il disait : « Nous ne faisons pas ces choses-​là. » Son refus de porter les armes lui a plus tard valu d’être envoyé dans un camp de concentration. La conservatrice de l’exposition, Mme Yaara Galor, a fait observer : « Aux côtés des Juifs assassinés pour diverses raisons se trouvaient des millions d’autres personnes. […] Chacun de ces groupes a sa propre histoire. »

Entrée du Centre d’éducation humaniste.

Lors de l’inauguration de cette exposition, le professeur Gideon Greif, historien spécialiste de la Shoah et du camp d’Auschwitz, a expliqué que les Témoins de Jéhovah refusaient de signer un document visant à les faire renier leur foi. Il a dit : « [Les Témoins de Jéhovah] pouvaient facilement obtenir une libération : ils pouvaient apposer leur signature en une minute. Cela montre que, même dans les périodes les plus sombres de l’histoire du monde, il y a eu des personnes qui ont réussi à garder un haut niveau de moralité, que ce soit en paroles ou en action. C’est pourquoi les Témoins de Jéhovah méritent qu’on parle d’eux, qu’on se souvienne d’eux, qu’on apprenne à les connaître et qu’on enseigne leur histoire. »

Une sœur appartenant à la filiale d’Israël qui a assisté à l’inauguration de l’exposition a dit : « À l’idée que nous avons une telle exposition ici, en Israël, dans un musée ouvert au public, j’en ai eu les larmes aux yeux… Entendre le personnel du musée prononcer depuis l’estrade les mots “Témoins de Jéhovah” en hébreu était inoubliable. Il n’y a pas de doute, le nom de Jéhovah a été glorifié par cette cérémonie. »

Frère David Simozrag, de la filiale d’Israël, s’exprime lors de l’inauguration de l’exposition.

Nous sommes convaincus que les visiteurs de cette exposition pourront prendre conscience du courage et de la foi que nos frères et sœurs de l’Allemagne nazie ont manifestés. Leur exemple de fidélité peut encourager les serviteurs de Jéhovah d’aujourd’hui à continuer de ‘courir la course avec endurance’ (Hébreux 12:1).