Aller au contenu

RUSSIE

Emprisonnés en raison de leur foi : Russie

L’histoire des Témoins de Jéhovah dans la Russie moderne tient en deux mots : oppression et persécution. Pendant une grande partie du 20e siècle, les autorités russes ont agressé et maltraité les Témoins, malgré leur réputation de citoyens paisibles et respectueux des lois. L’objectif du gouvernement soviétique était de les convertir, par la persuasion comme par la force, à l’idéologie soviétique. Des milliers d’entre eux ont été déportés en Sibérie. Il leur était interdit de posséder une bible ou des écrits religieux. Étant sous surveillance permanente, ils étaient obligés de tenir leurs offices en cachette. S’ils se faisaient prendre, ils étaient durement battus et condamnés à de longues peines de prison.

La situation a commencé à changer en 1991, lorsque le gouvernement russe a reconnu légalement les Témoins de Jéhovah et a accordé la liberté de culte sans ingérence des autorités. Mais cette période de paix a été de courte durée.

En 2009, l’opposition et les restrictions ont repris de plus belle à la suite d’une décision de la Cour suprême russe. Celle-ci a en effet confirmé la décision d’un tribunal inférieur qui avait jugé « extrémiste » une assemblée de Témoins de Jéhovah. En avril 2017, après des années de batailles juridiques, la Cour suprême a ordonné la dissolution des entités juridiques des Témoins pour de prétendues activités extrémistes. Les autorités ont pris des mesures immédiates pour que leurs biens soient confisqués et que leurs lieux de culte soient fermés. Leurs écrits religieux ont été déclarés « extrémistes ».

Sans cesser leurs attaques contre les entités juridiques, les autorités russes ont entrepris de cibler des Témoins individuellement, associant, sans aucune légitimité, la pratique privée de leur culte à l’organisation interdite. Des perquisitions au domicile de Témoins, accompagnées de mauvais traitements et d’interrogatoires brutaux, ont été menées par la police. Des Témoins de tous âges, hommes et femmes, ont été arrêtés, déclarés coupables et condamnés à la prison ou assignés à résidence.

Depuis l’interdiction prononcée en avril 2017, des centaines de Témoins ont été condamnés pour extrémisme à la détention préventive ou à l’emprisonnement. À la date du 20 juin 2022, 92 Témoins sont en prison.

Des protestations contre les traitements cruels réservés aux Témoins de Jéhovah

En dépit de l’indignation et de l’appel international à cesser la persécution acharnée contre les Témoins en Russie, les autorités du pays continuent de les condamner pour activités extrémistes. Quelques tribunaux ont fait preuve d’équité et de courage en refusant de qualifier les Témoins d’« extrémistes » et en acquittant des Témoins poursuivis en vertu de l’article 282 du Code pénal de la Fédération de Russie concernant les activités extrémistes. Ces décisions judiciaires sont en accord avec une résolution récemment modifiée par l’Assemblée plénière de la Cour suprême russe. En octobre 2021, cette instance a précisé que le fait de prendre part à un culte dans un cadre privé ne devait plus être considéré comme une participation aux activités d’une organisation religieuse interdite.

Des observateurs informés extérieurs au pays ont condamné le gouvernement russe pour la persécution incessante qu’il fait subir aux Témoins de Jéhovah.

Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme : « Cette sentence sévère [emprisonnement d’un Témoin] crée un précédent dangereux pour les Témoins de Jéhovah de Russie qui risquent d’être poursuivis pour avoir exercé leur droit à la liberté de religion et de croyance – en violation des obligations de l’État résultant du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. »

Déclaration de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (Conseil permanent) : « L’Union européenne est toujours fortement préoccupée par la situation des Témoins de Jéhovah en Russie. Ils continuent d’être l’objet d’une persécution systématique caractérisée par des descentes de police, des détentions arbitraires, des enquêtes pénales et des peines allant jusqu’à sept ans de prison [. . .] Nous demandons à la Fédération de Russie d’honorer ses engagements internationaux relatifs aux droits de l’homme, de respecter les libertés d’expression, d’association, de réunion paisible, de religion ou de croyance, ainsi que les droits des personnes appartenant à des minorités, et de garantir des procès équitables. »

Des actes de maltraitance et des emprisonnements choquants

  • Dans la soirée du 10 avril 2019, des policiers armés sont entrés de force au domicile de Valentina Baranovskaïa, âgée de 68 ans, et de son fils, alors qu’ils discutaient paisiblement de la Bible avec un petit groupe d’amis. Les policiers ont confisqué les publications religieuses et les appareils électroniques, et des poursuites judiciaires ont été engagées contre Valentina. En juillet 2020, Valentina a fait un AVC. Malgré son âge et son état de santé, le 24 février 2021, elle a été condamnée à deux ans de prison et immédiatement incarcérée. C’était la première fois qu’une femme Témoin était condamnée à la prison simplement pour avoir pratiqué sa foi. Après avoir passé plus d’un an en prison, le 4 mai 2022, Valentina a été libérée.

  • En juin 2018, les forces de police ont perquisitionné le domicile d’Alekseï Bertchouk et de sa femme. Alekseï, âgé de 42 ans, a été accusé d’organiser des activités « extrémistes », alors qu’en réalité, il était responsable de circonscription, un ministre à plein temps qui répond aux besoins spirituels de nombreux compagnons. Le 30 juin 2021, il a été condamné à huit ans de prison – la peine la plus lourde depuis l’interdiction de 2017.

  • Tôt le matin du 4 octobre 2021, les forces de police ont fait irruption chez un jeune couple, Nikolaï et Lilia Merinov, qui étaient soi-disant suspectés d’activités « extrémistes ». Les policiers ont frappé Nikolaï avec un objet lourd et contondant jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Lilia a été traînée hors du lit par les cheveux, menottée et agressée à plusieurs reprises. Ce n’est qu’un cas parmi de nombreux autres d’actes de violence et de torture infligés aux Témoins par les policiers ou les gardiens de prison russes.

  • En mai 2021, les autorités russes ont entamé une procédure pénale contre Anna Safronova, âgée de 55 ans, pour activités « extrémistes ». Ils l’ont placée en résidence surveillée – alors qu’elle était le principal soutien de sa mère âgée – et ont fait bloquer ses comptes bancaires. Le 25 janvier 2022, elle a été condamnée à six ans d’emprisonnement dans une colonie pénitentiaire, ce qui constitue la peine la plus longue infligée à une femme depuis l’interdiction de 2017. Elle a été immédiatement incarcérée. Les appels pour obtenir sa libération ont été rejetés.

Des tentatives répétées pour mettre fin aux emprisonnements injustes

Les Témoins de Jéhovah du monde entier sont bouleversés par les traitements cruels que subissent leurs coreligionnaires en Russie. Des millions de Témoins à travers le monde ont envoyé des lettres à des représentants du gouvernement russe pour lancer un appel en faveur des Témoins emprisonnés. Les avocats des Témoins incarcérés ont déposé des plaintes auprès du Comité des droits de l’homme de l’ONU et du Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire, et ils ont interjeté des appels auprès des tribunaux russes, à tous les échelons. Des dizaines de requêtes ont été déposées auprès de la Cour européenne des droits de l’homme. Des rapports officiels ont été soumis à des organisations internationales chargées de surveiller les violations des droits de l’homme. Les Témoins de Jéhovah vont poursuivre ces actions. Et ils vont continuer de dénoncer ce qu’endurent leurs frères en Russie, pour que cesse cette terrible persécution religieuse.

Chronologie

  1. 20 juin 2022

    92 Témoins de Jéhovah sont en prison.

  2. 24 mai 2022

    Après avoir passé plus de cinq ans en prison, Dennis Christensen est libéré.

  3. 4 mai 2022

    Après avoir passé plus d’un an en prison, Valentina Baranovskaïa est libérée.

  4. 12 janvier 2022

    Le ministère de la Justice de la Fédération de Russie ajoute l’application JW Library à la liste des publications extrémistes. Cette application est la première et la seule en Russie à être interdite pour extrémisme.

  5. 25 octobre 2021

    Le tribunal du district Troussovski à Astrakhan condamne Roustam Diarov, Ievgueni Ivanov et Sergueï Klikounov à huit ans de prison. Olga Ivanova est condamnée à trois ans et demi de prison.

  6. 27 septembre 2021

    Le tribunal de la ville de Saint-Pétersbourg rejette l’appel interjeté contre la décision du 31 mars 2021, qui déclarait l’application JW Library extrémiste et interdisait son usage dans toute la Fédération de Russie et en Crimée. La décision initiale prend effet immédiatement.

  7. 23 septembre 2021

    Le tribunal du district de Traktorozavodski à Volgograd condamne Sergeï Melnik et Igor Iegozarian à six ans de prison, et Valeri Rogozine, à six ans et cinq mois de prison.

  8. 11 août 2021

    Après deux jours d’audience, le tribunal du district d’Abinski, dans le territoire de Krasnodar, condamne Vassili Melechko à trois ans de prison.

  9. 30 juin 2021

    Le tribunal municipal de Blagovechtchensk de la région de l’Amour a condamné Alekseï Bertchouk et Dmitri Golik respectivement à huit ans et sept ans de prison.

  10. 24 février 2021

    Le tribunal de la république de Khakassie à Abakan condamne Valentina Baranovskaïa à deux ans de prison, et son fils, Roman Baranovski, à six ans de prison.

  11. 10 février 2021

    Le tribunal de district d’Abinski (territoire de Krasnodar) condamne Aleksandr Ivchine à sept ans et demi de prison.

  12. 2 septembre 2020

    Le tribunal de la ville de Beriozovski (région de Kemerovo) condamne Sergueï Britvine et Vadim Levtchouk à quatre ans de prison.

  13. 3 août 2020

    Le tribunal régional de Pskov prononce la remise en liberté de Guennadi Chpakovski. La cour confirme sa culpabilité, mais commue sa peine de six ans et demi de prison en liberté conditionnelle pour la même durée.

  14. 13 juillet 2020

    Des perquisitions en série sont menées dans au moins 100 domiciles de Témoins des régions de Voronej et de Belgorod.

  15. 9 juin 2020

    Le tribunal de Pskov déclare coupable Guennadi Chpakovski, âgé de 61 ans, et le condamne à six ans et demi de prison.

  16. 6 février 2020

    Cinq des six Témoins condamnés le 19 septembre 2019 sont transférés à la colonie pénitentiaire no 1 d’Orenbourg. Arrivés sur place, ils sont violemment battus, à coups de pied et de matraque, par les gardiens de prison. M. Makhammadiev souffre d’une côte cassée, d’un poumon perforé et de lésions rénales.

  17. 19 septembre 2019

    Le juge Dmitry Larin du tribunal du district de Leninski à Saratov condamne six hommes Témoins – Konstantin Bajenov, Alekseï Boudentchouk, Feliks Makhammadiev, Roman Gridasov, Guennadi Guerman et Alekseï Miretski – à des peines de prison, pour avoir prétendument « organisé une activité extrémiste ».

  18. 23 mai 2019

    Le tribunal régional d’Orel rejette le recours en appel de Dennis Christensen et maintient sa condamnation à six ans de prison.

  19. 26 avril 2019

    Le Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire déclare que les droits de M. Dmitri Mikhaïlov ont été bafoués et il dénonce les persécutions que la Russie inflige aux Témoins de Jéhovah.

  20. 6 février 2019

    Le tribunal du district Jeleznodorojny déclare Dennis Christensen coupable et le condamne à six ans de prison.

  21. 9 octobre 2018

    La police et les forces spéciales font une descente à Kirov. Plusieurs hommes Témoins, dont Andrzej Oniszczouk, un citoyen polonais, sont arrêtés et placés en détention provisoire.

  22. 15 juillet 2018

    La police perquisitionne les maisons de plusieurs Témoins à Penza. Vladimir Alouchkine est arrêté et placé en détention provisoire.

  23. 4 juillet 2018

    Descentes de police chez des Témoins d’Omsk. Sergueï et Anastasia Poliakov sont arrêtés et placés en détention provisoire. Mme Poliakov est la première femme Témoin de Russie à être arrêtée et mise en détention provisoire pour extrémisme.

  24. 12 juin 2018

    Descentes de police chez des Témoins habitant Saratov. Konstantin Bajenov, Alekseï Boudentchouk et Feliks Makhammadiev sont arrêtés et placés en détention provisoire. Trois autres Témoins, Guennadi Guerman, Roman Gridasov et Alekseï Miretski doivent signer un engagement à ne pas quitter la ville.

  25. 3 juin 2018

    Descentes de police chez des Témoins habitant Tomsk et Pskov. Sergueï Klimov est arrêté et placé en détention provisoire.

  26. 19 février 2018

    Début du procès pénal de Dennis Christensen au tribunal du district Jeleznodorojny, présidé par le juge Alekseï Roudnev.

  27. 20 juillet 2017 — novembre 2018

    La détention provisoire de Dennis Christensen est prolongée à plusieurs reprises : d’abord par le tribunal du district Sovietski et ensuite par le tribunal du district Jeleznodorojny.

  28. 26 mai 2017

    Le tribunal du district Sovietski à Orel condamne Dennis Christensen à deux mois de détention provisoire.

  29. 25 mai 2017

    La police fait une descente lors d’un office à Orel et arrête Dennis Christensen.

  30. 20 avril 2017

    La cour suprême de Russie décide la liquidation du siège national des Témoins de Jéhovah et de 395 associations cultuelles locales.