Le 31 octobre 2018, la cour d’appel de Ganja (Azerbaïdjan) a confirmé la décision d’une juridiction inférieure de condamner frère Vahid Abilov pour son refus d’effectuer le service militaire. Ce jeune homme de 19 ans n’est pas emprisonné, mais sa liberté conditionnelle d’un an lui impose de nombreuses restrictions. Par exemple, chaque semaine, il doit se présenter à un agent de probation ; et il n’est pas autorisé à quitter le pays. Vahid va introduire un recours en appel auprès de la Cour suprême : c’est sa dernière possibilité d’obtenir justice dans le système judiciaire d’Azerbaïdjan.

Les difficultés de notre frère ont commencé en mai 2017. À 18 ans, il a dû se présenter au Service d’État pour la mobilisation et la conscription du district d’Agdam. À cette occasion, il a remis une déclaration pour expliquer son refus de servir dans l’armée. Voici ce qu’on y lisait : « Ma conscience éduquée par la Bible ne m’autorise pas à faire le service militaire. Je ne cherche pas à me soustraire à mes devoirs civiques. Cela ne m’a même pas traversé l’esprit. Je vous prie simplement de me permettre d’effectuer un service civil de remplacement plutôt qu’un service militaire. » Les autorités ont rejeté la demande de Vahid ; et le 9 juillet 2018, il a été inculpé pour refus du service militaire.

Lors de son audience devant la cour d’appel de Ganja, frère Abilov a expliqué en détail pourquoi il refusait d’effectuer le service militaire. Il a lu Isaïe 2:4 et a expliqué que son étude de la Bible l’avait convaincu qu’il ne devait même pas ‘apprendre la guerre’. Néanmoins, la cour d’appel a maintenu la condamnation de frère Abilov. Son avenir est donc désormais entre les mains de la Cour suprême.

Quand l’Azerbaïdjan est devenu membre du Conseil de l’Europe en 2001, ce pays s’est engagé à adopter une loi proposant un service civil de remplacement. Mais l’État ne l’a toujours pas fait. Par conséquent, nos frères sont régulièrement amenés à défendre leur position de neutralité quand ils refusent d’effectuer le service militaire pour objection de conscience. D’ailleurs, plus tôt dans l’année, un tribunal de district a déclaré Emil Mehdiyev coupable pour ce motif, et l’a condamné à une peine d’un an de probation. Lui aussi s’est pourvu en appel auprès de la Cour suprême. Quatre autres affaires concernant nos frères d’Azerbaïdjan objecteurs de conscience sont également en attente d’examen par la Cour européenne des droits de l’homme. Malgré ces difficultés, nos frères continuent de s’appuyer sur Jéhovah pour rester neutres (Jean 15:19).