Le 23 avril 2018, le procès pénal de Dennis Christensen a repris au tribunal Jeleznodorojni du district d’Orel. M. Christensen, un citoyen danois Témoin de Jéhovah, avait été arrêté en mai 2017, alors qu’il assistait à un office religieux. Depuis, il est maintenu en détention provisoire.

Le procureur, M. Fomin, a accusé M. Christensen de diriger les activités d’une organisation extrémiste, à savoir l’association cultuelle des Témoins de Jéhovah d’Orel, qui avait été dissoute en juin 2016 après avoir été injustement accusée d’extrémisme. Les avocats de M. Christensen ont objecté que la congrégation des Témoins de Jéhovah d’Orel n’est pas une entité juridique, mais un groupe de fidèles paisibles qui se réunissent pour étudier la Bible. Ils ont souligné le fait que les autorités russes, de leur propre aveu, n’ont pas interdit la religion des Témoins de Jéhovah et que la constitution russe garantit le droit d’exprimer ses convictions religieuses *. Ainsi, en participant à un office religieux, M. Christensen ne faisait que pratiquer sa foi.

Les premiers témoins ont été auditionnés le 24 avril 2018. Le procureur a d’abord appelé à la barre un agent du Service fédéral de sécurité. Cet agent a déclaré qu’il maintenait la Salle du Royaume d’Orel sous vidéo-surveillance depuis 2017. Toutefois, il ne pouvait rien dire sur ce qui passait à l’intérieur, car les enregistrements ne montraient que M. Christensen accueillant chaleureusement ses coreligionnaires à l’entrée du bâtiment. Le procureur a ensuite appelé à la barre une habitante d’Orel qui avait assisté aux réunions des Témoins de Jéhovah. Cependant, elle ne pouvait faire aucun commentaire sur les activités de M. Christensen, car les réunions auxquelles elle avait assisté avaient eu lieu avant que l’association cultuelle des Témoins de Jéhovah d’Orel soit dissoute.

Irina Christensen.

Le lendemain, le procureur a appelé à la barre une femme de 78 ans, Témoin de Jéhovah. Il l’a interrogée pendant deux heures et demie dans le but de découvrir des « preuves » contre l’accusé, mais elle a simplement déclaré que les Témoins n’ont ni chefs ni dirigeants et qu’ils n’utilisent jamais de publications religieuses interdites en Russie pendant leurs offices.

Le procès doit reprendre le 14 mai 2018 et se poursuivre pendant plusieurs jours au cours du mois. S’il est condamné, M. Christensen encourt une peine de six à dix ans de prison. Les Témoins de Jéhovah du monde entier s’inquiètent de cette éventualité, ainsi que du bien-être de M. Christensen et de sa femme, Irina.

^ § 3 Lorsque la Cour suprême a confirmé la décision d’interdire l’association cultuelle des Témoins de Jéhovah d’Orel, elle a déclaré : « Le droit de ses membres de pratiquer la religion de leur choix ne sera pas violé puisque rien ne les empêche d’organiser des offices religieux au cours desquels ils n’utiliseront pas de publications religieuses à caractère extrémiste. »