Aller au contenu

RUSSIE

Emprisonnés en raison de leur foi

Les autorités russes poursuivent leurs attaques brutales contre les Témoins de Jéhovah en menant une campagne d’intimidation qui rappelle l’époque soviétique. À la date du 17 juin 2021, 53 Témoins étaient en détention provisoire ou condamnés à une peine de prison, 36 étaient assignés à résidence et 224 autres n’avaient pas le droit de quitter la ville où ils habitent. Tous ont été accusés d’organiser l’activité d’une organisation « extrémiste », d’y participer ou de la financer. Au moins 418 Témoins, âgés de 20 à 90 ans, font actuellement l’objet d’une enquête.

Les autorités essaient de justifier leurs actions en invoquant l’interdiction des entités juridiques des Témoins, prononcée en avril 2017, et en détournant l’article 282 du Code pénal de la Fédération de Russie (CPFR) relatif aux activités extrémistes. En fait, elles poursuivent en justice les Témoins de Jéhovah pour la pratique de leur culte paisible. S’ils sont déclarés coupables, certains de ceux qui ont été arrêtés encourent une peine de prison pouvant aller jusqu’à dix ans.

Un recours habituel à l’arrestation, la détention et l’incarcération des Témoins de Jéhovah

Depuis février 2018, les forces de l’ordre suivent le même scénario lors de l’arrestation et de la détention des Témoins de Jéhovah. Des policiers lourdement armés entrent de force chez des Témoins. Ils pointent souvent leurs armes sur la tête des occupants — dont des enfants et des personnes âgées — et les plaquent au sol. Pendant la perquisition, les policiers confisquent des effets personnels, puis ils placent certains Témoins en garde à vue pour poursuivre les interrogatoires. Les enquêteurs engagent des poursuites pénales contre certains Témoins sur la base de prétendues activités extrémistes et adressent une requête aux tribunaux pour demander leur détention provisoire. Une fois les Témoins en prison, les procureurs adressent une requête aux tribunaux pour prolonger leur détention provisoire. Les tribunaux accèdent généralement à ces requêtes. Voici un aperçu de ce qu’ont vécu 11 Témoins, qui ont été poursuivis et condamnés à de la prison sur des accusations d’extrémisme *.

Valentina Baranovskaïa a été arrêtée le 10 avril 2019, après une descente d’agents de police armés dans quatre maisons de Témoins de Jéhovah, dont la sienne, à Abakan. Son fils, Roman Baranovski, a également été arrêté. Les officiers ont confisqué leurs bibles, des appareils électroniques et des documents personnels. Puis, des poursuites pénales ont été engagées contre eux. Le 24 février 2021, le tribunal de la république de Khakassie à Abakan a condamné Mme Baranovskaïa à deux ans d’emprisonnement. C’est la première fois qu’une femme Témoin est condamnée à la détention pour avoir pratiqué sa foi. Mme Baranovskaïa est âgée de 70 ans et a subi une attaque cérébrale en juillet 2020. Le tribunal a par ailleurs condamné M. Baranovski à six ans de prison.

Aleksandr Ivchine est âgé de 63 ans ; il a été inculpé le 23 avril 2020. Parmi les « crimes » dont on l’accuse figurent l’organisation de services religieux par vidéoconférence et le fait de chanter des chants religieux. Le stress provoqué par la perquisition de son domicile a été tel qu’il a généré une urgence hypertensive. Plusieurs mois après la perquisition, la voiture de M. Ivchine a été saisie. Le 10 février 2021, le tribunal de district d’Abinski (territoire de Krasnodar) l’a reconnu coupable. Il a été condamné à sept ans et demi de prison, ce qui constitue la peine la plus longue et la plus dure infligée à un Témoin de Jéhovah depuis l’interdiction prononcée par la Cour suprême en 2017.

Dennis Christensen a obtenu une libération anticipée après avoir purgé plus de trois années de prison sur les six que compte sa peine. Le 23 juin 2020, le tribunal du district de Lgovski (région de Koursk) a commué le reste de la peine en une amende de 400 000 roubles (un peu plus de 5 000 euros). Cependant, M. Alekseï Chatounov, du Bureau du procureur régional de Koursk, a interjeté appel de cette décision en vue de la faire annuler. Cet appel repose sur des rapports mensongers selon lesquels le dossier carcéral de M. Christensen serait défavorable. M. Christensen restera donc en prison en attendant le résultat d’une nouvelle audience, qui n’est pas fixée pour l’heure. Dans l’intervalle, les autorités carcérales l’ont placé en cellule disciplinaire pour 10 jours, et ce, en dépit de sa mauvaise santé et pour des violations alléguées, qui plus est mineures, des règles de la prison.

M. Christensen est un citoyen danois de 46 ans, qui a été arrêté à Orel le 25 mai 2017, lorsque des policiers lourdement armés et des agents du service fédéral de sécurité ont interrompu un office paisible des Témoins de Jéhovah auquel il assistait. Au terme de presque un an de poursuites pénales et de plus de 50 comparutions, M. Christensen a été condamné à six ans de prison simplement pour avoir pratiqué sa foi de Témoin de Jéhovah. Le 6 février 2019, Alekseï Roudnev, juge au tribunal du district Jeleznodorojny d’Orel, a donné lecture du jugement condamnant M. Christensen sur la fausse accusation d’avoir « organisé l’activité d’une organisation extrémiste », en vertu de l’article 282-2(1) du CPFR. Le 23 mai 2019, le tribunal régional d’Orel, constitué de trois juges, a rejeté le recours en appel de M. Christensen et a maintenu sa condamnation à six ans de prison.

Sergueï Klimov a été arrêté le 3 juin 2018, après que des policiers et des membres des forces spéciales ont fait une descente dans deux maisons de Témoins de Jéhovah. Une trentaine de Témoins, dont une femme âgée de 83 ans, ont été emmenés pour être interrogés. Tous ont été relâchés, à l’exception de M. Klimov. Les autorités locales ont engagé des poursuites pénales contre lui, et il a été placé en détention provisoire pour deux mois. Sa détention a été prolongée à sept reprises, ce qui signifie qu’avant d’être finalement jugé et condamné, il avait déjà été séparé de sa femme et de sa famille pendant un an et cinq mois. Le 5 novembre 2019, le tribunal du district d’Oktiabrski à Tomsk l’a condamné à une peine de six ans d’emprisonnement pour avoir prétendument « organisé une activité extrémiste ». M. Klimov sera libéré en juillet 2023.

Konstantin Bajenov, Alekseï Boudentchouk, Feliks Makhammadiev, Roman Gridasov, Guennadi Guerman et Alekseï Miretski ont fait l’objet de poursuites pénales après la perquisition à Saratov, le 12 juin 2018, de sept domiciles de Témoins par les autorités russes. Ce jour-​là, la police a enfoncé les portes des logements, saisi des affaires personnelles et, dans certains cas, dissimulé des publications religieuses des Témoins de Jéhovah, interdites par les autorités. Elle a emmené plus de dix Témoins pour les interroger, et les a retenus jusqu’à près de minuit. Trois d’entre eux ont été arrêtés, et ont passé près d’un an en détention provisoire.

Le 19 septembre 2019, le juge Dmitry Larin du tribunal du district de Leninski à Saratov a condamné les six hommes à de lourdes peines de prison pour avoir prétendument « organisé une activité extrémiste ». Deux d’entre eux ont été condamnés à une peine de trois ans et demi ; un a été condamné à une peine de trois ans ; les trois autres ont été condamnés à une peine de deux ans. De plus, le jugement stipule qu’au terme de leur détention, il leur sera interdit d’exercer des responsabilités au sein d’organisations publiques pendant une période de cinq ans. Ces hommes ont par ailleurs subi des violences en prison. Le 6 février 2020, Alekseï Boudentchouk, Guennadi Guerman, Roman Gridasov, Feliks Makhammadiev et Alekseï Miretski ont été frappés violemment à coups de matraque par des gardiens de la colonie pénitentiaire n1 de Russie. Feliks Makhammadiev a été si sévèrement battu qu’il a été hospitalisé ; il avait une côte cassée, un poumon perforé et des lésions rénales.

Des descentes et des perquisitions en série en juillet 2020

Le 12 juillet 2020, les agents du FSB ont perquisitionné au moins trois maisons de Témoins à Prokopievsk, dans la région de Kemerovo. Plusieurs Témoins ont été emmenés au quartier général du FSB pour y être interrogés, puis ont été libérés. Cependant, Andreï Vlasov, un Témoin handicapé, qui se déplace à l’aide d’une canne, a été détenu pendant deux jours. Les autorités ont engagé une procédure pénale contre lui et, le 14 juillet, il a été assigné à résidence pour deux mois.

Le 13 juillet, plus de 100 domiciles de Témoins de plusieurs villages de la région de Voronej, et de Stary Oskol, une ville de la région de Belgorod, ont été perquisitionnés. Des poursuites pénales ont été engagées, et dix Témoins (des hommes) ont été placés en détention provisoire jusqu’au 3 septembre. Au moins deux Témoins ont été frappés violemment par des agents de l’unité spéciale d’intervention rapide qui ont pénétré par la force dans la maison d’Alexander Bokov. M. Bokov a reçu des coups dans le ventre et à la tête, puis il a été forcé à rester accroupi pendant que les agents l’interrogeaient. Dmitri Katirov a été jeté au sol, battu et frappé à coups de pied jusqu’à ce qu’il pleure de douleur.

Des tentatives répétées pour mettre fin aux emprisonnements injustes

Les avocats des Témoins incarcérés ont déposé des plaintes auprès du Comité des droits de l’homme de l’ONU et du Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire (WGAD). Ils ont également introduit 57 requêtes auprès de la Cour européenne des droits de l’homme. Jusqu’ici leurs efforts pour mettre fin à ces emprisonnements injustes se sont révélés vains.

Des tribunaux internationaux ont ouvertement condamné la Russie pour le traitement réservé aux Témoins de Jéhovah. Par exemple, dans une décision adoptée le 26 avril 2019, le WGAD a dénoncé la persécution systématique infligée par la Russie aux Témoins de Jéhovah, dans le cadre de l’affaire concernant M. Dmitri Mikhaïlov, habitant de la ville de Chouïa. Le WGAD a conclu que l’arrestation et la détention provisoire de M. Mikhaïlov relevaient de la discrimination religieuse, et il a reconnu que cette affaire n’était qu’« une affaire parmi tant d‘autres, de plus en plus en nombreuses, où des Témoins de Jéhovah sont arrêtés et emprisonnés pour activités criminelles, alors qu’ils ne font qu’exercer leur droit à la liberté de religion ».

Le 12 mars 2020, le Conseil permanent de l’OSCE et l’Union européenne ont publié une déclaration commune condamnant les autorités russes pour le traitement réservé aux Témoins de Jéhovah. On lit : « L’Union européenne reste profondément préoccupée par la situation des Témoins de Jéhovah en Russie, qui continuent à subir une persécution systématique [...] Nous sommes profondément préoccupés par des rapports récents faisant état d’actes de torture et de maltraitance sur plusieurs Témoins de Jéhovah incarcérés. » La déclaration poursuit ainsi : « La torture viole le droit international relatif aux droits de l’homme, en particulier la convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ; le pacte international sur les droits civils et politiques ; et la convention européenne des droits de l’homme, autant de traités dont la Fédération de Russie est un État partie. »

Chronologie

  1. 17 juin 2021

    53 Témoins de Jéhovah sont en prison.

  2. 24 février 2021

    Le tribunal de la république de Khakassie à Abakan condamne Valentina Baranovskaïa à deux ans de prison, et son fils, Roman Baranovski, à six ans de prison.

  3. 10 février 2021

    Le tribunal de district d’Abinski (territoire de Krasnodar) condamne Aleksandr Ivchine à sept ans et demi de prison.

  4. 2 septembre 2020

    Le tribunal de la ville de Beriozovski (région de Kemerovo) condamne Sergueï Britvine et Vadim Levtchouk à quatre ans de prison.

  5. 3 août 2020

    Le tribunal régional de Pskov prononce la remise en liberté de Guennadi Chpakovski. La cour confirme sa culpabilité, mais commue sa peine de six ans et demi de prison en liberté conditionnelle pour la même durée.

  6. 13 juillet 2020

    Des perquisitions en série sont menées dans au moins 100 domiciles de Témoins des régions de Voronej et de Belgorod.

  7. 9 juin 2020

    Le tribunal de Pskov déclare coupable Guennadi Chpakovski, âgé de 61 ans, et le condamne à six ans et demi de prison.

  8. 6 février 2020

    Cinq des six Témoins condamnés le 19 septembre 2019 sont transférés à la colonie pénitentiaire n1 d’Orenbourg. Arrivés sur place, ils sont violemment battus, à coups de pied et de matraque, par les gardiens de prison. M. Makhammadiev souffre d’une côte cassée, d’un poumon perforé et de lésions rénales.

  9. 19 septembre 2019

    Le juge Dmitry Larin du tribunal du district de Leninski à Saratov condamne six hommes Témoins – Konstantin Bajenov, Alekseï Boudentchouk, Feliks Makhammadiev, Roman Gridasov, Guennadi Guerman et Alekseï Miretski – à des peines de prison, pour avoir prétendument « organisé une activité extrémiste ».

  10. 23 mai 2019

    Le tribunal régional d’Orel rejette le recours en appel de Dennis Christensen et maintient sa condamnation à six ans de prison.

  11. 26 avril 2019

    Le Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire déclare que les droits de M. Dmitri Mikhaïlov ont été bafoués et il dénonce les persécutions que la Russie inflige aux Témoins de Jéhovah.

  12. 6 février 2019

    Le tribunal du district jeleznodorojny déclare Dennis Christensen coupable et le condamne à six ans de prison.

  13. 9 octobre 2018

    La police et les forces spéciales font une descente à Kirov. Plusieurs hommes Témoins, dont Andrzej Oniszczouk, un citoyen polonais, sont arrêtés et placés en détention provisoire.

  14. 15 juillet 2018

    La police perquisitionne les maisons de plusieurs Témoins à Penza. Vladimir Aloushkine est arrêté et placé en détention provisoire.

  15. 4 juillet 2018

    Descentes de police chez des Témoins d’Omsk. Sergueï et Anastasia Poliakov sont arrêtés et placés en détention provisoire. Mme Poliakov est la première femme Témoin de Russie à être emprisonnée pour extrémisme.

  16. 12 juin 2018

    Descentes de police chez des Témoins habitant Saratov. Konstantin Bajenov, Alekseï Boudentchouk et Feliks Makhammadiev sont arrêtés et placés en détention provisoire. Trois autres Témoins, Guennadi Guerman, Roman Gridasov et Alekseï Miretski doivent signer un engagement à ne pas quitter la ville.

  17. 3 juin 2018

    Descentes de police chez des Témoins habitant Tomsk et Pskov. Sergueï Klimov est arrêté et placé en détention provisoire.

  18. 19 février 2018

    Début du procès pénal de Dennis Christensen au tribunal du district jeleznodorojny, présidé par le juge Alekseï Roudnev.

  19. 20 juillet 2017 — novembre 2018

    La détention provisoire de Dennis Christensen est prolongée à plusieurs reprises : d’abord par le tribunal du district sovietskiy et ensuite par le tribunal du district jeleznodorojny.

  20. 26 mai 2017

    Le tribunal du district sovietskiy d’Orel condamne Dennis Christensen à deux mois de détention provisoire.

  21. 25 mai 2017

    La police fait une descente lors d’un office à Orel et arrête Dennis Christensen.

  22. 20 avril 2017

    La cour suprême de Russie décide la liquidation du siège national des Témoins de Jéhovah et de 395 associations cultuelles locales.

^ § 5 Rendez-vous sur jw.org pour en savoir plus sur d’autres Témoins persécutés pour leur foi en Russie.