Les Témoins de Jéhovah sont présents au Rwanda depuis 1970. Ils ont obtenu leur enregistrement officiel en 1992, enregistrement confirmé par le gouvernement en 2002. Les Témoins sont connus pour leur neutralité politique et en général ils peuvent pratiquer leur culte librement. Ils n’ont pas pris part aux atrocités commises lors du génocide de 1994 et ont même risqué leur vie pour sauver d’autres personnes. Néanmoins, les Témoins sont victimes de discrimination parce qu’ils sont attachés à ces mêmes principes de neutralité aujourd’hui.

Les directions de certains établissements scolaires expulsent des élèves Témoins parce qu’ils refusent de participer à des cérémonies patriotiques et à des offices religieux *. De plus, le gouvernement impose aux enseignants de participer à des séminaires qui incluent des entraînements militaires et le chant de l’hymne national. Par conséquent, des centaines d’enseignants Témoins ont perdu leur emploi. En 2010, le gouvernement rwandais a exigé que tous les fonctionnaires prêtent serment lors d’une cérémonie durant laquelle il fallait saluer le drapeau. Ainsi, beaucoup de Témoins de Jéhovah sont révoqués de la fonction publique.

Malgré ces difficultés, les Témoins de Jéhovah du Rwanda sont reconnaissants pour la liberté de religion dont ils bénéficient. Ils espèrent qu’avec le temps, les autorités rwandaises reconnaîtront que leur neutralité politique ne constitue pas une menace pour le gouvernement.

^ § 3 Pour les Témoins de Jéhovah, participer à une cérémonie patriotique est un acte religieux et revient à violer le commandement de Dieu qui demande de n’adorer que lui. Bien qu’ils ne participent pas à de telles cérémonies, ils respectent le droit des autres de le faire.