Aller au contenu

La police fait une descente lors d’un office religieux tenu dans une maison à Tomsk.

20 JUIN 2018
RUSSIE

Russie : Après des descentes de police brutales, d’autres Témoins sont emprisonnés

Au cours du mois dernier, les autorités russes ont intensifié leur campagne d’intimidation en arrêtant et en mettant en prison d’autres Témoins de Jéhovah sous couvert de lutte contre l’extrémisme. Les forces de police ont fait des descentes chez des Témoins habitant Birobidjan, Khabarovsk, Magadan, Orenbourg, Naberejnye Tchelny, Perm, Pskov, Saratov et Tomsk. Elles ont alors arrêté 15 autres hommes Témoins, ce qui amène le nombre de Témoins en détention provisoire à 20. Deux autres Témoins sont assignés à résidence. Au moins 15 Témoins (dont certains âgés de 70 à plus de 80 ans) ont dû signer un document leur interdisant de quitter la ville où ils vivent. Au 14 juin 2018, les autorités russes avaient mis en examen plus de 40 Témoins. S’ils sont reconnus coupables, ils encourent une peine pouvant aller jusqu’à dix ans de prison.

Lieux des descentes de police en Russie.

Les autorités russes ont violé les accords signés lors de l’audience publique stipulant que l’interdiction des entités légales des Témoins de Jéhovah n’empêcherait pas les Témoins de pratiquer leur religion à titre individuel. La Russie ne tient absolument pas compte de ce droit et elle détourne l’article 282 du Code pénal afin d’accuser les Témoins d’organiser une organisation « extrémiste », d’y participer ou de la financer. En fait, plutôt que de combattre l’extrémisme, la Russie persécute ses propres citoyens parce qu’ils pratiquent leur culte paisiblement.

Descentes, arrestations et détentions récentes

12 juin 2018, Saratov. La police a fait des descentes, a perquisitionné plusieurs maisons de Témoins et a emmené au moins dix Témoins au poste de police pour les interroger. Lors d’une perquisition, les autorités ont introduit des publications religieuses interdites par les tribunaux russes. Cinq hommes Témoins ont été mis en garde à vue. Deux d’entre eux ont été plus tard relâchés, mais la police a emprisonné les trois autres et a accusé Konstantin Bajenov et Félix Makhammadiyev d’avoir « organisé l’activité d’une organisation extrémiste ». Les poursuites engagées contre le troisième Témoin, Alekseï Boudentchouk, ne sont pas confirmées. Le 14 juin 2018, le tribunal Frunzensky du district de Saratov a prolongé la détention provisoire de M. Bajenov et de M. Makhammadiyev jusqu’au 12 août 2018. Ce tribunal a aussi prolongé la détention provisoire de M. Boudentchouk, mais la date de sa libération n’est pas confirmée. Par ailleurs, la police a demandé à un autre Témoin de signer un document lui interdisant de quitter la ville.

3 juin 2018, Tomsk. À 10 heures, la police et des membres des forces spéciales (Spetsnaz) ont fait une descente dans les maisons de deux Témoins de Jéhovah à Tomsk (Sibérie). Ils ont emprisonné environ 30 Témoins, y compris une femme de 83 ans. La police a saisi des effets personnels dans les maisons et les véhicules, et a emmené les Témoins dans des bus au Centre de lutte contre l’extrémisme.

Au Centre, les enquêteurs Ivan Vedrentsev, Aleksandr Ivanov et Viatcheslav Lebedev ont interrogé avec violence certains Témoins jusqu’à 2 heures du matin. Les enquêteurs ont menacé de faire licencier un des Témoins détenus. Pendant l’enquête, des ambulances ont plusieurs fois été envoyées au Centre ; au moins un Témoin a été hospitalisé.

La garde à vue de l’un des détenus, Sergueï Klimov, a été prolongée. Le 5 juin 2018, le tribunal du district oktiabrski de Tomsk a ordonné qu’il soit maintenu en détention provisoire jusqu’au 4 août 2018 pour avoir « organisé l’activité d’une organisation extrémiste ».

3 juin 2018, Pskov. Les forces de police ont fait des descentes dans de nombreuses maisons de Témoins de Jéhovah à Pskov. Dans une maison, tous ceux qui étaient présents ont été emprisonnés et interrogés, y compris deux visiteurs non-Témoins. De nombreux Témoins de Jéhovah, dont Guennadi Chpakovski, ont été emmenés au quartier général régional du Service fédéral de sécurité (FSB), à Pskov, pour être interrogés. Des policiers ont incité certains de ceux qui ont été conduits au poste de police à donner des preuves contre M. Chpakovski. Les autorités ont engagé des poursuites pénales contre lui : elles l’accusent d’avoir « organisé l’activité d’une organisation extrémiste ». Même s’il a plus tard été libéré, les autorités peuvent à tout moment engager d’autres poursuites.

30 mai 2018, Khabarovsk. La police a arrêté Ivan Pouïda après avoir perquisitionné sa maison. Ils l’ont escorté à Magadan, où ils l’ont placé en garde à vue. Le 1er juin 2018, le tribunal du district jeleznodorojny a ordonné qu’il soit maintenu en détention provisoire jusqu’au 30 juillet 2018 pour avoir « organisé l’activité d’une organisation extrémiste ».

30 mai 2018, Magadan. Des forces de police armées et masquées ont fait des descentes dans des maisons à Magadan ; ils ont arrêté et emprisonné Konstantin Petrov, Evguéni Zyablov et Sergueï Erkine. Le 1er juin 2018, le tribunal municipal de Magadan a ordonné qu’ils soient maintenus en détention provisoire jusqu’au 29 juillet 2018 pour avoir « organisé l’activité d’une organisation extrémiste ».

Dmitri Mikhaïlov.

29 mai 2018, Chouïa (région d’Ivanovo). Les autorités ont placé Dmitri Mikhaïlov en garde à vue pour la deuxième fois. Auparavant, lors d’une descente le 20 avril, la police l’avait accusé de « participer à l’activité d’une organisation extrémiste ». Le 29 mai, les autorités l’ont également accusé de « financer une activité extrémiste ». Le 3 juin 2018, le tribunal municipal de Chouïa a prolongé sa détention provisoire jusqu’au 19 juillet 2018.

27 mai 2018, Naberejnye Tchelny (République du Tatarstan). Durant la nuit, des agents du FSB ont perquisitionné dix maisons et ont saisi des appareils électroniques, des téléphones portables et des passeports. Ilkham Karimov, Konstantin Matrachov et Vladimir Miakouchine ont été arrêtés et placés en garde à vue. Le 29 mai 2018, le tribunal du district naberejnotchelninskiy a ordonné qu’ils soient placés en détention provisoire jusqu’au 25 juillet 2018 pour avoir organisé l’activité d’une organisation « extrémiste », y avoir participé et avoir recruté des membres pour elle. Plus tard, Aydar Youlmetiev a lui aussi été arrêté, et le 31 mai 2018, le tribunal l’a placé en détention provisoire.

22 mai 2018, Perm. Quand Aleksandr et Anna Soloviev sont revenus à Perm après un voyage en Moldavie, les officiers de police les attendaient à la gare. Ils ont passé les menottes à M. Soloviev, ont saisi ses effets personnels et ont escorté le couple au poste de police dans des voitures séparées. Alors que M. Soloviev était en détention, la police a perquisitionné chez lui et a interrogé sa femme. Le 24 mai 2018, le tribunal du district sverdlovskiy l’a assigné à résidence pour avoir « participé à l’activité d’une organisation extrémiste ».

17 mai 2018, Birobidjan. Lors d’une opération de police appelée « Jour du Jugement », 150 officiers de police et membres du FSB ont fait des descentes dans 22 foyers de Témoins de Jéhovah. La police a saisi des tablettes, des téléphones portables et de l’argent. Elle a arrêté et emprisonné Alam Aliev, un des 34 Témoins perquisitionnés lors des descentes. Le 18 mai, le tribunal du district birobidjanskiy a ordonné qu’il soit placé en détention provisoire jusqu’au 13 juillet 2018 pour avoir « organisé l’activité d’une organisation extrémiste ». Le 25 mai 2018, le juge A. Sizova de la cour d’appel de la Région autonome juive a accédé à la requête de M. Aliev et a annulé la décision de le placer sous détention.

16 mai 2018, Orenbourg. Les officiers de police ont fait des descentes et ont perquisitionné des maisons. Ils ont arrêté trois Témoins : Aleksandr Souvorov, Vladimir Kotchnev et Vladislav Kolbanov. Le 18 mai 2018, le tribunal du district promyshlenny a ordonné que M. Kolbanov soit assigné à résidence pour avoir « financé une activité extrémiste ». Le jour suivant, le même tribunal a ordonné que Aleksandr Souvorov et Vladimir Kotchnev soient placés en détention provisoire jusqu’au 14 juillet 2018 pour avoir « organisé l’activité d’une organisation extrémiste ». L’enquêteur a aussi demandé à sept autres Témoins de signer un document leur interdisant de quitter la ville pendant l’enquête.

À gauche : Aleksandr Souvorov ; à droite : Vladimir Kotchnev.

La condamnation internationale sera-t-elle entendue ?

L’Union européenne (UE) et les États-Unis ont fait des déclarations officielles condamnant la Russie qui ne tient pas compte des libertés fondamentales. L’UE a prié instamment la Russie de « respecter ses engagements internationaux sur la liberté de religion ou de croyance, la liberté d’expression et la liberté de réunion ». Les États-Unis ont également demandé à la Russie de « libérer immédiatement toutes les personnes emprisonnées pour avoir exercé leur liberté de religion ou de croyance ».

Philip Brumley, avocat conseil des Témoins de Jéhovah, a déclaré : « Les Témoins de Jéhovah du monde entier sont profondément affectés par la persécution violente qu’endurent leurs coreligionnaires en Russie. Aujourd’hui, ces Témoins sont confrontés au même type de répression qu’ils avaient subi sous le régime communiste. En opprimant ainsi les Témoins, la Russie passe outre à ses propres engagements de respecter les droits de l’homme fondamentaux. »

Les Témoins déjà placés en détention provisoire * :

  • Dennis Christensen

    45 ans, Orel, en prison depuis le 25 mai 2017 ; doit y rester jusqu’au 1er août 2018.

  • Valentin Ossadtchouk

    42 ans, Vladivostok, en prison depuis le 19 avril 2018 ; doit y rester jusqu’au 20 juin 2018.

  • Viktor Trofimov

    61 ans, Poliarny, en prison depuis le 18 avril 2018 ; doit y rester jusqu’au 11 octobre 2018.

  • Roman Markine

    44 ans, Poliarny, en prison depuis le 18 avril 2018 ; doit y rester jusqu’au 11 octobre 2018.

  • Anatoliy Vilitkevitch

    31 ans, Oufa, en prison depuis le 10 avril 2018 ; doit y rester jusqu’au 2 juillet 2018.

^ § 21 Pour plus de renseignements, voir l’article de la Salle de presse sur jw.org : « Russie : Une campagne d’intimidation menée contre les Témoins de Jéhovah ».